Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

7871 albums triés par Date : du plus récent au moins récent et filtrés par Variété francophone
15,99 €
13,49 €

Variété francophone - À paraître le 8 juin 2018 | Parlophone France

Hi-Res
16,99 €
14,49 €

Variété francophone - À paraître le 11 mai 2018 | Sony Musique

Hi-Res
5,99 €
3,99 €

Variété francophone - À paraître le 27 avril 2018 | Universal Music Division Polydor

Hi-Res
14,99 €
11,99 €
3

Variété francophone - À paraître le 27 avril 2018 | JLA Productions

Hi-Res
9,99 €14,99 €
9,99 €

Variété francophone - Paru le 20 avril 2018 | [PIAS] Le Label

Hi-Res Livret
« Il faut bien vivre en attendant », affirme Alain Chamfort avec une pointe d’amertume dans cet album dont les textes sont signés Pierre-Dominique Burgaud, déjà auteur de Une vie Saint Laurent, paru en 2010. Le propos de En attendant fait écho à celui de Souris puisque c’est grave (1990), mais son injonction à vivre semble prendre ici une tonalité plus désillusionnée. Il évoque également les ravages du temps dans la balade piano/voix qui ouvre l’album, Les Microsillons, dans laquelle il compare ses rides aux sillons d’un vinyle. Le visage est ici le souvenir d’une vie bien remplie, entièrement dédiée à l'art. Son ancienne compagne et muse Lio chantait en 1980 dans Sage comme une image qu’elle aimerait être faite de papier glacé, comme les pochettes des disques qu’elle aime et écoute la nuit pour abréger sa mélancolie. Ici Chamfort chante plutôt le papier froissé pour évoquer au fond la même chose: l’idée que l’amour de la musique procure un réconfort permettant de vaincre toutes les angoisses. Malgré ces tourments ou constats liés au temps qui passe et à la perte des illusions, Chamfort loue aussi, à l’occasion, les bienfaits de l’action et de la non-résignation. En passant d’un sentiment à l’autre, il rend ainsi justice au titre de l’album, Le Désordre des choses. « Plus belle que l’espoir, il y a la lutte », entonne-t-il dans Palmyre. Dans En regardant la mer, il regrette l’action contrariée, c’est-à-dire tout ce qui réfrène nos impulsions et nous empêche d’être pleinement libres. Quant à la chanson qui clôt cet album, Linoleum, c’est le miroir inversé de celle qui l’ouvrait. Là encore, il évoque son intimité épidermique, mais il s’éloigne de l’ultra sensibilité du vinyle pour aller vers une solidité à toute épreuve. Il va jusqu'à se comparer à un lézard et un crocodile. A la fois mélancolique et combattif, Chamfort cherche décidément à brouiller les pistes dans ce nouvel opus aux mélodies élégantes et aux couleurs souvent électroniques dues au réalisateur danois Johan Dalgaard (collaborateur de Gaétan Roussel et Keren Ann). © Nicolas Magenham/Qobuz
14,99 €
11,99 €
Îl

Variété francophone - Paru le 20 avril 2018 | tôt Ou tard

Hi-Res
1,94 €
1,55 €

Variété francophone - Paru le 20 avril 2018 | LaBréa Music

Hi-Res
8,49 €
5,99 €

Variété francophone - Paru le 20 avril 2018 | Stuffed Monkey

Hi-Res
3,74 €
2,49 €

Variété francophone - Paru le 20 avril 2018 | Les Autres

Hi-Res
Accompagnée de Jean-Christophe Ortega (alias AbEL K1) à la musique, Tiphaine Lozupone (alias Blondino) confirme avec cet EP sont statut d’héritière d’une pop atmosphérique à la Alain Bashung ou Christophe. Dès les premières mesures du morceau d’introduction, La Bouche pleine de peur, les nappes à la fois douces et inquiétantes, puis la voix envoûtante de la chanteuse emmènent l’auditeur dans un univers atypique. Certes l’étrangeté et la dureté (des basses notamment) sont présentes tout le long de ces cinq titres, mais elles n’excluent pas une certaine luminosité enchanteresse, due principalement aux accords majeurs que le compositeur parsème dans le refrain de Babel ou dans le magnifique Nouveau départ. Ce n’est pas Ortega qui signe la dernière chanson de l’EP, Les Filles d’aujourd’hui, puisqu’il s’agit d’une reprise de Brigitte Fontaine/Areski Belkacem. En choisissant une chanson peu connue d’une artiste anticonformisme en diable, Blondino prouve une fois de plus sa propre singularité. © Nicolas Magenham/Qobuz
4,49 €
2,99 €

Variété francophone - Paru le 20 avril 2018 | Grande rousse disques

Hi-Res
2,99 €
1,99 €

Variété francophone - Paru le 13 avril 2018 | Universal Music Division Mercury Records

Hi-Res
11,99 €
8,49 €

Variété francophone - Paru le 13 avril 2018 | Universal Music Division Polydor

Hi-Res
13,49 €
8,99 €

Variété francophone - Paru le 13 avril 2018 | At(h)ome

Hi-Res
Enregistré lors d’un concert au Café de la Danse en novembre 2017, cet album fait figure de panorama idéal de la riche carrière de l’auteur-compositeur-interprète d’origine lyonnaise. Des morceaux emblématiques de Starshooter (groupe punk rock mythique des années 80) jusqu’aux standards de sa carrière solo, Kent prouve la cohérence de son répertoire malgré la variété des styles musicaux. Seul ou accompagné de son groupe, il dénonce les dérives du monde du travail (Chagrin d’honneur), dépeint le survivant d’un attentat (Un revenant), et rend un hommage nostalgique à Hergé et Paul Eluard (Les oranges bleues). Ce qui caractérise Kent – et que ce live traduit à la perfection – c’est son regard est à la fois tendre et insolent sur ses contemporains. Il scrute les sentiments humains avec précision et compassion, tout en étant enclin à bousculer les choses lorsque c’est nécessaire. A cet égard, la chanson qui ouvre l’album (Les vrais gens) est très parlante : il y évoque le thème délicat de « la France d’en bas », mais en évitant soigneusement la démagogie et la complaisance. Dans le même esprit, on retrouvera avec plaisir son tube J’aime un pays, croquis drôle et acide de l’hexagone, paru dans l’album A nos amours en 1990. Dans la catégorie « tubes intemporels », citons également une version plutôt dépouillée de Juste quelqu’un de bien, qui nous rappelle que Kent est également un songwriter régulier pour ses confrères (en l’occurrence Enzo Enzo). Enfin, ce live comprend quelques duos émouvants, avec Alex Beaupain et Katel notamment.©Nicolas Magenham/qobuz
4,49 €
2,99 €

Variété francophone - Paru le 13 avril 2018 | Endless Summer

Hi-Res
1,94 €
1,55 €

Variété francophone - Paru le 11 avril 2018 | JLA Productions

Hi-Res