Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
HI-RES28,99 CHF
CD20,49 CHF

Chanson francophone - Paru le 28 février 2020 | Universal Music Division Romance Musique

Hi-Res
Le titre du premier album d’Aloïse Sauvage est bien choisi car la jeune femme de 27 ans (nommée aux Victoires de la musique 2020, catégorie Révélation Scène) dévore et finit par désarmer littéralement l’auditeur, de par son mélange de franc-parler et de candeur. Avec une interprétation (ou flow) qui flirte à la fois avec le hip-hop et la chanson française, Aloïse Sauvage se situe dans la lignée d’Orelsan et Eddy de Pretto, avec un soupçon d’Angèle. Telle une artiste peintre de la confusion des genres, elle chante avant tout la liberté d’aimer qui l’on veut. Rappelons qu’Aloïse Sauvage est une militante LGBT qui, par ailleurs, tenait un petit rôle dans le film 120 Battements par minute. Son engagement politique est abordé dans Mega Down, sur un rythme évoquant lointainement Englishman in New York de Sting : « Quel étrange besoin de prendre le mégaphone pour exposer au monde ce qui me rend méga-down », avoue-t-elle avec un brin d’humour. Comme ce dernier titre le prouve, Aloïse Sauvage est également une adepte de l’autoportrait. Dans Feux verts, elle décrit sa personnalité excessive, et dans À l’horizontale, elle n’hésite pas à clamer sa prédilection pour l’acte charnel. Mais ce qui surprend chez elle, c’est que la tornade Sauvage est clairsemée de touches pleines de candeur, voire de fragilité, en opposition totale avec son image de chanteuse directe et décidée. Dans Toute la vie, au son de synthés arpégés et d’harmonies mélancoliques, elle se demande si « on s’aimera encore toute la vie, même quand on ne s’aimera plus ». Et dans Si on s’aime, la candeur se transforme en naïveté, laquelle peut toucher ou laisser dubitatif, selon les cas : « Si on s’aime, notre vie va être belle ». On passera également sur la facilité de certains jeux de mots (« Tumeur on veut que tu meures »). Mais la chanteuse se rattrape au dernier moment avec Dévorantes, qui conclut l’album. De par son lyrisme et l’utilisation d’une anaphore faisant l’effet d’un coup de marteau (« J’ai envie »), Aloïse Sauvage retrouve sa hargne et son appétit de la vie. ©Nicolas Magenham/Qobuz
A partir de :
HI-RES12,99 CHF
CD8,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 29 mars 2019 | Universal Music Division Romance Musique

Hi-Res
A partir de :
CD8,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 29 mars 2019 | Universal Music Division Romance Musique

A partir de :
CD19,49 CHF

Chanson francophone - Paru le 28 février 2020 | Universal Music Division Romance Musique

Le titre du premier album d’Aloïse Sauvage est bien choisi car la jeune femme de 27 ans (nommée aux Victoires de la musique 2020, catégorie Révélation Scène) dévore et finit par désarmer littéralement l’auditeur, de par son mélange de franc-parler et de candeur. Avec une interprétation (ou flow) qui flirte à la fois avec le hip-hop et la chanson française, Aloïse Sauvage se situe dans la lignée d’Orelsan et Eddy de Pretto, avec un soupçon d’Angèle. Telle une artiste peintre de la confusion des genres, elle chante avant tout la liberté d’aimer qui l’on veut. Rappelons qu’Aloïse Sauvage est une militante LGBT qui, par ailleurs, tenait un petit rôle dans le film 120 Battements par minute. Son engagement politique est abordé dans Mega Down, sur un rythme évoquant lointainement Englishman in New York de Sting : « Quel étrange besoin de prendre le mégaphone pour exposer au monde ce qui me rend méga-down », avoue-t-elle avec un brin d’humour. Comme ce dernier titre le prouve, Aloïse Sauvage est également une adepte de l’autoportrait. Dans Feux verts, elle décrit sa personnalité excessive, et dans À l’horizontale, elle n’hésite pas à clamer sa prédilection pour l’acte charnel. Mais ce qui surprend chez elle, c’est que la tornade Sauvage est clairsemée de touches pleines de candeur, voire de fragilité, en opposition totale avec son image de chanteuse directe et décidée. Dans Toute la vie, au son de synthés arpégés et d’harmonies mélancoliques, elle se demande si « on s’aimera encore toute la vie, même quand on ne s’aimera plus ». Et dans Si on s’aime, la candeur se transforme en naïveté, laquelle peut toucher ou laisser dubitatif, selon les cas : « Si on s’aime, notre vie va être belle ». On passera également sur la facilité de certains jeux de mots (« Tumeur on veut que tu meures »). Mais la chanteuse se rattrape au dernier moment avec Dévorantes, qui conclut l’album. De par son lyrisme et l’utilisation d’une anaphore faisant l’effet d’un coup de marteau (« J’ai envie »), Aloïse Sauvage retrouve sa hargne et son appétit de la vie. © Nicolas Magenham/Qobuz
A partir de :
CD2,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 28 février 2019 | Universal Music Division Romance Musique

A partir de :
CD2,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 28 janvier 2020 | Universal Music Division Romance Musique

A partir de :
CD2,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 7 février 2020 | Universal Music Division Romance Musique

A partir de :
CD2,99 CHF

Chanson francophone - Paru le 28 janvier 2020 | Universal Music Division Romance Musique

L'interprète

Aloïse Sauvage dans le magazine