Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Lana Del Rey - Born To Die

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Born To Die

Lana Del Rey

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

L’émergence d’internet comme média majeur, en ce début de deuxième décennie du millénaire, a radicalement changé la donne de l’entertainment, en recouvrant de rouille abrasive le vieux concept de support de musique vendu au détail mais aussi en inventant de nouveaux paradigmes. Lana Del Rey est le premier de ces paradigmes planétaires et son irruption à l’été 2011 dans la vie des connectés a suscité une masse de commentaires inédits.

Sur la foi d’une paire de chansons autoproduites autant qu’auto clippées, la jeune new-yorkaise est devenu le sujet de conversation et le réceptacle de haine ou d’amour principal du moment. Il en reste que « Video Games » est sans conteste LA chanson de l’année 2011 (elle figure à ce rang dans nombre de classements sérieux), et qu’avant même d’avoir réellement commercialisé un album, Lana Del Rey aligne un nombre de couvertures de magazines et d’articles de journaux phénoménal, tel qu’aucun attaché de presse n’aurait osé en rêver.

De ce maelstrom incroyable, il reste une pression qu’on imagine pesante, et des casseroles de commentaires : ses lèvres trop pulpeuses pour être vraies, sa supposée aisance financière familiale (et The Stokes, alors ?), son premier album fantôme, certaines de ses prestations télévisées ou live maladroites et un torrent de critiques foncièrement machistes. Ceci posé, qu’en est-il de Born to Die à l’intitulé en miroir du Ready to Die de The Notorious B.I.G. ? Cette piste là, justement, en préambule. Auto proclamée Nancy Sinatra gangsta, Lana Del Rey ne se cache pas d’être une vraie amoureuse du hip hop, et c’est en filigrane dans tout son album, dans les rythmiques saccadées, dans ce flow quasi-rappé qu’elle ose sur « Off to the Races » ou « National Anthem » comme dans la production urbaine et chic d’Emile Haynie, l’homme derrière Kid Cudi.

Born To Die
, en aboutissement de ce story telling qui a occupé le devant de la scène des derniers mois, est un film autant qu’un disque, et Lana Del Rey une actrice magnétique autant qu’une chanteuse hypnotisante. De sa pochette à ses chansons, le disque est un parfait artefact lynchien, cousin de Twin Peaks (l’Amerique fantasmée, le personnage féminin à la sensualité aussi froide qu’exacerbée...). Il y a dans la voix tour à tour mutine, profonde, grave, caressante, désincarnée de Lana Del Rey toutes les moues renfrognées de January Jones dans Mad Men, toute la sensualité perverse de Sherylin Fenn nouant dans sa bouche une queue de cerise dans un épisode de Twin Peaks. Ce côté allumeuse assumée, cette pose, ces langueurs feintes, jusqu’à ces quelques mots susurrés en français sur fond de violons à la Nelson Riddle (omniprésents) sur « Carmen », ajoutés à la paresse déterminée des tempos, à l’emphase des cordes, dessine un film idéal, sur le versant pervers d’Hollywood.

Certes, les chansons de Born to Die sont de valeur disparate, les thèmes (mort, mauvais garçons, abus de liqueurs, interrogations sur ce qui constitue la féminité...) parfois prévisibles, mais il y a dans tout cela des fissures, une candeur, une fragilité que, dans une tout autre catégorie, on avait ressenti chez Amy Winehouse. L’exact opposé d’une Lady Gaga sûre d’elle, rôdée, calculatrice, obsédée de réussite et des moyens de l’obtenir.

