Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Joy Division

Mes favoris

Cet élément a bien été <span>ajouté / retiré</span> de vos favoris.

Playlist : Joy Division

Par Qobuz France

  • 15 pistes - 01h01m

Musique illimitée

Écoutez cette playlist en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cette playlist

Profitez de cette playlist sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cette playlist sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Trait d’union entre les expériences berlinoises du tandem Bowie/Eno et la poésie errante des Doors, l’univers de Joy Division qui nait en pleine ère punk fut une fulgurance à l’image de son tourmenté leader Ian Curtis qui se pendra en 1980 à seulement 23 ans… Textes noir foncé, atmosphère pesante, voix de mort vivant, guitares carrées, basse fantomatique, mé...

Voir plus

Joy Division

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 50 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cette playlist et plus de 50 millions de titres avec votre abonnement illimité.

0€ le premier mois, puis 19,99€ / mois.

#
Titre Artiste Album Durée
1
Love Will Tear Us Apart (2010 Remaster)
Joy Division Substance 1977 - 1980 00:03:26

Jon Davis, Mastering Engineer - MARTIN HANNETT, Producer, Engineer - Stephen Morris, Drums, Writer - BERNARD SUMNER, Guitar, Writer, Synthesizer - Ian Curtis, Guitar, Lead Vocals, Writer - Joy Division, MainArtist - PETER HOOK, Bass Guitar, Writer - Michael Johnson, Assistant Engineer - CHRIS NAGLE, Engineer - Jon Caffery, Engineer

2010 Warner Records 90 Limited 1978, 2010 Warner Music UK Ltd

2
Disorder (2007 Remaster) (2007 Re-mastered Album Version)
Joy Division Unknown Pleasures (Collector's Edition) 00:03:28

Jon Davis, Mastering Engineer - MARTIN HANNETT, Producer - Stephen Morris, Drums, Writer - BERNARD SUMNER, Guitar, Writer - Ian Curtis, Lead Vocals, Writer - Joy Division, Performance, MainArtist - PETER HOOK, Bass Guitar, Writer, Background Vocals - CHRIS NAGLE, Engineer

© 2007 London Records 90 Ltd ℗ 1979, 2007 Warner Music UK Ltd

3
Isolation (2007 Remaster) (2007 Re-mastered Album Version)
Joy Division Closer + bonus (Live at the University of London Union, 8 February 1980) 00:02:55

Jon Davis, Mastering Engineer - MARTIN HANNETT, Producer, Engineer - Stephen Morris, Drums, Writer - BERNARD SUMNER, Bass Guitar, Writer, Synthesizer - Ian Curtis, Guitar, Lead Vocals, Writer - Joy Division, MainArtist - PETER HOOK, Guitar, Writer - Michael Johnson, Assistant Engineer - CHRIS NAGLE, Engineer - Jon Caffery, Engineer

© 2007 London Records 90 Ltd ℗ 1980, 2007 Warner Music UK Ltd

4
Digital
Joy Division The Best Of 00:02:50

MARTIN HANNETT, Producer, Engineer - Stephen Morris, Drums, Writer - BERNARD SUMNER, Guitar, Writer, Synthesizer - Ian Curtis, Guitar, Lead Vocals, Writer - Joy Division, MainArtist - PETER HOOK, Bass Guitar, Writer - Michael Johnson, Assistant Engineer - CHRIS NAGLE, Engineer - Jon Caffery, Engineer

2008 London Records 90 Ltd 1979 Warner Music UK Ltd

5
Atmosphere (2010 Remaster)
Joy Division Substance 1977 - 1980 00:04:10

Jon Davis, Mastering Engineer - MARTIN HANNETT, Producer, Engineer - Stephen Morris, Drums, Writer - BERNARD SUMNER, Guitar, Writer, Synthesizer - Ian Curtis, Guitar, Lead Vocals, Writer - Joy Division, MainArtist - PETER HOOK, Bass Guitar, Writer - Michael Johnson, Assistant Engineer - Jon Caffery, Engineer

2010 Warner Records 90 Limited 1978, 2010 Warner Music UK Ltd

6
She's Lost Control (2007 Remaster) (2007 Re-mastered Album Version)
Joy Division Unknown Pleasures (Collector's Edition) 00:03:56

