La Discothèque Idéale Qobuz sélectionne des albums originaux non compilés pour en respecter la saveur et le geste artistique, qui ont marqué l'histoire du disque ou qui constituent des enregistrements essentiels de chaque genre musical. En téléchargeant ces albums, ou en les écoutant avec votre abonnement, vous choisirez le meilleur de l'histoire du disque.

Les albums

18,99 €

Bandes originales de films - Paru le 8 mars 1967 | Universal Music Division Decca Records France

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
8,99 €

Bandes originales de films - Paru le 28 octobre 2016 | Editions Milan Music

Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
La plus célèbre partition de Ryuichi Sakamato pour le 7e Art est sans doute la plus mal connue. Car si le thème du film réalisé par Nagisa Oshima a quant à lui fait le tour du monde, le reste des compositions écrites par l’ex-leader du Yellow Magic Orchestra sont souvent négligées. Comme à l’accoutumée, Sakamoto jongle ici à la perfection entre sa passion pour la musique française du début du XXe siècle (Ravel et Debussy en tête), la musique répétitive (Reich et surtout Glass) et sa connaissance des musiques traditionnelles de son Japon natal. La fusion de tous ces éléments apparemment disparates trouve ici une cohésion bluffante et qui se savoure même sans les images de ce film pour lequel Sakamoto endossera également son costume de comédien aux côtés d’un certain David Bowie… © MZ/Qobuz
6,29 €8,99 €

Bandes originales de films - Paru le 19 décembre 2011 | Naive

Distinctions Victoire de la musique - Discothèque Idéale Qobuz
31,49 €
20,99 €

Jeux vidéo - Paru le 24 novembre 2015 | Brave Wave Productions

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
18,49 €
13,49 €

Bandes originales de films - Paru le 14 avril 1978 | Polydor Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
71,99 €

Bandes originales de films - Paru le 24 novembre 2009 | Larghetto

Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
40 Bandes Originales composées et dirigées par Vladimir Cosma : "Alexandre le bienheureux", "Clérambard", "La Gloire de mon père", "Le Chateau de ma mère", "Les Aventures de Rabbi Jacob", "Levy et Goliath", "Diva", "La Boum", "Le Jaguar", "Le Placard"...
11,99 €

Bandes originales de films - Paru le 8 juin 2015 | MK2

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
18,49 €
13,49 €

Bandes originales de films - Paru le 14 octobre 1976 | Capitol Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Sa discographie est plutôt costaude et il aura beau avoir travaillé avec des cinéastes aussi divers et célèbres que Paul Mazursky, Norman Jewison, John Cassavetes, John McTiernan, Costa-Gavras, Taylor Hackford ou bien encore John Frankenheimer, le compositeur Bill Conti restera comme l’homme de la B.O. de Rocky et rien que de Rocky ! Et son thème Gonna Fly Now est sans doute l’un des plus populaires du 7e Art. Mais c’est la partition complète qui mérite qu’on se penche sur cette bande originale de ce film sorti en décembre 1976. L’heure est alors au disco et Conti signe de délicieuses piécettes groovy à souhait, avec rythmiques et percussions soul voire funky et synthés 100% seventies (Reflections). Même dans les ballades à l’eau de rose, le compositeur originaire de Providence réussit à viser juste (First Date). Evidemment, le thème Gonna Fly Now est décliné à toutes les sauces et à plusieurs reprises. A l’arrivée, voilà une B.O. parfaite et qui traverse parfaitement bien les décennies. © MD/Qobuz
8,99 €

Bandes originales de films - Paru le 4 mai 2015 | Editions Milan Music

Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
L’œuvre la plus célèbre du grand compositeur Elmer Bernstein ! Si le film Les Sept mercenaires est entré dans la légende comme l’un des meilleurs western de l’histoire du cinéma, c’est en partie grâce à sa musique. Nominée aux Oscars en 1961, cette bande originale reste l’une des plus facilement identifiables et s’inscrit comme un symbole de la culture américaine. Le disque parvient à retranscrire fidèlement les partitions de ce chef d’œuvre avec une qualité sonore excellente mettant en valeur les thèmes et les envolées épiques et tragiques composées par le grand Bernstein. Plus de 50 ans après, la magie opère toujours. © LG/Qobuz
8,99 €

