Votre panier est vide

Catégories :

Les albums

A partir de :
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Chanson française - Paru le 11 juin 2021 | Tricatel

Hi-Res
Corynne Charby vivait sa vie à pile ou face. Dans cet onzième album solo, l’inclassable Bertrand Burgalat voit la sienne à pile et face : chaque objet de sa contemplation est abordé à la fois sous un angle réaliste et sous un autre angle – onirique ou absurde, la plupart du temps. Le Flash qui ouvre ce petit chef d’œuvre est celui de la radio qui annonce les mauvaises nouvelles, mais aussi celui des appareils photo et du pop art, ces flashs qui émerveillent ou réveillent celui qui les reçoit en pleine face (voire, à l’image des lampes aveuglantes de James Stewart dans Fenêtre sur cour, qui sauvent la vie). Comme un maître de la littérature fantastique déchirant le rideau de la réalité pour mieux dévoiler les affres de l’inconscient, Burgalat déchire celui de notre monde contemporain afin de rendre les choses plus supportables et séduisantes. Mais chez lui, le geste n’est pas effrayant ; il est raffiné, drôle, suave et affable. Dans È Pericoloso Sporgersi, Burgalat est un voyageur qui décrit le paysage provençal qui s’offre à ses yeux, avec ses centres commerciaux coincés entre la montagne et la mer. Dans J’ai adoré cette journée, il est, là encore, pris en étau entre le souvenir heureux d’une journée idyllique et le retour à une réalité plus anxiogène quand vient le soir (l’inévitable séparation, la fermeture des cafés…). Et dans l’un des summums de l’album, Rêve capital, c’est comme s’il était une sorte de Satie transformé en bûcheron endormi, martelant des accords assommants au piano, lesquels traduiraient les pas lourds et désormais fatigués du capitalisme. Grâce à Bertrand Burgalat, la réalité capitaliste n'est séduisante que lorsqu’elle figure dans un rêve, avec ses logos colorés et ses jingles synonymes de désir. La dualité de l’album se traduit aussi dans sa forme, puisque les arrangements ultra pimpants et remplis de clin d’œil souriants (les cuivres façon Rocky dans Parallèles) contrastent violemment avec les images mortifères qui jonchent l’album (le saut dans le vide dans Du haut du 33e étage, la vieillesse inéluctable dans Retrouvailles). Enfin, parmi les featurings du disque, citons les chœurs de Catastrophe, les remixes de Yuksek, le texte inspiré de Marie Möör (Vous êtes ici), ainsi que la présence vocale de la petite Jacqueline, la propre fille de Burgalat (Correspondance). ©Nicolas Magenham/Qobuz
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD1,99 €

Chanson française - Paru le 22 avril 2021 | Tricatel

Hi-Res
A partir de :
CD1,29 €

Alternatif et Indé - Paru le 22 décembre 2020 | Tricatel

A partir de :
HI-RES7,49 €
CD4,99 €

Musiques de Noël - Paru le 4 décembre 2020 | Tricatel

Hi-Res
A partir de :
HI-RES7,49 €
CD4,99 €

Chanson française - Paru le 13 novembre 2020 | Tricatel

Hi-Res
A partir de :
HI-RES7,49 €
CD4,99 €

Chanson française - Paru le 18 septembre 2020 | Tricatel

Hi-Res
A partir de :
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 11 septembre 2020 | Tricatel

Hi-Res
Au fil des albums, Catastrophe se positionne comme la voix d’une génération. Ou plutôt les voix, puisque cette formation chapeautée par Bertrand Burgalat et son label Tricatel est constituée d’un sextet vocal, mené par Blandine Rinkel et Pierre Jouan. Ce second opus (après La nuit est encore jeune en 2018) évoque une nouvelle fois les aspirations de la jeunesse de 2020. Mais il le fait dans une forme assez intemporelle puisque Catastrophe a choisi le biais de la comédie musicale. Son pitch ? Les sentiments (personnifiés par chaque membre du groupe) se réunissent pour se demander comment arrêter le temps. On y croise donc l’Inquiétude, le Rire ou la Colère, lesquels chantent les incertitudes du monde d’aujourd’hui dans une atmosphère joyeusement inquiète. Le monde qui s’agite et l’addiction des smartphones sont au cœur de ces chansons pop, fluides et charnelles. Le tout rappelle à la fois les films de Jacques Demy et de Bob Fosse, mais convoque également un certain esprit soixante-huitard gentiment provocateur. Outre les chœurs, Gong ! laisse une large part aux percussions et au Fender Rhodes, afin de faire danser l’auditeur, tout en l’incitant à prendre du recul sur sa vie ultra-connectée. ©Nicolas Magenham/Qobuz
A partir de :
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Chanson française - Paru le 29 juin 2020 | Tricatel

