Catégories :

Les albums

CD9,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2013 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica
Les amateurs du grand Wilhelm Kempff seront comblés avec ce nouveau coffret qui propose tous ses enregistrements concertants. On y trouvera avec bonheur ses deux intégrales (et demie !) des Concertos de Beethoven, ses Liszt, Brahms, Schumann et les rares, et si tendres, Concertos de Mozart qu'il a autrefois laissés pour Decca (en mono avec Münchinger) et pour DGG (en 78 tours avec van Kempen et en stéréo avec Leitner). Ah, si au moins on pouvait emporter le Concerto en si bémol (n°27, K.595) si ce n'est au paradis, du moins dans la tombe ! La simplicité presque enfantine de son jeu trouve ici sa plus haute expression et une lumière singulièrement émouvante. Qui a dit que les grands artistes ne meurent jamais ? FH
CD21,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 29 mai 2015 | La discothèque idéale de Diapason

Livret Distinctions Diapason d'or - Le Choix de France Musique
CD17,99 €

Musique de chambre - Paru le 1 janvier 1990 | La Dolce Volta

Livret Distinctions Diapason d'or du siècle - Diapason d'or
HI-RES63,99 €
CD55,99 €

Classique - Paru le 16 juin 2017 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - 4F de Télérama
CD35,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1955 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Diapason d'or - Discothèque Idéale Qobuz
L'enregistrement n'est certes pas tout jeune (1955), mais il représente un sommet du style mozartien viennois. A la tête de l'Orchestre Philharmonique de Vienne, Erich Kleiber dirige souverainement avec une constante préoccupation théâtrale, grâce à des tempi très vifs et une tension permanente. Lisa della Casa est une Comtesse noble et touchante, Suzanne Danco (venue par hasard dans cet enregistrement) campe un espiègle et coquin Cherubino, Hilde Guedden est la Susanna rouée que l'on attend et Alfred Poell un Comte avec une belle présence... mais un italien assez rudimentaire. Ce que l'on entend avant tout, c'est le style inimitable de musiciens pour lesquels Mozart était l’indispensable pain quotidien. Miraculeux ! FH
CD13,49 €

Classique - Paru le 12 février 2016 | Decca Music Group Limited

Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica
« [...] on ajoute aux six airs d’opéras dirigés par Heinrich Hollreiser des extraits significatifs d’intégrales mozartiennes enregistrées à Vienne (la Comtesse vient à la fois de la célèbre version Kleiber et de celle postérieure d’Erich Leinsdorf), plus deux vraies raretés (Genève, 1949), la romance de Chérubin et l’air de Pamina. Della Casa fut Cléopâtre sur scène en 1955 à Munich (Jochum dirigeait) [...] À Della Casa, la séduction des lignes sans fin, la clarté qui trouble, un frémissement d’étoile. Tout sauf un art baroque, mais une invitation au rêve par la réserve même. La scène de Donna Anna, virginale et secrète comme jamais peut-être, est anthologique. [...] L’âme de ce grand chant classique, soutenu quand il semble flotter, sans rien qui pèse ni pose, n’est-ce pas l’alliance de candeur enfantine et de distance aristocratique que distinguait Hélène Cao dans son récital Strauss de 1963 (Diapason d’or). » (Diapason, mai 2016 / Jean-Philippe Grosperrin)« Son absolu meilleur CD. Tout y est exceptionnel de bout en bout : la beauté incroyable de la voix, le timbre, la tenue, le legato, le frémissement sensuel et musical. Les interprétations sont irréprochables, et dans le meilleur répertoire possible : les extraits de Giulio Cesare, Cléopâtre et aussi César, en allemand avec Hollreiser, et tous les Mozart attendus, choisis au mieux, Fiordiligi avec Böhm, Elvire, Anna, Pamina et même un ancien et délicieux Chérubin de Zürich. À peine si une heure et quart de chant laisse apparaître le seul imperceptible manque qu’on puisse déceler chez cette déesse du chant. [...] Mais en pure beauté de voix et pur art du chant, c’est à tomber à genoux. » (Classica, mai 2016 / André Tubeuf)
CD27,99 €