Bandes originales de films - Paru le 23 mars 2015 | Editions Milan Music

Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
La plus célèbre partition de Ryuichi Sakamato pour le 7e Art est sans doute la plus mal connue. Car si le thème du film réalisé par Nagisa Oshima a quant à lui fait le tour du monde, le reste des compositions écrites par l’ex-leader du Yellow Magic Orchestra sont souvent négligées. Comme à l’accoutumée, Sakamoto jongle ici à la perfection entre sa passion pour la musique française du début du XXe siècle (Ravel et Debussy en tête), la musique répétitive (Reich et surtout Glass) et sa connaissance des musiques traditionnelles de son Japon natal. La fusion de tous ces éléments apparemment disparates trouve ici une cohésion bluffante et qui se savoure même sans les images de ce film pour lequel Sakamoto endossera également son costume de comédien aux côtés d’un certain David Bowie… © MZ/Qobuz
12,49 €

Bandes originales de films - Paru le 1 janvier 2007 | Island Def Jam

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
PourAlien, le huitième passager, Jerry Goldsmith a conçu l’une de ses plus grandes partitions. Une musique sombre et parfois légèrement dissonante collant à la perfection à l’atmosphère du chef d’œuvre réalisé en 1979 par Ridley Scott. Entrecoupée de passages plus mélodieux voire carrément romantiques, elle montre l’étendue de la virtuosité du musicien californien. Interprété par le National Philharmonic Orchestra dirigé par Lionel Newman, cette B.O. ne fut en fait pas totalement conçu pour Alien. Ridley Scott utilisa en effet quelques bribes de la musique que Jerry Goldsmith avait composée en 1962 pour le Freud, passions secrètes de John Huston. Les relations entre le cinéaste et le compositeur furent d’ailleurs assez mauvaise (à l’origine, Scott voulait travailler avec le Japonais Isao Tomita, ce que les producteurs de la Fox refusèrent) au point que Goldmsith renia plus ou moins cette bande originale pourtant magnifique. Le résultat est d’une telle puissance et d’une telle beauté qu’il s’écoute aisément sans les images de Ridley Scott. © MD/Qobuz
4,99 €

Bandes originales de films - Paru le 20 juillet 2010 | Larghetto

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Bande Originale du film "Alphaville" de Jean-Luc Godard (1965), composée et dirigée par Paul Misraki, avec Eddie Constantine, Anna Karina, Akim Tamiroff...
16,99 €
11,49 €

Bandes originales de films - Paru le 2 janvier 2015 | RCA Victor - Legacy

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
16,99 €
11,49 €

Bandes originales de films - Paru le 2 janvier 2015 | RCA - Legacy

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Henry Mancini ou l’art d’anoblir la « musique de fond ». Ce long métrage culte sorti en 1968 et réalisé par Blake Edwards (Victor Victoria, La Panthère rose) raconte le dynamitage d’une soirée mondaine par un personnage gaffeur incarné par Peter Sellers. Très logiquement, une grande partie de la bande originale comprend les musiques de source entendues lors de cette désastreuse « party », dans laquelle une petite formation jazzy trône dans un coin de la villa. Mais au lieu de composer des musiques fonctionnelles insipides, Mancini écrit pour l’occasion des petits bijoux interprétés par la crème de la crème du jazz californien d’alors : Plas Johnson au sax ténor et Jimmy Rowles au piano – dont le nom est même scandé par un chœur féminin dans le morceau Party Poop. En plus de ces musiques de source haut de gamme, la BO de The Party comprend Nothing to lose, une chanson interprétée par la suave Claudine Longet – alter ego féminin de Sellers dans le film – ainsi qu’un générique ultra pop dont la référence aux Beatles ne fait aucun doute (le sitar solo aidant). ©Nicolas Magenham/Qobuz
9,99 €

Bandes originales de films - Paru le 20 juillet 2010 | Larghetto

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Bande Originale du film "Et Dieu créa la femme" de Roger Vadim (1956), composée par Paul Misraki, avec Brigitte Bardot, Curd Jürgens, Jean-Louis Trintignant...
6,99 €