Jon Davis, Mastering Engineer - MARTIN HANNETT, Producer - Stephen Morris, Drums, Writer - BERNARD SUMNER, Writer - Ian Curtis, Writer - Joy Division, Performance, MainArtist - PETER HOOK, Bass Guitar, Writer, Background Vocals

© 2007 London Records 90 Ltd ℗ 1979, 2007 Warner Music UK Ltd

7
Colony (2007 Remaster) (2007 Re-mastered Album Version)
Joy Division Closer + bonus (Live at the University of London Union, 8 February 1980) 00:03:54

Jon Davis, Mastering Engineer - MARTIN HANNETT, Producer, Engineer - Stephen Morris, Drums, Writer - BERNARD SUMNER, Guitar, Writer, Synthesizer - Ian Curtis, Guitar, Lead Vocals, Writer - Joy Division, MainArtist - PETER HOOK, Bass Guitar, Writer - Michael Johnson, Assistant Engineer - Jon Caffery, Engineer

© 2007 London Records 90 Ltd ℗ 1980, 2007 Warner Music UK Ltd

8
Warsaw (2010 Remaster)
Joy Division Substance 1977 - 1980 00:02:26

Jon Davis, Mastering Engineer - MARTIN HANNETT, Producer, Engineer - Stephen Morris, Drums, Writer - BERNARD SUMNER, Guitar, Writer, Synthesizer - Ian Curtis, Guitar, Lead Vocals, Writer - Joy Division, MainArtist - PETER HOOK, Bass Guitar, Writer - Michael Johnson, Assistant Engineer - CHRIS NAGLE, Engineer - Jon Caffery, Engineer

2010 Warner Records 90 Limited 1978, 2010 Warner Music UK Ltd

9
Twenty Four Hours
Joy Division The Best Of 00:04:28

MARTIN HANNETT, Producer, Engineer - Stephen Morris, Drums, Writer - BERNARD SUMNER, Guitar, Writer, Synthesizer - Ian Curtis, Lead Vocals, Writer - Joy Division, MainArtist - PETER HOOK, Bass Guitar, Writer - Michael Johnson, Assistant Engineer - CHRIS NAGLE, Engineer - Jon Caffery, Engineer

2008 London Records 90 Ltd 1980 Warner Music UK Ltd

10
I Remember Nothing (2007 Remaster) (2007 Re-mastered Album Version)
Joy Division Unknown Pleasures (Collector's Edition) 00:05:54

Jon Davis, Mastering Engineer - Stephen Morris, Drums, Writer - BERNARD SUMNER, Guitar, Writer - Ian Curtis, Writer - Joy Division, MainArtist - PETER HOOK, Bass Guitar, Lead Vocals, Writer - CHRIS NAGLE, Engineer

© 2007 London Records 90 Ltd ℗ 1979, 2007 Warner Music UK Ltd

11
Atrocity Exhibition (2007 Remaster) (2007 Re-mastered Album Version)
Joy Division Closer + bonus (Live at the University of London Union, 8 February 1980) 00:06:04

Jon Davis, Mastering Engineer - MARTIN HANNETT, Producer, Engineer - Stephen Morris, Drums, Writer - BERNARD SUMNER, Bass Guitar, Writer, Synthesizer - Ian Curtis, Guitar, Lead Vocals, Writer - Joy Division, MainArtist - PETER HOOK, Guitar, Writer - Michael Johnson, Assistant Engineer - Jon Caffery, Engineer

© 2007 London Records 90 Ltd ℗ 1980, 2007 Warner Music UK Ltd

12
Transmission (2010 Remaster)
Joy Division Substance 1977 - 1980 00:03:37

Jon Davis, Mastering Engineer - MARTIN HANNETT, Engineer - Martin Rushent, Producer - Stephen Morris, Drums, Writer - BERNARD SUMNER, Guitar, Writer, Synthesizer - Ian Curtis, Guitar, Lead Vocals, Writer - Joy Division, Performed by, MainArtist - PETER HOOK, Bass Guitar, Writer - Michael Johnson, Assistant Engineer - CHRIS NAGLE, Engineer - Rupert Christie, Mixing Engineer - John Midgley, Audio Recording Engineer - Jon Caffery, Engineer