À l’heure où cet acte de naissance officiel déclenche déjà des torrents de missiles, il faut reconnaître dans cette pop frondeuse la divine intemporalité de Nancy Sinatra justement, ou de The Shangri-Las, qui de leurs faiblesses ont forgé leur légende. Et laisser à Lana Del Rey le soin de serrer un foulard de soie autour du marketing, et puis simplement se laisser prendre dans les filets de sa voix de fumée.
© ©Copyright Music Story Jean-Eric Perrin 2015

Plus d'informations

Born To Die

Lana Del Rey

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Born To Die
00:04:46

Larry Gold, String Arranger, AssociatedPerformer - Emile Haynie, Producer, Drums, Keyboards, AssociatedPerformer - John Davis, Mastering Engineer, StudioPersonnel - Ken Lewis, Additional Vocals, AssociatedPerformer - Jeff Bhasker, Guitar, AssociatedPerformer - Justin Parker, Producer, Additional Producer, ComposerLyricist - Dan Grech-Marguerat, Mixer, StudioPersonnel - Brent Kolatalo, Recording Engineer, StudioPersonnel - Lana Del Rey, Vocals, MainArtist, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Duncan Fuller, Assistant Mixer, StudioPersonnel - Steve Tirpak, String Arranger, AssociatedPerformer

℗ 2012 Lana Del Rey

2
Off To The Races
00:04:59

Emile Haynie, Producer, Drums, Additional Keyboards, AssociatedPerformer - Patrik Berger, Producer, Guitar, Bass Guitar, Percussion, Synthesizer, Drum Programming, Sampler, AssociatedPerformer - John Davis, Mastering Engineer, StudioPersonnel - Erik Holm, Viola, AssociatedPerformer - Dan Grech-Marguerat, Mixer, StudioPersonnel - Tim Larcombe, Producer, Additional Producer, ComposerLyricist - Lana Del Rey, Vocals, MainArtist, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Carl Bagge, String Arranger, AssociatedPerformer - Fredrik Syberg, Violin, AssociatedPerformer - Duncan Fuller, Assistant Mixer, StudioPersonnel - Pelle Hansen, Cello, AssociatedPerformer

℗ 2012 Lana Del Rey

3
Blue Jeans (Remastered 2011)
00:03:29

Emile Haynie, Producer, Drums, Guitar, Keyboards, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - John Davis, Mastering Engineer, StudioPersonnel - Dan Grech-Marguerat, Mixer, StudioPersonnel - Brent Kolatalo, Drums, AssociatedPerformer - Lana Del Rey, Vocals, MainArtist, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Dan Heath, String Arranger, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Duncan Fuller, Assistant Mixer, StudioPersonnel

℗ 2012 Lana Del Rey

4
Video Games (Remastered 2012)
00:04:41

John Davis, Mastering Engineer, StudioPersonnel - Justin Parker, ComposerLyricist - Elizabeth Grant, ComposerLyricist - RoboPop, Producer, Mixer, StudioPersonnel - Lana Del Rey, Vocalist, MainArtist, AssociatedPerformer - Sterling Fox, Producer

℗ 2012 Lana Del Rey

5
Diet Mountain Dew
00:03:42

Mike Daly, Producer, ComposerLyricist - Larry Gold, String Arranger, AssociatedPerformer - Emile Haynie, Producer, Drums, Additional Keyboards, AssociatedPerformer - MANNY MARROQUIN, Mixer, StudioPersonnel - Erik Madrid, Engineer, StudioPersonnel - John Davis, Mastering Engineer, StudioPersonnel - Ken Lewis, Drums, AssociatedPerformer - Jeff Bhasker, Producer, Guitar, Keyboards, Co-Producer, AssociatedPerformer - Lana Del Rey, Vocals, MainArtist, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Steve Tirpak, String Arranger, AssociatedPerformer - Ben Kolatalo, Drums, AssociatedPerformer

