Les albums

5733 albums triés par Date : du plus récent au moins récent et filtrés par Musique symphonique
15,39 €
10,99 €

Musique symphonique - À paraître le 26 juillet 2018 | LSO Live

Hi-Res Livret
9,99 €

Musiques pour le cinéma - À paraître le 6 juillet 2018 | Reference Recordings

Livret
5,99 €

Musique symphonique - À paraître le 29 juin 2018 | Intersound

5,99 €

Musique symphonique - À paraître le 29 juin 2018 | Intersound

16,79 €
11,99 €

Musique symphonique - À paraître le 22 juin 2018 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
Passant de Palestrina à Boulez avec une aisance stupéfiante, le chef espagnol Pablo Heras-Casado s’intéresse à toute la musique, sans frontières d’époques ni de styles. Pour cet album, enregistré dans le cadre des publications imaginées par le label français harmonia mundi pour le centenaire de Debussy, Heras-Casado dirige le célèbre Philharmonia Orchestra de Londres qui, lui aussi, peut jouer toutes les musiques avec un égal bonheur. Programme classique : le Prélude à l’après-midi d’un faune où se dévoile toute la splendeur de la flûte solo de Samuel Coles, La Mer, chatoyante et diaphane, mais dont la marée montante emporte tout sur son passage grâce aux cuivres flamboyants de l’orchestre londonien. Plus rares sont les extraits symphoniques du Martyre de saint Sébastien, œuvre un peu maudite, sorte de ballet-oratorio pour voix solistes, chœur mixte et orchestre symphonique que Debussy avait écrite pour la danseuse Ida Rubinstein, sur un texte passablement démodé de Gabriele D’Annunzio. L’œuvre originale, en cinq actes, durait cinq heures et fut menacée d’interdiction par l’archevêque de Paris, heurté par la vision païenne du jeune Sébastien ressemblant à un bel Adonis. Cette transposition, pourtant déjà réalisée par de nombreux peintres de la Renaissance italienne, était sans doute trop hardie pour l’époque et l’œuvre n’eût aucun succès, malgré la beauté de la musique de Debussy. Seuls les « fragments symphoniques », réorchestrés par André Caplet, ont survécu à ce naufrage. © François Hudry/Qobuz
18,00 €
11,99 €

Musique de scène - À paraître le 22 juin 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret
Avec l’un des tout meilleurs orchestres au monde, le Budapest Festival Orchestra, l’un des plus passionnants chefs d’aujourd’hui, Iván Fischer nous propose une des plus belles lectures récentes de l’intégralité du Songe d’une nuit d’été de Mendelssohn. Autrement dit : d’abord l’Ouverture, phénoménal coup de génie d’un jeune homme de dix-sept ans – dont on se demande où diable il a pu trouver toutes ces inventions orchestrales, car en 1826, les modèles étaient rares et Berlioz n’avait pas encore fait son entrée. Ensuite, le reste qui fut composé seize ans plus tard, à l’occasion de la présentation scénique de la pièce de Shakespeare avec interludes musicaux : treize pièces très diverses, allant du fabuleux Scherzo – un sommet de finesse et d’invention orchestrale – à de délicieux moments chantés, en passant par une marche funèbre pré-mahlérienne (on pense au Frère Jacques de la Première Symphonie de Mahler, bien sûr), la presque trop célèbre marche nuptiale, la danse des grotesques et tant d’autres. Il fait peu de doute que c’est là sinon le plus grand chef-d’œuvre de Mendelssohn, sinon au moins l’un de ses absolus sommets. Et le voici dans une interprétation réellement irrésistible. © SM/Qobuz
15,39 €
10,99 €

Musique symphonique - Paru le 15 juin 2018 | Rubicon Classics

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Musique symphonique - Paru le 8 juin 2018 | Alpha

