Les albums

15,99 CHF

Jazz vocal - Paru le 20 mai 2013 | Le Chant du Monde

Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
Le trompettiste s'est fait connaître auprès du saxophoniste baryton Gerry Mulligan, mais c'est son talent de chanteur, avec cette voix fragile et mélodique, qui en ont fait une star du jazz, éclipsant alors les chanteurs à "grosses voix". Voici quelques unes de ses premières réussites. Il demeure avec le temps toujours aussi troublant
25,49 CHF
17,99 CHF

Jazz - Paru le 10 mars 2017 | Riverside

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Lorsqu’il enregistre Portrait In Jazz, Bill Evans a déjà 30 ans, trois albums en tant que leader à son actif (New Jazz Conceptions, Everybody Digs Bill Evans et On Green Dolphin Street) et de nombreuses piges de sideman pour notamment George Russell, Tony Scott, Charles Mingus, Helen Merrill, Eddie Costa et surtout Miles Davis avec Kind Of Blue. Bref, le pianiste est déjà salué par toute la critique internationale et chacun de ses actes est scruté à la loupe. Pour la session qui se déroule le 28 décembre 1959, il est entouré du contrebassiste Scott LaFaro et du batteur Paul Motian. C’est la première fois que le trio enregistre. Et quel trio ! Le plus grand et le plus inspiré peut-être de toute l’histoire du jazz. Fini le pianiste roi et sa rythmique juste là pour passer les plats et ramasser les miettes ! Les échanges sont soudain réels, les conversations sont réellement passionnantes entre trois musiciens dosant déjà parfaitement leur technique et leur propos. Les parties de LaFaro chamboulent les codes de son instrument. Le niveau de complicité entre les trois hommes n’est pas encore celui des fameux concerts de juin 1961 au Village Vanguard mais Portrait In Jazz propose déjà des versions innovantes de standards tant de fois revisités. Le piano de Bill Evans offre l’étendue de son spectre, bondissant dans son swing jamais racoleur et mélancolique au possible dans les instants plus introspectifs… Un premier épisode déjà historique de l’histoire de ce trio. Histoire trop brève puisque interrompue brutalement, le 6 juillet 1961, par la disparition tragique de Scott LaFaro dans un accident de la route à seulement 25 ans… © Marc Zisman/Qobuz
21,99 CHF
15,49 CHF

Jazz - Paru le 10 mars 2017 | Riverside

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Lorsqu’il enregistre Portrait In Jazz, Bill Evans a déjà 30 ans, trois albums en tant que leader à son actif (New Jazz Conceptions, Everybody Digs Bill Evans et On Green Dolphin Street) et de nombreuses piges de sideman pour notamment George Russell, Tony Scott, Charles Mingus, Helen Merrill, Eddie Costa et surtout Miles Davis avec Kind Of Blue. Bref, le pianiste est déjà salué par toute la critique internationale et chacun de ses actes est scruté à la loupe. Pour la session qui se déroule le 28 décembre 1959, il est entouré du contrebassiste Scott LaFaro et du batteur Paul Motian. C’est la première fois que le trio enregistre. Et quel trio ! Le plus grand et le plus inspiré peut-être de toute l’histoire du jazz. Fini le pianiste roi et sa rythmique juste là pour passer les plats et ramasser les miettes ! Les échanges sont soudain réels, les conversations sont réellement passionnantes entre trois musiciens dosant déjà parfaitement leur technique et leur propos. Les parties de LaFaro chamboulent les codes de son instrument. Le niveau de complicité entre les trois hommes n’est pas encore celui des fameux concerts de juin 1961 au Village Vanguard mais Portrait In Jazz propose déjà des versions innovantes de standards tant de fois revisités. Le piano de Bill Evans offre l’étendue de son spectre, bondissant dans son swing jamais racoleur et mélancolique au possible dans les instants plus introspectifs… Un premier épisode déjà essentiel de l’histoire de ce trio. Histoire trop brève puisque interrompue brutalement, le 6 juillet 1961, par la disparition tragique de Scott LaFaro dans un accident de la route à seulement 25 ans… © MZ/Qobuz
17,99 CHF

Jazz - Paru le 1 janvier 2010 | Original Jazz Classics

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Indispensable JAZZ NEWS - Qobuz Référence
25,49 CHF
17,99 CHF

Jazz vocal - Paru le 1 avril 1957 | Verve

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Stereophile: Record To Die For
27,49 CHF

Jazz vocal - Paru le 1 janvier 2009 | FRANK SINATRA DIGITAL REPRISE

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Dans sa discothèque idéale, difficile de dire quel disque de « The Voice » mettre en particulier tant « Old Blue Eyes » nous a régaler d’interprétations et de rencontres de haut niveau. Sans doute faut-il considérer Frank Sinatra comme l’artiste référence sur bien des standards dont il donna une version définitive. Qobuz a une préférence pour ce disque en public, dans son casino de Las Vegas, le Sands, où il se produisait ce soir-là en compagnie du grand orchestre de Count Basie et sous la direction et les arrangements de son ami Quincy Jones. Du très grand art de crooner, en toute décontraction, mais avec un swing rarement égalé dans ses disques en studio.
25,49 CHF
17,99 CHF