℗ 2012 Lana Del Rey

6
National Anthem
00:03:50

Larry Gold, String Arranger, AssociatedPerformer - David Sneddon, Background Vocalist, AssociatedPerformer - Emile Haynie, Producer, Drums, Keyboards, AssociatedPerformer - MANNY MARROQUIN, Mixer, StudioPersonnel - Erik Madrid, Assistant Mixer, StudioPersonnel - John Davis, Mastering Engineer, StudioPersonnel - Jeff Bhasker, Producer, Guitar, Additional Keyboards, Additional Producer, AssociatedPerformer - James Bauer-Mein, Producer, Background Vocalist, AssociatedPerformer - Justin Parker, ComposerLyricist - Chris Galland, Assistant Mixer, StudioPersonnel - Lana Del Rey, Vocals, MainArtist, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Dan Heath, String Arranger, AssociatedPerformer - The Nexus, Producer, ComposerLyricist - Steve Tirpak, String Arranger, AssociatedPerformer - Emilie Bauer-Mein, Background Vocalist, AssociatedPerformer

℗ 2012 Lana Del Rey

7
Dark Paradise
00:04:03

Larry Gold, String Arranger, AssociatedPerformer - Maria Vidal, Additional Vocals, AssociatedPerformer - Emile Haynie, Producer, Drums, Keyboards, AssociatedPerformer - Devrim Karaoglu, Drums, Synthesizer, AssociatedPerformer - Patrick Warren, Strings, AssociatedPerformer - MANNY MARROQUIN, Mixer, StudioPersonnel - Erik Madrid, Assistant Mixer, StudioPersonnel - John Davis, Mastering Engineer, StudioPersonnel - Rick Nowels, Producer, Guitar, Co-Producer, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Dean Reid, Synthesizer, AssociatedPerformer - Chris Galland, Assistant Mixer, StudioPersonnel - Lana Del Rey, Vocals, MainArtist, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Steve Tirpak, String Arranger, AssociatedPerformer

℗ 2012 Lana Del Rey

8
Radio
00:03:34

Larry Gold, String Arranger, AssociatedPerformer - Emile Haynie, Producer, Drums, Guitar, Keyboards, AssociatedPerformer - John Davis, Mastering Engineer, StudioPersonnel - Justin Parker, Producer, ComposerLyricist - Dan Grech-Marguerat, Mixer, StudioPersonnel - Lana Del Rey, Vocals, MainArtist, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Duncan Fuller, Assistant Mixer, StudioPersonnel - Steve Tirpak, String Arranger, AssociatedPerformer

℗ 2012 Lana Del Rey

9
Carmen
00:04:08

Larry Gold, String Arranger, AssociatedPerformer - Emile Haynie, Producer, Drums, Guitar, Keyboards, AssociatedPerformer - MANNY MARROQUIN, Mixer, StudioPersonnel - Erik Madrid, Engineer, StudioPersonnel - John Davis, Mastering Engineer, StudioPersonnel - Jeff Bhasker, Producer, Additional Keyboards, Additional Producer, Strings, AssociatedPerformer - Justin Parker, Producer, ComposerLyricist - Lana Del Rey, Vocals, MainArtist, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Steve Tirpak, String Arranger, AssociatedPerformer - Lenha Labelle, Vocals, AssociatedPerformer

℗ 2012 Lana Del Rey

10
Million Dollar Man
00:03:51

Chris Braide, Producer, Guitar, Piano, Strings, Drum Programming, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Emile Haynie, Producer, Drums, Additional Keyboards, AssociatedPerformer - John Davis, Mastering Engineer, StudioPersonnel - Dan Grech-Marguerat, Mixer, StudioPersonnel - Lana Del Rey, Vocals, MainArtist, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Duncan Fuller, Assistant Mixer, StudioPersonnel

℗ 2012 Lana Del Rey

11
Summertime Sadness
00:04:25

Larry Gold, String Arranger, AssociatedPerformer - Emile Haynie, Producer, Drums, Keyboards, AssociatedPerformer - Devrim Karaoglu, Synthesizer, AssociatedPerformer - Patrick Warren, Guitar, Keyboards, Strings, AssociatedPerformer - John Davis, Mastering Engineer, StudioPersonnel - Rick Nowels, Producer, Co-Producer, Strings, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Dan Grech-Marguerat, Mixer, StudioPersonnel - Elizabeth Grant, ComposerLyricist - Lana Del Rey, Vocals, MainArtist, AssociatedPerformer - Dan Heath, Flute, AssociatedPerformer - Duncan Fuller, Assistant Mixer, StudioPersonnel - Steve Tirpak, String Arranger, AssociatedPerformer

