La Discothèque Idéale Qobuz sélectionne des albums originaux non compilés pour en respecter la saveur et le geste artistique, qui ont marqué l'histoire du disque ou qui constituent des enregistrements essentiels de chaque genre musical. En téléchargeant ces albums, ou en les écoutant avec votre abonnement, vous choisirez le meilleur de l'histoire du disque.

Les albums

7,99 CHF

Variété francophone - Paru le 8 avril 2003 | Believe

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
7,99 CHF

Variété francophone - Paru le 1 janvier 1974 | Believe

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Album du chanteur, auteur & compositeur français Jacques Higelin, paru en 1975
16,49 CHF

Variété francophone - Paru le 1 janvier 2006 | Marianne Mélodie

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Jean-Lorris : Vision d'avenir "Aux hommes de l'an 2000" 1931 - Léon Blum : De quoi est né le Socialisme 1930 -Harmonie de la Voix des Nôtres : Marche socialiste 1937 - Fernand Bouisson : Le Parti Socialiste, grande école politique 1929 - Jean-Baptiste Lebas : Travailleurs de tous les pays, unissez-vous ! 1929...
12,79 CHF

Variété francophone - Paru le 19 octobre 2009 | Naive

Livret Distinctions 4F de Télérama - Victoire de la musique - Discothèque Idéale Qobuz - Sélection Les Inrocks
Si de nombreux artistes français tentent sans vergogne de se présenter comme l'héritier naturel de Serge Gainsbourg, Benjamin Biolay est sans doute le prétendant le plus légitime au titre. C'est un maître consommé du dialogue sensuel entre un garçon et une fille avec un thème ostinato de cordes envoûtantes lancé par Gainsbourg dans les années 60 et devenu le Saint Graal d'une bonne partie de la scène alternative (Pulp, Tindersticks, Blur, Portishead, Suede, etc.) Biolay est clairement au sommet de son art en tant que compositeur-arrangeur, et en effet, La Superbe a tout du dernier décalogue de la sensualité française, mais il y a quand même un certain seuil à ne pas dépasser dans un disque en matière d'amertume langoureuse et de monologues bavards, cinématographiques et parlés sur le sexe et la futilité de la vie. ~ Mariano Prunes
37,99 CHF
27,49 CHF

Variété francophone - Paru le 2 septembre 2016 | Universal Music Division Barclay

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
NOTE SUR CETTE RÉÉDITION Cette réédition est plus complète et ne suit pas le contenu bien connu de la version parue originellement en 1973 en vinyle, toujours disponible sur Qobuz. Elle comprend plusieurs versions inédites : Le chien, Les copains d'la neuille, Rotterdam, Vitrines, Préface, Les poètes, La damnation, Pépée, La mémoire et la mer, La solitude, Ni Dieu ni maître. Le déroulé du concert tel que rendu dans cette réédition suit peu ou prou l'ordre du concert filmé qui existe en film sur Internet. Il est notable que l'ouverture du récital retenue pour cette réédition semble conforme à celle du film. Dans la version en 33T et la réédition précédente en numérique, la première chanson était Les oiseaux du malheur​. Le récital filmé atteste que le spectacle commençait bien par le monologue Le chien, ce qui donne une autre idée d'un récital qui devait donc débuter par un titre bien plus "combatif" que le très mélancolique Les oiseaux du malheur... Le site officiel de Léo Ferré nous dit que la publication tronquée du concert en 33T avait été faite sans son accord. Il reste que l'ordre des chansons a aussi pu varier selon les représentations. Le son de cette réédition est bien entendu incomparable par rapport à la version originale et par rapport au son du film, très précaire. ★ ★ ★ ★   ​"Seul en scène" souligne un​ moment-​charnière ​dans la carrière de ​Ferré. Paul Castanier au piano donnait à Léo Ferré au cours de ces années-là un écrin cousu-main sensationnel. Quel pianiste ! Le récital de l’Olympia ​constitue​ le versant opposé et le miroir du très beau récital "Bobino 69" – également disponible sur Qobuz​, avec le même Castanier mais plus corseté, et mis​ selon les chansons en compétition avec des bandes-orchestre qui deviendraient par la suite, bien plus tard, les derniers compagnons sur scène du dernier Ferré solitaire. Une question de répertoire aussi : à Bobino c’est encore beaucoup le Ferré de l’avant 68 et de sa révolution personnelle. À l’Olympia​ en 1972​ le musicien, et poète, et chanteur, regarde bien plus à demain et ouvre ce qui sera sa nouvelle vie, et à bien des égards un nouveau style, plus libre. Ferré devient rappeur, devient gueulard différemment du chansonnier acide​ qu'on connaissait​. Il reprend ses crayons et la liberté sur ses arrangements, réalisés depuis des années par Jean-Michel Defaye. Il s’engage dans une nouvelle période de production marquée par un accompagnement au disque le plus souvent symphonique, par des concerts nombreux avec orchestre symphonique, par un éclatement formel qui se joue là, sous nos yeux, à l’Olympia​. À cet égard la fin du récital dans la version piano-voix de Il n’y a plus rien est u​ne déflagration. En 1972 à l’Olympia le récital est bio : voix/piano, et rien d'autre ! Pas la moindre bande magnétique, à l’inverse de Bobino. Après la rupture avec Madeleine, parce que Léo Ferré n’a​vait​ plus de maison où aller avant qu’il ne se pose en Toscane avec sa nouvelle compagne, il invent​a​ avec Paul Castanier une extraordinaire forme légère de récital à deux, qui n’a qualitativement sans doute jamais été approchée dans la chanson française. Prises de risque​ à deux​, virtuosité et liberté de l’un et de l’autre – le résultat est insensé, et surprend à chaque nouvelle écoute. Et puis, osons l’écrire : Popaul-le-pianiste-barbu-aveugle-comme-un-hibou, virtuose génial et solitaire dans sa cécité, avec ses grandes lunettes noires, qu'il faut mener sur scène en le tenant par la main, fait totalement partie du Barnum Ferré de ces années-là – remplacez Barnum par légende, si vous le voulez, cela fera plus respectueux. On ne comprend pas l’incroyable élasticité du duo sur la scène de l’Olympia si on ne sait pas que ce duo aura enfilé dans tous les coins de la France pompidolienne des concerts innombrables qui se donnaient souvent des airs de grand soir par la grâce d’un public excité en diable. Il est arrivé aussi que Ferré lui-même se fasse contester et traiter de commerçant de la révolte – il ne s’est jamais résolu à se faire protéger par la police, lui. Ferré participa aussi avec Popaul au cours de ces années, 70, 71, 72, où toutes les causes avaient leurs défenseurs et leurs journaux, à quantité de galas politiques et en premier lieu, fidèlement, pour la Fédération Anarchiste de l'époque Maurice Joyeux. C’était le bon temps et vraiment, cet enregistrement fabuleux nous y ramène. On perdrait sur les Halles de Baltard qui seraient détruites, finalement, peu après que Ferré y eut aussi donné des concerts en compagnie du groupe Zoo – mais le drapeau noir flottait sur la marmite, et aux concerts de Léo Ferré ! À la séparation d’avec Paul Castanier​ qui ne devait pas tarder après ces concerts,​ Léo Ferré n’eut plus de pianiste dans sa vie et sur scène, mis à part Dag Aschatz pour le Concerto pour la main gauche de Ravel. Mais c’est une autre histoire. – HK
26,99 CHF

