Votre panier est vide

Catégories :

Les albums

A partir de :
CD14,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 24 août 2013 | XL Recordings

Distinctions 5/6 de Magic
Pourrait-il succéder à Mike Skinner (alias The Streets) dans le rôle du porte-parole de toute une génération ? Archy Marshall plus connu sous le pseudo King Krule capture la voix saisissante des jeunes Londoniens comme le fit il y a déjà plus d’une décennie celui qui reste le héros d’Archy… Son organe inattendu de baryton, profond et triste, plein de désillusion et de désorientation a un effet dévastateur. Pris dans son ensemble, cet album est le son d’un jeune homme qui grandit et tente de saisir les réalités du monde qui l’entoure, mais aussi un voyage fascinant et brutal. King Krule n’hésite pas à baptiser son étonnant alliage musical de blue wave. Une tambouille qu’il décrit comme renfermant « le côté agressif du post-punk et de la no-wave et celui, plus doux, du blues et du jazz ». Ajoutez à cela quelques effluves dubstep et le résultat est un assez bluffant alliage que la prose introspective d’Archy Marshall réussit à souder. King Krule fait déjà figure de… futur roi d’Angleterre ? © MZ/Qobuz
A partir de :
CD14,49 CHF

Électronique - Paru le 25 février 2013 | XL Recordings

Distinctions 3F de Télérama - 5/6 de Magic
On peut a priori bel et bien parler de supergroupe. Atoms for Peace est en effet l’initiative du cerveau prolifique de Thom Yorke (Radiohead) et de Flea, le bassiste des Red Hot Chili Peppers. Les deux stars sont ici accompagnés par Nigel Godrich (producteur émérite de Radiohead entre autres), Joey Waronker, batteur qui a fait ses armes auprès de REM, Beck, Elliott Smith, Ima Robot, ou encore Walt Mink et Mauro Refosco, batteur et percussionniste qui a notamment joué avec David Byrne. Enregistré en trois jours seulement après avoir suscité les envies et fantasmes les plus fous du petit monde de l’electro rock indie, Amok est le résultat de nombreux jams que les musiciens ont effectués entre eux depuis 2009. Dès le morceau d’ouverture, « Before Your Very Eyes… », on sait que l’on est en présence d'artistes qui ont décidé de s’amuser, d’expérimenter ensemble, sans pour autant tomber dans la pose qui consiste à être compris par le moins d’auditeurs possibles. Beats syncopés, voix de Thom Yorke reconnaissable entre mille, chœurs inquiétants mais mélodie pop : le ton est donné. Atoms for Peace est là pour tenter, creuser, essayer de secouer les diverses influences de Thom Yorke et de Nigel Godrich avec l’aide de musiciens de renom. « Default », premier single d’Atoms for Peace, avait déjà laissé entrevoir le potentiel du disque. Et le résultat est plutôt conforme, sans rien inventer de particulier, comme Thom Yorke a pu le faire avec ses Radiohead sur quelques albums, Atoms for Peace propose une assez courte (neuf morceaux) divagation electro pop teintée de rock. D’aucuns diront que ce Amok n’est rien d’autre que le deuxième album solo de Thom Yorke, après le très réussi The Eraser. Et ils n’auront pas tort. Aucune trace ici de la basse vrombissante de Flea, plus occupé à trifouiller les machines et autres joujoux électroniques qui composent le disque, de « Useless » à l’excellent « Stuck Together Pieces ». Amok est un album à écouter au casque de préférence, pour en saisir les subtilités de productions et d’arrangements. La patte Thom Yroke et celle de Nigel Godrich sont effectivement très reconnaissables. Mais du « super groupe » de départ, on ne retiendra finalement que le « super album » d’un « super artiste » entourés de « supers assistants ». Une réussite personnelle, donc. Une de plus pour le chanteur d’Oxford. © ©Copyright Music Story Arnaud De Vaubicourt 2015

Le label

XL Recordings dans le magazine