℗ 2012 Lana Del Rey

12
This Is What Makes Us Girls
00:04:00

Larry Gold, String Arranger, AssociatedPerformer - Jim Irvin, ComposerLyricist - Emile Haynie, Producer, Drums, Additional Keyboards, Ambient Percussion, AssociatedPerformer - MANNY MARROQUIN, Mixer, StudioPersonnel - Erik Madrid, Assistant Mixer, StudioPersonnel - John Davis, Mastering Engineer, StudioPersonnel - Al Shux, Producer, Guitar, Keyboards, Programming, AssociatedPerformer, Bass (Vocal) - Chris Galland, Assistant Mixer, StudioPersonnel - Tim Larcombe, ComposerLyricist - Lana Del Rey, Vocals, MainArtist, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Steve Tirpak, String Arranger, AssociatedPerformer

℗ 2012 Lana Del Rey

Descriptif de l'album

L’émergence d’internet comme média majeur, en ce début de deuxième décennie du millénaire, a radicalement changé la donne de l’entertainment, en recouvrant de rouille abrasive le vieux concept de support de musique vendu au détail mais aussi en inventant de nouveaux paradigmes. Lana Del Rey est le premier de ces paradigmes planétaires et son irruption à l’été 2011 dans la vie des connectés a suscité une masse de commentaires inédits.

Sur la foi d’une paire de chansons autoproduites autant qu’auto clippées, la jeune new-yorkaise est devenu le sujet de conversation et le réceptacle de haine ou d’amour principal du moment. Il en reste que « Video Games » est sans conteste LA chanson de l’année 2011 (elle figure à ce rang dans nombre de classements sérieux), et qu’avant même d’avoir réellement commercialisé un album, Lana Del Rey aligne un nombre de couvertures de magazines et d’articles de journaux phénoménal, tel qu’aucun attaché de presse n’aurait osé en rêver.

De ce maelstrom incroyable, il reste une pression qu’on imagine pesante, et des casseroles de commentaires : ses lèvres trop pulpeuses pour être vraies, sa supposée aisance financière familiale (et The Stokes, alors ?), son premier album fantôme, certaines de ses prestations télévisées ou live maladroites et un torrent de critiques foncièrement machistes. Ceci posé, qu’en est-il de Born to Die à l’intitulé en miroir du Ready to Die de The Notorious B.I.G. ? Cette piste là, justement, en préambule. Auto proclamée Nancy Sinatra gangsta, Lana Del Rey ne se cache pas d’être une vraie amoureuse du hip hop, et c’est en filigrane dans tout son album, dans les rythmiques saccadées, dans ce flow quasi-rappé qu’elle ose sur « Off to the Races » ou « National Anthem » comme dans la production urbaine et chic d’Emile Haynie, l’homme derrière Kid Cudi.

Born To Die
, en aboutissement de ce story telling qui a occupé le devant de la scène des derniers mois, est un film autant qu’un disque, et Lana Del Rey une actrice magnétique autant qu’une chanteuse hypnotisante. De sa pochette à ses chansons, le disque est un parfait artefact lynchien, cousin de Twin Peaks (l’Amerique fantasmée, le personnage féminin à la sensualité aussi froide qu’exacerbée...). Il y a dans la voix tour à tour mutine, profonde, grave, caressante, désincarnée de Lana Del Rey toutes les moues renfrognées de January Jones dans Mad Men, toute la sensualité perverse de Sherylin Fenn nouant dans sa bouche une queue de cerise dans un épisode de Twin Peaks. Ce côté allumeuse assumée, cette pose, ces langueurs feintes, jusqu’à ces quelques mots susurrés en français sur fond de violons à la Nelson Riddle (omniprésents) sur « Carmen », ajoutés à la paresse déterminée des tempos, à l’emphase des cordes, dessine un film idéal, sur le versant pervers d’Hollywood.

