Genre populaire portugais, nostalgique et sensuel, inspiré de styles musicaux brésiliens en vogue au Portugal au XVIIIe siècle, le fado prend la forme d'un chant mélancolique généralement accompagné par des instruments à cordes pincées. Le fadiste exploite alors des thèmes récurrents : saudade, amour inaccompli, jalousie, nostalgie des morts et du passé, difficulté à vivre, chagrin, exil...

Un chant qui fut d'abord poussé dans les quartiers mal famés avant d'atteindre la bourgeoisie. Durant la dictature de Salazar, le fado fut le chant national du Portugal. La première chanteuse de fado dont on a connaissance fut Maria Severa, durant la première moitié du XIXe siècle. Dans les années 20 et 30, une série d'enregistrements de fado de Coimbra connurent un certain succès. Le 27 novembre 2011, le fado est inscrit au Patrimoine culturel immatériel de l'humanité.

Amália Rodrigues (1920 - 1999) reste considérée encore aujourd’hui comme la reine du genre. Mais de nombreuses héritières, telles Cristina Branco, Katia Guerreiro ou Mariza, ayant apporté leur pierre très personnelle à l’édifice, font vivre le fado dans l’époque actuelle.

"Le fado est une sorte de château magique sans limites d'espace, dans lequel chacun peut vivre ses émotions en toute intimité, y rencontrer les fantômes qui lui ressemblent, et y puiser sa propre lumière." Le fado - Mario Pontifice

Les albums

0,99 €

Fado - Paru le 3 août 2018 | SevenMuses

2,49 €

Fado - Paru le 27 juillet 2018 | Julio Miguel Martins Resende

11,49 €

Fado - Paru le 20 juillet 2018 | Parlophone Portugal

11,49 €

Fado - Paru le 29 juin 2018 | Sony Music Entertainment

19,98 €

Fado - Paru le 29 juin 2018 | Edições Valentim de Carvalho

2,49 €

Fado - Paru le 19 juin 2018 | Sony Music Entertainment

2,49 €

Fado - Paru le 1 juin 2018 | Sony Music Entertainment

4,47 €
2,97 €

Fado - Paru le 1 juin 2018 | Farol Música, Lda.

Hi-Res
14,99 €

Fado - Paru le 25 mai 2018 | Parlophone Portugal

Distinctions Songlines Five-star review
En dix-sept années de carrière, la fadiste platine est devenue immensément populaire au Portugal, et au-delà, devenant une icône alternative à la reine Amalia Rodrigues. Mariza a fait ses preuves dans le fado, auquel elle a apporté une légèreté glamour tout en conservant ses attributs les plus visibles : mélodies et textes soignés, orchestrations acoustiques dans lesquelles domine le son de cristal de l’emblématique guitare portugaise. Comme Amalia Rodrigues, Mariza a élargi la grammaire et le vocabulaire de cet art national, parfois austère, souvent teinté du parfum du drame. Ce septième album sobrement intitulé Mariza poursuit cette ouverture. Par touche légère, cette Lisboète métisse – sa mère est Mozambicaine – a toujours œuvré à faire ressortir les ingrédients africains et extra-européens du fado. Sur Semente Viva, elle invite à nouveau le violoncelliste et arrangeur brésilien, proche de Tom Jobim et Caetano Veloso, Jaques Morelenbaum et conclut Amor Perfeito sur des percussions samba. Son premier single Quem Me Dera est signé de l’Angolais Matias Damasio, la basse d’E Mentira semble échappée d’une coladeira cap-verdienne et les percussions introductives de Verde Limão auraient pu être enregistrées au Sénégal. Si les compositeurs les plus emblématiques du fado contemporain (Jorge Fernando, Mário Pacheco, Custodio Castelo) ont contribué à cet album, agréablement varié et partiellement produit par l’Espagnol Javier Limon (Bebo Valdes & Diego El Cigala, Buika, Paco de Lucia…), Mariza se promène dans une élégante esthétique pop acoustique avant de dévoiler sa nature fadiste. Celle-ci n’est vraiment distincte que dans son dernier tiers. Comme s’il était question d’un retour de voyage, lors duquel ses amis portugais se presseraient pour la saluer et chanter avec elle. On y retrouve un panel de la chanson portugaise, de la doyenne Maria da Fé (née en 1945) en duo sur Fado Errado, à la benjamine Carolina Deslandes (née en 1991) qui apparaît sur le Trigueirinha final en même temps que Mafalda Veiga, Marisa Liz ou Ricardo Ribeiro. C’est donc en très bonne compagnie que Mariza achève ce nouveau trajet qui confirme son statut populaire, son talent et son bon goût. © Benjamin MiNiMuM/Qobuz
9,99 €

Fado - Paru le 11 mai 2018 | Parlophone Portugal

9,99 €

Fado - Paru le 11 mai 2018 | Parlophone Portugal

9,99 €

Fado - Paru le 11 mai 2018 | Farol Música, Lda.

11,49 €

Fado - Paru le 4 mai 2018 | Glam Music

2,29 €

Fado - Paru le 27 avril 2018 | Parlophone Portugal

2,29 €

Fado - Paru le 27 avril 2018 | Parlophone Portugal

9,99 €

Fado - Paru le 13 avril 2018 | Helena Sarmento

9,99 €

Fado - Paru le 13 avril 2018 | Helena Sarmento

13,49 €

Fado - Paru le 23 mars 2018 | Parlophone Spain

13,49 €

Fado - Paru le 23 mars 2018 | Parlophone Portugal

13,49 €

Fado - Paru le 23 mars 2018 | Parlophone Portugal

Le genre

Fado dans le magazine