Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Andris Nelsons - Shostakovich : Symphonies Nos. 4 & 11 "The Year 1905"

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Shostakovich : Symphonies Nos. 4 & 11 "The Year 1905"

Boston Symphony Orchestra - Andris Nelsons

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Avec leurs durées de plus d’une heure pour la Quatrième, presque une heure pour la Onzième, dite « 1905 », ce sont là deux des plus longues et amples symphonies de Chostakovitch. Chose singulière, la Quatrième, pourtant achevée en 1936, ne fut créée qu’en 1961 – quatre ans après la création de la Onzième en 1957 ! C’est qu’en 1936, le pauvre compositeur avait senti le vent du boulet passer très près de lui, à la suite du tristement célèbre article de la Pravda dicté par Staline « Le chaos au lieu de musique » qui venait de descendre en flammes l’opéra Lady Macbeth de Mtsensk : la Quatrième, qui devait être créée dans la foulée, retourna soigneusement dans un tiroir fermé à clef en n’en sortit qu’une fois le dictateur mort, enterré et définitivement décomposé. Et on peut comprendre le compositeur ! Car le ton de cette Quatrième n’a rien, mais alors rien, d’optimiste ; on y entend de sombres accents mahleriens, des fuites désespérées, des harmonies torturées plutôt que les lendemains qui chantent. La Onzième, construite selon un programme « politique » célébrant les révolutionnaires de 1905 et les tristes événements du Dimanche rouge – au cours duquel l’armée russe tira sur la foule, faisant entre 96 morts officiellement et plusieurs milliers, selon les sources –, avec un ton certes plus optimiste, même si l’on sait ce qu’optimisme veut dire dans la vie de Chostakovitch. Les deux symphonies ont été enregistrées en concert public, respectivement à l’automne 2017 et au printemps 2018 par l’Orchestre Symphonique de Boston et son directeur musical Andris Nelsons. © SM/Qobuz

Plus d'informations

Shostakovich : Symphonies Nos. 4 & 11 "The Year 1905"

Andris Nelsons

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Symphony No. 4 in C minor, Op. 43 (Dimitri Chostakovitch)

1
1. Allegretto poco moderato Live
00:14:56

Boston Symphony Orchestra - Andris Nelsons, Conductor - Dmitri Shostakovich, Composer

℗ 2018 Boston Symphony Orchestra, Inc.

2
2. Presto Live
00:11:47

Boston Symphony Orchestra - Andris Nelsons, Conductor - Dmitri Shostakovich, Composer

℗ 2018 Boston Symphony Orchestra, Inc.

3
3. Moderato con moto Live
00:08:24

Boston Symphony Orchestra - Andris Nelsons, Conductor - Dmitri Shostakovich, Composer

℗ 2018 Boston Symphony Orchestra, Inc.

4
4. Largo Live
00:06:51

Boston Symphony Orchestra - Andris Nelsons, Conductor - Dmitri Shostakovich, Composer

℗ 2018 Boston Symphony Orchestra, Inc.

5
5. Allegro Live
00:22:29

Boston Symphony Orchestra - Andris Nelsons, Conductor - Dmitri Shostakovich, Composer

℗ 2018 Boston Symphony Orchestra, Inc.

Symphony No. 11 in G Minor, Op. 103 "The Year 1905" (Dimitri Chostakovitch)

6
1. The Palace Square (Adagio) Live
00:17:14

Boston Symphony Orchestra - Andris Nelsons, Conductor - Dmitri Shostakovich, Composer

℗ 2018 Boston Symphony Orchestra, Inc.

7
2. The Ninth of January (Allegro - Adagio - Allegro - Adagio) Live
00:18:46

Boston Symphony Orchestra - Andris Nelsons, Conductor - Dmitri Shostakovich, Composer

℗ 2018 Boston Symphony Orchestra, Inc.

8
3. Eternal Memory (Adagio) Live
00:12:27

Boston Symphony Orchestra - Andris Nelsons, Conductor - Dmitri Shostakovich, Composer

℗ 2018 Boston Symphony Orchestra, Inc.

9
4. The Tocsin (Allegro non troppo) Live
00:14:10

Boston Symphony Orchestra - Andris Nelsons, Conductor - Dmitri Shostakovich, Composer

℗ 2018 Boston Symphony Orchestra, Inc., under exclusive license to Deutsche Grammophon GmbH, Berlin

Descriptif de l'album

Avec leurs durées de plus d’une heure pour la Quatrième, presque une heure pour la Onzième, dite « 1905 », ce sont là deux des plus longues et amples symphonies de Chostakovitch. Chose singulière, la Quatrième, pourtant achevée en 1936, ne fut créée qu’en 1961 – quatre ans après la création de la Onzième en 1957 ! C’est qu’en 1936, le pauvre compositeur avait senti le vent du boulet passer très près de lui, à la suite du tristement célèbre article de la Pravda dicté par Staline « Le chaos au lieu de musique » qui venait de descendre en flammes l’opéra Lady Macbeth de Mtsensk : la Quatrième, qui devait être créée dans la foulée, retourna soigneusement dans un tiroir fermé à clef en n’en sortit qu’une fois le dictateur mort, enterré et définitivement décomposé. Et on peut comprendre le compositeur ! Car le ton de cette Quatrième n’a rien, mais alors rien, d’optimiste ; on y entend de sombres accents mahleriens, des fuites désespérées, des harmonies torturées plutôt que les lendemains qui chantent. La Onzième, construite selon un programme « politique » célébrant les révolutionnaires de 1905 et les tristes événements du Dimanche rouge – au cours duquel l’armée russe tira sur la foule, faisant entre 96 morts officiellement et plusieurs milliers, selon les sources –, avec un ton certes plus optimiste, même si l’on sait ce qu’optimisme veut dire dans la vie de Chostakovitch. Les deux symphonies ont été enregistrées en concert public, respectivement à l’automne 2017 et au printemps 2018 par l’Orchestre Symphonique de Boston et son directeur musical Andris Nelsons. © SM/Qobuz

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Andris Nelsons
Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Herbert von Karajan et les grands maîtres du classique

Trente ans après sa mort, l’Autrichien Herbert von Karajan (Salzbourg 1908 - Anif 1989) incarne toujours la figure du chef d’orchestre. À la tête de l’orchestre philharmonique de Berlin, qu’il a élevé au rang de marque mondiale pendant presque trente-cinq ans (1955-1989), il a méthodiquement réenregistré le cœur de son répertoire : Beethoven, Brahms, Bruckner, Verdi, Wagner, Strauss…

Sibelius : 10 moments clés de la discographie

La discographie du compositeur finlandais Jean Sibelius (1865-1957) est d’une grande richesse, et surtout d’une exceptionnelle qualité et diversité. Qobuz vous en propose un tour d’horizon en mettant l’accent sur 10 moments particulièrement significatifs.

Gounod romantique et mystique

Artisan majeur du renouveau de la musique française dans la seconde moitié du XIXe siècle aux côtés de son aîné, Berlioz, qu’il admirait, et de ses disciples, Bizet, Saint-Saëns, Massenet qui vénéraient sa foi en l’Art, Charles Gounod (1818-1893), mystique et charmeur, romantique en quête d’un nouveau classicisme, doit sa célébrité à quelques chefs-d’œuvre qui réduisent son envergure. Une discographie en plein essor permet de découvrir sa musique dans sa diversité : instrumentale, vocale, sacrée et lyrique.

Dans l'actualité...