Votre panier est vide

Catégories :

Les albums

A partir de :
HI-RES20,99 CHF
CD13,99 CHF

Mozart: Sonatas for Fortepiano & Violin, Vol. 3

Isabelle Faust

Classique - Paru le 21 mai 2021 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
Rééquilibrant le dialogue entre les deux protagonistes, dont il fait ici de véritables alter ego, Mozart fait entrer le genre de la sonate pour pianoforte et violon sur la voie de la modernité. Isabelle Faust et Alexander Melnikov signent ici le troisième volume d’une passionnante intégrale sur instruments anciens. Leur jeu d’une “grande élégance et d’une rigueur totale” se distingue par “une expressivité tendre et délicate servie par des nuances d’une rare subtilité” (Classica). © harmonia mundi

Mozart: Gran Partita - Wind Serenades K. 361 & 375

Akademie für Alte Musik Berlin

Classique - Paru le 7 mai 2021 | harmonia mundi

Livret
Téléchargement indisponible
Quel contraste entre la société poudrée, élégante et frivole apparaissant sur la pochette de cet album et la mélancolie abyssale qui nous émeut tant dans ces pages que Mozart destinait justement à ce monde écervelé, totalement coupé des difficultés sordides du petit peuple. Pièces de divertissement avant tout, les œuvres pour ensemble d’harmonie étaient souvent destinées au plein air, mais aussi aux riches salons viennois où l’on voulait copier les ensembles de la cour impériale. Si Mozart n’ignorait rien des objectifs des sérénades pour vents qu’on lui commandait, elles lui permettaient aussi de se faire connaître ; c’est pourquoi il les écrivait « avec une once de sérieux » (lettre à son père), pour montrer ce qu’il pouvait faire. Les deux Sérénades pour instruments à vent du présent programme trouvent ici une interprétation de rêve grâce aux souffleurs de l’Akademie für Alte Musik de Berlin, qui en exaltent tout le suc expressif avec de splendides couleurs automnales. Le ton est donné d’entrée avec les étranges dissonances de la Sérénade en mi bémol majeur qui devaient dérouter les auditeurs attentifs de l’époque. Quant à la vaste Gran Partita en si bémol majeur, elle déroule ses sortilèges à travers ses sept mouvements, non sans magie par le sublime Adagio. © François Hudry/Qobuz
A partir de :
HI-RES21,81 CHF
CD15,59 CHF

Robert Schumann: Complete Piano Trios, Quartet & Quintet

Trio Wanderer

Musique de chambre - Paru le 30 avril 2021 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Diapason d'or / Arte
«Empoignant cinq chefs-d’œuvre chambristes de Schumann, les Wanderer et leurs amis dessinent un parcours intime, entre ombre et lumière, séductions et cauchemars. [...]  L’approche du Quintette op. 44 par les Wanderer se révèle déliée, creusée en profondeur, davantage qu’axée sur la multiplicité des couleurs, la sensualité des sonorités ou la brillance concertante. Nourrie par plus de trois décennies de compagnonnage, la fusion entre cordes et clavier s’opère à un niveau élevé. [...] L’inspiration fugitive des Phantasie stüke op. 88, la sérénité, les séductions plus immédiates du Trio op. 80 en fa majeur sont traduites avec une acuité exemplaire, une variété d’inflexions particulièrement travaillée. [...]  Le Trio op. 110 en sol mineur trouve ici la respiration spécifique, les idées étroitement associées et subtilement transformées d’une musique qui « recrée le temps évanoui de nos cauchemars » (Rémy Stricker). Après la nuit fantastique des trois premiers mouvements, nous voici baignés de lumière dans le finale, qui offre l’un des plus forts moments de ce remarquable triple album.» (Diapason, juin 2021 / Patrick Szersnovicz)Voguant en permanence de l’exubérance la plus impulsive vers le recueillement le plus contenu, de la passion la plus exacerbée vers la tendresse la plus innocente, ce programme forme un panorama représentatif du corpus chambriste schumannien. Au-delà des Trios avec piano qui à eux seuls "racontent Schumann", les Wanderer ont invité leurs partenaires de prédilection pour livrer leur lecture de deux chefs-d’œuvre absolus, les fameux Quatuor et Quintette avec piano. © harmonia mundi
A partir de :
HI-RES31,99 CHF
CD21,39 CHF

