Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Cigarettes After Sex - Cry

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Cry

Cigarettes After Sex

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 48.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Depuis le début, la sensation de bien-être est telle, alors pourquoi changer ? Voix androgyne, guitares éthérées, rythmique en apesanteur et mélodies sensuelles, les bien nommés Cigarettes After Sex auraient tort de changer leur fusil d’épaule. Sans doute pour ça que Cry marche sur les brisées de l’éponyme Cigarettes After Sex de 2017. Avec ce deuxième album, les Texans étirent leur dream pop nonchalante, leur shoegaze onirique, avec une classe décuplée. C’est cinématographique, un brin érotique et envoûtant au possible comme un ralenti évanescent, une courbe musicale langoureuse aux couleurs vintage. Tout au long de Cry, Greg Gonzalez et ses complices Randall Miller, Jacob Tomsky et Josh Marcus réussissent une fois de plus à faire de leur pop chloroformée une musique proche de celle d’Angelo Badalamenti, le compositeur attitré de David Lynch. Comme la vraie fausse BO bien moelleuse de saynètes irréelles. © Marc Zisman/Qobuz

Plus d'informations

Cry

Cigarettes After Sex

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Don't Let Me Go
00:04:22

Cigarettes After Sex, MainArtist - Gregory Steven Gonzalez, Composer

2019 Partisan Records 2019 Partisan Records

2
Kiss It Off Me
00:04:29

Cigarettes After Sex, MainArtist - Gregory Steven Gonzalez, Composer

2019 Partisan Records 2019 Partisan Records

3
Heavenly
00:04:46

Cigarettes After Sex, MainArtist - Gregory Steven Gonzalez, Composer

2019 Partisan Records 2019 Partisan Records

4
You're the Only Good Thing In My Life
00:04:35

Cigarettes After Sex, MainArtist - Gregory Steven Gonzalez, Composer

2019 Partisan Records 2019 Partisan Records

5
Touch
00:04:52

Cigarettes After Sex, MainArtist - Gregory Steven Gonzalez, Composer

2019 Partisan Records 2019 Partisan Records

6
Hentai
00:04:45

Cigarettes After Sex, MainArtist - Gregory Steven Gonzalez, Composer

2019 Partisan Records 2019 Partisan Records

7
Cry
00:04:16

Cigarettes After Sex, MainArtist - Gregory Steven Gonzalez, Composer

2019 Partisan Records 2019 Partisan Records

8
Falling In Love
00:04:05

Cigarettes After Sex, MainArtist - Gregory Steven Gonzalez, Composer

2019 Partisan Records 2019 Partisan Records

9
Pure
00:04:14

Cigarettes After Sex, MainArtist - Gregory Steven Gonzalez, Composer

2019 Partisan Records 2019 Partisan Records

Descriptif de l'album

Depuis le début, la sensation de bien-être est telle, alors pourquoi changer ? Voix androgyne, guitares éthérées, rythmique en apesanteur et mélodies sensuelles, les bien nommés Cigarettes After Sex auraient tort de changer leur fusil d’épaule. Sans doute pour ça que Cry marche sur les brisées de l’éponyme Cigarettes After Sex de 2017. Avec ce deuxième album, les Texans étirent leur dream pop nonchalante, leur shoegaze onirique, avec une classe décuplée. C’est cinématographique, un brin érotique et envoûtant au possible comme un ralenti évanescent, une courbe musicale langoureuse aux couleurs vintage. Tout au long de Cry, Greg Gonzalez et ses complices Randall Miller, Jacob Tomsky et Josh Marcus réussissent une fois de plus à faire de leur pop chloroformée une musique proche de celle d’Angelo Badalamenti, le compositeur attitré de David Lynch. Comme la vraie fausse BO bien moelleuse de saynètes irréelles. © Marc Zisman/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
Tickets To My Downfall Machine Gun Kelly
Tickets To My Downfall Machine Gun Kelly
Tickets To My Downfall Machine Gun Kelly
Translation Black Eyed Peas
À découvrir également
Par Cigarettes After Sex
You're All I Want Cigarettes After Sex
Cigarettes After Sex Cigarettes After Sex
Affection Cigarettes After Sex
EP I. Cigarettes After Sex
Falling In Love Cigarettes After Sex
Dans la même thématique...
evermore (Explicit) Taylor Swift
Myopia Agnes Obel
What Kinda Music Tom Misch
Folklore (Explicit) Taylor Swift
Les Grands Angles...
Objectif Lune : The Dark Side of the Moon

Album phare dans la discographie de Pink Floyd, “The Dark Side of the Moon” est le fruit d’une élaboration relativement lente qui remonte pratiquement à 1968. “A Saucerful of Secrets” (le morceau phare de l’album éponyme) en est, pour Nick Mason, le point de départ. Derrière, “Ummagumma” laissait s’exprimer des personnalités qu’il allait falloir amalgamer pour décrocher la timbale. Pink Floyd poursuivit sa quête du disque idéal avec “Meddle”, sur lequel le groupe accentuait sa maîtrise du travail du studio, et “Atom Heart Mother”, avant d’atteindre le nirvana avec “The Dark Side of the Moon”, dont la perfection ne s’est jamais érodée quarante-cinq ans après sa sortie.

Un nouveau monde entre électro et classique

Ólafur Arnalds, Nils Frahm, Max Richter, Poppy Ackroyd, Peter Broderick, Joana Gama… Depuis quelques années, tous ces noms en vogue ont été regroupés sous la vaste et imprécise étiquette “néoclassique”. A dire vrai, cette “scène” ressemble plutôt à une bande hétéroclite d’artistes fureteurs qui mêlent instruments classiques et production électronique – avec une connexion assumée aux pionniers du minimalisme américain – régalant les sens et ouvrant des perspectives des deux côtés de leur spectre musical.

Pixies, les années 4AD

Sans les Pixies, pas de Nirvana ! A la fin des années 80, le quartet de Black Francis révolutionne le rock avec une recette originale et une fusion des genres inédite. En quatre albums pour le label 4AD, les Pixies font de la surf punk noise pop ou, plus simplement, du Pixies, imprimant un style unique qui expédie les fans de rock au nirvana.

Dans l'actualité...