Opéra - Paru le 7 juillet 2017 | Warner Classics

Livret Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica
Qui dit Glyndebourne dit Mozart, car c’est bien dans ce légendaire festival, créé en 1934 dans les vertes collines du sud de l’Angleterre, que se déroulèrent de magnifiques représentations de ses opéras. Le premier directeur musical du Festival de Glyndebourne était Fritz Busch, fraîchement exilé de son Allemagne natale. Ces enregistrements révolutionnaires, captés pour la plupart dans le théâtre original de Glyndebourne, datent de la saison inaugurale et jusqu’à l’année de la disparition de Busch, 1951. Les Noces de Figaro et Cosi fan tutte sont même les tout premiers enregistrements jamais réalisés d’intégrales d’opéras de Mozart ! Dans une remastérisation magistrale, ces interprétations classiques de la Trilogie Da Ponte (ainsi que des extraits d’Idomeneo et d’autres passages de Cosi) sont donc offerts dans un son d’une extraordinaire fraîcheur. Fritz Busch (1890-1951) fut l’un des plus considérables chefs d’orchestre allemands de la première moitié du XXe siècle, reconnu pour ses interprétations d’une exquise limpidité – ainsi que pour l’éthique parfaite de sa vie publique. Dès ses jeunes années, il s’était fait un nom en programmant des ouvrages plus rares ou même des créations mondiales, en particulier de Hindemith et Pfitzner. Et lorsqu’en 1922 il fut nommé directeur musical de l’Opéra de Dresde, il créa rien moins que Intermezzo et Die Ägiptische Helena de Strauss, Cardillac de Hindemith, Doktor Faust de Busoni et Der Protagonist de Weill. Mais son mépris affiché pour le régime nazi dès 1933 lui valut d’être licencié de Dresde, bien qu’il ne fût pas juif. C’est alors qu’un riche propriétaire terrien anglais, John Christie, l’invita à devenir le premier directeur musical de son tout nouveau festival d’été qui allait s’ouvrir à Glyndebourne. L’endroit devint rapidement un des plus prestigieux festivals qui soient, renommé pour sa préparation musicale méticuleuse et ses distributions judicieuses. Mozart en était l’un des incontournables piliers. Dès le début de la Guerre, qui mit la clef sous le paillasson de Glyndebourne jusqu’en 1945, Busch se retira plus particulièrement en Amérique du Sud, même s’il fit de fréquentes apparitions au Philharmonique et au Metropolitan de New York ; en 1950 il renoua avec Glyndebourne mais devait s’éteindre l’année suivante, en 1951. Le premier lever de rideau du festival eut lieu le 28 mai 1934. Ce n’était pas « le mieux que nous puissions faire, mais le mieux qui se peut faire où que ce soit dans l’absolu », pour reprendre les termes du fondateur John Christie, qui avait fait construire un théâtre d’opéra de trois cent places, et avec sa fosse, une régie technique et lumière de première classe. La première saison dura deux semaines, avec six représentations des Noces de Figaro et de Cosi, un ouvrage alors très négligé et que Busch avait largement contribué à remettre sur l’avant-scène. Le niveau artistique était extraordinairement élevé, même s’il n’y avait pas de « grandes stars » dans les distributions – cela dit, on y compte quand même Heddle Nash, Sena Jurinac, Erich Kunz, Blanche Thebom, Richard Lewis et tant d’autres de la même renommée. L’on se préoccupait surtout de réunir un plateau d’une parfaite cohésion et aux grandes capacités théâtrales, sans égos de « prima donna », avec des artistes recrutés en Allemagne, en Autriche, en Tchécoslovaquie, en Finlande, en Italie, aux Etats-Unis et bien sûr à travers tout le Royaume-Uni. Les Noces furent enregistrées en juin 1934 et en juin 1935 – de sorte que la présente interprétation, bien sûr complète, est une sorte de « best of » des deux productions –, Cosi en juin 1935, Don Giovanni en juillet 1936, tandis que quelques extraits de Cosi et de Idomeneo datent de 1950 et de 1951, l’an. Tout a été capté par la BBC dans le théâtre du festival, hormis les extraits d’Idomeneo – enregistrés dans les célèbres studios d’Abbey Road de Londres.
HI-RES21,99 €
CD14,99 €