Hi-Res
Cette collection de huit singles de Catastrophe est la preuve que ce collectif né en 2016 sous la houlette de Bertand Burgalat ne s’interdit rien en matière musicale. Les références à d’autres temps fleurissent dans chacune de ces chansons à la fois légères et mélancoliques (mélange typique de l’écurie Tricatel). Party in my Pussy détonne par son décalage entre la douceur de la musique (avec un final vocal façon Brian Wilson) et des paroles « explicitement » festives. Bruce Lee est un rap funky à la Chagrin d’amour (en plus nonchalant), agrémenté d’un chœur d’enfants. Aria 140.66 mêle musique classique (opéra) et pop à la manière de Saint-Preux. A travers ces trois exemples, Catastrophe montre son désir d’aborder des styles divers et variés, parfois au sein d’un même morceau. Citons également le dansant Maintenant ou jamais, le slow langoureux Nuggets et une reprise de Bronski Beat (Smalltown Boy). Cette porte idéale pour découvrir l’univers de Catastrophe contient enfin un hommage à leur producteur, en forme de long intermède : une sublime reprise du décadent et planant L’Enfant sur la banquette arrière, qui figurait dans son album Les choses qu’on ne peut dire à personne, sorti en 2017. ©Nicolas Magenham/Qobuz  
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD1,99 €

Chanson française - Paru le 28 mai 2020 | Tricatel

Hi-Res
A partir de :
HI-RES1,99 €
CD1,29 €

Chanson française - Paru le 28 avril 2020 | Tricatel

Hi-Res
A partir de :
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Jazz contemporain - Paru le 6 mars 2020 | Tricatel

Hi-Res
Christophe Chassol est un musicien de terrain : La Nouvelle-Orléans sur Nola Chérie, l’Inde sur Indiamore, la Martinique sur Big Sun. Pour chacun de ses trois derniers albums, il s’est inspiré d’un territoire et d’une culture, et en a tiré des musiques (et des films) à la fois documentaires et oniriques. Sa technique (marque déposée) : l’harmonisation du réel. Ça a l’air compliqué dit comme ça, mais c’est en réalité limpide. Chassol approche, enregistre et filme la vie (dialogues, ambiances, moments…) comme des mélodies qu’il sample, rejoue, met en boucle et accompagne de ses propres compositions musicales, entre pop et jazz-rock. Une forme de synesthésie, où l’image et la musique semblent s’inspirer et se confondre. Son nouveau terrain est un terrain de jeu. Titré Ludi, l’album s’inspire du livre Jeu des perles de verre de Herman Hesse. Dans ce roman de science-fiction, il est question d’ « un langage nouveau, d’une langue faite de signes et de formules, dans laquelle les mathématiques et la musique eurent une part égale, où il devint possible d’associer les formules astronomiques et musicales, et de réduire en somme à un dénominateur commun les mathématiques et la musique ».Ça a l’air compliqué dit comme ça. Et ça l’est. Car, comme les précédents projets de Chassol, Ludi n’est pas qu’un disque. C’est la partie audio émergée d’un « objet artistique » qui est aussi film et spectacle scénique. Avec plus de collaborateurs que d’habitude (les voix d’Alice Lewis, Ala.ni, Thomas de Pourquery, le flûtiste Jocelyn Mienniel…), Chassol compose comme un savant fou crayonne des équations sur un tableau noir, jusqu’à déborder sur le mur. Les 30 morceaux de Ludi sont un dédale de musique, avec des tunnels, des fausses pistes, des hypothèses et toujours ces moments où tout semble s’éclairer, où les notes chantent « eurêka ! ». On reconnaît les boucles, les formes et les harmonies de Chassol, toujours aussi vif et passionné dans sa façon de faire de la musique. Mais, moins géolocalisé que les précédents, cet album de virtuose obsessionnel sonne parfois comme une suite d’exercices de style. Il gagnera assurément à être découvert avec les vidéos et/ou en live, quand Chassol sort le grand jeu. © Stéphane Deschamps/Qobuz
A partir de :
HI-RES1,99 €
CD1,29 €