N'espérez plus mes yeux... Airs sérieux et à boire, Vol. 3

Les Arts Florissants

Classique - Paru le 30 avril 2021 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
Cinq chanteurs et cinq instrumentistes conduits par William Christie poursuivent le projet « d’archéologie du monde sonore » des Arts Florissants dans l’exploitation des recueils d’airs français des XVIe et XVIIe siècles. Le troisième volume de cette anthologie suit l’évolution de l’air de cour, genre tour à tour savant ou léger qui marqua le paysage musical français pendant plus d’un siècle. Le présent album se consacre plus précisément à des compositions de la fin de la Renaissance jusqu’au début du XVIIe siècle avec, en incipit, des chansons du protestant Claude Le Jeune qui devint compositeur ordinaire de la Chambre du Roi. Il exploite aussi les diverses facettes du genre entre noblesse et frivolité, voire des airs en langue italienne qui furent publiés en France dès 1608. Quelques pièces purement instrumentales sont insérées entre les airs, elles proviennent de trois sources musicales publiées avant l’arrivée en France de Lully qui fera évoluer l’écriture pour les cordes. Ce nouveau volume éclaire l’effervescence artistique de la cour de France à une époque où l’on pratiquait, comme aujourd’hui, le mélange des genres à travers des musiques s’adressant à des auditoires différents, mais dont le but était toujours d’étonner et d’émouvoir au moyen de la parole mise en musique. © François Hudry/Qobuz -----Avec ce troisième volume d’"Airs sérieux et à boire", Les Arts Florissants retrouvent ce genre tout en délicatesse qui a marqué le paysage musical français pendant plus d’un siècle. Tour à tour galants, truculents, spirituels, ces airs composés dans le style le plus inventif de la Cour de France ouvrent un espace de liberté infini : “On ne louera jamais assez le style, l’art de donner chair aux mots par la musique, de ces interprètes inspirés (...) qui affichent une complicité rayonnante. Un moment rare !” (Opéra Magazine). © harmonia mundi

Beethoven: Symphony No. 3 - Méhul: Les Amazones: Overture

Les Siècles

Classique - Paru le 7 mai 2021 | harmonia mundi

Livret
Téléchargement indisponible
Le privilège des immortels chefs-d’œuvre, qu’il s’agisse de musique ou d’autres arts, est de pouvoir être sans cesse contemplés, relus, revus ou réécoutés sans s’en lasser. La Symphonie n° 3 en mi bémol majeur, « Héroïque » n’échappe pas à la règle et offre même, dans l’interprétation de François-Xavier Roth, une jubilation particulière. La juxtaposition de l’Ouverture de l’opéra Les Amazones de Méhul, pour intéressante qu’elle soit dans sa perspective historique, creuse encore un peu plus le fossé entre le génie et le bon artisan, même s’il faut lui reconnaître un véritable sens dramatique plus théâtral que vraiment émouvant. L’intégrale Beethoven du label Harmonia Mundi se poursuit progressivement, et présente des prises de son très belles, avec du « grain », de la chair, une clarté chaleureuse mettant en lumière la qualité exceptionnelle des pupitres de l’orchestre Les Siècles, en particulier les instruments à vent, d’une saveur particulièrement fruitée. Avec Roth, nous sommes immédiatement sur le champ de bataille, sabre au clair, à l’assaut d’un langage complètement nouveau qui avait de quoi dérouter les premiers auditeurs de cette œuvre au tout début du XIXe siècle. « Allegro con brio », écrit Beethoven en tête du premier mouvement, une indication capitale que peu de chefs semblent avoir lue ou prise à la lettre. Avec cette manière d’arpéger l’accord initial, l’Eroica part sur les chapeaux de roues avec un optimisme forcené, sans aucune outrance, mais avec un sens aigu des articulations, des syncopes et des contrastes. La Marcia funebre qui suit en est d’autant plus poignante et l’image du champ de bataille revient, mais jonché de morts et d’une désolation faisant froid dans le dos avec le soulignement fatal des timbales sèches et puissantes qui semblent compter les cadavres.La vie continue dans les deux mouvements suivants gonflés d’espoir et de projets, avec un Scherzo pimpant et un Allegro molto final, où souffle un esprit de conquête que la stricte forme « thème et variations » si chère à Beethoven vient encore amplifier. Peut-être qu'en définitive, tout n’avait pas été encore exploré dans l’interprétation beethovénienne… Celle de François-Xavier Roth est passionnante, avec son mélange d’horreur et d’humanité. © François Hudry/Qobuz