2010 Warner Records 90 Limited 1978, 2010 Warner Music UK Ltd

13
Shadowplay (2019 Remaster)
Joy Division Unknown Pleasures (2019 Digital Master) 00:03:55

MARTIN HANNETT, Production - Stephen Morris, Writer - BERNARD SUMNER, Writer - Ian Curtis, Writer - Joy Division, MainArtist - PETER HOOK, Writer

2019 Warner Music UK Ltd 1979, 2019 Warner Music UK Ltd

14
New Dawn Fades (2019 Digital Master)
Joy Division Unknown Pleasures (2019 Digital Master) 00:04:48

MARTIN HANNETT, Production - Stephen Morris, Writer - BERNARD SUMNER, Writer - Ian Curtis, Writer - Joy Division, MainArtist - PETER HOOK, Writer

2019 Warner Music UK Ltd 1979, 2019 Warner Music UK Ltd

15
Heart and Soul (2007 Remaster) (2007 Re-mastered Album Version)
Joy Division Closer + bonus (Live at the University of London Union, 8 February 1980) 00:05:53

Jon Davis, Mastering Engineer - MARTIN HANNETT, Producer, Engineer - Stephen Morris, Drums, Writer - BERNARD SUMNER, Bass Guitar, Writer - Ian Curtis, Vocals, Lead Vocals, Writer - Joy Division, MainArtist - PETER HOOK, Guitar, Writer - Michael Johnson, Assistant Engineer - Jon Caffery, Engineer

© 2007 London Records 90 Ltd ℗ 1980, 2007 Warner Music UK Ltd

À propos

Trait d’union entre les expériences berlinoises du tandem Bowie/Eno et la poésie errante des Doors, l’univers de Joy Division qui nait en pleine ère punk fut une fulgurance à l’image de son tourmenté leader Ian Curtis qui se pendra en 1980 à seulement 23 ans… Textes noir foncé, atmosphère pesante, voix de mort vivant, guitares carrées, basse fantomatique, mélodies étriquées, rythmique industrielle, la musique du groupe de Manchester cliniquement produite par Martin Hannett, instaure une esthétique rigoureuse et austère, comme un pacte obsédant avec la mort et la folie qui rodent. Totalement fascinant dans leur jusqu’au-boutisme, Ian Curtis et son groupe (qui formeront New Order après sa mort) donne naissance à des hymnes toujours aussi influents 40 ans plus tard...

Ian Curtis, poète industriel et universel

Par Marc Zisman

Le suicide du chanteur de Joy Division il y a tout juste quarante ans continue de hanter le post-punk et la new wave comme l’histoire du rock tout entière. En seulement deux albums, le groupe culte de Manchester a rendu magnifiques la grisaille, la dépression et l’industrialisation urbaine grâce à son leader charismatique, toujours aussi influent aujourd’hui.

Ian Curtis incarnera en gestes comme en mots ces architectures électriques et synthétiques révolutionnaires. Ses textes et sa personne. Celle d’un garçon assez secret mais sûr de lui dans sa détermination à chanter et qui a déjà noirci des carnets de paroles lorsqu’il rencontre les autres. Sa femme Deborah Curtis, qu’il épouse le 23 août 1975 à seulement 19 ans, décrira à Jon Savage ce mélange d’ambition et de désespoir. « Je pense qu'il voulait être comme Jim Morrison, quelqu'un qui devient célèbre et qui meurt. Être dans un groupe était très important, il était très déterminé là-dessus. Il avait toujours dit qu'il ne voulait pas vivre dans la vingtaine, après 25 ans. Je pense que c'était ce truc d’adolescent. Les ados aiment avoir l’air misérable, non ? Mais ça a changé et il a cessé d'en parler. Je ne pense pas qu'il l'ait oublié pour autant et je croyais même qu'il s’en sortirait. Et quand ce fut vraiment trop tard, il n'en parlait plus. On ne pouvait plus discuter avec lui, on ne pouvait pas savoir ce qui se passait vraiment.

