Catégories :

Artistes similaires

Les albums

1018 albums triés par Meilleures ventes
HI-RES44,95 €
CD29,95 €

Symphonies - Paru le 2 octobre 2015 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 6 novembre 2015 | Evidence

Hi-Res Livret
Bientôt trente disques, vingt-cinq ans d’existence, le Quatuor Debussy est l’un des tout premiers ensembles français à se produire constamment sur la scène mondiale. Et les quatuors de Chostakovitch font partie de son pain quotidien, de sorte qu’ils pourraient jouer ces œuvres par cœur, voire les yeux bandés. Ce qu’ils ont d’ailleurs fait lors d’un spectacle où se mêlaient musique et cirque ! C’est dire que la musique sort de leurs doigts et leurs cœurs sans avoir à se mêler de technique ; et il faut en effet une connaissance intime de ces ouvrages pour en distiller la substantifique moelle, car c’est bien dans ses quatuors que Chostakovitch a versé le plus profond de son âme tourmentée, loin des âpres violences de certaines de ses symphonies – ne serait-ce que du fait de la différence de masse sonore. Voilà un opus discographique qui devrait figurer dans toute les collections. © SM/Qobuz
HI-RES21,99 €
CD15,49 €

Symphonies - Paru le 27 mai 2016 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Gramophone Editor's Choice
Entre 1936, quand Lady Macbeth fut descendu en flammes par un article de la Pravda cornaqué par Staline, et la disparition du dictateur en 1953, Chostakovitch vécut dans la terreur de se retrouver d’une minute à l’autre en Sibérie à compter les moustiques, voire les pissenlits côté racine. C’est pendant cette période trouble que furent composés les ouvrages ici présentés par l’Orchestre de Boston et Andris Nelsons ; la Cinquième Symphonie de 1937 sauva sans doute sa peau avec cet ouvrage dont il écrivit qu’il représentait la « réponse pratique d’un artiste soviétique à de justes critiques » – comprenne qui voudra ! La Huitième de 1943 lui valut des réactions mitigées de la part de la bureaucratie culturelle, qui l’estimait trop sombre, avec un finale trop peu héroïque et égard aux succès de l’Armée soviétique. Suivit la Neuvième de 1945, brève et concentrée, d’une orchestration légère : l’anti-Neuvième pour le dictateur qui avait sans doute attendu un ouvrage aux dimensions beethoveniennes. Cette Neuvième de Chostakovitch fut interdite dès 1948 par l’infâme décret Jdanov de l’infâme Jdanov, et ne revint sur scène qu’en 1955, deux ans après la mort du « Petit père des peuples ». En complément de programme, la Suite « Hamlet » dans laquelle le compositeur s’amuse à évoquer Broadway ! L’ouvrage date de 1932, donc avant les premières « dénonciations ». L’auditeur mesurera l’abîme entre le ton de la Suite avec les œuvres de l’époque stalinienne. Tous les enregistrements ont été réalisés en concert public en novembre et décembre 2015 ainsi qu’en février et mars 2016. © SM/Qobuz« [...] C’est un enjeu pour Andris Nelsons de succéder à une myriade de chefs qui ont marqué cette musique au fer – et qui ont été marqués par elle. Adolescent quand le mur de Berlin est tombé, il n’appartient pas à une génération touchée directement par le contexte évoqué. Effectués en public, ces enregistrements engendrent une satisfaction immédiate, préalable à toute réflexion sur l’interprétation proprement dite. [...] Concentré, sans pathos, le chef letton montre en tout cas combien cette musique lui parle ; chaque détail est parfaitement agencé au sein de l’ensemble ; il ne perd aucune occasion de creuser ou dégager un accent, de contraster timbres et couleurs – bois, cuivres, percussions ! – à la façon d’un jeu, presque d’une géographie sonore. [...] (Diapason, juillet-août 2018 / Rémy Louis)
HI-RES26,99 €
CD18,99 €