Stravinsky: Le Sacre du printemps - Eötvös: "Alhambra" Concerto

Isabelle Faust

Classique - Paru le 9 avril 2021 | harmonia mundi

Livret
Téléchargement indisponible
Plus d’un siècle après le scandale historique qui le vit naître au Théâtre des Champs-Élysées, Le Sacre du printemps s'est imposé comme l'un des musts du répertoire symphonique moderne. Et si les forces telluriques générées par Stravinsky trouvent leur source dans la Russie païenne, c’est sous les arabesques des palais andalous que Péter Eötvös est allé puiser l’inspiration de son troisième concerto pour violon, Alhambra dont les dédicataires Isabelle Faust et Pablo Heras-Casado livrent ici le tout premier enregistrement. © harmonia mundi
A partir de :
HI-RES33,29 CHF
CD23,79 CHF

Berio To Sing

Lucile Richardot

Classique - Paru le 2 avril 2021 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
A partir de :
HI-RES33,29 CHF
CD23,79 CHF

C.P.E. Bach: "Beyond the Limits" Complete Symphonies for Strings and Continuo

Amandine Beyer

Classique - Paru le 26 mars 2021 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
Avec les six Symphonies, Wq. 182 dédiées au baron Van Swieten, Carl Philipp Emanuel Bach multipliait sur le plan instrumental et expressif les fulgurances les plus avancées. Loin de toute sensiblerie, de toute extravagance gratuite, elles ouvrent à la fois les portes du classicisme viennois et de son successeur immédiat : le romantisme ! Il était naturel qu'après avoir abordé Haydn et les princes Esterházy, Amandine Beyer et Gli Incogniti se penchent sur ce répertoire où, une fois encore, le mécénat aristocratique se situait au cœur de la création musicale. © harmonia mundi
A partir de :
HI-RES16,99 CHF
CD13,59 CHF

Pergolesi : Stabat Mater - Rossell : Salve Regina

Riccardo Minasi

Classique - Paru le 19 mars 2021 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
Le Stabat Mater de Pergolesi est devenu si populaire qu’on se prend à se demander ce que peut apporter une nouvelle version. La réponse à cette question est donnée par cet enregistrement de l’Ensemble Resonanz dirigé par Riccardo Minasi qui donne un dramatisme quasi caravagesque au chef-d’œuvre du compositeur napolitain. En poussant plus loin l’analogie, on pense aussi irrésistiblement à l’Extase de la bienheureuse Ludovica Albertoni se tordant dans des convulsions religioso-érotiques, sculptée par Le Bernin soixante années plus tôt. Croix et délices, bien avant Giuseppe Verdi. Le chef d’orchestre et violoniste romain restitue à merveille l’héritage baroque de la Contre-Réforme encore perceptible en plein XVIIIe siècle. Sa conception violemment expressive, aux frottements harmoniques venant nous vriller le cœur est augmentée du plaisir de retrouver deux voix de femmes dans cet enregistrement, alors que les falsettistes ont peu à peu envahi tout le répertoire de cette époque, bien souvent d’ailleurs sans aucune légitimité historique. Et quelles voix ! Giulia Semenzato, soprano et Lucile Richardot, mezzo, apportent une sensualité bienvenue à cette vision magistrale. On ne prête qu’aux riches c’est bien connu. En musique combien d’œuvres à l’authenticité douteuse n’ont-elles pas été attribuées à des compositeurs connus ? Il y a des faux avérés, des pastiches et des œuvres trop vite classées à tort par confort intellectuel ou comme argument de vente. Cette mésaventure était déjà arrivée à Pergolesi lorsque Stravinski avait arrangé diverses pièces italiennes exhumées des bibliothèques pour son ballet Pulcinella en 1919. On sait aujourd’hui que ses emprunts provenaient d’au moins quatre compositeurs différents. C’est le cas du Salve a duo qui lui fut autrefois attribué et qui semble être signé du compositeur catalan Joan Rossell, un glorieux inconnu dont Riccardo Minasi a retrouvé la trace. Le style napolitain fut largement contrefait, comme en témoigne cette Imitation du Salve Regina pour les instruments du violoniste Angelo Ragazzi figurant ici entre les deux œuvres vocales. Voilà un enregistrement venant renouveler avec bonheur l’approche souvent trop lisse et trop extérieure d’une oeuvre qui frappe les esprits depuis si longtemps. © François Hudry/Qobuz

