Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES11,99 €15,49 €(23%)
CD8,49 €10,99 €(23%)

Classique - Paru le 1 janvier 2011 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Pouvoir captiver les auditeurs dans une œuvre mille fois rabâchée est le propre de quelques rares élus. C’est le cas ici avec cette célèbre version de la Symphonie « du Nouveau Monde » d’Antonín Dvořák qui n’a pas pris une ride. Enregistrée en 1959 à Berlin dans une excellente stéréophonie, cette interprétation enfiévrée montre aussi le miracle que peut obtenir un chef invité. En quelques courtes séances d’enregistrement, Ferenc Fricsay obtient du Philharmonique de Berlin un son aux antipodes du moelleux karajanesque. Tout ici, à l’exception d’un Largo d’une irrésistible rêverie, est tranchant comme un couperet et sec comme un coup de trique, à la façon de la Philharmonie Tchèque. C’est la magie d’un orchestre sachant immédiatement s’adapter à la personnalité d’un chef qui sait être convainquant. Enregistré en 1960, mais avec l’Orchestre de la RIAS de Berlin (la radio du secteur américain de la ville) dont Fricsay était le titulaire, le poème symphonique de Franz Liszt Les Préludes est traversé par un souffle épique, encore renforcé par l’emploi d’un tempo lent et majestueux. Quant à La Moldau (Vlatva) de Bedřich Smetana qui est si chère au cœur des Tchèques, Fricsay l’a enregistrée à plusieurs reprises, notamment, en 1960, avec l’Orchestre de l’Allemagne du Sud (Südfunk Orchester) dont la répétition filmée reste un des rares témoignages visuels du grand chef hongrois. C’est au cours de cette même année qu’il a réalise le présent enregistrement à la tête du Philharmonique de Berlin. En 1948, Ferenc Fricsay avait signé un contrat exclusif avec Deutsche Grammophon, devenant un des rares artistes à ne jamais enregistrer pour un autre label. À l’occasion du centième anniversaire de la naissance du chef d’orchestre en 2014, le label jaune a publié un imposant coffret (disponible sur Qobuz) regroupant la totalité de ses enregistrements. Un trésor pour les mélomanes, car parmi des gravures restées célèbres, on y trouve toute une série d’œuvres qu’on avait un peu oubliées. Les enregistrements ont eu lieu pour la plupart au Titania-Palast à Steglitz, un quartier de Berlin, seul salle de concert épargnée par les bombes des forces alliées. © François Hudry/Qobuz
CD34,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1963 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Diapason d'or - Discothèque Idéale Qobuz
Les neuf symphonies de Beethoven ont été enregistrées par Herbert von Karajan en 1961-1962 en compagnie de l’Orchestre Philharmonique de Berlin — un des orchestres symphoniques les plus réputés au monde —, et publiées sur le label DG en 1963. Première intégrale enregistrée, parmi les nombreuses éditées par le chef d’orchestre autrichien ensuite, celle de 1963 reste la plus aboutie et la plus habitée. Techniquement remarquable, elle est un des sommets de sa discographie.
HI-RES36,99 €48,99 €(24%)
CD26,49 €34,99 €(24%)