Symphonies - Paru le 6 juillet 2018 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice - Choc de Classica - Grammy Awards
Avec leurs durées de plus d’une heure pour la Quatrième, presque une heure pour la Onzième, dite « 1905 », ce sont là deux des plus longues et amples symphonies de Chostakovitch. Chose singulière, la Quatrième, pourtant achevée en 1936, ne fut créée qu’en 1961 – quatre ans après la création de la Onzième en 1957 ! C’est qu’en 1936, le pauvre compositeur avait senti le vent du boulet passer très près de lui, à la suite du tristement célèbre article de la Pravda dicté par Staline « Le chaos au lieu de musique » qui venait de descendre en flammes l’opéra Lady Macbeth de Mtsensk : la Quatrième, qui devait être créée dans la foulée, retourna soigneusement dans un tiroir fermé à clef en n’en sortit qu’une fois le dictateur mort, enterré et définitivement décomposé. Et on peut comprendre le compositeur ! Car le ton de cette Quatrième n’a rien, mais alors rien, d’optimiste ; on y entend de sombres accents mahleriens, des fuites désespérées, des harmonies torturées plutôt que les lendemains qui chantent. La Onzième, construite selon un programme « politique » célébrant les révolutionnaires de 1905 et les tristes événements du Dimanche rouge – au cours duquel l’armée russe tira sur la foule, faisant entre 96 morts officiellement et plusieurs milliers, selon les sources –, avec un ton certes plus optimiste, même si l’on sait ce qu’optimisme veut dire dans la vie de Chostakovitch. Les deux symphonies ont été enregistrées en concert public, respectivement à l’automne 2017 et au printemps 2018 par l’Orchestre Symphonique de Boston et son directeur musical Andris Nelsons. © SM/Qobuz
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Symphonies - Paru le 31 juillet 2015 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Award
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 18 octobre 2019 | BR-Klassik

Hi-Res Livret
HI-RES8,99 €
CD6,99 €

Musique symphonique - Paru le 8 mai 2012 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles Classica - Prise de Son d'Exception - Hi-Res Audio - La Clef du mois RESMUSICA
Vasily Petrenko a reçu plusieurs Diapason d'Or au cours de son intégrale des symphonies de Chostakovitch chez Naxos. Ce nouveau volume présente la symphonie n°2, oeuvre de jeunesse écrite pour le dixième anniversaire de la révolution bolchevique et la symphonie n°15, dernière symphonie du compositeur qui fait entendre des citations de l'ouverture de Guillaume Tell de Rossini et des références au Crépuscule des Dieux et Tristan et Isolde de Wagner pour finir par une incroyable passacaille. Petrenko se hisse toujours plus haut parmi les sommets de la discographie. Indispensable !
HI-RES24,99 €
CD17,99 €

Musique symphonique - Paru le 22 février 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Le Choix de France Musique
« Pour la quatrième étape de leur cycle Chostakovitch, la virtuosité époustouflante des Bostoniens permet à Andris Nelsons d'oser la plus corrosive des 6e, et une "Leningrad" spectaculairement glacée. [...] La clinquante et triomphale Ouverture de fête (1947) est comme transcendée par la virtuosité étincelante du Boston Symphony.» (Diapason, mai 2019 / Patrick Szersnovicz)
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 15 mars 2019 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or
« Une relecture essentielle du génial Quatuor n° 5, dans un tryptique idéal pour aborder la musique de chambre de Chostakovitch. Consécration des nouveaux Artemis. Marqué par un nouveau changement de pupitre, le Quatuor Artemis new look* a retrouvé bon nombre de ses qualités spécifiques. [...] la lecture fortement architecturée des Artemis force l'admiration par l'efficacité subtile des transitions et le contrôle de la respiration. [...] Le parcours du Quintette, Op. 57 semble, une fois n'est pas coutume, limpide. Elisabeth Leonskaja et ses complices défendent une conception sobre et dynamique, d'une éloquence propice à l'introspection. [...] La constante clarté d'énonciation du quatuor est relayée par un piano décanté mais rayonnant. [...] » (Diapason, avril 2019 / Patric Szersnovicz) * Anthea Kreston, Gregor Sigl (arrivés en 2016), Vineta Sarika (2012) et Eckart Runge (violoncelliste, fidèle au poste depuis les premiers pas de l'ensemble en 1989)
HI-RES8,99 €
CD6,99 €