Symphonies - Paru le 6 mai 2014 | Glossa

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or
Frans Brüggen dans les trois dernières symphonies de Mozart, un crépuscule ? Un éblouissement ! Par la palette toujours unique et un souffle prodigieux. (c)Diapason
HI-RES24,99 €
CD17,99 €

Piano solo - Paru le 13 janvier 2014 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Hi-Res Audio
Kristian Bezuidenhout poursuit son cycle Mozart au pianoforte. Après un Diapason d'or de l'année (2012) pour "Mozart : Musique pour clavier" et un Qobuzissime (2013) pour ses "Concertos de Mozart", ce nouvel opus reprend l'exploration des œuvres pour clavier. Continuant de développer un jeu intime, Kristian Bezuidenhout libère un son éthéré, solaire, surprenant ... à déguster en Studio Masters !
CD13,49 €

Classique - Paru le 20 septembre 2013 | audite Musikproduktion

Livret Distinctions Diapason d'or - 4 étoiles Classica
Il y a à boire et à manger dans cet album soigneusement édité et avant tout destiné aux inconditionnels de ce chef d'orchestre qui n'a, rappelons-le, pratiquement pas enregistré de disques en studio. On y trouve les témoignages de son bref passage à Berlin, après les remous de la seconde guerre mondiale, entre le retour puis la mort de Furtwängler et avant que Herbert von Karajan ne devienne directeur à vie du Philharmonique. Des solistes oubliés au son et à la technique précaires (la violoniste Lilia d'Albore, paix à ses cendres, le violoncelliste Tibor de Machula qui ne passerait aujourd'hui l'examen d'entrée d'aucun conservatoire), des conceptions obsolètes par la lourdeur de leur style et de leur exécution (Purcell, Vivaldi, Haydn à fuir), mais aussi des moments où éclate la personnalité du jeune chef roumain d'alors. Parmi ces perles, une pimpante Symphonie en ut de Bizet, pleine de jeunesse et d'insolence, enregistrée à une époque où l'oeuvre était encore pratiquement inconnue ; une Symphonie no 4 de Brahms solidement charpentée, une Septième de Beethoven frustrante, car à l'état de fragments ; de belles Symphonies de Tchaïkovski, Prokofiev et Chostakovitch. Des découvertes aussi, avec des oeuvres de Walter Piston, Günter Raphael, David Diamond ou Heinz Tissen. On l'a compris, un coffret pour initiés. FH
CD9,99 €

Classique - Paru le 21 janvier 2011 | Warner Classics

Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or
La voix de Joyce DiDonato enchante par sa virtuosité et sa simplicité ; elle vocalise avec une facilité indécente qui lui permet de respecter l'esprit dramatique de chaque air. Elle a choisit pour cet enregistrement des extraits d’opéras issus du répertoire dans lesquels la voix est particulièrement valorisée, avec une majorité de pièces de Mozart, univers dramatique dans lequel elle a pu exceller à de nombreuses reprises sur scène.
CD17,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 1 février 2015 | Myto Historical

Distinctions Diapason d'or - 9 de Classica-Répertoire
Don Juan, opéra 2 actes / Cesare Siepi (Don Juan), Gottlob Frick (Commandeur), Elisabeth Grümmer (Anna) - Leopold Simoneau (Ottavio), Lisa Della Casa (Elvira)... - Chœur de l'Opéra de Vienne & Philh. de Vienne - dir. Dimitri Mitropoulos
CD24,49 €