Hi-Res Livret
Depuis la saison 2015-2016, Giovanni Antonini est « principal guest conductor » (principal chef invité) de l’Orchestre de Chambre de Bâle (Kammerorchester Basel recréé en 1984 dans l’esprit du premier Basler Kammerorchester fondé par le mécène et chef suisse Paul Sacher) avec lequel il développe d’importants projets discographiques, comme l’intégrale en cours des Symphonies de Beethoven (Sony Classical) qui emporte déjà un vif succès auprès de la presse et du public et le projet « Haydn 2032 » prévoyant l’intégrale des cent sept symphonies de Joseph Haydn pour les trois cent ans de sa naissance (en 2032). Commencé en 2014, cet audacieux projet entièrement organisé, produit et financé par la Fondation Joseph Haydn de Bâle, se propose de mélanger disques et dix-neuf saisons de concerts dans toute l’Europe. Il est réalisé en coopération avec Il Giardino Armonico, ensemble bien connu dont Giovanni Antonini est un des membres fondateurs. Les deux orchestres se partagent les enregistrements qui paraissent sous le label Alpha Classics dans un ordre thématique, et non chronologique, avec d’autres symphonies de compositeurs gravitant autour de l’univers de Haydn, tels Gluck, Porpora, C.P.E. Bach, Mozart, Beethoven, Michael Haydn, Stamitz, Pleyel ou Salieri. Ces prochaines années s’annoncent donc tout à fait passionnantes sur le plan éditorial. Ce sixième volume propose trois symphonies dotées d’une expression dense et quasi spirituelle datant de l’époque « Sturm und Drang » de Haydn, couplées avec une œuvre de Joseph Martin Kraus, cet exact contemporain de Wolfgang Amadeus dont le génie n’a pas à rougir du voisinage de Haydn ni de celui de Mozart. C’est plutôt l’histoire qui a été injuste avec ce compositeur visionnaire qui a émigré en Suède où il n’est pas parvenu à s’imposer, malgré la protection du roi Gustave III. Sa musique, fortement expressive, est elle-aussi influencée par le mouvement « Sturm und Drang » qui dramatisait le discours musical précipitant l’avènement du romantisme. © François Hudry/Qobuz
2,97 €

Musique symphonique - Paru le 8 juin 2018 | Melodiya

8,99 €

Musique symphonique - Paru le 5 juin 2018 | ORF SHOP

8,99 €

Musique symphonique - Paru le 25 mai 2018 | RTS Radio Télévision Suisse - Evasion Music

8,99 €

Musique symphonique - Paru le 25 mai 2018 | RTS Radio Télévision Suisse - Evasion Music

15,39 €
10,99 €

Musique symphonique - Paru le 25 mai 2018 | NoMadMusic

Hi-Res Livret
Si, avouons-le, personne n’attend particulièrement un nouvel enregistrement de L’Oiseau de feu de Stravinski – même s’il s’agit de la Suite de 1945, plus rarement donnée que celle de 1919, archi-rebattue –, l’originalité de cet album de l’Orchestre National d’Ile-de-France réside dans un rare ouvrage de Milhaud : La Bien-Aimée, ballet de 1928 qui eut la considérable malchance d’être créé lors du même concert que le Boléro de Ravel – qui, bien sûr, éclipsa tout et tout le monde. Pourtant, cette Bien-Aimée ne manque pas d’attraits ; il s’agit en fait d’une série de pièces orchestrées d’après Liszt et Schubert, avec une partie pour Pianola ! Oui, le Pianola, ce piano pneumatique qui ne joue pas si « tout seul » que ça puisque l’interprète décide entièrement des tempi, des dynamiques, des équilibres. La difficulté étant de synchroniser parfaitement le Pianola et l’orchestre, bien sûr, mais l’exercice est ici parfaitement réussi. On s’amusera des orchestrations de Milhaud de cette musique de Liszt et Schubert, dans lesquelles Milhaud déploie parfois des éclairs de génie, parfois aussi un invraisemblable fatras orchestral sans queue ni tête mais qui, curieusement, ne manque pas de faire son effet, ne serait-ce que dans la cocasserie quasi circassienne. À découvrir ! © SM/Qobuz
4,99 €

Musique symphonique - Paru le 11 mai 2018 | 4-32 Records

15,39 €
10,99 €

Musique symphonique - Paru le 11 mai 2018 | Onyx Classics

Hi-Res Livret
10,99 €

Musique symphonique - Paru le 11 mai 2018 | Actes Sud Musicales

4,99 €

Musique symphonique - Paru le 10 mai 2018 | 4-32 Records

Le genre

Musique symphonique dans le magazine