Symphonies - Paru le 1 avril 2014 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice - La Clef du mois RESMUSICA
Vasily Petrenko poursuit avec succès son intégrale des Symphonies de Chostakovitch à la tête de l'Orchestre Philharmonique Royal de Liverpool, le plus ancien orchestre professionnel du Royaume-Uni, dont il est le directeur artistique depuis 2006. Composée en 1969, la Symphonie no 14 est, comme toutes les dernières oeuvres du compositeur russe, marquées par l'imminence et la crainte de la mort. Ecrite pour deux solistes vocaux (soprano et basse), un orchestre à cordes et percussion, elle convoque des textes de quatre poètes (Garcia-Lorca, Apollinaire, Küchelbecker et Rilke) abordant le thème de la mort qui peuvent être chantés soit dans leur langue originale soit en russe, ce qui est le cas de cette version. Cette belle et grave symphonie est dédiée à l'ami Benjamin Britten. Vasily Petrenko montre les subtilités de Chostakovitch et pas seulement son côté démonstratif ou grinçant. Cet enregistrement confirme qu'il s'agit bien d'une des grandes intégrales contemporaines des Symphonies du géant russe. FH
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Piano solo - Paru le 7 avril 2017 | Signum Records

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles Classica
Écrits en 1950-51, les 24 Préludes et Fugues de Chostakovitch sont une évidente réponse à ceux-de-qui-vous-savez, d’autant que le compositeur s’y attela après avoir été de jury à la première édition du concours qui-vous-savez à Leipzig. Pour ce concours, la jeune Tatiana Nikolayeva remporta les prix et les suffrages, et c’est pour elle que Chostakovitch conçut son propre cycle. À la différence des Préludes et Fugues de Bach (zut, le voici cité) qui s’enchaînent en suivant la « suite des quintes » avec alternance des tonalités majeures et mineures selon leurs rapports harmoniques relatifs. Autrement dit, si le premier couple est en ut majeur, le deuxième est en la mineur – relatif d’ut mineur -, le troisième en sol majeur – la quinte au-dessus d’ut majeur etc. Alors que dans Le Clavier bien tempéré, le premier est en ut majeur, le deuxième en ut mineur, le troisième en ut dièse majeur, montant d’un demi-ton chromatique à chaque fois. Aucun des deux systèmes n’a plus de validité que l’autre, bien évidemment ; ce qui importe, c’est la rigueur architecturale, fondatrice de l’idée. On remarquera bien sûr que Chostakovitch n’échappe pas à la gravitation universelle du soleil Bach, et même qu’il l’accueille avec bonheur. Ici au piano Peter Donohoe, un disciple de Messiaen, Loriod, Perlemuter, Kocsis, et dont la carrière le mena à travers la planète musicale non seulement comme pianiste virtuose, mais aussi comme clavier d’orchestre (il faut parfois des pianos à l’orchestre : 3e Symphonie de Saint-Saëns, 5e de Prokofiev, Lélio ou le retour à la vie de Berlioz, Petrouchka de Stravinski, et tant d’autres), improvisateur de jazz, fondateur d’un groupe de rock, virtuose du vibraphone, de la batterie de rock et jazz, du tuba, du cimbalom, bref, un musicien doué d’une immense curiosité artistique qui le fait aborder ce répertoire avec autant d’humilité que d’expérience. © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 4 octobre 2019 | BR-Klassik