Certes, les chansons de Born to Die sont de valeur disparate, les thèmes (mort, mauvais garçons, abus de liqueurs, interrogations sur ce qui constitue la féminité...) parfois prévisibles, mais il y a dans tout cela des fissures, une candeur, une fragilité que, dans une tout autre catégorie, on avait ressenti chez Amy Winehouse. L’exact opposé d’une Lady Gaga sûre d’elle, rôdée, calculatrice, obsédée de réussite et des moyens de l’obtenir.

À l’heure où cet acte de naissance officiel déclenche déjà des torrents de missiles, il faut reconnaître dans cette pop frondeuse la divine intemporalité de Nancy Sinatra justement, ou de The Shangri-Las, qui de leurs faiblesses ont forgé leur légende. Et laisser à Lana Del Rey le soin de serrer un foulard de soie autour du marketing, et puis simplement se laisser prendre dans les filets de sa voix de fumée.
© ©Copyright Music Story Jean-Eric Perrin 2015

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

A Love Supreme

John Coltrane

A Love Supreme John Coltrane

The Black Saint And The Sinner Lady

Charles Mingus

Prokofiev: Piano Concerto No.3 / Ravel: Piano Concerto In G Major

Martha Argerich

The Blues And The Abstract Truth

Oliver Nelson

À découvrir également
Par Lana Del Rey

Wildflower Wildfire

Lana Del Rey

Wildflower Wildfire Lana Del Rey

Chemtrails Over The Country Club

Lana Del Rey

Norman Fucking Rockwell!

Lana Del Rey

Lust For Life

Lana Del Rey

Lust For Life Lana Del Rey

Blue Banisters

Lana Del Rey

Blue Banisters Lana Del Rey

Playlists

Dans la même thématique...

Back The Way We Came: Vol. 1 (2011 - 2021)

Noel Gallagher's High Flying Birds

Back The Way We Came: Vol. 1 (2011 - 2021) Noel Gallagher's High Flying Birds

Folklore (Explicit)

Taylor Swift

Folklore (Explicit) Taylor Swift

evermore (Explicit)

Taylor Swift

evermore (Explicit) Taylor Swift

WHEN WE ALL FALL ASLEEP, WHERE DO WE GO?

Billie Eilish

Terra Firma

Tash Sultana

Terra Firma Tash Sultana
Les Grands Angles...
Tim Burton en 10 albums

Qu’il tourne en prises de vues réelles ou en stop motion, Tim Burton a construit en plus de trente ans un monde cinématographique où le merveilleux poétique côtoie le gothique et l’humour macabre. À quelques exceptions près, c’est le compositeur Danny Elfman qui l’a épaulé dans cette aventure, formant un duo symbiotique : sans les images de Burton, la musique de Elfman n’aurait pas la même saveur et vice versa, ce qu’ils ont encore prouvé en 2019 avec le bouleversant “Dumbo”.

40 ans de post-punk en 10 albums

Au crépuscule des 70’s, les éclaboussures punk n’ont pas encore séché que la noirceur du mouvement déteint déjà sur de nouveaux groupes. Dans cette new wave, le courant post-punk offre une approche tourmentée voire radicale. Des précurseurs Joy Division et The Fall aux contemporains Shame et Fontaines D.C., coup de zoom sur les albums phares d’un électrochoc qui n’a jamais cessé de fasciner l’underground rock’n’roll.

Jack White au secours du rock

Des White Stripes à son virage en solitaire, Jack White aura sonné le glas d’un rock faisandé. Avec "Seven Nation Army", le génie aux mille projets prophétise : la relève du rock revient en force. En attendant, retour sur le phénomène White.

Dans l'actualité...