Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Jack White

On imaginait difficilement Jack White entrer dans les ordres ou devenir cariste une fois annoncé son divorce musical d'avec Meg, le 2 février 2011. Surtout que l'aventure White Stripes ne s'était guère arrêtée alors que le duo était en bout de course. Bien au contraire. La vie de celui qui naquit à Détroit le 9 juillet 1975 serait une embardée rock'n'roll jusqu'à son dernier épisode. Déjà, alors qu’en 2007 les White Stripes publiaient leur sixième album, Icky Thump, leur co-leader s'était engagé dans des activités annexes. La principale étant pour lui l'évolution de son propre label Third Man Records et surtout de son studio d'enregistrement à Nashville.

Raconteurs avec Brendan Benson, Jack Lawrence et Patrick Keeler à partir de 2005, Dead Weathers avec Alison Mosshart, Dean Fertita et Jack Lawrence à partir de 2009, diverses productions d’albums (comme celui du come-back de la star country Loretta Lynn en 2004) et enfin un premier opus solo intitulé Blunderbuss en 2012, il y a bien une vie après les White Stripes. Surtout que Jack White est avant tout le gardien du temple rock'n'roll. Le vigile d'une certaine tradition qui, sans se vouloir passéiste pour autant, aime à rappeler régulièrement ce que sont les véritables valeurs du rock, son histoire, ses héros, etc. Sa musique suinte ainsi le blues des pionniers comme le rock fifties, le rockabilly comme la soul sudiste voire la country. Ce blues de Son House ou de Blind Willie McTell, ce rock garage allant des Sonics aux Cramps, tous nourrissent sa musique et ses différents projets.

En juin 2014, Jack White donne une suite à Blunderbuss en publiant un deuxième album solo, Lazaretto, qu’il produit évidemment seul. Même si sa « marque de fabrique » est guitaristiquement et puissamment bien présente (les ravageurs High Ball Stepper et Lazaretto), le bonhomme offre ici davantage de pluralisme. Certains titres posés, parfois presque pop, montre un artiste désireux d’évoluer et de ne pas rester enfermé dans le costume de rocker post-zeppelinien. Un disque qui montre surtout que Jack White a encore énormément de choses à raconter…


Un véritable rêve humide pour ses fans que cette malle aux trésors 100% acoustique qu'il publie en sepetembre 2016 ! Comme son titre l’indique, Acoustic Recordings 1998 - 2016 renferme 26 titres unplugged enregistrés par le songwriter de Detroit avec les White Stripes, les Raconteurs et également en solo. Titres extraits d’albums officiels, faces B (comme, au hasard, Honey, We Can’t Afford To Look This Cheap produit par ce bon Beck), versions alternatives à gogo et autres inédits, c’est la fiesta totale qui certes ravira les fans hardcore du travail de White mais pourra également intéresser les touristes de son œuvre. Une somme évidemment entièrement remasterisée (par Andrew Mendelson à Nashville) et qui prouve surtout que dépouillées d’artifices, toutes ces chansons sont de vrais joyaux brassant la tradition blues, country et folk avec beaucoup d’originalité... © MD/Qobuz

Lire plus

Discographie

20 album(s) • Trié par Meilleures ventes

1 sur 1
1 sur 1

Mes favoris

Cet élément a bien été <span>ajouté / retiré</span> de vos favoris.

Trier et filtrer les albums