Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
HI-RES17,99 CHF
CD14,49 CHF

Folk - Paru le 23 octobre 2020 | 4AD

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Pitchfork: Best New Music
Avant que Big Thief ne devienne le groupe fétiche des fans de folk rock indie, sa chanteuse Adrianne Lenker avait publié trois albums solo : Stages of the Sun (2006), Hours Were the Birds (2014) et Abysskiss (2018). Cette fois, la fée folk fait du encore plus grand avec encore moins de moyens. Seule avec sa guitare acoustique, elle a enregistré cet album bicéphale (disponible séparément sous les explicites titres Songs et Instrumentals) dans une cabane d’une forêt des Berkshires dans le Massachussetts. On entend le bois craquer. Les oiseaux et les insectes aussi. Et même ses doigts glisser sur ses cordes. A chaque seconde, le monde réel s’éclipse un peu plus. Et sa voix fragile devient un aimant redoutable… Réussir à hypnotiser dans un tel dénuement sur des thèmes aussi classiques que la solitude, la rupture et les regrets est un tour de force incroyable qu’on croyait réservé à Vashti Bunyan, Judee Sill, Elliott Smith ou Joni Mitchell, des influences évidentes de la chanteuse de Big Thief. Le répétitif aide souvent Adrianne Lenker (bouleversant Come où on entend la pluie dehors). Parfois c’est l’espace (My Angel). Et toujours cette volonté intangible de se lover dans le creux de ses mélodies de l’intime. Les deux très longues pièces instrumentales (21 et 16 minutes) qui composent le second volet demandent plus d’attention mais s’avèrent au final en totale harmonie avec les chansons du premier. On sort renversé par l’expérience épurée à l’extrême de Songs et Instrumentals, une œuvre qui traversera aisément les modes comme l’épreuve du temps. Sublime. © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
CD14,49 CHF

Folk - Paru le 23 octobre 2020 | 4AD

Distinctions 4F de Télérama - Pitchfork: Best New Music
Avant que Big Thief ne devienne le groupe fétiche des fans de folk rock indie, sa chanteuse Adrianne Lenker avait publié trois albums solo : Stages of the Sun (2006), Hours Were the Birds (2014) et Abysskiss (2018). Cette fois, la fée folk fait du encore plus grand avec encore moins de moyens. Seule avec sa guitare acoustique, elle a enregistré cet album bicéphale (disponible séparément sous les explicites titres Songs et Instrumentals) dans une cabane d’une forêt des Berkshires dans le Massachussetts. On entend le bois craquer. Les oiseaux et les insectes aussi. Et même ses doigts glisser sur ses cordes. A chaque seconde, le monde réel s’éclipse un peu plus. Et sa voix fragile devient un aimant redoutable… Réussir à hypnotiser dans un tel dénuement sur des thèmes aussi classiques que la solitude, la rupture et les regrets est un tour de force incroyable qu’on croyait réservé à Vashti Bunyan, Judee Sill, Elliott Smith ou Joni Mitchell, des influences évidentes de la chanteuse de Big Thief. Le répétitif aide souvent Adrianne Lenker (bouleversant Come où on entend la pluie dehors). Parfois c’est l’espace (My Angel). Et toujours cette volonté intangible de se lover dans le creux de ses mélodies de l’intime. Les deux très longues pièces instrumentales (21 et 16 minutes) qui composent le second volet demandent plus d’attention mais s’avèrent au final en totale harmonie avec les chansons du premier. On sort renversé par l’expérience épurée à l’extrême de Songs et Instrumentals, une œuvre qui traversera aisément les modes comme l’épreuve du temps. Sublime. © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
HI-RES14,99 CHF
CD11,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 22 octobre 2020 | 4AD

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Pitchfork: Best New Music
Avant que Big Thief ne devienne le groupe fétiche des fans de folk rock indie, sa chanteuse Adrianne Lenker avait publié trois albums solo : Stages of the Sun (2006), Hours Were the Birds (2014) et Abysskiss (2018). Cette fois, la fée folk fait du encore plus grand avec encore moins de moyens. Seule avec sa guitare acoustique, elle a enregistré cet album bicéphale (disponible séparément sous les titres explicites Songs et Instrumentals) dans une cabane d’une forêt des monts Berkshire dans le Massachussetts. On entend le bois craquer. Les oiseaux et les insectes aussi. Et même ses doigts glisser sur ses cordes. A chaque seconde, le monde réel s’éclipse un peu plus. Et sa voix fragile devient un aimant redoutable… Réussir à hypnotiser dans un tel dénuement sur des thèmes aussi classiques que la solitude, la rupture et les regrets est un tour de force incroyable qu’on croyait réservé à Vashti Bunyan, Judee Sill, Elliott Smith ou Joni Mitchell, des influences évidentes de la chanteuse de Big Thief. Le répétitif aide souvent Adrianne Lenker (bouleversant Come où l'on entend la pluie dehors). Parfois c’est l’espace (My Angel). Et toujours cette volonté intangible de se lover dans le creux de ses mélodies de l’intime. Les deux très longues pièces instrumentales (21 et 16 minutes) qui composent le second volet demandent plus d’attention mais s’avèrent en totale harmonie avec les chansons du premier. On sort renversé par l’expérience épurée à l’extrême de Songs et Instrumentals, une œuvre qui traversera aisément les modes comme l’épreuve du temps. Sublime. © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
CD1,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 2 septembre 2020 | 4AD

A partir de :
HI-RES1,99 CHF
CD1,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 2 septembre 2020 | 4AD

Hi-Res
A partir de :
CD11,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 22 octobre 2020 | 4AD

Avant que Big Thief ne devienne le groupe fétiche des fans de folk rock indie, sa chanteuse Adrianne Lenker avait publié trois albums solo : Stages of the Sun (2006), Hours Were the Birds (2014) et Abysskiss (2018). Cette fois, la fée folk fait du encore plus grand avec encore moins de moyens. Seule avec sa guitare acoustique, elle a enregistré cet album bicéphale (disponible séparément sous les titres explicites Songs et Instrumentals) dans une cabane d’une forêt des monts Berkshire dans le Massachussetts. On entend le bois craquer. Les oiseaux et les insectes aussi. Et même ses doigts glisser sur ses cordes. A chaque seconde, le monde réel s’éclipse un peu plus. Et sa voix fragile devient un aimant redoutable… Réussir à hypnotiser dans un tel dénuement sur des thèmes aussi classiques que la solitude, la rupture et les regrets est un tour de force incroyable qu’on croyait réservé à Vashti Bunyan, Judee Sill, Elliott Smith ou Joni Mitchell, des influences évidentes de la chanteuse de Big Thief. Le répétitif aide souvent Adrianne Lenker (bouleversant Come où l'on entend la pluie dehors). Parfois c’est l’espace (My Angel). Et toujours cette volonté intangible de se lover dans le creux de ses mélodies de l’intime. Les deux très longues pièces instrumentales (21 et 16 minutes) qui composent le second volet demandent plus d’attention mais s’avèrent en totale harmonie avec les chansons du premier. On sort renversé par l’expérience épurée à l’extrême de Songs et Instrumentals, une œuvre qui traversera aisément les modes comme l’épreuve du temps. Sublime. © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
CD1,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 1 octobre 2020 | 4AD