Classique - Paru le 8 mars 2010 | Warner Classics

Distinctions Diapason d'or - Discothèque Idéale Qobuz
Un timbre superbe. Une intelligence du texte incomparable. Une diction irréprochable de la langue allemande. Par une sélection des compositeurs qu'il a défendus ardemment sa vie durant, Haydn, Mozart et surtout Beethoven, ce coffret d'enregistrements inédits et réalisés entre 1959 et 1984 dresse un portrait irrésistible du grand Liedersänger. Indispensable !"Beaucoup d'inédits dans ce beau choix d'enregistrements de Dietrich Fischer-Dieskau s'étendant sur 25 ans. Des Lieder rares de Beethoven (cette délicieuse "Marmotte" sur un texte mi allemand mi français de Goethe !), Haydn et Mozart chantés avec rigueur, humour et tendresse par un des très grands artistes du XXème siècle dont on a probablement pas fini de découvrir les perles rares. FH"
CD10,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2006 | Alpha

Livret Distinctions Diapason d'or - 4 étoiles du Monde de la Musique
Richter : Quatuors n°1, 2 & 3, op.5 - Mozart : 2 Fugues d'après Bach (K.405), Canon alla Secunda (K.562c) / Quatuor Rincontro (Pablo Valletti & Amandine Beyer, violons - Patricia Gagnon, alto - Petr Skalka, violoncelle)
CD9,99 €

Classique - Paru le 6 août 2013 | Audite

Livret Distinctions Diapason d'or - 4 étoiles Classica
Les archives du prestigieux Festival de Lucerne constituent une véritable mine d'or pour le mélomane. Le présent album présente deux "monstres sacrés" d'autrefois (l'expression est de Cocteau), Clara Haskil et Robert Casadesus dans des oeuvres qui faisaient partie de leurs chevaux de bataille : le Concerto en ré mineur de Mozart pour Haskil et le Concerto de l'Empereur de Beethoven pour Casadesus. Il se mesurent à armes égales avec deux incontestables vedettes de la baguette : Otto Klemperer (Mozart) et Dimitri Mitropoulos (Beethoven). Le résultat est une parfaite entente mutuelle et des moments d'une grâce ineffable que seul l'émotion du concert peut transmettre. FH
CD13,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2013 | Universal Music Division Decca Records France

Livret Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica
La diva martiniquaise gravait à la fin des années 70 un bouquet d'airs de Grétry et Philidor. Le voici enfin réédité, joyau d'un hommage à une reine du chant mozartien. RD
CD11,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2000 | Arcana

Distinctions Diapason d'or - Recommandé par Classica
Six sonates K301-306 & Variations K359-360 pour le pianoforte et violon / Laura Alvini, pianoforte - Enrico Gatti, violon
HI-RES17,99 €
CD12,99 €

Quatuors - Paru le 4 février 2016 | Myrios Classics

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica
« [...] Est-ce leur génial cycle Beethoven, en 2013, qui a montré aux Hagen la voie d'un Mozart aussi expérimental ? Est-ce d'avoir à leur disposition depuis deux ans le "quatuor Paganini" ? Il faut croire que ce lot de Stradivarius, longtemps joué par le Quatuor de Tokyo, a stimulé jusqu'aux racines de leur imagination et ouvert de nouvelles possibilités sous leurs doigts. On devine partout, sous l'évidente sophistication, une tendresse plus épanouie qu'hier. Et la couleur s'émancipe. [...] La domination intellectuelle et technique du propos a de quoi sidérer, et pourtant elle se fait oublier derrière sa force magnétique de séduction. » (Diapason, février 2016 / Gaëtan Naulleau)« Le Quatuor Hagen semble avoir appris son Mozart auprès du compositeur. Il en révèle la singularité et la modernité dans cette interprétation aboutie au raffinement sonore inouï. » (Classica, février 2016 / Antoine Mignon)
CD9,99 €

