Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
CD8,99 €

Chanson française - Paru le 13 septembre 2019 | naïve

Santeboutique signifie « bazar » en belge (clin d’œil au Brol de sa compatriote Angèle ?), et c’est le désordre du monde contemporain qui est la source des angoisses d’Arno dans ce treizième album studio haut en couleur. Ce qui effraie le chanteur de 70 ans, c’est avant tout le conservatisme qui gangrène progressivement l’Europe, et dont il redoute l’issue. Le morceau qui ouvre le disque (They Are Coming) est d’ailleurs une sorte de pastiche de films d’horreur, dans lequel Arno décrit le cauchemar que représente l’arrivée des populistes. En réaction, comme pour insister sur l’importance du mélange des cultures, cet album est bilingue (français/anglais), un peu à l’image de la musique – mariage de rock et de sonorités synthétiques.Avec cet état de fait, on comprend alors pourquoi l’interprète de Dans les yeux de ma mère se tourne si souvent vers une nostalgie qu’il considère comme consolante. C’est probablement le titre Ostende bonsoir qui est le plus parlant, à cet égard. Dans cette description émouvante de sa ville natale, Arno se remémore le bonheur de son enfance dans un lieu qui n’était pas encore dirigé par l’extrême droite. « Spilliaert allume la digue, comme tous les soirs/Il nous peint les marées, le ciel et nos regards/Je suis seul avec toi, Ostende bonsoir », écrivent Arno et Sophie Dewulf (également parolière de Tjip Tjip c’est fini). Pour exorciser toutes ces angoisses, rien ne vaut aussi l’humour absurde et la célébration de la musique comme exutoire, à l’image des Saucisses de Maurice (« Pour détruire sa tristesse/Elle chante vive les saucisses de Maurice »). A noter que cette chanson fut créée à l’occasion d’un court-métrage racontant l’histoire d’une jeune femme végétarienne dont l’amant est « Maurice le charcutier ». On retrouve ce même esprit surréaliste et libérateur lorsqu’il chante « les pirouettes des Claudettes » sur des guitares rock (Ça chante). Mais non loin de là se trouve aussi l’artiste en proie aux addictions (Lady Alcohol) et à la solitude menant à la folie (Court-circuit dans mon esprit). Finalement, c’est Arno dans sa globalité, quasiment nu, qui est présent dans ce disque – depuis sa voix rocailleuse au charme et à la musicalité désarmantes, jusqu’au bordel rock aussi noir que léger, en passant par des paroles aussi décapantes que poétiques. On notera enfin les arrangements au cordeau signés John Parish (producteur de PJ Harvey), lesquels parviennent à lier avec sensibilité les contradictions géniales et fulgurantes d’Arno. © Nicolas Magenham/Qobuz
A partir de :
CD7,99 €

Rock - Paru le 23 août 2005 | Because Music

A partir de :
CD7,99 €

Rock - Paru le 25 février 2002 | Because Music

A partir de :
CD7,99 €

Rock - Paru le 23 mars 1993 | Because Music

A partir de :
CD7,99 €

Rock - Paru le 30 janvier 1996 | Because Music

A partir de :
CD7,99 €

Rock - Paru le 24 mai 2004 | Because Music

A partir de :
CD7,99 €

Rock - Paru le 21 février 1997 | Because Music

A partir de :
CD8,99 €

Chanson française - Paru le 22 mars 2010 | naïve

Livret
“Brussld” est un album où le perfectionnisme ne nuit pas à la créativité. La chanson traditionnelle, réaliste à la Fréhel, y croise l’expression contemporaine d’un Tom Waits ou du rock pur jus…
A partir de :
CD8,99 €

Chanson française - Paru le 15 janvier 2016 | naïve

Livret
D’accord, l’accent anglais d’Arnonlaisse un tantinet à désirer sur le titre d’ouverture, « I’mnJust an Old Motherfucker », mais comment ne pas s’extasierndevant le rock lancinant et poisseux vecteur de ce message pleinnd’autodérision ? Ce nouvel opus de l’artiste belge senrévèle vite jubilatoire à plus d’un titre. D’abord parce quenson terrain de jeu favori, celui d’un blues-rock cabossé ànl’efficacité redoutable, se confirme vite, dès un « PleasenExist » tout en tension, porté par quelques sonorités electro, une basse lourde à souhait, une guitare électrique aungroove imparable, et surtout, la voix énorme d’Arno. Le touchantn« Je veux vivre », débordant d’un optimismenironique, voit le chanteur affirmer : « Je veux vivrendans un monde où les pessimistes sont contents, où mon foie arrêtende pleurer et où les cons ne font pas de bruit ». Sesncuivres discrets, sa petite guitare ciselée et surtout une voixncaverneuse à souhait rapprochent une nouvelle fois Arno d’un TomnWaits francophone. Cette voix si particulière éclaire un « NownShe Likes Boys » plus enlevé, s’appuyant sur unenrythmique et des cordes synthétiques plus discutables et une mélodienbiscornue en faisant sûrement l’un des morceaux les plusndérangeants de Human Incognito. On en oublierait presquenqu’elle lui fait parfois chanter des mots que personne d’autrenn’arriverait à faire sonner avec justesse, tels que : « Quandnta langue est rentrée dans ma bouche comme une nouille sautée »,nsur un « Oublie qui je suis » à l’ambiancenblues fiévreuse, que l’on retrouve plus loin avec réussite surn« Dance Like A Goose ». Plus convenu, le rockndébridé de « Never Trouble Trouble » peine ànconvaincre avec ses chœurs enfantins. Bénéficiant d’unnarrangement au scalpel avec quelques touches presque gospel, « AsknMe For a Dance » postule quant à lui dans la catégorien« Meilleure chanson de l’album », au contraire de landispensable « Une chanson absurde », portantnmagnifiquement son nom si prise au premier degré. Mais après tout,nsi Arno y chante que son « chien s’en fout de la poésie »,nc’est bien que le second degré a sa place dans cet univers fait denpoésie atypique, toujours enthousiasmant, et dont Human Incognitonconstitue une nouvelle pierre.   © ©Copyright Music Story 2016
A partir de :
CD7,99 €

Rock - Paru le 4 avril 1988 | Because Music

A partir de :
CD7,99 €

Rock - Paru le 22 janvier 2007 | Because Music

A partir de :
CD7,99 €

Rock - Paru le 28 novembre 1994 | Because Music

A partir de :
CD7,99 €

Rock - Paru le 25 août 1999 | Because Music

A partir de :
CD6,99 €

Rock - Paru le 7 avril 1986 | Because Music

A partir de :
CD7,99 €

Rock - Paru le 1 avril 1990 | Because Music

A partir de :
CD7,99 €

Rock - Paru le 15 mars 2001 | Because Music

A partir de :
CD0,99 €

Rock - Paru le 5 mai 2008 | Because Music

A partir de :
CD4,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 5 avril 2018 | Deep Obelisk

A partir de :
CD3,99 €

Rock - Paru le 18 novembre 2013 | naïve

L'air plus fatigué que s'il avait vécu mille vies, Arno remonte sur le ring pour servir son rock déglingué sur voix de papier de verre. Pour son quinzième round qui ne devrait pas être le dernier, l'Ostendais s'est offert les services d'un pro du son décharné, l'Anglais John Parish connu pour avoir embrasé les mélodies acerbes de PJ Harvey. Ces deux-là semblaient faits pour se rencontrer un jour et Future Vintage est donc leur point de rendez-vous bilingue, entre moules-frites et fish'n'chips.Future Vintage donc ou rétro-pédalage d'un Arno qui ne désavoue pas ses racines TC Matic de glorieuse mémoire sur un « Show of Life » au tressautement de piano mécanique et marque son attachement de toujours au Grand Jacques à travers les sucreries amères de « Quand les bonbons parlent » (« Quand les bonbons parlent/Le cerveau bande »), un « Ça plane pour nous » goguenard (« Liberté, sécurité, ma télé, ma santé ») ou une « Chanson d'amour » remettant quelques pendules à l'heure. Pour le reste, la rive rock de « I Don't Believe » ou « « If I Was », rien de bien surprenant. Le Brel brailleur n'a plus rien à inventer ou à prouver car montrer qu'il existe suffit à insuffler un peu plus de tension organique et cérébrale à tout encéphalogramme normalement constitué et à apporter un poil d'aspérité à un univers rongé par la copie et la monotonie. En cela, Future Vintage est un bazar foutrement réjouissant. © ©Copyright Music Story Loïc Picaud 2016
A partir de :
CD9,99 €

Musiques du monde - Paru le 1 janvier 2009 | Arno

L'interprète

Arno dans le magazine