Septem Verba & Membra Jesu Nostri

Ensemble Correspondances

Classique - Paru le 19 mars 2021 | harmonia mundi

Livret
Téléchargement indisponible
A partir de :
HI-RES33,29 CHF
CD23,79 CHF

A concert at the time of Proust

Théotime Langlois de Swarte

Duos - Paru le 19 mars 2021 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
Le 1er juillet 1907, Marcel Proust invitait ses amis à un concert privé au Ritz. Une lettre qu’il écrivit deux jours plus tard à Reynaldo Hahn nous en révèle tout l’éclectisme. Les compositeurs modernes y dialoguent avec le monde d’hier et celui de jadis : Fauré, Wagner, Schumann, Chopin et Couperin. Recréant pour nous cette soirée où les époques se mêlent et abolissent le temps, Théotime Langlois de Swarte et Tanguy de Williencourt font revivre l’intimité des salons parisiens du début du XXe siècle et nous plongent dans cet univers musical si fécond qui imprègne toutes les lignes d'À la recherche du temps perdu. © harmonia mundi
A partir de :
HI-RES33,29 CHF
CD23,79 CHF

Beethoven: Triple Concerto, Op. 56 & Trio, Op. 36

Freiburger Barockorchester

Classique - Paru le 26 février 2021 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
Après une trilogie consacrée avec succès aux concertos et trios de Schumann, l’équipe réunie autour du Freiburger Barockorchester et Pablo Heras-Casado ne pouvait ignorer l’un des ouvrages les plus singuliers de Beethoven : le Triple Concerto. C’est en véritables chambristes qu’ils font revivre cette partition, révélant ses couleurs et ses équilibres les plus subtils. La transcription pour trio de la Symphonie No. 2 supervisée par le compositeur lui‑même complète judicieusement cette exploration où l’intime se mêle au grandiose. © harmonia mundi
A partir de :
HI-RES33,29 CHF
CD23,79 CHF

Brahms: Viola Sonatas, Op. 120 - Zwei Gesänge, Op. 91

Antoine Tamestit

Musique de chambre - Paru le 19 février 2021 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama
Clôturant magistralement l’un des corpus de musique de chambre les plus remarquables du XIXe siècle, les deux Sonates Op. 120 de Brahms requièrent une virtuosité totalement dédiée à leur extraordinaire lyrisme. Tout comme dans la célèbre Berceuse, la ligne mélodique s’y développe avec un naturel quasi organique, à immédiate proximité du chant humain. Pas étonnant dans ce contexte de découvrir deux Lieder où baryton et alto évoluent d’égal à égal, portés par trois musiciens d’exception ! © harmonia mundi
A partir de :
HI-RES31,99 CHF
CD21,39 CHF

Beethoven: Symphony No. 7 - The Creatures of Prometheus

Freiburger Barockorchester

Classique - Paru le 19 février 2021 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or / Arte
Véritable "apothéose de la danse" selon les mots de Richard Wagner, la Septième de Beethoven n’a jamais vu sa popularité décroître depuis sa création... contrairement à son unique ballet, Les Créatures de Prométhée dont seule l’Ouverture nous est restée (un peu) familière. Proposer une nouvelle version d’un incontournable du corpus beethovénien tout en ressuscitant la version intégrale de l’un de ses chefs-d’œuvre les plus injustement oubliés : tel est le défi relevé avec brio par les musiciens du Freiburger Barockorchester, sous la direction de leur premier violon Gottfried von der Goltz. © harmonia mundi
A partir de :
HI-RES31,99 CHF
CD21,39 CHF

