Catégories :

Les albums

CD13,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 1959 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
A côté de leur célèbre intégrale des Sonates pour violon et piano de Beethoven, Clara Haskil et Arthur Grumiaux ont gravé des Sonates de Mozart, qui s'inscrivent parfaitement dans leur conception à la fois apollinienne et épurée de la musique. Ils n'en oublient jamais l'élan, le naturel. Ces interprétations vieilles de cinquante ans sont d'une éternelle jeunesse et d'un charme presque déconcertant.
CD20,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2001 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Après Edwin Ficher, Wilhelm Kempff, Annie Fischer, Sir Clifford Curzon, toujours excellent et impitoyablement exigeant avec lui-même, reste l'un des mozartiens les plus accomplis du siècle dernier. Dirigées dans une même communion de pensée par Benjamin Britten et Istvan Kertesz, ces gravures restent des modèles de finesse, d'élégance, de pureté (le toucher du Curzon!). Visions magiques !
CD29,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1974 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
C'est la quintessence de l'esprit le plus secret de Mozart qui semble avoir tout compris de la destinée humaine dans ces absolus chefs-d'œuvre que sont ses Quintettes à cordes (en particulier les K. 515, 516 et 593). Il faut des interprètes à la hauteur pour une telle profession de foi et la sonorité ensoleillée d'Arthur Grumiaux illumine tous ses partenaires. De la douleur, du déchirement, de l'angoisse, du bonheur. Tout y est et l'on en ressort transfiguré et ce ne sont pas les quelques portamenti de Grumiaux qui viendront gâcher notre plaisir. La prise de son est tout simplement idéale grâce à une spatialité et à un "grain" sonore d'un grand naturel.
CD35,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1991 | Archiv Produktion

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Enregistrée en 1990, au Queen Elizabeth Hall de Londres, sous la direction d'un John Eliot Gardiner particulièrement inspiré, voilà une version qui rend parfaitement justice à un des premiers "grands" opéras de Mozart. La tension de la direction musicale et la qualité des chanteurs réussissent à nous faire oublier la longueur de certains récitatifs. Anne Sofie von Otter est un radieux Idamante, Anthone Rolfe Johnson un vaillant Idomeneo. La voix pulpeuse de Hillevi Martinpelto rend le personnage d'Elettra particulièrement émouvant . Le plus "orchestral" des opéras de Mozart ,selon Gardiner, trouve ici une parfaite réalisation, lequel Gardiner voit aussi dans Idomeneo "une des partitions les plus personnelles et les plus passionnées" de Mozart. C'est vrai que l'on trouve dans cet ouvrage une exceptionnelle palette des émotions humaines, à commencer par celles que ressentent le père et le fils lors de leurs retrouvailles. Cette figue du père est si omniprésente dans la vie personnelle de Mozart qu'on la retrouve comme sublimée dans son œuvre, qu'il s'agisse de Don Giovanni (le Commandeur) ou de La Flûte enchantée (Sarastro). FH
CD35,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 1 janvier 1955 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Etes-vous plutôt Giulini ou plutôt Krips ? La question qui tue pour tout ceux qui recherchent le graal discographique de "l'opéra des opéras". Il faut dire que les deux versions sont à connaître, voire à posséder l'une à côté de l'autre. Celle de Krips est idéale à bien des égards. La direction d'orchestre est subtile, élégante, dramatique, rapide et théâtrale ; la fluidité et les timbres caractéristiques du Philharmonique de Vienne soutiennent des chanteurs de rêve. Cesare Siepi est un Don Juan au timbre noir et à l'italien parfait, Fernando Corena un Leporello veule et roué à souhait, Suzanne Danco une Donna Anna vengeresse, Lisa della Casa une Donna Elvira de grand style, Anton Dermota un Don Ottavio noble et courageux, un des plus belles incarnations de ce rôle ingrat. Le tout est une sorte de miracle qui aura bientôt 60 ans et sur lequel le temps ne semble pas vouloir peser. FH
CD13,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2010 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
CD45,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2004 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
En recevant l'enseignement de sa mère, elle même élève de Karol Mikuli, l'un des meilleurs disciples de Chopin, Stefan Askenase, nous transmet sans aucun doute un peu de la sonorité et du style du compositeur polonais. Mikuli avait en effet conservé toute sa vie le culte de Chopin et c'est celui qui a oeuvré le plus activement à transmettre la tradition de son maître. Après avoir sillonné l'Europe avec succès, il s'établit à Lwów, ville natale de Stefan Askenase. Qu'il s'agisse (en priorité) des Nocturnes, des Études, des Préludes, des Valses, des Mazurkas ou des Concertos, on puisera virtuellement avec bonheur dans cet album qui regroupe la presque totalité des enregistrements du pianiste polonais. Son art est un art du passé mais nullement dépassé. On y parle, on y chante, on y respire, on y entend des chants ineffables, un toucher clair et sans aucune lourdeur, des rubati subtils, toute une culture qui s'exprime en demi-teintes, en non-dits qu'Askenase a heureusement pu transmettre à ses élèves Martha Argerich ou Mitsuko Uchida. FH
CD53,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2005 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Entre 1964 et 1970, le Quatuor Weller réalisa pour Decca des enregistrements d'une poésie incomparable et d'une finesse instrumentale enthousiasmantes. Ces sessions Haydn, Beethoven, Brahms, sans oublier la merveilleuse (et célèbre!) gravure du Quintette de Schubert, offrent une sorte d'idéal classique, entre lumière apollinienne, perfection de l'architecture et charme sonore authentiquement viennois, dans la droite ligne des Quatuor Barylli ou l'extraordinaire Wiener Konzerthaus Quartet (Schubert). Des perles à thésauriser !
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2007 | SWR Classic

