Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Metronomy - Love Letters

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Love Letters

Metronomy

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Après avoir évangélisé les foules avec The English Riviera, Joseph et ses apôtres de Metronomy signent un quatrième album assez étonnant. Un disque osé qui joue tant la carte de l’épure totale, pour ne pas dire du minimalisme militant, que celle d’un groove soul presque vintage. Le cerveau de Metronomy voulait ouvertement s’éloigner du « gros » son d’English Riviera pour revenir à plus de sobriété, de simplicité et, surtout, à l’essence même de ses chansons. Ces Love Letters ont même été gravées dans une des Mecque londonienne du son analogique, au studio Toe Rag, là même où les White Stripes enfantèrent leur album Elephant. A l'arrivée, Joseph Mount livre des mélodies accrocheuses, qu’il drape dans ce chaleureux son analogique tout à fait délicieux. Tantôt l’affaire est très pop (le single Love Letters), ou quasi-disco (Boy Racers) et parfois même proche des bidouilleurs de vieux synthés comme Jean-Jacques Perrey ou Stereolab (immense Reservoir). Avec Love Letters, Metronomy ne fait pas dans la facilité mais plutôt dans l’ambitieux et le risqué. La marque des grands en quelque sorte. © MZ/Qobuz

Plus d'informations

Love Letters

Metronomy

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
The Upsetter 00:04:15

Metronomy, Performer - Joseph Mount, Composer

2013 Because Music 2013 Because Music

2
I'm Aquarius 00:04:01

Metronomy, Performer - Joseph Mount, Composer

2013 Because Music 2013 Because Music

3
Monstrous 00:03:53

Metronomy, Performer - Joseph Mount, Composer

2013 Because Music 2013 Because Music

4
Love Letters 00:05:15

Metronomy, Performer - Joseph Mount, Composer

2013 Because Music 2013 Because Music

5
Month Of Sundays 00:03:26

Metronomy, Performer - Joseph Mount, Composer

2013 Because Music 2013 Because Music

6
Boy Racers 00:04:18

Metronomy, Performer - Joseph Mount, Composer

2013 Because Music 2013 Because Music

7
Call Me 00:03:51

Metronomy, Performer - Joseph Mount, Composer

2013 Because Music 2013 Because Music

8
The Most Immaculate Haircut 00:04:30

Metronomy, Performer - Joseph Mount, Composer

2013 Because Music 2013 Because Music

9
Reservoir 00:03:14

Metronomy, Performer - Joseph Mount, Composer

2013 Because Music 2013 Because Music

10
Never Wanted 00:04:36

Metronomy, Performer - Joseph Mount, Composer

2013 Because Music 2013 Because Music

Descriptif de l'album

Après avoir évangélisé les foules avec The English Riviera, Joseph et ses apôtres de Metronomy signent un quatrième album assez étonnant. Un disque osé qui joue tant la carte de l’épure totale, pour ne pas dire du minimalisme militant, que celle d’un groove soul presque vintage. Le cerveau de Metronomy voulait ouvertement s’éloigner du « gros » son d’English Riviera pour revenir à plus de sobriété, de simplicité et, surtout, à l’essence même de ses chansons. Ces Love Letters ont même été gravées dans une des Mecque londonienne du son analogique, au studio Toe Rag, là même où les White Stripes enfantèrent leur album Elephant. A l'arrivée, Joseph Mount livre des mélodies accrocheuses, qu’il drape dans ce chaleureux son analogique tout à fait délicieux. Tantôt l’affaire est très pop (le single Love Letters), ou quasi-disco (Boy Racers) et parfois même proche des bidouilleurs de vieux synthés comme Jean-Jacques Perrey ou Stereolab (immense Reservoir). Avec Love Letters, Metronomy ne fait pas dans la facilité mais plutôt dans l’ambitieux et le risqué. La marque des grands en quelque sorte. © MZ/Qobuz

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
So Peter Gabriel
Peter Gabriel 1: Car Peter Gabriel
The Lion King Various Artists
Us Peter Gabriel
À découvrir également
Par Metronomy

Playlists

Dans la même thématique...
BUBBA Kaytranada
ANIMA Thom Yorke
Assume Form James Blake
To Believe The Cinematic Orchestra
Les Grands Angles...
Objectif Lune : The Dark Side of the Moon

Album phare dans la discographie de Pink Floyd, “The Dark Side of the Moon” est le fruit d’une élaboration relativement lente qui remonte pratiquement à 1968. “A Saucerful of Secrets” (le morceau phare de l’album éponyme) en est, pour Nick Mason, le point de départ. Derrière, “Ummagumma” laissait s’exprimer des personnalités qu’il allait falloir amalgamer pour décrocher la timbale. Pink Floyd poursuivit sa quête du disque idéal avec “Meddle”, sur lequel le groupe accentuait sa maîtrise du travail du studio, et “Atom Heart Mother”, avant d’atteindre le nirvana avec “The Dark Side of the Moon”, dont la perfection ne s’est jamais érodée quarante-cinq ans après sa sortie.

Les atypiques symphonies électroniques de Mason Bates

Comment ça, vous ne connaissez pas (encore) Mason Bates ? C’est pourtant l’un des noms les plus présents sur la scène nord-américaine. Né en 1977, Bates est à la fois compositeur, surtout symphoniste et lyrique, et DJ de musique électronique (sous l'alias DJ Masonic) – deux pôles apparemment opposés mais qu’il se fait un malin plaisir à mêler. Ainsi, environ la moitié de son œuvre symphonique et lyrique comporte, d’une manière ou d’une autre, des sonorités électroniques, pour la plupart des sons « de tous les jours », préenregistrés et restitués en temps réel à mesure de la partition. A l’occasion de la sortie de son génial opéra The (R)evolution of Steve Jobs, Qobuz s’est entretenu avec ce personnage hors-norme.

Les méandres musicaux de Blade Runner

2017 marque le retour de Rick Deckard, le héros de Blade Runner de Ridley Scott. Le film original de 1982 ressort en version restaurée et final cut le 14 octobre, peu de temps après sa suite, réalisée par le Québécois Denis Villeneuve, avec Ryan Gosling. Quinze ans après le premier opus, c’est le chevronné Hans Zimmer qui reprend le flambeau de Vangelis, après avoir remplacé au pied levé le compositeur islandais Jóhann Jóhannsson. Une histoire très hollywoodienne…

Dans l'actualité...