Classique - Paru le 1 janvier 2014 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Les neuf symphonies de Beethoven ont été enregistrées par Herbert von Karajan en 1961-1962 en compagnie de l’Orchestre Philharmonique de Berlin — un des orchestres symphoniques les plus réputés au monde —, et publiées sur le label DG en 1963. Première intégrale enregistrée, parmi les nombreuses éditées par le chef d’orchestre autrichien ensuite, celle de 1963 reste la plus aboutie et la plus habitée. Techniquement remarquable, elle est un des sommets de sa discographie. © Qobuz
CD55,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2000 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
La musique raffinée de Webern a longtemps souffert d'être mal jouée. Comme pour un violon ou un bon vin, la musique nouvelle doit attendre que le temps travaille pour elle, pour que les interprètes puissent la comprendre et l'aborder avec sérénité et une technique adéquate. Pierre Boulez dirige Webern depuis longtemps, mais c'est avec ses enregistrements réalisés à Berlin et à Paris (avec l'Ensemble InterContemporain) à partir des années quatre-vingt-dix qu'il est parvenu au sommet de ses productions weberniennes. Comme pour les oeuvres de Haydn celles de Webern séduisent par leur concision et par une écriture d'une grande rigueur. La mise au point est impeccable, les musiciens parfaitement à l'aise et le chef est devenu poète avec les années. Une quintessence de musique à savourer avec un plaisir égoïste. FH
CD13,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1989 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Davantage que les Symphonies, les Ouvertures de Beethoven montrent un Karajan soucieux de dramatisme. Extatique !
CD55,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2002 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
L'une des grandes intégrales des Symphonies de Bruckner, réalisée pour Deutsche Grammophon entre 1958 et 1966. Sous la direction d'Eugen Jochum, les Berliner Philharmoniker et l'Orchestre Symphonique de la Radio Bavaroise témoignent d'une finesse incomparable, de par leurs équilibres suprêmes de couleurs, la fluidité des lignes et leurs phrasés absolument poignants. Une telle ardeur parcourt ces interprétations ! Merveilleux ! La poésie incarnée.
CD24,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1996 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
L'une des grandes réussites d'Emil Gilels. Dans les Concertos de Brahms, avec l'incomparable Eugen Jochum à la tête de l'Orchestre Philharmonique de Berlin, Emil Gilels c'est d'abord une matière sonore, une force de conviction qui témoigne d'un sens architectural et d'une intensité dans le toucher proprement inouïs. Une vision ample et nostalgique de l'univers de Brahms tout à fait bouleversante et qui semble défier le temps. FH
CD24,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1995 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Le Mozart de Karl Böhm est un modèle d'articulation, d'élan interne, en dépit de ses tempos modérés. Ces enregistrements du début des années soixante restent parmi ses plus remarquables dans ce répertoire (la Haffner!).
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2001 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1992 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
C'est à une véritable orgie sonore que nous convient Karajan et ses fabuleux musiciens berlinois dans cette exceptionnelle version de la Symphonie no 5 de Sergeï Prokofiev. Enregistré en 1968 à la Jesus-Christus-Kirche de Berlin, ce disque reste dans les annales discographiques grâce à la beauté plastique de l'orchestre, la surenchère expressive de l'adagio, la virtuosité confondante de tous les pupitres dans l'allegro marcato et le finale, grâce aussi à l'ébouriffante prise de son en technicolor signée Otto Gerdes. FH
CD13,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1996 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Eugen Jochum fut au XXe siècle, aux côtés de Wilhelm Furtwängler (EMI) et Hans Schmidt-Isserstedt (Philips/EMI-NDR), l'un des très grands interprètes des symphonies de Brahms. Réalisée pour Deutsche Grammophon entre 1951 et 1953, cette première intégrale avec les Berliner Philharmoniker respire le naturel, l'équilibre. Le geste épique, d'une suprême légèreté, et le soin confondant apporté à la clarté des textures demeurent étourdissants. Plus crépusculaire, aux couleurs plus mordorées, son intégrale EMI avec le London Philharmonic (1976) offrira la quintessence de cet art profondément chaleureux, inoubliable.
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1987 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
L'élément le plus réussi de l'intégrale des années 70, Une "Eroica" suprêmement architecturée, d'un dynamisme phénoménal (écoutez le Finale).Excitant.
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1998 | Deutsche Grammophon Classics

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Il fallait sans doute un certain culot à Igor Markevitch pour proposer l'enregistrement de deux Symphonies du compositeur suédois Franz Berwald à la Deutsche Grammophon, avec l'Orchestre Philharmonique de Berlin, alors que Furtwängler venait tout juste de mourir. Mais il faut dire que le chef d'origine russe était à l'époque, 1955, au faîte de sa gloire qui était très grande. Curieux de tout, il offre ici une interprétation conquérante de cette musique qui doit autant à Schubert qu'à Beethoven mais qui parle aussi sa propre langue. La phalange berlinoise est ductile et légère, aux antipodes du son que Karajan allait forger dans les années suivantes. FH
CD14,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2000 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Cet enregistrement de la Première Symphonie de Brahms par l'immense Karl Böhm avec les Berliner Philharmoniker en 1959 demeure sans doute parmi les plus grands de la discographie, de par son sens foudroyant de l'architecture et sa science consommée des coloris instrumentaux. Le ton crépusculaire et automnal de cette vision traduit idéalement la poésie nostalgique inhérente à l'univers du compositeur.

L'interprète

Berliner Philharmoniker dans le magazine