Hi-Res Livret
HI-RES8,99 €
CD6,99 €

Classique - Paru le 1 octobre 2013 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Gramophone Record of the Month - Hi-Res Audio
Vasily Petrenko et le Royal Liverpool Philharmonic Orchestra continuent de mener à bien pour Naxos l'intégrale des symphonies de Chostakovitch dont c'est ici le 9e volume. La Quatrième Symphonie fait partie des ouvrages d'envergure du compositeur. Elle fut achevée en 1936, mais la création fut annulée pendant les répétitions, et l'œuvre ne fut jouée pour la première fois qu'en 1961. Le mouvement d'ouverture, qui épouse une forme sonate imprévisible fourmillant de motifs variés, est suivi par un mouvement central court et aérien, avant un finale en forme de marche funèbre aboutissant à un climax d'une force tellurique.
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 6 février 2012 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica - Prise de Son d'Exception - Hi-Res Audio
Chostakovitch, cela lui est propre, provoque l’imaginaire de l’auditeur en s’appropriant différents langages et en les employant de manière autre. Il en découle une musique à deux visages, tantôt sublimée par l’extase et le bonheur de vivre, tantôt plongée dans le néant et nimbée d’une pulsion de mort. Alexander Melnikov saisit à la perfection ce sentiment dans les Concertos opus 35 et 102, et peut-être de manière plus poignante encore — entre “sincérité désarmante” et “franchise intrépide”, comme il le dit lui-même — aux côtés d’Isabelle Faust dans la Sonate opus 134.
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 6 mars 2020 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
Warner Classics démarre une nouvelle collaboration avec l’Orchestre National du Capitole de Toulouse. Pour cette phalange reconnue dans le répertoire français, la rencontre avec Tugan Sokhiev il y a plusieurs années (il a succédé à Michel Plasson) a ouvert d’autres horizons dont les symphonies de Chostakovitch constituent l’un des premiers défis. Parmi elles, la Symphonie n°8 peut être entendue comme une confession intime et déchirante, oscillant entre pathétique et violence. Monumentale, proche du désespoir, cette symphonie composée en 1943 est un véritable opéra pour l’orchestre, où Chostakovitch déploie une virtuosité de timbres, d’une puissance dramatique inédite. Tugan Sokhiev dirige tranquillement, et avec sa grande maitrise habituelle, une symphonie violente.« Galvanisées par leur chef, les forces du Capitole de Toulouse tutoient les sommets dans l'une des plus âpres et grandioses symphonies de Chostakovitch.» (Diapason, mai 2020)
HI-RES8,99 €
CD6,99 €

Musique symphonique - Paru le 4 octobre 2011 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Hi-Res Audio
Les Symphonies n°6 et 12 "1917" de Chostakovitch trouvent toutes deux leurs origines dans des projets d'envergure à la gloire de Lénine. La Sixième est la plus abstraite des symphonies du compositeur, avec ce long et intense mouvement lent d'ouverture. La Douzième est moins une célébration de l'héritage de Lénine qu'une description chronologique de la révolution bolchevique. Vasily Petrenko et l'Orchestre Philharmonique de Liverpool délivrent une interprétation fabuleuse, dans ce sixième volume d'une intégrale désormais incontournable.
HI-RES8,99 €
CD6,99 €

Classique - Paru le 8 novembre 2019 | Naxos

Hi-Res Livret
HI-RES8,99 €
CD6,99 €

Musique symphonique - Paru le 29 avril 2013 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - La Clef du mois RESMUSICA
Après avoir reçu de nombreuses récompenses dont deux Diapason d'Or (Vol. 4 et 5), Vasily Petrenko et le Royal Liverpool Philharmonic poursuivent leur intégrale des symhonies de Chostakovitch, chez Naxos ! Ce volume 8 contient la Symphonie n° 7 "Leningrad" opus 60, écrite en partie lors de l'invasion de l'Union Soviétique par les Nazis en 1941. L'écriture ayant été interrompue pour cause de départ forcé de Chostakovitch vers l'Est, l'oeuvre fut achevée en décembre de la même année. L'oeuvre est dédiée au combat contre le fascisme, pour la victoire de sa ville natale, Leningrad.
HI-RES8,99 €
CD6,99 €

Musique symphonique - Paru le 31 mars 2009 | Naxos

Hi-Res Distinctions 5 de Diapason
Symphonie n°11 en sol mineur "1905" op.103 / Royal Liverpool Philharmonic Orchestra - Vasily Petrenko, direction
HI-RES8,99 €
CD6,99 €

Classique - Paru le 15 avril 2002 | Naxos

Hi-Res
Le Boulon, op. 27a - Suites pour orchestre de jazz n° 1 & 2 - Tahiti-Trott, op. 16 / Orchestre Symphonique d'État russe, dir. Dmitry Yablonsky

Le compositeur

Dimitri Chostakovitch dans le magazine