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Octobre 1773 moins janvier 1756 = dix-sept ans et demi. L’âge de Mozart lorsqu’il écrivit sa 25e symphonie en solmineur, déjà un chef-d’œuvre, déjà sombre, déjà dramatique (elle appartient d’ailleurs à la mouvance Sturm und Drang), une véritable annonciatrice de « l’autre » symphonie dans la même tonalité, la quarantième. Chose rare dans la musique symphonique de l’époque, la tonalité mineure est maintenue jusqu’au bi du bout du dernier mouvement, là où tant de quatrième mouvements de symphonies en mineur affichent un insouciant mode majeur. Comment peut-on, à dix-sept ans et demi, avoir déjà une telle maturité… et tellement d’idées novatrices dans l’écriture orchestrale ! Des syncopes ravageuses, des unissons menaçants, des dissonances incessantes, des trémolos tragiques, des contrastes dynamiques extrêmes, Mozart s’est surpassé – et il s’est suffisamment éloigné de son langage habituel pour que l’on puisse parler d’exception, surtout pendant les premières années de sa vie de jeune adulte. Pour cette superbe exception, nous avons choisi l’exceptionnelle lecture qu’en fait Roger Norrington, alliant orchestre moderne et conception dans l’esprit de ce qui se faisait à l’époque de Mozart (dont, par exemple, un très discret continuo à l’orchestre). Hop direction Discothèque idéale. © SM/Qobuz
CD14,99 €

Classique - Paru le 1 mars 2004 | Warner Classics

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
CD8,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 1999 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Le merveilleux interprète de Beethoven et de Schubert dans des concertos de Mozart pourrait paraître intriguant. Pourtant Wilhelm Kempff a de Mozart une conception pure et presque spirituelle. Ecoutez comme il chante intérieurement les mouvements lents, avec un sens du "tempo giusto" absolu, alors que la plupart de ses confrères donnent trop de poids, de lenteur et d'iuntentions à cette musique de l'au-delà. Un Mozart peut-être désincarné mais qui devient, et c'est tout le paradoxe de ce sublime enregistrement, encore plus humain. Surhumain. FH
CD20,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 1967 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
C'est la première version complète de La Clemenza di Tito de Mozart enregistrée en 1968, avec Werner Krenn, Lucia Popp, Teresa Berganza et Brigitte Fassbaender. La direction de Istvan Kertesz est aussi raffinée que précise avec une grande élégance d'expression et un souci pour la réalisation orchestrale exceptionnelle que Mozart a laissée dans cet ultime opéra. Kertesz avait d'ailleurs planifié les enregistrements des grands opéras de Mozart que sa mort prématurée a empêché. On tient là un des meilleurs enregistrements de ce chef-d'oeuvre, car c'est en un, malgré le peu de temps que Mozart a eu pour l'écrire, quelques temps avant sa mort alors qu'il composait La Flûte enchantée et le Requiem. S'emparant d'une forme vieillissante (l'opera-seria), il parvient à rendre ces personnages antiques émouvants et proches de notre sensibilité contemporaine. La distribution vocale est d'une quasi perfection qui fait rêver... FH
CD20,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 1954 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
CD10,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1989 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
On ne sait pas grand-chose de la genèse ni de la date de composition de la Sérénade n° 10 en si bémol majeur, K. 361 de Mozart, ni de son titre apocryphe « Gran Partita » qui lui fut donnée postérieurement. Mais finalement qu’importe, puisque nous sommes ici face au miracle mozartien. Probablement prévue pour être jouée en plein air, dans la cour d’un château ou d’une « maison des champs », cette sérénade pour treize instruments à vent et contrebasse fait partie des plus grandes œuvres de Mozart par sa diversité, sa longueur et sa densité expressive qui culmine dans le sublime Adagio. Le cinéma, dans le film Amadeus de Miloš Forman, a montré une fois pour toutes combien le génie est inexplicable dans cette scène magnifique où Antonio Salieri, par ailleurs excellent compositeur, était comme tétanisé par cette musique venue d’ailleurs. Enregistrée en juin 1988, à Nimègue (Nijmegen) dans l’est des Pays-Bas, où furent signés au XVIIe siècle plusieurs traités mettant fin à la longue Guerre de Hollande, cette version de Frans Brüggen et de son Orchestre du XVIIIe siècle propose un équilibre lumineux entre recherches organologiques et interprétation du classicisme viennois. La joie débridée y côtoie ainsi tout naturellement une mélancolie qui est aussi celle du Siècle des Lumières et de Mozart, en particulier dans les plus belles pages de ses opéras. © François Hudry/Qobuz
CD55,99 €