Jazz - Paru le 1 janvier 2014 | Verve Reissues

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Un saxophone ténor 5 étoiles et un trio 5 étoiles ! Deux ans après le déjà magnifique Soulville, Ben Webster et Oscar Peterson remettent le couvert, en novembre 1959, pour un nouveau sommet d’élégance et d’intelligence. L’entente entre les deux musiciens est fascinante et le phrasé sensuel et chaud de Webster glisse entre les doigts virtuoses de Peterson et de sa rythmique (Ray Brown et Ed Thigpen). Le pianiste canadien souvent flamboyant est ici plus en retenu qu’à l’accoutumée, histoire d’offrir une fusion parfaite avec son complice d’un jour. Le quartet magnifie des standards pourtant maintes fois revisités par leurs confrères et The Touch Of Your Lips comme How Deep Is The Ocean, This Can’t Be Love ou bien encore In The Wee Small Hours Of The Morning ont ici des saveurs plus qu’exquises. Un chef d’œuvre. © MD/Qobuz
25,49 CHF
17,99 CHF

Jazz - Paru le 1 janvier 2014 | Verve Reissues

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence - Hi-Res Audio
En 1962, pour son premier disque pour le label Verve, Bill Evans est entouré de deux nouveaux complices, le batteur Shelly Manne et le contrebassiste Monty Budwig. Enregistré par le producteur Creed Taylor en août 1962, Empathy est à l’origine un disque non planifié puisque, à l’origine, Shelly Manne & His Men se produisaient au Village Vanguard de New York le même soir que le trio d’Evans. Taylor reçut l’accord de Riverside Records, le label du pianiste, d’organiser dans le studio de Rudy Van Gelder une séance avec lui, Manne et le bassiste de ce dernier, Monty Budwig. Le résultat est assez fascinant car Bill Evans apparait ici plus léger – pas pour autant moins passionnant – que sur ses disques récents. Tout est plus resserré et chaque intervention va à l’essentiel. Finalement, ce qui devait être une récréation pour les trois musiciens, une sorte de parenthèse dans leurs collaborations habituelles, se transformera en disque majeur et savoureux à déguster. Le plaisir qu’ils prennent ici est une évidence, évidence qui saute aux oreilles de l’auditeur. © MD/Qobuz
38,99 CHF

Jazz vocal - Paru le 1 janvier 2009 | Fantasy Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
25,49 CHF
17,99 CHF

Be Bop - Paru le 8 août 1957 | Verve Reissues

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Et dire que certains puristes reprochèrent à Charlie Parker cette aventure d’un soir avec des violons. Trop commercial, hurlaient-ils… Mais si Bird avait économiquement vu juste (l’album rencontra un immense succès public), il était surtout artistiquement en total adéquation avec ses valeurs. Le saxophoniste insistait pour préciser qu'il tenait beaucoup à cet enregistrement avec cordes, pensant sérieusement que sa musique devait être prise au sérieux comme celle des musiciens classiques. La section de cordes lui sert ici d’écrin pour mettre en relief des improvisations toujours aussi libres et raffinées. Surtout, la poésie qui se dégage de cette musique et les cambrures luxueuses qu’il laisse entrevoir n’en font jamais un disque kitsch ou désuet, bien au contraire. Voilà un disque d’une rare beauté, produit pour Verve par Norman Granz en 1949 et 1950 et prouvant que le Dieu du bebop savait faire évoluer son art sans le diluer. © MZ/Qobuz
20,49 CHF

Jazz vocal - Paru le 1 janvier 2005 | Verve

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
Le monde du jazz l'a baptisé "The Queen Of The Blues", mais il aurait tout aussi de la nommée "The Queen Of The Jazz". Aux côtés d'Ella, Sarah ou Billie, Dinah Washington est bien la quatrième des trois mousquetaires de la chanson jazz vocal au féminin. Ce disque nous la propose sur un répertoire de standards incontournables. Elle y est entourée de cordes, entreprise à haut risque. Mais c'est un chef d'oeuvre que vous avez entre les mains (entre les oreilles de préférence). Dinah sublime ces titres avec maestria, force et conviction. A conserver précieusement dans sa discothèque idéale. JMP©Qobuz
17,99 CHF

