Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Christina Åstrand - Gade: Sonatas for Violin and Piano

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Gade: Sonatas for Violin and Piano

Christina Åstrand, Per Salo

Livret numérique

Disponible en
16-Bit CD Quality 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Niels W. Gade (1817-1890) demeure assurément le compositeur danois le plus fameux du XIXe siècle. Fils d'un menuisier facteur d'instruments, il se distingue rapidement en tant que violoniste, et attire plus particulièrement l’attention en tant que compositeur quand sa première œuvre, l'étonnante ouverture Souvenirs d'Ossian, est primée par la Société musicale de Copenhague en 1840. En mars 1843, le chef Felix Mendelssohn, certainement sensible à l’élégance classique de l’écriture de son contemporain danois, ainsi qu’à sa fougue indéniable et sa maîtrise des formes héritées de Mozart et Beethoven, créé sa première symphonie à Leipzig, à la tête de l’orchestre du Gewandhaus : début d’une aventure qui verra Gade assister Mendelssohn au pupitre de direction, et enseigner au conservatoire local, tout en devenant un proche ami de Schumann également.
Ses très belles Sonates pour violon et piano témoignent d’une proximité certaine avec ses contemporains de Leipzig, et surtout Mendelssohn. Écriture fine et racée, science mélodique certaine, et dialogue subtil entre les deux instruments, notamment la Sonate n° 3 en si bémol majeur, Op. 59, archétype d’une synthèse entre le style de la fin du classicisme et le premier Romantisme où peut passer aussi parfois le souvenir de Weber : les deux musiciens du présent enregistrement ont eu raison de placer cette œuvre très inspirée en premier.
Christina Åstrand est l'une des grandes violonistes danoises d'aujourd'hui, premier violon solo depuis 1994 du Danish National Symphony Orchestra. Elle a reçu de nombreuses récompenses pour cet album Gade. Elle se produit régulièrement avec son époux, le pianiste Per Salo. © Qobuz

Plus d'informations

Gade: Sonatas for Violin and Piano

Christina Åstrand

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 50 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 50 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Sonate pour violon & piano n° 3 en si bémol majeur, op. 59 (Niels Gade)

1
I. Allegro con fuoco
00:07:08

Christina Astrand, violon - Per Salo, piano

2
II. Allegro non troppo e scherzando
00:03:34

Christina Astrand, violon - Per Salo, piano

3
III. Romance. Andantino con moto
00:05:04

Christina Astrand, violon - Per Salo, piano

4
IV. Finale. Allegro vivace
00:06:19

Christina Astrand, violon - Per Salo, piano

Sonate pour violon & piano n° 2 en ré mineur, op. 21 (Niels Gade)

5
I. Adagio – Allegro di molto
00:07:16

Christina Astrand, violon - Per Salo, piano

6
II. Larghetto – Allegro vivace – Larghetto – Allegro vivace – Larghetto
00:06:42

Christina Astrand, violon - Per Salo, piano

7
III. Adagio – Allegro moderato – Allegro molto vivace
00:06:57

Christina Astrand, violon - Per Salo, piano

Sonate pour violon & piano n° 1 en la majeur, op. 6 (Niels Gade)

8
I. Allegro di molto
00:08:04

Christina Astrand, violon - Per Salo, piano

9
II. Andante con moto
00:07:23

Christina Astrand, violon - Per Salo, piano

10
III. Allegro con espressione
00:09:56

Christina Astrand, violon - Per Salo, piano

Descriptif de l'album

Niels W. Gade (1817-1890) demeure assurément le compositeur danois le plus fameux du XIXe siècle. Fils d'un menuisier facteur d'instruments, il se distingue rapidement en tant que violoniste, et attire plus particulièrement l’attention en tant que compositeur quand sa première œuvre, l'étonnante ouverture Souvenirs d'Ossian, est primée par la Société musicale de Copenhague en 1840. En mars 1843, le chef Felix Mendelssohn, certainement sensible à l’élégance classique de l’écriture de son contemporain danois, ainsi qu’à sa fougue indéniable et sa maîtrise des formes héritées de Mozart et Beethoven, créé sa première symphonie à Leipzig, à la tête de l’orchestre du Gewandhaus : début d’une aventure qui verra Gade assister Mendelssohn au pupitre de direction, et enseigner au conservatoire local, tout en devenant un proche ami de Schumann également.
Ses très belles Sonates pour violon et piano témoignent d’une proximité certaine avec ses contemporains de Leipzig, et surtout Mendelssohn. Écriture fine et racée, science mélodique certaine, et dialogue subtil entre les deux instruments, notamment la Sonate n° 3 en si bémol majeur, Op. 59, archétype d’une synthèse entre le style de la fin du classicisme et le premier Romantisme où peut passer aussi parfois le souvenir de Weber : les deux musiciens du présent enregistrement ont eu raison de placer cette œuvre très inspirée en premier.
Christina Åstrand est l'une des grandes violonistes danoises d'aujourd'hui, premier violon solo depuis 1994 du Danish National Symphony Orchestra. Elle a reçu de nombreuses récompenses pour cet album Gade. Elle se produit régulièrement avec son époux, le pianiste Per Salo. © Qobuz

Détails de l'enregistrement original : 68:30 - DDD - Enregistré le 2 juin 2008 au Studio 2 de la Salle symphonique de Copenhague - Notes en anglais, allemand et danois

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Christina Åstrand
Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Le violon en 10 interprètes, épisode 2

Si le timbre et l’ambitus du violoncelle le rapprochent de la voix humaine, les aigus stratosphériques du violon flirtent avec les dieux. L’instrument a inspiré des œuvres nombreuses à la discographie pléthorique : des trésors qui sont autant de versions de référence. Voici la seconde partie de cette sélection subjective de 10 violonistes qui met en lumière deux générations éloignées : la première est née pendant le premier tiers du XXe siècle ; la seconde pendant le dernier tiers.

Le violon en 10 interprètes, épisode 1

Si le timbre et l’ambitus du violoncelle le rapprochent de la voix humaine, les aigus stratosphériques du violon flirtent avec les dieux. L’instrument a inspiré des œuvres nombreuses à la discographie pléthorique : des trésors qui sont autant de versions de référence. Cette sélection subjective de 10 violonistes choisit de mettre en lumière deux générations éloignées : la première est née pendant le premier tiers du XXe siècle ; la seconde pendant le dernier tiers, à retrouver jeudi.

François Couperin, le clavecin moderne

Favori de Louis XIV, François Couperin (1668-1733) était la vedette du clavecin au XVIIIe siècle, un instrument prestigieux qui connaissait alors son apogée (avant de retourner dans l’ombre au siècle suivant) et dont il a révolutionné l’approche, entraînant dans son sillon les autres virtuoses de l’époque, Dandrieu ou Rameau. Le claveciniste québécois Olivier Fortin revient pour Qobuz sur la destinée de « Couperin le Grand ».

Dans l'actualité...