Les albums

24,99 CHF
21,49 CHF

Cantates (profanes) - Paru le 23 novembre 2018 | Erato

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Record of the Month - Choc de Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Les trois cantates italiennes ici présentées datent toutes de l’époque italienne de Haendel, 1707 à 1710, lorsqu’il était à la fois en plein apprentissage de toutes les nouveautés de l’art musical italien, et employé de plusieurs puissants mécènes qui avaient décelé tout le potentiel du jeune Saxon. Ce genre de cantates se donnait dans le cadre privé des résidences aristocratiques romaines, puisque les États pontificaux interdisaient aux femmes de chanter sur scène, et que de grandes cantatrices auraient été ainsi privées du droit de s’exprimer. On découvre ici des quasi-opéras, dans l’ampleur et la richesse musicale, même s’il n’était pas a priori question de mise en scène, de chœurs ou de grand orchestre ; mais l’esprit lyrique y apparaît mesure après mesure. Et sans nul doute Haendel tenait-il ses cantates de jeunesse en quelque estime puisqu’il y puisa amplement plus tard, selon le principe baroque du recyclage d’œuvres plus anciennes et oubliées de tous – sauf du compositeur qui se les gardait soigneusement sous le coude ! Le Concert d’Astrée d’Emmanuelle Haïm accompagne la soprano Sabine Devieilhe et la mezzo-soprano Léa Desandre, toutes deux particulièrement à l’aise autant dans les vocalises que dans les lignes intensément lyriques de Haendel. © SM/Qobuz
21,99 CHF
15,99 CHF

Musique vocale profane - Paru le 10 novembre 2017 | Aparté

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Autour de la mezzo-soprano franco-italienne Léa Desandre – qui a fait ses grands débuts avec William Christie dans le cadre des « Jardins des voix », puis a remporté la « Révélation lyrique » des Victoires de la musique de 2017 –, les sopranos Nathalie Pérez et Chantal Santon-Jeffery ont concocté un programme abordant les diverses incarnations lyriques de Bérénice d’Égypte et ses déboires avec le roi Antigono Gonatas, à travers le filtre du livret de Metastasio, Antigone, qui a été mis en musique par une bonne trentaine de compositeurs, les uns se penchant plutôt sur Antigon, les autres sur Bérénice. On y entendra des airs assez méconnus de Haydn, Mozart, Johann Christian Bach et Hasse : c’est là la vertu principale de cet album de nous permettre de découvrir ces raretés, souvent très virtuose et vocalisantes, l’idéal pour les voix des trois demoiselles présentes. Rareté parmi les raretés, on y trouvera même un très étonnant air de Marianna von Martinez qui tenait à Vienne un salon musical auquel se rendaient volontiers… Haydn et Mozart. © SM/Qobuz
16,49 CHF
10,99 CHF

Musique vocale profane - Paru le 10 novembre 2016 | Arcana

Hi-Res Livret
Une grande partie du répertoire italien de cantates et duos des XVIIe et XVIIIe siècles était composée pour des chanteurs professionnels au service de familles nobles. Ce répertoire servait au divertissement domestique et occasionnellement pour des fonctions privées, pour la distraction des invités, ou encore durant les rencontres au sein de sociétés académiques. Les parties vocales étaient plutôt aiguës, non seulement parce qu’elles jouissaient d’une grande faveur parmi les auditeurs, mais aussi parce que les registres de soprano et d’alto, outre qu’ils étaient naturels pour les voix féminines, étaient pratiqués par les voix masculines des falsettistes – contre-ténors – et des castrats. Les sept duos de chambre inclus dans le présent recueil proviennent tous de ce que l’on pourrait définir «l’âge d’or» du genre, qui en Italie concerne à peu près le dernier tiers du XVIIe siècle et le premier du XVIIIe. Agostino Steffani (1654-1728), qui travailla longtemps en Allemagne (d’où sans doute un certain goût pour le riche contrepoint), le Vénitien Antonio Lotti (1666-1740) très connu pour ses pièces sacrées dans le stile antico ainsi que ses opéras, le Bolognais Giovanni Bononcini (1670-1747), plus moderne sans doute que Lotti bien que ses duos de chambre soient antérieurs, sont les trois compositeurs choisis par la contralto Sara Mingardo et ses collègues chanteuses, ici accompagnées par le Cenacolo Musicale. Le genre, sans doute assez peu connu du grand public, bénéficie de l’implication totale de toutes ces artistes ; et l’on notera qu’une petite moitié des œuvres est donnée en première discographique mondiale. © SM/Qobuz

Le genre

Musique vocale profane dans le magazine