Les albums

86936 albums triés par Date : du plus récent au moins récent et filtrés par Classique
9,99 €

Musique de chambre - À paraître le 19 octobre 2018 | Centrediscs

6,93 €

Classique - À paraître le 24 septembre 2018 | Cosmic Trigger Records

9,99 €

Classique - À paraître le 21 septembre 2018 | Delphian

Livret
17,99 €
13,49 €

Classique - À paraître le 7 septembre 2018 | Neue Meister

Hi-Res Livret
10,99 €

Classique - À paraître le 7 septembre 2018 | Gentle Threat

16,99 €
12,99 €

Classique - À paraître le 7 septembre 2018 | Sony Classical

Hi-Res
14,99 €

Classique - À paraître le 7 septembre 2018 | Decca (UMO) (Classics)

9,99 €

Musique de chambre - À paraître le 31 août 2018 | Champs Hill Records

13,41 €
8,91 €

Classique - À paraître le 31 août 2018 | CORO Connections

Hi-Res
9,99 €

Classique - À paraître le 24 août 2018 | Alia Vox

21,49 €
14,99 €

Classique - À paraître le 24 août 2018 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res
9,99 €

Électronique ou concrète - À paraître le 17 août 2018 | Sounds et al

21,49 €
14,99 €

Classique - À paraître le 17 août 2018 | Universal Music Classics

Hi-Res
9,99 €

Classique - À paraître le 17 août 2018 | Steinway and Sons

9,99 €

Classique - À paraître le 10 août 2018 | Gregory Brown

14,39 €
10,79 €

Classique - À paraître le 3 août 2018 | audite Musikproduktion

Hi-Res Livret
On ne peut pas dire que les enregistrements des Partitas et Sonates pour violon solo de Bach manquent sur le marché ; dès 1903, Joseph Joachim, âgé de soixante-douze ans, en avait enregistré quelques mouvements, Sarasate l’avait suivi peu après. Le premier enregistrement complet est signé du jeune Menuhin en 1936, suivent ensuite des cataractes de nouvelles versions signées Szigeti, Milstein, Szeryng ou Grumiaux qui marquèrent durablement l’art de jouer cette musique. Vinrent ensuite les « baroqueux », Kuijken en tête qui remit bien des pendules à l’heure baroque – même si les aficionados des uns et des autres continuent de s’étriper. Comme tout violoniste qui se respecte, Christoph Schickedanz a caressé l’idée d’enregistrer sa propre vision de ces six œuvres ; et après les grands prédécesseurs, après l’école baroque récente, les nouveaux venus peuvent aisément se forger une toute nouvelle conception alliant les deux, sans plus risquer les foudres des tenants de l’un ou l’autre mode d’interprétation. Il choisit donc de jouer avec un vibrato modéré, sans les glissades romantiques qui pouvaient encombrer le discours des pionniers, ni les lourdeurs de tempo qui ont pu plomber bien des lectures – ni les quelques précipitations baroques qui ont pu déstructurer certains enregistrements des tenants de l’ancienne manière. En bref, il donne sa lecture personnelle, tout à fait convaincante. © SM/Qobuz
21,49 €
14,99 €

Classique - À paraître le 3 août 2018 | Decca (UMO) (Classics)

Hi-Res
8,99 €

Électronique ou concrète - À paraître le 27 juillet 2018 | Trouble In Mind Records

17,99 €
13,49 €

Classique - À paraître le 27 juillet 2018 | Berlin Classics

Hi-Res Livret
Le violoncelliste allemand – d’origine péruvienne et uruguayenne – Claudio Bohórquez est de nos jours l’un des solistes les plus demandés. Disciple de Pergamentchikow, il se frotta très tôt aux grands concours tels que le Tchaikovsky de Moscou et le Rostropovitch de Paris, où il se plaça plus qu’honorablement, avant de remporter le Premier Prix du prestigieux concours de Genève et surtout tous les prix du tout Premier Prix Casals, qui lança sa carrière internationale. Une carrière qui l’a déjà amené à se produire avec la Staatskapelle de Dresde, le Gewandhaus de Leipzig, le Symphonique de Vienne, l’Orchestre de Paris, celui de Toulouse ou l’Academy of St. Martin in the Fields. Au piano, Péter Nagy est un fameux briscard, qui remporta en 1979 le célèbre concours de la Radio hongroise qui lui ouvrit bien des portes. Chambriste recherché, on le trouve aux côtés de Miklós Perényi, Leonidas Kavakos, Kim Kashkashian, Nobuko Imai ou encore Ruggiero Ricci. Les deux compères ont choisi ici un répertoire déjà bien représenté discographiquement, il est vrai, mais qui se plaindra d’entendre cette somptueuse musique somptueusement jouée… En guise de bis, trois Danses hongroises adaptées par Alfredo Piatti, le « Paganini du violoncelle » selon Liszt, et le si beau lied Wie Melodien zieht es mir réécrit pour violoncelle. Un bel enregistrement, il faut le dire. © SM/Qobuz
15,39 €
10,99 €

Musique symphonique - À paraître le 26 juillet 2018 | LSO Live

Hi-Res Livret

Le genre

Classique dans le magazine