Artistes similaires

Les albums

3,00 €14,99 €
2,00 €9,99 €

Piano solo - Paru le 28 avril 2017 | ARTALINNA

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4F de Télérama - 5 étoiles de Classica
Depuis plusieurs années, Hiroaki Takenouchi nourrissait l'envie de défendre la musique d’une personnalité majeure de l’époque romantique, William Sterndale Bennett – un pianiste anglais, né en 1816, considéré à son époque comme l’un des virtuoses les plus captivants, par sa flamboyance et sa science du clavier. Takenouchi choisit ici l’une des partitions les plus incontestablement accomplies de Bennett, la Sonate pour piano en fa mineur, Op. 13, dédiée à Felix Mendelssohn-Bartholdy pour son mariage : cette œuvre dévoile un ton de ballade romantique, un caractère fébrile et tempétueux réellement enthousiasmant, à l’instar des grandes partitions de Mendelssohn ou Schumann, duquel Takenouchi propose en complément l’un des chefs-d’œuvre pour piano, les Etudes symphoniques, de 1834, et dédiées à ... William Sterndale Bennett. C’est un jeu de dédicaces réciproques entre ces trois grands noms du romantisme européen que sont Mendelssohn, Schumann et Sterndale Bennett, que révèle ce nouvel album d'Hiroaki Takenouchi chez Artalinna. Le premier volume d’une anthologie double dédiée à Haydn avait été récompensé d’un ffff de Télérama. « [...] La Sonate n° 1 de Bennett, terminée en 1836 à Leipzig, se signale par ses vastes proportions et la richesse d'une écriture retenant le meilleur de Beethoven et de Mendelssohn. Lyrisme et passion nourrissent une écriture pianistique ciselée, magnifiquement mise en valeur par l'approche romantique et les riches ressources sonores de l'interprète, spécialiste reconnu du compositeur anglais. Ces qualités font merveille dans les Etudes symphoniques, couplage justifié par l'amitié entre les deux musiciens et le caractère monumental commun aux deux œuvres. [...] » (Classica, février 2018 / Michel Fleury)
2,70 €13,49 €
1,80 €8,99 €

Classique - Paru le 15 septembre 2014 | ARTALINNA

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama
Quatre Sonates de Haydn finement ciselées par Hiroaki Takenouchi sont au programme de ce très beau disque. Avec sa sonorité bien en chair et la grande lisibilité des articulations, le pianiste japonais restitue le style de Haydn dans sa clarté et dans sa simplicité, mais aussi dans son temps, celui d'un classicisme rayonnant, également incarné par Mozart, mais surtout, déjà, par Carl Philipp Emanuel Bach que Haydn portait si haut qu'il avouait publiquement sa dette à son égard. Prise de son aérée et naturelle. Qui osera encore dire que Haydn reste derrière ses illustres contemporains ? FH