Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
CD17,99 CHF

Dance - Paru le 1 janvier 1997 | Virgin Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Sélection du Mercury Prize
Lorsque l'auditeur dépose Dig Your Own Hole sur sa platine, il doit s'attendre à recevoir une déflagration sonore faite de claquements de caisse claire, de sonorités hurlantes, de mélodie électro-électriques sur un tempo détonnant. De « Block Rockin' Beats » à « Setting Sun », la tension ne se relâche pas une seconde pendant les cinq premiers morceaux. La bouillonnante mixture ne s'apaisera qu'avec la voix de Noel Gallagher qui met fin à ce premier mouvement explosif ressemblant aux mixes live du groupe. La deuxième partie du disque est plus variée, quoique tout aussi réussie. Il y a d'abord le très répétitif « It Doesn't Matter », qui a pris un coup de vieux, puis le funky « Lost in the K-Hole », dont la basse groove habilement, et enfin le resplendissant « Where Do I Begin ». Ce dernier titre illustre magnifiquement le talent de The Chemical Brothers à transformer une mélodie apaisante et la douce voix de Beth Orton en une bombe electro-rock. Le disque s'achève avec la contribution de Jonathan Donahue, de Mercury Rev, sur « The Private Psychedelic Reel », à l'intro crépusculaire, et dont le sample de sitar est le signal d'un délire psychédélique long-format à la sauce Big Beat. Tout est bon dans ce deuxième album qui assoit la célébrité du duo dans le monde. © ©Copyright Music Story Gabriel Perreau 2021
A partir de :
CD15,49 CHF

Électronique - Paru le 1 janvier 2005 | Virgin Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Avec les beats féroces, les rythmes remuants et les samples hallucinatoires de leur cinquième album, les Chemical Brothers prennent des directions aussi diverses qu’enthousiasmantes. Les gros beats incontournables sont particulièrement bien illustrés par "The Big Jump" et la constamment évolutive "Believe" (avec les chants de Kele Okereke de Bloc Party), mais la véritable surprise se niche dans la richesse des morceaux plus lents. "Hold Tight London" invite le joli chant d’Anna-Lynne Williams, et le long instrumental "Surface to Air" plane sur des lignes de beats envoûtantes. L'album opère ensuite un virage à 180 degrés avec "Galvanize", une tranche de techno-rap arabisante mâtinée de deep funk avec Q-Tip et "Left Right", une tirade anti-guerre cinglante dont les rimes sont assurées par Anwar Superstar. Push the Button ratisse très large, dévoilant de nouveaux univers sonores juste en-dessous de la surface des sentiers battus de l’électro. © Erich Kuersten /TiVo
A partir de :
CD19,49 CHF

Électronique - Paru le 1 janvier 1995 | Astralwerks

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz

L'interprète

The Chemical Brothers dans le magazine