Catégories :

Artistes similaires

Les albums

CD9,99 €

Classique - Paru le 4 août 2017 | SWR Classic

Livret
Pour la postérité, Hans Rosbaud est vu comme un interprète passionné de la musique moderne ; cette impression repose principalement sur sa participation régulière au festival de Donaueschingen, où il créa nombre d’œuvres de Messiaen, Boulez, Stockhausen et bien d’autres. Discipline, enthousiasme, connaissance précise des instruments de l’orchestre – on dit qu’il les maîtrisait plus ou moins tous, à divers degrés, mais assez pour pouvoir ne pas s’en laisser conter par les musiciens –, et une absolue fidélité à la partition, voilà quelques-unes de ses qualités ; mais en aucun cas ne doit-on le voir comme un spécialiste exclusif de la musique de son temps. Il cultivait tout le répertoire, en particulier les opéras de Mozart à Aix-en-Provence, mais aussi les œuvres de Wagner, Bruckner et Mahler. Ce n’est donc que justice que l’héritage de ce pas-si-spécialiste-contemporain-que-ça Rosbaud soit augmenté de ces enregistrements, jamais publiés jusqu’ici, d’ouvertures romantiques de Weber – considérées à tort comme de simples bonbons orchestraux, alors que sous la baguette précise et analytique de Rosbaud, elles dévoilent bien d’autres accents encore. Le chef ne précipite aucun tempo, et préfère laisser se développer la riche thématique et les époustouflantes couleurs orchestrales. On notera en particulier la fantastique ouverture de Turandot, que Hindemith s’amusa plus tard à métamorphoser avec ô combien de virtuosité et d’humour. En complément de programme, l’album propose deux œuvres concertantes, le Konzertstück de Weber avec Robert Casadesus, et le Capriccio brillant de Mendelssohn – avec Yvonne Loriod que l’on n’attend pas nécessairement dans ce répertoire, dont elle maîtrise pourtant tous les arcanes. Il s’agit ici d’enregistrements réalisés entre 1955 et 1962, soigneusement remastérisés à partir des bandes matrices originales de la SWF. © SM/Qobuz
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2000 | Maestoso