Extraits d'opéra - Paru le 28 mai 2013 | BR-Klassik

Livret Distinctions Diapason d'or - 4 étoiles Classica
Elle chantait un tout petit nombre d'ouvrages lyriques et toujours en allemand, sa langue natale. Elisabeth Grümmer possédait une voix souple qui lui permettait d'aborder ses rôles avec beaucoup de naturel. Beaucoup ont chanté sa "voix d'ange" si envoûtante et émouvante. On l'a retrouve ici dans ses rôles favoris avec grand bonheur. FH
CD14,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2007 | Timpani

Distinctions Diapason d'or - 9 de Classica-Répertoire
Œuvres de Mozart, Debussy, Ravel, Pierné, D'Indy, Roussel, Schmitt, Françaix / Pierre Jamet, harpe - Gaston Crunelle, flûte - Orchestre de la Société de Musique de Chambre, - Pierre Capdevielle, direction - Georges Blampain, alto - Solistes de la Radiodiffusion Française - Quintette Pierre Jamet...

Le genre

Classique dans le magazine
  • Alexandre Tharaud | One Cover One Word
    Alexandre Tharaud | One Cover One Word Rencontre avec le grand pianiste pour la sortie de "Versailles", son album consacré au répertoire français du XVIIe. Une interview One Cover One Word pour mieux cerner son ADN musical.
  • Trifonov/Rachmaninov, destination finale
    Trifonov/Rachmaninov, destination finale Avec l’Orchestre de Philadelphie dirigé par Yannick Nézet-Seguin, le virtuose russe boucle sa belle intégrale des concertos pour piano de Rachmaninov...
  • Cosma fait des Caprices !
    Cosma fait des Caprices ! Le mandoliniste Vincent Beer-Demander publie les "24 Caprices pour mandoline solo" du grand Vladimir Cosma...
  • Lucas Debargue | One Cover One Word
    Lucas Debargue | One Cover One Word Rencontre avec le jeune pianiste français pour la sortie de son album consacré aux sonates de Scarlatti. Une interview One Cover One Word pour mieux cerner son ADN musical.
  • Les Hanson sur la tombe d'Haydn
    Les Hanson sur la tombe d'Haydn Qobuzissime pour le splendide premier album du jeune Quatuor Hanson consacré à Joseph Haydn...
  • Il était une fois Jessye Norman...
    Il était une fois Jessye Norman... Aussi renversante dans la mélodie française que le lied allemand, les opéras de Wagner ou Strauss, la grande soprano américaine s'est éteinte à l'âge de 74 ans...
  • Focus Nouvelles Musiques 2019
    Focus Nouvelles Musiques 2019 Du 30 septembre au 4 octobre 2019, l’Institut français, le Bureau Export, la FEVIS, Futurs Composés, l’ONDA et la SACEM organisent un Focus consacré aux musiques de création. Ce parcours de repérag...
  • Florian Noack au pays de Baba Yaga
    Florian Noack au pays de Baba Yaga Tôt séduit par l'âpreté de la musique de Prokofiev, dont le piano percussif sied à l'adolescent bouillant qu'il est, le maintenant presque trentenaire Florian Noack enregistre le compositeur... mai...
  • Patricia Kopatchinskaja, un violon pour l'éternité
    Patricia Kopatchinskaja, un violon pour l'éternité Patricia Kopatchinskaja fait ce qu'elle veut. Chaque album est pour elle l'occasion d'emprunter un nouveau chemin. Loin d'être frivole, sa virtuosité au contraire est arrimée à un grand courage grâ...
  • Ainsi parlait Richard Strauss
    Ainsi parlait Richard Strauss Après Igor Stravinsky, Riccardo Chailly a choisi Richard Strauss pour l'Orchestre du Festival de Lucerne. Les œuvres du maître ès orchestration sont à cet ensemble éphémère, connu pour son art cons...