Catégories :

Les albums

HI-RES2,99 €
CD1,99 €

Ambient - À paraître le 24 juillet 2020 | InFiné

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 5 juin 2020 | InFiné

Hi-Res Distinctions Qobuzissime
Après Glass Cage en 2000, puis Glass Piano en 2015, le pianiste Bruce Brubaker, issu des rangs de la prestigieuse Juilliard School à New York, revient à son obsession, Philip Glass. Ancien professeur de Francesco Tristano, qui a construit plusieurs ponts entre classique et électronique, Brubaker est considéré comme un des grands spécialistes du compositeur américain, qu’il a maintes fois réinterprété. Pour changer d’angle, il s’est cette fois associé au porte-étendard de l’IDM contemporaine Max Cooper. L’Irlandais, qui avait créé un “générateur de chaos” pour son dernier album Yearning for the Infinite, était le client idéal pour cet album consacré à un des maîtres du minimalisme. C’est d’ailleurs l’œuvre fondatrice Two Pages (1968), qui a eu l’honneur du “single” (un concept qui n’a pas grand sens ici), pour dix hypnotiques minutes de piano solo auxquelles Cooper offre encore plus de profondeur en faisant vrombir son synthé modulaire en arrière-plan. Le disque s’ouvre et se referme sur deux pièces maîtresses, le cathartique Metamorphosis 2, un des plus grands “tubes” de Glass, et l’Opening de Glassworks, sur lesquelles le travail de Max Cooper, tout en retenue, ajoute une couche de contemplation. © Smaël Bouaici/Qobuz

Électronique - Paru le 26 mai 2020 | InFiné

Téléchargement indisponible
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Ambient - Paru le 22 mai 2020 | InFiné

Hi-Res
Le jeune producteur français Aärp ne pouvait pas tomber mieux. Eminemment politique, son premier long-format Propaganda, qui paraît sur l’estimé label InFiné, résonne forcément avec le mouvement né après la mort de George Floyd et les manœuvres de dilution du président américain. A l’origine de cet album, il y a pourtant une affaire franco-française, la campagne médiatique qui a suivi la mort du jeune Steve lors de la Fête de la musique à Nantes en 2019, et qui a permis d’exonérer les autorités de leurs responsabilités selon l’artiste. Mais Aärp, qui jouait de l’alto dans sa jeunesse, vise large avec cet album, qui saute de George W. Bush à Saint-Just en passant par le glyphosate ou le scandale des opioïdes. Un sous-texte retransmis à travers des arabesques electronica/IDM, logique pour cet inconditionnel de Squarepusher, Amon Tobin et Oneothrix Point Never. Entre le sublime incipit Ça fuit de partout, du Satie électronique, et le final psychédélique Les malheureux sont les puissances de la Terre (une citation de Saint-Just), Aärp livre un album rempli d’émotion, de contemplation, et propice à l’introspection et à se poser des questions, sans doute son réel objectif. © Smaël Bouaici/Qobuz
HI-RES4,49 €
CD2,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 8 mai 2020 | InFiné

Hi-Res
HI-RES1,99 €
CD1,29 €

Électronique - Paru le 6 mai 2020 | InFiné

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Électronique - Paru le 24 avril 2020 | InFiné

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama
Deux ans après son hommage au défunt parc d’attractions parisien Mirapolis, qui confortait sa place dans cette catégorie de producteurs électroniques capables de remplir des salles de concert classiques, Erwan Castex – qui jouait dans les petits clubs parisiens il n’y a pas si longtemps – toque désormais à la porte de la “grande” culture française avec cet album réalisé en collaboration avec le Ballet national de Marseille, à la tête duquel on retrouve depuis septembre 2019 l’iconoclaste collectif de danseurs parisiens contestataires et multimédias (La)Horde. Ces deux infiltrés de l’underground dans le grand bain institutionnel ont monté un spectacle qui s’est joué début mars au théâtre du Châtelet et dont ce disque constitue la bande-son.Loin d’être une simple BO, Room With a View ressemble plus à un album-concept, centré sur l’urgence écologique et humaine, avec l’intervention sur Nouveau Monde de son ami l’écrivain de SF Alain Damasio et de l’astrophysicien Aurélien Barrau. “J’ouvre une discussion sans vouloir donner de leçon. Je trouve que l’on ne peut pas passer à côté de ce sujet-là”, explique Rone, qui multiplie les chefs-d’œuvre sur cet album, avec notamment ces deux titres sans beat Sophora Japonica et Room with a View. Jusqu’au final Solastalgia, qui sample les “ha ho” de la troupe, preuve de la dimension collaborative de l’album, Rone déroule ses mélodies hypnotiques : Esperanza, qui fait inévitablement penser au classique Time des Pachanga Boys, ou Raverie, avec ce kick techno étouffé qui nous envoie dans un tunnel de bruits industriels, avec, comme toujours avec Rone, la lumière au bout. © Smaël Bouaici/Qobuz
CD1,99 €

Ambient - Paru le 23 avril 2020 | InFiné

CD1,99 €

Ambient - Paru le 17 avril 2020 | InFiné

HI-RES1,99 €
CD1,29 €

Électronique - Paru le 15 avril 2020 | InFiné

Hi-Res
HI-RES5,99 €
CD3,99 €

Ambient - Paru le 3 avril 2020 | InFiné

Hi-Res
HI-RES1,99 €
CD1,29 €

Électronique - Paru le 2 avril 2020 | InFiné

Hi-Res
HI-RES1,99 €
CD1,29 €

Alternatif et Indé - Paru le 26 mars 2020 | InFiné

Hi-Res
CD1,29 €

Ambient - Paru le 12 mars 2020 | InFiné

HI-RES5,99 €
CD3,99 €

Ambient - Paru le 6 mars 2020 | InFiné

Hi-Res
CD1,99 €

Ambient - Paru le 26 février 2020 | InFiné

HI-RES2,99 €
CD1,99 €

Ambient - Paru le 21 février 2020 | InFiné

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Ambient - Paru le 24 janvier 2020 | InFiné

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama
HI-RES5,99 €
CD3,99 €

Techno - Paru le 17 janvier 2020 | InFiné

Hi-Res
Un an après son premier album Khonnar, la DJ et productrice tunisienne Deena Abdelwahed est de retour dans les bacs avec un maxi de quatre titres sur lequel elle poursuit ses collisions soniques entre bass music, techno et expérimental, et ce dès le premier titre, Lala Fi Tounes, une véritable séance d’hypnose en crescendo. Avec une orientation assumée vers le dancefloor (mais jamais pour danser facile), la productrice s’inspire du gnawa tunisien sur Ah’na Hakkek, morceau hybride reposant sur une basse bien sombre et une boîte à rythme azimutée. Elle envoie ensuite un tacle au patriarcat sur Insaniyti, rythmé par des percussions métalliques à la Stomp et de synthés qui font monter la pression, tandis que Zardet Sidi Bagran, en clôture, puise son inspiration dans la techno mentale. Mais comme toujours, Deena Abdelwahed en propose sa version mutante et anticonformiste. © Smaël Bouaici/Qobuz
HI-RES5,99 €
CD3,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 22 novembre 2019 | InFiné

Hi-Res

Le label

InFiné dans le magazine