Au fond, Ian Curtis incarnait sa prose introspective, torturée et anthracite qui dépeignait son désespoir émotionnel dans la grisaille de l’industrielle et austère Manchester. Des mots forts amplifiés par cette voix excessivement grave, parfois plus parlée que chantée. « Ian a donné la direction », raconte Bernard Sumner. « Il était dans les extrémités de la vie. Il voulait faire de la musique extrême et voulait être totalement extrême sur scène, pas de demi-mesure. Quand on écrivait une chanson, il disait directement : faisons-la en plus maniaque ! Elle est trop classique là, ça doit être plus maniaque ! ». Le choc Ian Curtis est aussi visuel lors de performances live où ses violentes contorsions ressemblent à celles d’un papillon pris au piège dans une lampe halogène. Et si certains y voient les chorégraphies d’un néo-Nijinski épileptique, ils ne savent alors sans doute pas que le chanteur est justement rongé par cette maladie. Au point que, lors des concerts, personne ne décèle si ses crises sont authentiques ou jouées… L’aura de Joy Division grandit et les concerts deviennent de plus en plus intenses avec de plus en plus de crises d’épilepsie, bien réelles, elles. Comme l’écho d’une vie progressivement de plus en plus ingérable, comme le paroxysme d’un déchirement total alors que son couple se désintègre. Une épouse aimante qui a accouché d’une petite fille en avril 1979, une maîtresse rencontrée en tournée sept mois plus tard (la journaliste belge Annik Honoré) qui le fascine, et ce désir – évidemment impossible – de ne froisser personne… Le corps de Ian Curtis suit de moins en moins mais il assure les séances d’enregistrement en mars 1980 qui accoucheront de Closer, deuxième et dernier album de Joy Division. Tous les marqueurs d’Unknown Pleasures sont poussés à l’extrême dans une œuvre bicéphale, entre thèmes portés par les guitares (Atrocity Exhibition, Passover, Colony, A Means to an End, Twenty Four Hours) ou par les synthés (Isolation, Heart and Soul, The Eternal, Decades).

Lorsque ce deuxième album s’installe dans les bacs le 18 juillet 1980, Ian Curtis est déjà sous terre depuis deux mois. Avec Closer, le rock qui, ici, ne rolle pas trop, s’offre surtout la plus belle BO de son mal-être. Comme toujours chez Joy Division, le groove est viscéralement martial, les guitares stridentes au possible, le chant est emmitouflé dans une camisole, les rythmiques fleurent bon le cataclysme et les textes la claustrophobie. Le post-punk tient là de nouvelles Tables de la loi, héritées du Velvet des débuts, du Bowie berlinois, des Doors et du krautrock allemand. « Sur Closer, je cherchais à pousser encore plus loin la recherche d'une ambiance sonore », racontera Martin Hannett à Libération en 1990. « J'ai trouvé toutes sortes de procédés de réverbération. J'entrais des chiffres cabalistiques dans l'ordinateur. J'avais le sentiment de faire de la magie, j'étais orgueilleux. Je me disais : "Ce disque, c'est moi qui l'ai fait, on souffre quand on l'écoute !" Après coup, je me suis demandé si je n'étais pas allé trop loin dans la cristallisation de cette douleur. »



L’après-Ian Curtis sera finalement plutôt radieux pour les survivants de Joy Division qui deviendront New Order, l’une des premières unions réussies entre rock’n’roll et dance music. La vie du chanteur sera également mise en scène en 2007 dans Control, excellent biopic réalisé par le photographe Anton Corbijn. De son côté, Hannett œuvrera aux prémices du courant Madchester en produisant les Stone Roses et les Happy Mondays avant de mourir en 1991 à 42 ans. Le temps fera grandir l’aura et le mythe autour de Ian Curtis, auteur d'une œuvre finalement assez courte mais universelle, comme l'avait démontré le Français Marc Collin en 2004 avec son projet Nouvelle Vague, en revisitant en version bossa-nova sa plus belle chanson, Love Will Tear Us Appart. En faisant glisser la poésie de Curtis de la pluie de Manchester au soleil de Copacabana, il démontrait l'immensité de son potentiel artistique, et attisait d'autant les regrets…

Allez sur les applications Qobuz pour lire l'article complet...

Rejoignez Qobuz pour lire l'article complet...

Lire la suite sur Qobuz

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?