Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Florent Albrecht|Field : Nocturnes

Field : Nocturnes

Florent Albrecht

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

“Inédit”, voici le mot idoine pour résumer cet album intégralement consacré aux Nocturnes de John Field. Inédit car il s’agit du premier enregistrement de Florent Albrecht, extra-terrestre du pianoforte, formé sur le tard après une première carrière dans l’industrie du luxe. Sorti major du Conservatoire de Genève en 2018, lauréat de la Fondation Royaumont la même année, le pianofortiste français s’est déjà produit entre autres sur les scènes de l’Opéra de Paris ou de la Juilliard School. Album inédit encore, car il propose en première mondiale le Nocturne en si bémol majeur, Op. posthume, partition exhumée des rayons de la bibliothèque de Saint-Pétersbourg par Florent Albrecht qui nous livre ici un programme original et enchanteur.

Forme popularisée par Chopin, le nocturne surgit dans un moment de l’histoire de la musique où l’amélioration technique des instruments à claviers leur permet de rivaliser avec l’expressivité de la voix humaine. On ne sait si c’est le talent d’écriture de John Field, ou le jeu fluide et aérien de Florent Albrecht – sans doute un subtil mélange des deux – mais on sort de l’écoute avec la conviction que le pianoforte est l’unique instrument capable de restituer les émois de l’âme romantique. Le musicien opte pour un phrasé à la fois clair et souple convenant parfaitement à son instrument (un Carlo Meglio de 1826) dont le timbre rond et légèrement tremblant, parfois proche d’un cymbalum, agit comme un pansement pour l’âme. Un véritable moment d’apaisement. © Pierre Lamy/Qobuz

Plus d'informations

Field : Nocturnes

Florent Albrecht

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cette playlist et plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

