Les albums

5765 albums triés par Date : du plus récent au moins récent et filtrés par Opéra
23,99 CHF
15,99 CHF

Opéra - À paraître le 14 septembre 2018 | Signum Records

Hi-Res Livret
28,77 CHF

Opéra - À paraître le 14 septembre 2018 | Naxos

Livret
47,97 CHF

Opéra - À paraître le 31 août 2018 | Orfeo

Livret
31,98 CHF

Opéra - À paraître le 31 août 2018 | Orfeo

Livret
47,97 CHF

Opéra - À paraître le 31 août 2018 | Orfeo

Livret
31,98 CHF

Opéra - À paraître le 31 août 2018 | Orfeo

Livret
31,98 CHF

Opéra - À paraître le 24 août 2018 | Oehms Classics

Livret
S’il est bien un opéra qui met en scène la folie d’un homme, c’est Wozzeck de Berg, sans doute le premier opéra avant-gardiste du XXe siècle. Écrit entre 1912 et 1922, l’ouvrage emprunte aux formes « anciennes » – pavane, gavotte, passacaille, polka, forme-sonate, fantaisie et fugue, invention, variations etc. – que le compositeur adapte à sa propre conception de l’atonalisme. On n’est d’ailleurs pas dans le mode dodécaphonique, et il est aisé de déceler bien des tendances micro-tonales ; le chant, lui, s’approche assez souvent du « sprechgesang » pour un discours pourtant ultra-lyrique. Ce chef-d’œuvre est ici donné dans un enregistrement réalisé en direct sur scène, à l’Opéra de Francfort, avec la troupe et l’orchestre de l’opéra, auxquels s’ajoutent quelques chanteurs invités dont le baryton norvégien Audun Iversen dans le rôle-titre. Marie, quant à elle, est chantée par Claudia Mahnke, certes membres de la troupe de Francfort mais également une habituée de Bayreuth, ce qui vous situe l’artiste… © SM/Qobuz
31,98 CHF

Opéra - Paru le 17 août 2018 | Dynamic

28,78 CHF
19,18 CHF

Opéra - Paru le 10 août 2018 | Naxos

Hi-Res Livret
28,78 CHF
21,59 CHF

Opéra - Paru le 6 août 1993 | Viennasound

Hi-Res
15,99 CHF

Opéra - Paru le 3 août 2018 | Carus

Livret
Encore une fois, Frieder Bernius nous entraîne dans sa fantastique exploration des chefs-d’œuvre romantiques et préromantiques oubliés ou négligés ; après tant de Schubert et Mendelssohn rares, sans oublier Kalliwoda, Cherubini, Rheinberger, Otto Nicolai, Burgmüller, Spohr et tant d’autres, le voici chez Franz Danzi avec l’opéra romantique – le terme romantique est du compositeur lui-même – Der Berggeist (« L’Esprit de la montagne ») de 1813. L’ouvrage reprend le personnage de Rübezahl, très familier du monde fantastique germanique, silésien et tchèque y compris jusqu’à nos jours, dans une intrigue des plus alambiquées que l’auditeur français pourra oublier, pour ne se laisser entraîner que par la qualité de la musique et de l’interprétation, impeccable dans l’ensemble. Bien que « romantique », toutefois, cette œuvre d’un bonhomme qui fut quand même l’ami et le champion de Weber, penche plutôt du côté de Haydn et Mozart, de sorte que l’élément musical « fantastique » est bien celui de La Flûte enchantée et non point du Freischütz. Il est vrai que ce Freischütz ne vit la lumière que huit ans après Der Berggeist… Naturellement, il s’agit ici d’une première mondiale discographique – réalisée en représentation publique – qu’il convient de saluer chapeau bas. © SM/Qobuz
47,98 CHF
31,98 CHF

Opéra - Paru le 3 août 2018 | Orfeo

Hi-Res Livret
1959 fût une année très spéciale pour le « Nouveau Bayreuth », car Wieland Wagner y avait présenté dix ouvrages dans sa propre mise en scène, inspirée des travaux d’Adolphe Appia qui apportaient un jeu très vivant et une nouvelle utilisation de la lumière, dans une recherche de naturel que Wieland Wagner décrivait comme un « réalisme magique ». De jeunes chefs et une nouvelle génération de chanteurs venaient contribuer à ce renouveau destiné à oublier les vénéneuses années où la famille Wagner était sous l’emprise de Hitler. Parmi cette nouvelle génération d’artistes, on trouvait Wolfgang Sawallisch dont le dynamisme allait mettre le feu aux poudres à l’abîme mystique. Si son live du Vaisseau fantôme du Festival de 1961 est depuis longtemps un classique autrefois publié par Philips, certains éditeurs ont exhumé d’autres spectacles dirigés par Sawallisch en 1959. Celui capté le 23 juillet est déjà connu, mais Orfeo publie ici un enregistrement, d’excellente qualité sonore, du 5 août 1959. Marquée par une baguette ardente chauffée à blanc dès les premières notes de l’ouverture, cette version inédite propose un exceptionnel ensemble de chanteurs dont une Leonie Rysanek de trente-trois ans qui chante Senta pour la première fois, et en Hollandais, George London, qui fut un des barytons les plus recherchés des années 1950-1960 dans la musique de Wagner. Ce Vaisseau fantôme incandescent et romantique souligne avec éloquence la filiation Weber-Wagner. © François Hudry/Qobuz
28,79 CHF
19,19 CHF

Opéra - Paru le 3 août 2018 | PentaTone

Hi-Res Livret
Eh oui, à l’opéra, lorsque le ténor et la soprano cherchent mordicus à se faire les yeux doux, il se trouve toujours un baryton ou une basse pour semer la zizanie, parfois en vain – Osmin, Pizzarro, Caspar –, parfois avec grand succès – les divers Méphisto, Nick Shadow, Lindorf-Dapertutto-Miracle. Le baryton-basse états-unien Kevin Short nous offre ici, accompagné par un Orchestre Philharmonique de Marseille en grande forme, un florilège de très, très méchants personnages, des rôles qu’il a déjà chantés plus ou moins sur toute la planète lyrique. Considérez qu’on a déjà pu l’entendre au MET de New York, aux opéras de Chicago, Houston, Los Angeles, Washington, à l’Opéra Comique de Paris, à Cologne, Stuttgart, Bologne ; aux festivals de Santa Fe, Bregenz, Baden-Baden, Aix-en-Provence. Sans oublier, naturellement, son intense activité dans le domaine concertant avec les orchestres de Boston, Philadelphie, San Francisco, Cleveland, de la RAI, de Radio France et tant d’autres du même acabit. Puristes (qui avez cent fois, mille fois raison d’ailleurs), ne craignez point : Kevin Short maîtrise fort bien la prononciation française, ainsi d’ailleurs que l’allemande et l’italienne. En guise de « bonus », il nous offre un air de son compatriote Gordon Getty, Mephistopheles to Faust. Pour mémoire, Getty porte bel et bien le nom de la fameuse dynastie pétrolière, mais Gordon préfère nettement composer de la musique – excellente d’ailleurs. © SM/Qobuz

Le genre

Opéra dans le magazine