Variété francophone - Paru le 1 janvier 2011 | Marianne Mélodie

Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Les plus belles musiques militaires. La fanfare de la Cavalerie, Batterie et Musique de la Garde Républicaine, la Cavalerie Française, la Musique de l'Air, ainsi que la Musique Principale des Equipages de la Flotte de Paris et de Toulon sont ici réunies et jouent les plus célèbres marches militaires françaises et américaines. Enregistrements réalisés entre 1950 et 1960.
25,49 CHF
17,99 CHF

Variété francophone - Paru le 1 janvier 1976 | Universal Music Division Mercury Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Puisque les albums-concepts lui plaisent et lui réussissent plutôt bien, Serge Gainsbourg remet le couvert avec cet Homme à tête de chou qui parait en novembre 1976. Un disque dont il a emprunté le titre à une sculpture de Claude Lalanne datant de 1970... Une fois de plus, l’esprit à tiroirs du bonhomme fait des merveilles sur des chansons aussi variées que L'Homme à tête de chou, Marilou Reggae, Marilou sous la neige et Variations sur Marilou. La plume de Gainsbarre s’amuse, tantôt grivoise, tantôt poétique au possible. Le déclamé plutôt que le chanté est souvent de mise comme sur le troublant Chez Max coiffeur pour hommes ou sur Flash Forward et Lunatic Asylum. Côté musique, l'éclectisme est à nouveau au rendez-vous, entre rock psyché, rock progressif et escapades reggae... Etonnamment, cet Homme à tête de chou, aujourd’hui considéré comme un des musts de la discographie du chanteur, reçut un accueil critique mitigé à sa sortie, rencontrant même un succès public plutôt modeste… © MZ/Qobuz
25,49 CHF
17,99 CHF

Variété francophone - Paru le 1 janvier 1969 | Universal Music Division Mercury Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Après Bardot, place à Birkin ! Avec l’’intense et torride Je t'aime… moi non plus qui ouvre ce dixième album paru – ça ne s’invente pas – en 69, Serge Gainsbourg offre à la face du monde son histoire d’amour naissante avec Jane Birkin rencontrée un an plus tôt sur le tournage du film de Pierre Grimblat, Slogan. Le disque porte d’ailleurs le nom de sa nouvelle muse car il devait être composé à l’origine de chansons écrites pour elle. Il décide finalement d’ajouter d’autres titres destinés à d’autres interprètes ou mis de côté comme Elisa ou Les Sucettes chantées trois ans auparavant par France Gall. Le résultat est un enregistrement magique tout au long duquel les voix des deux tourtereaux s’enlacent et se délassent, seuls ou séparément, sur des chansons devenues quasi-légendaires (69 Année érotique, Jane B, Élisa, L'Anamour, Orang-Outan, Sous le soleil exactement, Manon…). Des chansons habillées de violons langoureux ici, de basses vrombissantes là et de guitares psychédéliques un peu plus loin. Bref, un classique. © MZ/Qobuz
25,49 CHF
17,99 CHF