À partir de 12,50€/mois

1
Nocturne XII en Sol Majeur, H 58
00:02:16

Florent Albrecht, Pianoforte - John Field, Composer

© 2021 HORTUS ℗ 2021 HORTUS

2
Nocturne X en Mi Mineur, H 46
00:03:24

Florent Albrecht, Pianoforte - John Field, Composer

© 2021 HORTUS ℗ 2021 HORTUS

3
Nocturne XIV en Ut Majeur, H 60
00:10:02

Florent Albrecht, Pianoforte - John Field, Composer

© 2021 HORTUS ℗ 2021 HORTUS

4
Nocturne I en Mi Bémol Majeur, H 24
00:03:41

Florent Albrecht, Pianoforte - John Field, Composer

© 2021 HORTUS ℗ 2021 HORTUS

5
Nocturne IV en La Majeur, H 36
00:05:44

Florent Albrecht, Pianoforte - John Field, Composer

© 2021 HORTUS ℗ 2021 HORTUS

6
Nocturne II en Do Mineur, H 25
00:03:41

Florent Albrecht, Pianoforte - John Field, Composer

© 2021 HORTUS ℗ 2021 HORTUS

7
Nocturne IX en Mi Bémol Majeur, H 30
00:04:28

Florent Albrecht, Pianoforte - John Field, Composer

© 2021 HORTUS ℗ 2021 HORTUS

8
Nocturne XI en Si Bémol Majeur, H 56
00:06:53

Florent Albrecht, Pianoforte - John Field, Composer

© 2021 HORTUS ℗ 2021 HORTUS

9
Nocturne III en La Bémol Majeur, H 26
00:03:34

Florent Albrecht, Pianoforte - John Field, Composer

© 2021 HORTUS ℗ 2021 HORTUS

10
Nocturne V en Si Bémol Majeur, H 37
00:02:47

Florent Albrecht, Pianoforte - John Field, Composer

© 2021 HORTUS ℗ 2021 HORTUS

11
Nocturne XIII en Ré Mineur, H 59
00:03:13

Florent Albrecht, Pianoforte - John Field, Composer

© 2021 HORTUS ℗ 2021 HORTUS

12
Nocturne VI en Fa Majeur, H 40
00:04:47

Florent Albrecht, Pianoforte - John Field, Composer

© 2021 HORTUS ℗ 2021 HORTUS

13
Nocturne XV en Do Majeur, H 61
00:05:32

Florent Albrecht, Pianoforte - John Field, Composer

© 2021 HORTUS ℗ 2021 HORTUS

14
Nocturne VIII en La Majeur, H 14
00:04:59

Florent Albrecht, Pianoforte - John Field, Composer

© 2021 HORTUS ℗ 2021 HORTUS

15
Nocturne XVI en Fa Majeur, H 62
00:04:56

Florent Albrecht, Pianoforte - John Field, Composer

© 2021 HORTUS ℗ 2021 HORTUS

16
Nocturne en Si Bémol Majeur, Op. Posth.
00:05:17

Florent Albrecht, Pianoforte - John Field, Composer

© 2021 HORTUS ℗ 2021 HORTUS

Descriptif de l'album

“Inédit”, voici le mot idoine pour résumer cet album intégralement consacré aux Nocturnes de John Field. Inédit car il s’agit du premier enregistrement de Florent Albrecht, extra-terrestre du pianoforte, formé sur le tard après une première carrière dans l’industrie du luxe. Sorti major du Conservatoire de Genève en 2018, lauréat de la Fondation Royaumont la même année, le pianofortiste français s’est déjà produit entre autres sur les scènes de l’Opéra de Paris ou de la Juilliard School. Album inédit encore, car il propose en première mondiale le Nocturne en si bémol majeur, Op. posthume, partition exhumée des rayons de la bibliothèque de Saint-Pétersbourg par Florent Albrecht qui nous livre ici un programme original et enchanteur.

Forme popularisée par Chopin, le nocturne surgit dans un moment de l’histoire de la musique où l’amélioration technique des instruments à claviers leur permet de rivaliser avec l’expressivité de la voix humaine. On ne sait si c’est le talent d’écriture de John Field, ou le jeu fluide et aérien de Florent Albrecht – sans doute un subtil mélange des deux – mais on sort de l’écoute avec la conviction que le pianoforte est l’unique instrument capable de restituer les émois de l’âme romantique. Le musicien opte pour un phrasé à la fois clair et souple convenant parfaitement à son instrument (un Carlo Meglio de 1826) dont le timbre rond et légèrement tremblant, parfois proche d’un cymbalum, agit comme un pansement pour l’âme. Un véritable moment d’apaisement. © Pierre Lamy/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

The Number of the Beast

Iron Maiden

From The Fires

Greta Van Fleet

From The Fires Greta Van Fleet

Powerslave

Iron Maiden

Powerslave Iron Maiden

Somewhere in Time

Iron Maiden

Somewhere in Time Iron Maiden
Dans la même thématique...

Bach: The Goldberg Variations (1981) - Gould Remastered

Glenn Gould

Brahms : The Complete Solo Piano Works

Geoffroy Couteau

Johann Sebastian Bach

Víkingur Ólafsson

Johann Sebastian Bach Víkingur Ólafsson

Chopin : Nocturnes

Fazil Say

Chopin : Nocturnes Fazil Say

Schubert : Sonatas & Impromptus

András Schiff

Les Grands Angles...
Les flamboyantes extases de Scriabine

Quelque peu éclipsé aujourd’hui par ses compatriotes Stravinski ou Rachmaninov, Alexandre Scriabine n’en reste pas moins une figure incontournable de la musique russe. Aux balbutiements du XXe siècle, le compositeur et pianiste virtuose s’émancipe de l’héritage romantique pour proposer un langage musical singulier et novateur qui ne connaîtra pas d’héritier. Son œuvre, profondément influencée par la philosophie mystique et la synesthésie, connaîtra en à peine deux décennies une évolution fulgurante, interrompue par sa mort prématurée à l’âge de 43 ans.

Hélène Grimaud, Élue farouche

Petit tour d’horizon de la discographie d’Hélène Grimaud, à l’occasion de son cinquantième anniversaire et de ses trente ans d’activité discographique. De Denon à Deutsche Grammophon, en passant par Erato puis Teldec, retour sur un parcours incontestablement personnel, sincère et glorieux.

Wilhelm Kempff, le plus humain des pianistes

Artiste d’un autre temps, Wilhelm Kempff (1895-1991) croyait à l’inspiration : il était entré en musique comme on entre en religion, avec une ferveur respectueuse pour les vieux maîtres qu’il servait. Avec son toucher de velours, son sens du phrasé et sa diction de conteur, l’art de Wilhelm Kempff était celui d’un rêveur éveillé, mi-poète, mi-devin, dans une époque où l’expression du sentiment primait sur tout. Il a souvent enregistré à plusieurs reprises ses compositeurs préférés, en particulier son dieu Beethoven, avec lequel on l’a si souvent identifié, laissant trois intégrales des sonates au fur et à mesure de sa propre maturation et de l’évolution des techniques d’enregistrement.

Dans l'actualité...