Jazz contemporain - Paru le 12 février 2020 | Tricatel

Hi-Res
A partir de :
HI-RES1,99 €
CD1,29 €

Jazz contemporain - Paru le 16 janvier 2020 | Tricatel

Hi-Res
A partir de :
HI-RES23,99 €
CD15,99 €

Rock - Paru le 29 novembre 2019 | Tricatel

Hi-Res
A partir de :
HI-RES1,99 €
CD1,29 €

Jazz contemporain - Paru le 18 octobre 2019 | Tricatel

Hi-Res
A partir de :
HI-RES1,99 €
CD1,29 €

House - Paru le 27 septembre 2019 | Tricatel

Hi-Res
A partir de :
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Chanson française - Paru le 21 juin 2019 | Tricatel

Hi-Res Livret
Qui est Bertrand Burgalat ? A écouter la bande son qu’il a signé pour Yves, le film de Benoît Forgeard, cette question appelle de multiples réponses. Le compositeur, producteur, musicien, arrangeur et chanteur semble défier la catégorisation. Durant ses 40 années de carrière, il a collaboré entre autres avec Dominique Dalcan, Mick Harvey et Nick Cave, Alain Chamfort, Pizzicato Five, Einstürzende Neubauten, Laibach, Katerine, Valérie Lemercier et Supergrass. Fondateur du label Tricatel en 1995, ce véritable Phil Spector français réalise la BO des Nuits Fauves de Cyril Collard ainsi que celles de diverses publicités (notamment pour Yves Saint Laurent). Les 22 titres d’Yves représentent un ensemble presque binaire, composé de titres rap (Carrément rien à branler, Mon meilleur ami est un frigo) écrits avec le soutien de MiM, Tortoz, et d’autres, ainsi que d’un ensemble de chansons flirtant avec l’easy listening, reprenant divers codes musicaux de la variété française des années 60 et 70. Des orchestrations flottantes à la Gainsbourg, qui emploient la modalité au service de sonorités romantiques (Attirance Mutuelle, Hologramme),aux pastiches auto-dérisoires de Waschen, Triomphe, ou Amours Boréales, Burgalat se joue comme à son habitude de la frontière entre univers oniriques et ironiques. Yves, c’est une bande originale de film délicieuse dont la pincée de désuétude et la désinvolture calculée mettent le sourire aux lèvres. © Alexis Renaudat/Qobuz 
A partir de :
HI-RES1,99 €
CD1,29 €

Alternatif et Indé - Paru le 31 mai 2019 | Tricatel

Hi-Res
A partir de :
HI-RES1,99 €
CD1,29 €

Alternatif et Indé - Paru le 17 mai 2019 | Tricatel

Hi-Res
A partir de :
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 16 novembre 2018 | Tricatel

Hi-Res

Le label

Tricatel dans le magazine
  • L'impossible monsieur BB
    L'impossible monsieur BB L'inclassable Bertrand Burgalat signe un nouveau disque génial et délicieux...
  • Chassol : interview vidéo Qobuz
    Chassol : interview vidéo Qobuz L’étonnante carte-postale musicale ramenée d’Inde par Christophe Chassol ne ressemble à aucune autre missive reçue jusqu’ici. L’expéditeur s’explique.
  • Air Indiarmonie
    Air Indiarmonie Dans les rues de Calcutta avec Christophe Chassol...
  • Laure Briard, made in France
    Laure Briard, made in France Comptines à chanter ou à danser pour Laure Briard chante la France, nouveau protégé du label Tricatel…
  • Bertrand Burgalat, interview vidéo Qobuz
    Bertrand Burgalat, interview vidéo Qobuz Compositeur, musicien, chanteur, producteur, arrangeur et patron de label, Bertrand Burgalat est l’un des hommes-orchestres les plus passionnants de sa génération. Un musicien à 360° qui publie son...
  • Le cas Chassol
    Le cas Chassol Nouvel ovni signé sur le label Tricatel, Chassol révolutionne l’art du collage le temps de mini-symphonies pop totalement inclassables et uniques à déguster sur la scène du Café de la Danse le 31 m...
  • BB face à BB
    BB face à BB Et Bertrand Burgalat pour Bardot dansa...