Variété francophone - Paru le 1 janvier 1971 | Universal Music Division Mercury Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
L’album qui fascine bien au-delà des frontières de la Gaule. Les années passent et cette Melody Nelson ne cesse donc d’imposer ses formes. Celles de ses mots. Celles de ses mélodies aussi. Cet album-concept, Serge Gainsbourg ne l’a pas enfanté seul mais avec Jean-Claude Vannier qui en a signé les arrangements. Comme il est aussi étroitement lié à la personnalité de sa femme d’alors, Jane Birkin, dont l’androgynie a inspiré ce personnage de Melody Nelson dont le disque narre les pérégrinations. Avec cet opus qui parait en mars 1971, le chant de Gainsbourg devient le parlé de Gainsbourg. Une narration qui s’abandonne dans l’orchestration du disque, ses cordes somptueuses et ses chœurs oniriques. Une sorte de long rêve éveillé qui se déroule sur la toile tendue d’un patchwork musical assez novateur pour l’époque. © MZ/Qobuz
10,99 CHF

Variété francophone - Paru le 1 janvier 2007 | Marianne Mélodie

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Papa Maman la bonne et moi (version studio) - La voiture d'occasion - Le déménagement - La chasse à l'homme - Vacances - Visite à la radio - Métro - J'ai l'air d'un plaisantin - Histoire de roses - Histoire de jeunesse - Chacun son tour...
10,99 CHF

Variété francophone - Paru le 1 janvier 2011 | Marianne Mélodie

Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Hommage à Colette Renard. 50 titres magnifiques parmi les plus emblématiques de sa carrière discographique, de 1856 à 1961 !
26,99 CHF

Variété francophone - Paru le 1 janvier 2011 | Marianne Mélodie

Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Une magnifique anthologie de 5 CD qui s'adresse aux enfants d'aujourd'hui comme aux bambins d'hier, ceux des années 30, 40, 50, qui contient tous le srefrains popualaires de notre France. Des rondes et canons fokloriques très anciens aux airs des dessins animés de Walt Disney, en passant par les vraies chansons destinées aux enfants, le tout en versions originales !
25,49 CHF
17,99 CHF

Variété francophone - Paru le 1 janvier 1964 | Universal Music Division Mercury Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
La rupture, enfin ! Avec son sixième album qui sort en octobre 1964, Serge Gainsbourg a définitivement dit adieu au Saint-Germain-des-Prés de ses débuts et à l’esprit de Boris Vian qui nourrissait copieusement son art et ce malgré sa grande originalité. Comme son titre le laisse entrevoir, cet exotique Gainsbourg Percussions regorge de percussions. Des percussions africaines non seulement centrales mais contre lesquelles il adosse sa langue si singulière et originale, souvent même délirante. Et c’est la fusion de ces univers de prime abord antagonistes qui fait ici de vraies étincelles comme sur Couleur Café… A l’origine de cette sorte de révélation, l’album Drums Of Passion enregistré en 1959 par le grand percussionniste nigérian Babatunde Olatunji et dont Gainsbourg revisite ici trois chansons : Kiyakiya devient Joanna, Akiwowo se transforme en New York USA et Gin-go-lo-ba est rebaptisé Marabout. On peut ajouter à ces emprunts (pillages?) non crédités, la chanson Umqokozo de Miriam Makeba qui devient ici Pauvre Lola. La direction musicale de cet opus on ne peut plus avant-gardiste est à nouveau signée Alain Goraguer. Parmi les musiciens conviés aux sessions, on note la présence de Michel Portal au saxo et Eddy Louiss à l’orgue. © MZ/Qobuz
25,49 CHF
17,99 CHF

Variété francophone - Paru le 7 septembre 2015 | Universal Music Division Mercury Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
10,99 CHF

Variété francophone - Paru le 1 janvier 2010 | Marianne Mélodie

Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Tous les plus grands succès de Bourvil (1946-1970), 12 duos avec Pierrette Bruno et une interview inédite
10,99 CHF

Variété francophone - Paru le 1 janvier 2014 | Marianne Mélodie

Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
8,99 CHF

Variété francophone - Paru le 1 janvier 2007 | Marianne Mélodie

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Une partie de pétanque - Des mots d'amour à minuit - Deux grands yeux noirs - Une java - Au soleil de Marseille - Lucien tiens-toi bien - Le Pont Transbordeur - Le plaisir de la pêche - Les Pescadous ouh ouh - Le plus beau tango du monde...
37,99 CHF
27,49 CHF

Variété francophone - Paru le 15 juin 2015 | Universal Music Division Mercury Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
25,49 CHF
17,99 CHF

Variété francophone - Paru le 18 mai 2015 | Universal Music Division Barclay

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
25,49 CHF
17,99 CHF

Variété francophone - Paru le 16 mars 2015 | Universal Music Division Mercury Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz