Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
HI-RES16,99 CHF
CD13,59 CHF

Symphonies - Paru le 10 mai 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Diapason d'or / Arte - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Retour aux sources. Les Siècles ont travaillé sur les manuscrits de Budapest, Hambourg et Weimar, en étroite collaboration avec les Éditions Universal, la musicologue Anna Stoll Knecht et Benjamin Garzia, pour nous offrir, sur les instruments de la création de l’œuvre et de manière inédite, la seconde version (Hambourg/Weimar 1893-94) de la Première Symphonie de Mahler. Présenté comme un poème symphonique en deux parties et cinq mouvements, cette Titan ne cessera d’essuyer de sévères critiques au fil de ses évolutions. Cette reconstitution passionnante à bien des égards témoigne du génie de l’un des plus grands symphonistes de l’époque moderne ! © harmonia mundi« L'éveil aux sens et à la nature, remis au cœur de la symphonie par François-Xavier Roth et les coloristes des Siècles, fera se soulever de leur siège les mahlériens les plus blasés. » (Diapason, juin 2019)
A partir de :
CD13,59 CHF

Musique symphonique - Paru le 23 septembre 2016 | Actes Sud Musicales

Distinctions 5 de Diapason - 4F de Télérama - 5 Sterne Fono Forum Klassik
C’est autour du Concerto de chambre (« Kammerkonzert ») de 1970 qu’est construit cet album ; à moins que ce ne soit un enregistrement d’œuvres pour quintette à vents de Ligeti – les Six Bagatelles de 1953 puis les Dix pièces pour quintette à vent de 1968 – avec, au milieu, le Concerto de chambre. Quoi qu’il en soit ledit concerto, conçu pour flûte, clarinette, cor, trombone, clavecin (prenant aussi l’orgue Hammond), piano (prenant aussi le célesta) et quintette à cordes solo, est lui aussi un ouvrage de musique de chambre, quand bien même étendu à onze musiciens, dans lequel chacun tient un rôle soliste. On y retrouve le Ligeti par moments le plus lyrique, alternant avec l’expression la plus « mécanique », en particulier dans le troisième mouvement où chacun joue, mordicus, dans son rythme et son tempo personnel, comme autant d’horloges confinées dans un seul lieu mais tic-tacant obstinément chacune dans son coin. Quant aux deux cycles pour quintette à vents, ils présentent le compositeur dans sa veine intimiste, exploratoire, de vrais grands moments qui ont largement enrichi le répertoire pour quintette à vents contemporain. © SM/Qobuz
A partir de :
HI-RES33,29 CHF
CD23,79 CHF

Musique symphonique - Paru le 13 avril 2018 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Enregistrer les œuvres de Ravel sur instruments d’époque pourrait prêter à sourire si la facture instrumentale n’avait pas autant évolué en moins de cent ans : c’est le retour des cordes en boyau, timbales et percussions en peau, bassons français (et non fagott allemand aujourd’hui dans tous les orchestres du monde), tailles des anches, trompettes et trombones de facture française. À la tête de son orchestre Les Siècles, François-Xavier Roth donne une nouvelle version historiquement renseignée, selon le terme orthodoxe, de Ma Mère l’oye (ballet intégral), du Tombeau de Couperin et de Shéhérazade, cette « ouverture de féérie » longtemps négligée et qui est déjà du pur Ravel. Ce retour aux sources est évidemment plus aisé et plus sûrement authentique pour cette période de l’histoire de la musique puisque, contrairement aux œuvres des époques précédentes, nous en possédons des enregistrements datant des années 1920, et même avant, pour nous renseigner sur le style, les couleurs, les phrasés et les tempi. Il ne suffit pourtant pas d’avoir en mains toutes ces données historiques pour être intéressant. Ce qui rend cet enregistrement passionnant c’est d’abord parce que tous les musiciens des Siècles sont excellents et que François-Xavier Roth est lui-même un interprète de talent, connaissant parfaitement cette musique. À cet égard, son enregistrement intégral de L’Oiseau de feu de Stravinski nous avait déjà frappés par sa qualité. Ce Ravel retrouvé sonne avec clarté et finesse, c’est un régal de timbres bien définis qui tranchent avec le côté « beau son international » qui prévaut aujourd’hui dans les orchestres du monde entier. © François Hudry/Qobuz
A partir de :
HI-RES33,29 CHF
CD23,79 CHF

Musique symphonique - Paru le 18 janvier 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Choc de Classica
De nouvelles formes pour une nouvelle esthétique, c’est tout l’enjeu des deux œuvres proposées ici. Dans Les Nuits d’été, Berlioz invente, bien avant Mahler ou Ravel, la mélodie avec orchestre, dans l’autre, il expérimente le genre du poème symphonique pour grand orchestre avec soliste. Dans Harold in Italy, composé pour grand orchestre et alto solo, il expérimente le genre symphonique. Deux interprétations sur instruments anciens que proposent Les Siècles, Tabea Zimmermann et François-Xavier Roth avec le choix, plus rare, du timbre masculin de Stéphane Degout dans les mélodies. Rien de commun. © harmonia mundi
A partir de :
HI-RES33,29 CHF
CD23,79 CHF

Musique symphonique - Paru le 7 décembre 2018 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice - Choc de Classica
L’originalité de cet enregistrement, qui présente quand même des œuvres plus qu’archi-présentes au disque, est que l’orchestre Les Siècles joue sur instruments de l’époque, en l’occurrence l’époque à laquelle Debussy écrivit ces chefs-d’œuvre. La remarque est plus particulièrement pertinente pour les bois et les cuivres, dont les mécanismes et les sonorités aux alentours des années 1900 étaient réellement différentes, plus incisives peut-être, plus différentiées en tous les cas, ce qui pour une musique boisée comme celle de Debussy offre un véritable plus dans l’équilibre orchestral. Par ailleurs, le nombre de cordes reste raisonnable, de manière à ne jamais engouffrer les vents comme c’est hélas assez souvent le cas pour de grands orchestres internationaux. L’auditeur pourra ici entendre cette musique comme Debussy l’entendait, ou du moins aurait sans doute souhaité l’entendre car en son temps, les orchestres et les chefs n’avaient pas toujours la compréhension de son langage ou de l’infinie palette de ses couleurs. © SM/Qobuz
A partir de :
HI-RES31,99 CHF
CD21,39 CHF

Musique symphonique - Paru le 8 février 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 5 Sterne Fono Forum Klassik
La création de la Troisième Symphonie de Mahler eut lieu en juin 1902 à Krefeld (non loin de Düsseldorf), mais c’est bel et bien l’orchestre du Gürzenich de Cologne qui en assura la première exécution… avec succès, ce qui ne sera pas souvent le cas pour les autres chefs-d’oeuvre de Gustav Mahler. Conçue initialement comme une sorte d’hymne à la nature progressivement arraché au chaos minéral que représente le mouvement initial, l’ouvrage fait de nouveau appel à des effectifs exceptionnels (grand orchestre, choeurs de femmes, d’enfants, contralto) et chacune de ses exécutions constitue un moment inoubliable pour ses auditeurs. C’était le cas en octobre 2018, lorsque François-Xavier Roth a réuni les dignes héritiers des musiciens de la première heure pour cette nouvelle aventure mahlérienne. © harmonia mundi
A partir de :
HI-RES18,37 CHF26,24 CHF(30%)
CD12,24 CHF17,49 CHF(30%)

Intégrales d'opéra - Paru le 28 août 2020 | Bru Zane

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or / Arte
Créé en 1877 après de nombreuses péripéties, dont le sanglant épisode de la guerre de 1870, Le Timbre d’argent a subi l’habituelle désinvolture des directeurs d’opéras à l’égard des compositeurs et la pression constante d’interprètes dont les exigences étaient souvent égales à leur incompétence artistique. Le livret avait dérouté les amateurs de « grand opéra » avec son histoire rappelant le mythe de Pygmalion, le personnage principal, Conrad, tombant amoureux du portrait de Circé-la-magicienne, incarnée par une ballerine et non par une prima donna. On oscille constamment entre le rêve et le cauchemar dans ce livret qui a permis à Saint-Saëns de se lâcher totalement. Tombé dans l’oubli au lendemain d’une version profondément modifiée représentée en 1914 à Bruxelles, Le Timbre d’argent possède pourtant de beaux atouts que cette première mondiale vient nous révéler sous la direction avisée de François-Xavier Roth à la tête d’une distribution en tous points excellente. Le problème se posait donc du choix de la version à ressusciter, tout d’abord sur la scène de l’Opéra-Comique pour les représentations de 2017, puis pour les sessions d’enregistrement qui ont suivi. C’est finalement l’ultime version réalisée par Saint-Saëns pour le Théâtre de la Monnaie de Bruxelles qui a été choisie par le comité scientifique de la Fondation Bru-Zane pour l’abondance de pages musicales qui ont remplacé les dialogues parlés de la version originale. Plus de cent ans après sa dernière production, cet opéra vient nous donner un nouvel éclairage sur un compositeur trop souvent méprisé et que le XXIe siècle s’applique à reconsidérer. © François Hudry/Qobuz
A partir de :
HI-RES33,29 CHF
CD23,79 CHF

Symphonies - Paru le 25 octobre 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« [...] On admire, comme toujours, le soin apporté au choix des instruments (vents, notamment), le dosage du vibrato et la générosité des portamentos — notamment dans Un  bal. Comme en 2009, Roth offre une synthèse convaincante des paysages [...] et la nouvelle version nous plonge dans une forêt de sonorités fascinantes. [...] Sa Fantastique a gagné en transparence et on admire partout une attention pointilleuse au détail. [...] » (Diapason, décembre 2019 / Christophe Huss)
A partir de :
CD13,59 CHF

Musique symphonique - Paru le 7 avril 2015 | Actes Sud Musicales

Distinctions Choc de Classica
A partir de :
CD13,59 CHF

Musique symphonique - Paru le 25 mars 2013 | Actes Sud Musicales

Livret Distinctions 5 de Diapason
A partir de :
HI-RES16,99 CHF
CD13,59 CHF

Musique symphonique - Paru le 23 octobre 2020 | LSO Live

Hi-Res Livret
A partir de :
HI-RES33,29 CHF
CD23,79 CHF

Symphonies - Paru le 24 novembre 2017 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
Un chef-d’œuvre revient au lieu qui l’a vu naître. On ne présente plus la cinquième symphonie de Mahler, immortalisée (s’il en était besoin) par son Adagietto qui saisissait le spectateur dans Mort à Venise de Visconti. Mais c’est bel et bien à Cologne que l’œuvre a vu le jour, grâce aux talents des musiciens de l'Orchestre du Gürzenich placés sous la direction du compositeur lui-même. Réunir leurs successeurs cent treize ans plus tard, autour du nouveau Generalmusikdirektor de la Ville de Cologne, François-Xavier Roth, présente évidemment une saveur particulière… © harmonia mundi
A partir de :
HI-RES14,39 CHF17,99 CHF(20%)
CD11,51 CHF14,39 CHF(20%)

Symphonies - Paru le 21 août 2020 | Myrios Classics

Hi-Res Livret
En 1841, Robert Schumann fait enfin sa percée en tant que compositeur orchestral. Il crée deux œuvres cette année-là : sa première Symphonie "Le Printemps" et une pièce qu’il avait initialement prévue comme "Fantaisie Symphonique" en un seul mouvement et qui deviendra plus tard sa Symphonie en ré mineur. La symphonie dite "Le Printemps" a vu ses origines dans l’hiver le plus froid. Elle est le reflet d’un désir ardent qui ne connaît qu’une seule idée directrice : la croissance, l’épanouissement, le chemin vers la lumière et le renouveau de la vie. Par contre, la Symphonie en ré mineur semble beaucoup plus sombre et personnelle, « une œuvre qui vient du plus profond de son âme », comme le note Clara Schumann dans son journal. Le public, cependant, n’accroche pas à cette œuvre fougueuse, et ce n’est qu’en 1851, dix ans plus tard, que Robert Schumann s’attache de nouveau à celle-ci : la Symphonie en ré mineur devient sa "Quatrième". Cet album met la Symphonie "Le Printemps" côte à côte avec la version originale de la Symphonie en ré mineur, que préféraient des amis comme Johannes Brahms. Cette version ne fut désormais plus jouée en public du vivant de Schumann. C’est l’Orchestre Gürzenich de Cologne sous la baguette de Franz Wüllner qui redonne la version originale pour la première fois en 1889. François-Xavier Roth, l’actuel chef permanent de l’orchestre, donne lui aussi la préférence à la version originale. Avec son instrumentation parcimonieuse, elle est, dit-il, plus "radicale" et exige de l’orchestre un engagement plus grand dans la réalisation des crescendi, du phrasé et des grandes lignes. © Myrios Classics
A partir de :
CD13,59 CHF

Musique symphonique - Paru le 19 novembre 2013 | Actes Sud Musicales

Une révélation que cette cantate Velléda, œuvre de jeunesse que Paul Dukas composa pour le Prix de Rome 1888, mais jamais jouée dans sa version originale pour voix et orchestre. Une œuvre riche et dense qui laisse bien augurer du talent de Dukas, non reconnu à l'époque par le jury du fameux prix qui lui décerne seulement un second prix. Profondément vexé, Dukas quitte alors le Conservatoire pour voler de ses propres ailes. La Fondation Bru-Zane est ici dans son cœur de cible en exhumant cette partition, créée en 2011, à Venise. François-Xavier Roth dirige cet ouvrage avec la passion qu'on lui connaît. Le couplage est habilement choisi avec L'Apprenti sorcier (aux sonorités "d'époque" fruitées et puissantes) et l'ouverture de Polyeucte, deux chefs-d'œuvre qui encadrent cette intéressante découverte. FH
A partir de :
CD13,59 CHF

Musique symphonique - Paru le 2 décembre 2013 | Musicales Actes Sud

Livret

L'interprète

François-Xavier Roth dans le magazine