Bandes originales de films - Paru le 29 avril 2009 | Larghetto

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Que serait ce classique de la comédie sans la musique de Vladimir Cosma, à la fois pop et traditionnelle, survoltée et tendre ? La scène durant laquelle Louis de Funès déguisé en rabbin danse maladroitement au milieu de la rue des Rosiers est gravée dans les annales du cinéma français et la musique du compositeur d’origine roumaine y est pour beaucoup (Danses hassidiques). Dans d’autres plages comme celle du générique début (Le Grand Rabbi), le parfum klezmer est plus diffus, dans la mesure où il se marie à une rythmique, des synthétiseurs et des guitares furieusement pop. Ce mélange des genres explosif traduit non seulement le dynamisme du récit, mais aussi le melting pot newyorkais et parisien dans lequel baigne le film. Même énergie pour les scènes d’action, qui donnent la part belle aux cuivres et à l’orgue du grand Eddy Louiss (Les Maramouches ; Chewing-gum attack). Dans L’Envol, c’est la part la plus sentimentale de Vladimir Cosma qui s’exprime pour la scène du coup de foudre entre Slimane et la jeune Miou Miou, fille de Louis de Funès dans le film. Signalons enfin le morceau Enquête policière, dont les timbres subtils et délicatement humoristiques fonctionnent comme un gag à répétition à chaque apparition du commissaire incarné par Claude Piéplu. Cosma et le réalisateur Gérard Oury se retrouveront quelques années plus tard pour d’autres collaborations du même acabit, notamment pour L’As des as en 1982. ©Nicolas Magenham/Qobuz
8,99 €

Bandes originales de films - Paru le 29 avril 2009 | Larghetto

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Bande Originale du film "Diva" de Jean-Jacques Beineix (1981), composée et dirigée par Vladimir Cosma, avec Wilhelmenia Fernandez, Frédéric Andréi, Richard Bohringer, Thuy An Luu, Gérard Darmon... (Césars de la meilleure photo, de la meilleure première œuvre, de la meilleure musique et du meilleur son)
8,99 €

Bandes originales de films - Paru le 4 décembre 2014 | EMI Music Publishing Italia Srl

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Gato Barbieri est indissociable du Dernier Tango à Paris tourné en 1972 par Bernardo Bertolucci avec Marlon Brando et Maria Schneider et pour le compte duquel il signe cette partition aussi fameuse et torride que le film lui-même et qui lui vaudra un Grammy Award… Arrangée et dirigée par le grand Oliver Nelson, cette musique offre bien plus que son seul célèbre thème. Le saxophoniste argentin souffle ici des lignes sensuelles alternant entre le mélancolique de la romance vécue par Brando et Schneider et ses secousses sismiques dignes du corps à corps propre au tango. Un jazz fusion des plus érotiques qui se sort bien des clichés attenant au genre et qui doit beaucoup à la force des lignes mélodiques de ses compositions. © MZ/Qobuz
14,99 €

Bandes originales de films - Paru le 24 novembre 2014 | Rhino - Warner Bros.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Compositeur sous-estimé qui sera notamment victime du maccarthysme et inscrit sur la liste noire d’Hollywood dans les années 50, Jerry Fielding a travaillé à cinq reprises avec Sam Peckinpah. Pour le furieux cinéaste, ce natif de Pittsburgh a signé les partitions d’Apportez moi la tête d’Alfredo Garcia, Junior Bonner, Les Chiens de paille, Tueur d’élite et, leur première collaboration, cette mythique Horde sauvage au casting aussi fou que son scénario : William Holden, Ernest Borgnine, Robert Ryan, Edmond O'Brien, Warren Oates, Jaime Sánchez et Ben Johnson ! Fielding joue ici sur les influences, entre saveurs mexicaines (l'action se déroule en 1913 sur la frontière entre Texas et Mexique) et lyrisme des cordes soulignant la mélancolie de loup solitaire de cette embardée de hors-la-loi. Une belle partition à redécouvrir. © MZ/Qobuz
16,99 €

Bandes originales de films - Paru le 27 octobre 2014 | Rhino - Warner Bros.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Quintessence de la pop instrumentale des années 1960, la partition de Bullitt est composée par l’un maîtres en la matière, l’Argentin Lalo Schifrin (Mission Impossible, Dirty Harry). Indissociable des images de poursuites en voitures dans les rues de San Francisco, ainsi que de la figure charismatique de Steve McQueen, cette BO a la particularité d’allier des mélodies entêtantes interprétées par des cuivres, des guitares électriques et des flûtes (Main title, The first snowfall, Music to interrogate by) et de l’action pure enrobée de cordes parfois dissonantes (On the way to San Mateo, Ice Pick Mike, Shifting gears). La rythmique est d’une importance considérable dans la partition de Schifrin : outre la batterie et la basse interprétées respectivement par Stan Levey et Ray Brown, la BO fait la part belle au bongos, dont la couleur est devenue indissociable des films élégamment musclés des années 1960. Enfin, Lalo Schifrin se tourne à l’occasion vers une écriture d’inspiration brésilienne (les bossas Hotel Daniels et The aftermath of love), genre très en vogue à cette époque et qui apporte quelques moments de répit au milieu de cette action si sophistiquée. ©Nicolas Magenham/Qobuz