Gesualdo: Madrigali, Libri terzo & quarto

Les Arts Florissants

Classique - Paru le 5 février 2021 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
La personnalité noire, torturée et cruelle du prince Carlo Gesualdo reste inséparable de son œuvre pour les interprètes d’aujourd’hui qui, pour la plupart, s’efforcent de contextualiser sa musique pour essayer de l’interpréter avec le plus de réalisme possible. Les recherches musicologiques et historiques ont convaincu Paul Agnew que le double assassinat de sa première femme et de son jeune amant surpris en plein adultère n’avait eu que peu d’incidence sur la musique de Gesualdo. La musique était sans doute la plus grande obsession de sa vie dès son plus jeune âge et son état psychologique particulièrement sombre allait de pair avec les recherches harmoniques de son temps, dans le sillage de Luzzasco Luzzaschi à la cour de Ferrare, un des principaux centres intellectuels et artistiques d’Italie. Il poussera ces expériences à l’extrême dans les Troisième et Quatrième Livres de madrigaux. Ces deux nouveaux Livres révèlent (toujours selon Paul Agnew) une profonde mutation stylistique grâce aux poèmes choisis, souvent ferrarais, dont les mots sont lourdement chargés de sens. Plus de place pour des atmosphères galantes ou pastorales dans ces textes aux thématiques sombres, funèbres et même macabres pour certains d’entre eux. Cet album représente une nouvelle étape dans l’interprétation du cycle des six Livres de madrigaux de Gesualdo par Les Arts Florissants, dans la suite logique de leur anthologie Monteverdi initiée par William Christie. © François Hudry/Qobuz
A partir de :
HI-RES33,29 CHF
CD23,79 CHF

Beethoven: Missa solemnis, Op. 123

Freiburger Barockorchester

Classique - Paru le 5 février 2021 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
Devant la pléthore des enregistrements beethovéniens parus en 2020, il en est qu’on attend plus que d’autres comme cette Missa Solemnis, chef-d’œuvre absolu de la musique occidentale, dirigée par René Jacobs dont le récent enregistrement de Leonore (première mouture de l’opéra Fidelio du même Beethoven) avait conquis le monde musical. Composée en 1824, la Missa, « oeuvre rude et inconfortable qui ne laisse pas la moindre place au narcissisme des chanteurs » selon René Jacobs (il sait de quoi il parle !) est une grande sœur de la Neuvième Symphonie avec laquelle elle partage sa foi en l’homme plus qu’à la divinité. Enregistré à Berlin en mai 2019, cette version nous prend toutefois aux tripes aussi intensément que s’il s’agissait d’un concert. Le Kyrie, humble et profond apporte sa part d’ombre et de recueillement avant la déferlante d’un Gloria explosif qui semble provenir de toutes les poitrines humaines comme un vibrant appel de paix et de fraternité et qui va générer toute la suite de cette splendide interprétation. On l’aura compris, le RIAS Kammerchor ajoute une pierre de plus à un édifice discographique d’une incroyable qualité. Ajoutons à cela un fini instrumental comme on l’entend rarement et quatre solistes contribuant (sans narcissisme ?) à la puissance expressive de l’ensemble. Beethoven est là en entier, avec son idéalisme, avec sa tendresse, avec aussi sa manière d’asséner la paix à coups de marteau. « Il écraserait une mouche avec un rocher », aurait dit Goethe… © François Hudry/Qobuz
A partir de :
HI-RES53,72 CHF
CD38,38 CHF

Johann Sebastian Bach: The Complete Works for Keyboard, Vol. 4 "Alla Veneziana"

Benjamin Alard

Classique - Paru le 15 janvier 2021 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
Avec le volume 4 de l’immense projet de Benjamin Alard d’enregistrer toute la musique de Bach pour piano, nous restons à Weimar. Cependant, alors que le volume 3 se concentrait sur les influences françaises de Bach, celui-ci se penche plutôt sur les influences vénitiennes, et en particulier sur les transcriptions des concertos de Vivaldi, dont Bach a transposé les sonorités orchestrales pour clavier avec un succès étonnant.Cette série se distingue particulièrement par la décision d’Alard de regrouper les œuvres en fonction de la chronologie plutôt que de leur genre, et par l’éventail d’instruments étonnants dont il dispose, conférant à chaque programme une multitude de styles, de grains et de timbres différents. Ce dernier ajout ne fait pas exception à cette règle. Sur le second disque, par exemple, nous retrouvons l’exubérant Concerto en do majeur, BWV 976, transcrit du Concerto pour violon en mi majeur RV 265 de Vivaldi, suivi de l’obscure sobriété polyphonique du Prélude et fugue en sol mineur, BWV 535, de Bach, tous deux interprétés sur une copie de clavecin à pédale d’après un modèle hambourgeois de 1720, d’un ton glorieux, semblable à une cloche, avec des notes argentées dans l’aigu et fruitées dans le grave.Il fait ensuite appel aux sonorités de flûte de l’orgue Silbermann d’origine de l’Abbaye Saint-Étienne de Marmoutier, datant de 1710, pour un programme qui précède divers préludes de choral avec son Concerto pour orgue en do majeur, BWV 594, inspiré du Concerto pour violon en ré majeur « Grosso Mogul », RV 208, de Vivaldi et les précède de sa Toccata en do majeur, BWV 564, d’influence italienne. Quant au premier disque, on y trouve le clavecin originel de Mattia de Gand de 1702, aux sonorités très particulières, désormais au Museo Santa Caterina de Trévise, et dont les registres supérieurs au timbre doux et percutant sont particulièrement accrocheurs dans le Largo du Concerto en sol majeur, BWV 980, transcrit du Concerto pour violon en si bémol majeur, RV 381, de Vivaldi.Alard ne s’est pas contenté de reprendre les transcriptions de Bach et de les interpréter. Il les a d’abord comparées avec les originaux orchestraux, puis il a développé ses concepts sur la meilleure façon d’exprimer les parties et de créer des effets, ce qui lui a permis de gagner encore en richesse. Il suffit d’écouter le monde sonore magnifique et étincelant qu’il a créé pour le Concerto pour orgue en la mineur, BWV 593 – transposé du Concerto pour deux violons en la mineur, op. 3 no 8, RV 522, de Vivaldi – grâce à la décision géniale de le jouer non pas du tout à l’orgue, mais sur le clavecin à pédale susmentionné. À tout cela, vous pouvez ajouter la précision et la brillance d’Alard, ainsi qu’une énergie proprement vivaldienne (en effet, un peu comme Vivaldi, il est probablement préférable d’apprécier cette interprétation un disque à la fois, afin de ne pas se sentir épuisé !). Jamais une critique n’a semblé aborder si peu de la richesse d’un tel album. C’est peu dire que l’œuvre regorge d’éléments qui permettront à l’auditeur curieux de se détendre pendant un bon moment. © Charlotte Gardner/Qobuz
A partir de :
HI-RES33,29 CHF
CD23,79 CHF

Beethoven: Cello Sonatas, Op. 5

Tanguy de Williencourt

Classique - Paru le 8 janvier 2021 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
Avec les albums de la collection Stradivari, on peut retrouver les instruments d'exception conservés amoureusement au Musée de la Musique de Paris, à l'image du magnifique violoncelle Guarneri de 1734 et de ce grand queue Gebauhr de 1855, tous deux servant remarquablement la musique de Beethoven et de ses contemporains. Confiez ces joyaux de la lutherie européenne à des experts tels que Raphaël Pidoux et Tanguy de Williencourt et vous redécouvrirez les célèbres Sonates, Op. 5 du Maître de Bonn avec de nouvelles couleurs, et cela fait du bien ! © harmonia mundi
A partir de :
HI-RES13,49 CHF
CD8,99 CHF

Bach: Violin Partita No. 2, BWV 1004

Isabelle Faust

Classique - Paru le 4 décembre 2020 | harmonia mundi

Hi-Res

Bach: Cantata, BWV 199

Freiburger Barockorchester

Classique - Paru le 4 décembre 2020 | harmonia mundi

Téléchargement indisponible

Le label

harmonia mundi dans le magazine