Classique - Paru le 2 septembre 2002 | Warner Classics

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Soutenue par la direction puissante et ardente de Carlo Maria Giulini dans la flamme de sa jeunesse (Ouverture, scène du Commandore), cette interprétation de Don Giovanni demeure l'une des plus passionnantes de la discographie. Le chant et l'intelligence d'Elisabeth Schwarzkopf sont à leur zénith, le Leporello de Taddei est un équilibre entre raffinement et bouffonnerie, le Don Giovanni de Wächter est aussi nonchalant qu'ardent. Bref, une version ... incontournable !
CD20,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 1995 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Le Mozart de Karl Böhm est un modèle d'articulation, d'élan interne, en dépit de ses tempos modérés. Ces enregistrements du début des années soixante restent parmi ses plus remarquables dans ce répertoire (la Haffner!).
CD12,49 €

Classique - Paru le 2 février 2004 | Warner Classics

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Pianiste de légende, dont le legs discographique reste à redécouvrir entièrement, de ses Beethoven suprêmes à son Troisième de Bartok si poétique et coloré avec Markevitch (Emi, 1954) ou encore son Troisième de Beethoven (très rare, et avec Fricsay, en 1957 pour DG), Annie Fischer est admirable dans ses Mozart, dirigés avec soin par Wolfgang Sawallisch. Un mélange inné de puissance beethovénienne (la puissance et le contrôle du poignet !) et de poésie crépusculaire. Immense, comme Curzon, Edwin Fischer ou Haskil.
CD13,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2000 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Britten et Pears recevaient tous leurs amis musiciens dans leur Festival d'Aldeburgh. Il en reste heureusement de merveilleux témoignages, comme cet enregistrement à deux pianistes, enregistré en 1965. Sviatoslav Richter et Benjamin Britten jouant Mozart, Schubert et Debussy. Moments d'amitié, mais moments de musique au plus haut niveau dont nous serons encore longtemps les témoins. FH

Le genre

Classique dans le magazine
  • Alexandre Tharaud | One Cover One Word
    Alexandre Tharaud | One Cover One Word Rencontre avec le grand pianiste pour la sortie de "Versailles", son album consacré au répertoire français du XVIIe. Une interview One Cover One Word pour mieux cerner son ADN musical.
  • Trifonov/Rachmaninov, destination finale
    Trifonov/Rachmaninov, destination finale Avec l’Orchestre de Philadelphie dirigé par Yannick Nézet-Seguin, le virtuose russe boucle sa belle intégrale des concertos pour piano de Rachmaninov...
  • Cosma fait des Caprices !
    Cosma fait des Caprices ! Le mandoliniste Vincent Beer-Demander publie les "24 Caprices pour mandoline solo" du grand Vladimir Cosma...
  • Lucas Debargue | One Cover One Word
    Lucas Debargue | One Cover One Word Rencontre avec le jeune pianiste français pour la sortie de son album consacré aux sonates de Scarlatti. Une interview One Cover One Word pour mieux cerner son ADN musical.
  • Les Hanson sur la tombe d'Haydn
    Les Hanson sur la tombe d'Haydn Qobuzissime pour le splendide premier album du jeune Quatuor Hanson consacré à Joseph Haydn...
  • Il était une fois Jessye Norman...
    Il était une fois Jessye Norman... Aussi renversante dans la mélodie française que le lied allemand, les opéras de Wagner ou Strauss, la grande soprano américaine s'est éteinte à l'âge de 74 ans...
  • Focus Nouvelles Musiques 2019
    Focus Nouvelles Musiques 2019 Du 30 septembre au 4 octobre 2019, l’Institut français, le Bureau Export, la FEVIS, Futurs Composés, l’ONDA et la SACEM organisent un Focus consacré aux musiques de création. Ce parcours de repérag...
  • Florian Noack au pays de Baba Yaga
    Florian Noack au pays de Baba Yaga Tôt séduit par l'âpreté de la musique de Prokofiev, dont le piano percussif sied à l'adolescent bouillant qu'il est, le maintenant presque trentenaire Florian Noack enregistre le compositeur... mai...
  • Patricia Kopatchinskaja, un violon pour l'éternité
    Patricia Kopatchinskaja, un violon pour l'éternité Patricia Kopatchinskaja fait ce qu'elle veut. Chaque album est pour elle l'occasion d'emprunter un nouveau chemin. Loin d'être frivole, sa virtuosité au contraire est arrimée à un grand courage grâ...
  • Ainsi parlait Richard Strauss
    Ainsi parlait Richard Strauss Après Igor Stravinsky, Riccardo Chailly a choisi Richard Strauss pour l'Orchestre du Festival de Lucerne. Les œuvres du maître ès orchestration sont à cet ensemble éphémère, connu pour son art cons...