Jazz - Paru le 12 mai 2003 | ECM

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
« Ce trio illustre la définition même de l'art : il ne reflète pas les conditions conjoncturelles qui le voient naître, il les transcende et enferme une part d'éternité. Voilà plus de vingt ans que ce trio règne en maître sur la scène musicale du jazz. Enregistré lors du Festival d'Antibes Juan-les-Pins, ce CD est miraculeux. [...] Il a fallu que Gary Peacock, 67 ans, se sorte d'un traitement anticancéreux et d'une grave opération ; que Jack DeJohnette, 59 ans, se remette d'une blessure provoquée par la chute d'un panneau : que Keith Jarrett, 57 ans, relève d'une encéphalomyélite myalgique. Jusqu'au dernier moment, la pluie a découragé les trois musiciens de monter sur scène. [...] Ni la maladie et la souffrance, ni les conditions météorologiques ne se font entendre. Tout est intense, hardi, tantôt tellurique, tantôt serein, toujours impeccablement maîtrisé. [...] Comme le disait Jarrett : « Quand nous fûmes sur scène immergés dans la musique, rien d'autre ne compta. Nous étions à la maison. [...] » (Classica, juin 2019 / Jean-Pierre Jackson)
15,49 CHF

Jazz - Paru le 1 janvier 1999 | Blue Note Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
20,49 CHF

Jazz - Paru le 1 janvier 2005 | Verve Reissues

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
20,49 CHF

Jazz vocal - Paru le 1 janvier 1958 | Verve

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
19,49 CHF

Jazz vocal - Paru le 1 janvier 1993 | Capitol Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
44,99 CHF
38,99 CHF

Jazz - Paru le 18 septembre 2015 | Columbia - Legacy

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Discothèque Idéale Qobuz - Indispensable JAZZ NEWS
Il y a des albums d’une discothèque dite idéale qui font l’unanimité. Concert By The Sea d’Erroll Garner est l’un d’entre eux. Le by the sea en question – au bord de mer –se situe à Carmel, en Californie. Le 19 septembre 1955, le pianiste Erroll Garner et sa démentielle rythmique en béton armée – Eddie Calhoun à la contrebasse et Denzil Best à la batterie – déroulent un jazz au swing magnifié. Offrir une telle palette de couleurs, à trois seulement, relève du miracle. On passe d’une intimité chambriste à un feu d’artifices virtuose, de subtilités d’épures à des uppercuts rythmiques. Garner en général et Garner à Carmel en particulier c’est évidemment un style, surtout, dont l’épicentre (ce très léger décalage entre main gauche et main droite) regorge de ce swing volubile et communicatif. Les doigts de cet autodidacte caressent à peine le clavier que son univers si personnel et reconnaissable en un claquement de doigts est déjà là. Et quelle virtuosité spontanée ! Cette impeccable réédition propose non seulement l’album d’origine remasterisé mais surtout l’intégralité du concert. Une embardée de plus de deux heures et demi d’un jazz sans âge, que tous les pianistes (pas seulement jazz) devraient écouter au moins une fois dans leur vie. Deux fois même. Dix ! Cent ! © MZ/Qobuz
17,99 CHF

Jazz vocal - Paru le 1 janvier 2010 | Riverside

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
Cet album est le résultat des premières sessions de Chet Baker pour le label Riverside et sous la tutelle du producteur Dick Bock. Le quartet comprend Kenny Drew (piano), Sam Jones (basse), et Philly Joe Jones (batterie) et des performances du bassiste George Morrow et du batteur Dannie Richmond sur quelques titres. Nous voilà avec l’archétype du son west coast, nonchalant, lyrique, fluide. Chet Baker Sings: It Could Happen to You est un petit miracle d’équilibre entre parties instrumentales et parties chantées, justement réparties entre deux titres forts : "Do It the Hard Way" et "Old Devil Moon". Cette version inclut des alternate takes et deux bonus issus de ces sessions : "I'm Old Fashioned" et "While My Lady Sleeps". ©JMP/Qobuz
27,99 CHF

Jazz - Paru le 21 février 2011 | Nonesuch

Livret Distinctions 4F de Télérama - Discothèque Idéale Qobuz - Indispensable JAZZ NEWS - Qobuz Référence
Ce nouvel album fut réalisé au festival de jazz de Marciac en France et inclut des compositions originales de Mehldau mais également des interprétations de chansons de Kurt Cobain, Lennon/McCartney, Cole Porter, Radiohead & others…
167,49 CHF

Jazz - Paru le 17 novembre 1998 | Impulse!

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Ce fabuleux coffret contient 11 albums enregistrés par le mythique quartet de John Coltrane. Entouré du pianiste McCoy Tyner, du batteur Elvin Jones et du contrebassiste Jimmy Garrison, le légendaire saxophoniste révolutionne ici l'histoire du jazz, embarquant ses improvisations sur des territoires jusqu'ici vierges. Un monument contenant donc les albums suivants : "Ballads" (1962), "Coltrane" (1962), "Live at Birdland" (1963), "Crescent" (1964), "A Love Supreme" (1964), "Living Space (1965), "The John Coltrane Quartet Plays" (1965), "Transition" (1965), "Sun Ship" (1965), "First Meditations" (1965) et "Kulu Sé Mama" (1965). © CM/Qobuz

Le genre

Jazz dans le magazine