Artistes similaires

Les albums

21,99 CHF
15,99 CHF

Blues - Paru le 21 octobre 2013 | Dixiefrog

Hi-Res Livret Distinctions Découverte JAZZ NEWS - Hi-Res Audio
Leyla McCalla puise son inspiration à partir d'une variété de sources : son patrimoine haïtien, un séjour à la Nouvelle Orléans dont elle a découvert les influences cajuns (Mardi Gras) et la danse de manière générale. Chanteuse, multi-instrumentiste accomplie, c’est au violoncelle qu’elle se distingue, faisant montre d’un art singulier et unique en son genre. Née à New York de parents haïtiens émigrés, Leyla McCalla a grandi dans la banlieue du New Jersey. À l'adolescence, elle déménage à Accra, au Ghana pendant deux ans. À son retour, elle étudie au Smith College puis à l'Université de New York où elle se spécialise en musique de chambre au violoncelle. Elle s’installe un temps à la Nouvelle-Orléans où on peut l’entendre dans les rues du French Quarter, un séjour qui sera déterminant dans ses goûts à venir. C'est en jouant dans la rue qu'elle a attiré l'attention de Tim Duffy, le fondateur et directeur de la Music Maker Relief Foundation, qui l’a présenté au Carolina Chocolate Drops. Avec ce groupe, elle sera nominée aux Grammy Awards pour Leaving Eden. Ce Vari-Colored Songs, hommage à Langston Hughes, est son premier album solo et le résultat d’une collecte sur internet (sur Kickstarter) qui lui en a permis la production. Sur cet album, on retrouve l’un des rois du banjo de la Nouvelle Orléans, Don Vappie, l’excellent guitariste Luke Winslow et son mari, issu des Carolina Chocolate Drops, Huby Jenkins. © JMP/Qobuz
15,99 CHF
11,49 CHF

Jazz vocal - Paru le 25 janvier 2019 | Jazz Village

Hi-Res Livret Distinctions Songlines Five-star review
Magnétique, Leyla accroche. Et décroche surtout, avec ce troisième album, des instants de joie. Elle est de celle qui évoque l'histoire. New-yorkaise aux origines haïtiennes, elle s'est fixée dans le bayou de la Louisiane pour mieux creuser ses racines créoles, entrer en résistance, excaver ou raconter l'injustice sociale et environnementale. Ces huit ans passés au soleil de La Nouvelle-Orléans l'ont épanouie. Leyla McCalla a délaissé son violoncelle pour mieux s'ouvrir à la clarinette, violon, piano, guitare électrique. Pour la première fois épaulée par un groupe, King James & The Special Men, la multi-instrumentiste a brassé plus large. Le folk rétro de Capitalist Blues trempe dans le calypso (Mize Pa Dous), le R&B (Me and My Baby) ou le blues créole (Lavi Vye Neg), quand sa voix, tantôt créole, tantôt anglaise, en absorbe les différentes aspérités. C'est très arrangé et respire la langueur des tropiques. © Charlotte Saintoin/Qobuz
21,99 CHF
15,99 CHF

Blues - Paru le 27 mai 2016 | Jazz Village

Hi-Res Livret
Comme elle l’avait fait pour son excellent premier album, Leyla McCalla mélange toutes ses influences culturelles au sein de sa musique. New Yorkaise de naissance, la multi-instrumentaliste d’origines haïtiennes a choisi comme attache le port de la Nouvelle-Orléans. C’est pourquoi A Day For The Hunter, A Day For The Prey rappelle les grandes heures de la ville de Louisiane. On y entend des influences jazz et ragtime, du blues et du folk évidemment, que l’accordéon et le violon viennent sublimer. Leyla McCalla peut d’ailleurs se permettre de chanter en anglais, mais aussi en français et créole lorsqu’elle le souhaite. Le résultat est réussi, assez classique, mais d’une grande qualité. Inspiré par les drames de l’immigration haïtienne (boat-people etc…) aux Etats-Unis, A Day For The Hunter, A Day For The Prey est un voyage au cœur d’une Amérique sudiste à l’accent tropical. © AR/Qobuz
1,99 CHF
1,49 CHF

Jazz - Paru le 25 octobre 2018 | Jazz Village

Hi-Res
4,49 CHF
2,99 CHF

Jazz - Paru le 11 janvier 2019 | Jazz Village

Hi-Res
1,99 CHF
1,49 CHF

Jazz - Paru le 7 décembre 2018 | Jazz Village

Hi-Res

L'interprète

Leyla McCalla dans le magazine