Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

8268 albums triés par Date : du plus récent au moins récent et filtrés par Variété francophone
2,99 €
1,99 €

Variété francophone - À paraître le 1 mai 2019 | L-A be

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Variété francophone - À paraître le 12 avril 2019 | AllPoints

Hi-Res
14,99 €
12,49 €

Variété francophone - À paraître le 22 mars 2019 | Wagram Music - Cinq 7

Hi-Res
18,99 €
15,99 €

Variété francophone - À paraître le 22 mars 2019 | Profil de Face

Hi-Res
21,49 €
14,99 €

Variété francophone - À paraître le 15 mars 2019 | Universal Music Division Polydor

Hi-Res
15,99 €
13,49 €

Variété francophone - À paraître le 8 mars 2019 | Parlophone France

Hi-Res
13,49 €
8,99 €

Variété francophone - À paraître le 1 mars 2019 | Midnight special records

Hi-Res
14,99 €
12,49 €

Variété francophone - À paraître le 1 mars 2019 | One Hot Minute

Hi-Res
5,99 €
3,99 €

Variété francophone - À paraître le 22 février 2019 | Productions Trianges

Hi-Res
21,49 €
14,99 €

Variété francophone - Paru le 15 février 2019 | Universal Music Division Polydor

Hi-Res
4,49 €
2,99 €
UFO

Variété francophone - Paru le 15 février 2019 | La Tebwa

Hi-Res
2,99 €
2,49 €

Variété francophone - Paru le 15 février 2019 | Columbia

Hi-Res
2,99 €
1,99 €

Variété francophone - Paru le 15 février 2019 | Universal Music Division Decca Records France

Hi-Res
21,49 €
14,99 €

Variété francophone - Paru le 15 février 2019 | Universal Music Division Mercury Records

Hi-Res
1,99 €
1,49 €

Variété francophone - Paru le 15 février 2019 | Khanti records

Hi-Res
2,99 €
2,29 €

Variété francophone - Paru le 15 février 2019 | Parlophone France

Hi-Res
14,99 €
12,49 €

Variété francophone - Paru le 15 février 2019 | Wagram Music - W Lab

Hi-Res
Pour la première fois de sa carrière, le chanteur québécois d’origine rwandaise évoque un thème qu’il n’avait jamais vraiment abordé de front, bien qu’il s’agisse d’un grand classique de la chanson francophone : l’amour. Coécrit avec son épouse Sofia de Medeiros, ce huitième album studio parle du couple solide qu’ils forment depuis des années. Leur rencontre est d’ailleurs le sujet d’une des chansons les plus touchantes de l’album (Mona Lisa). Quant aux morceaux Le Bonheur et Un Autre Moi, ils évoquent respectivement la fusion qui caractérise la réunion de ces deux êtres, et les changements positifs qu'elle peut opérer chez l’un et chez l’autre. Mais Parce qu’on aime ne parle pas que de l’aspect le plus rose d’une relation amoureuse. Cet opus évoque également les efforts qu’il faut accomplir pour construire un couple, le même effort d’ailleurs que Corneille met pour faire un album et bâtir une carrière digne de ce nom. Les zones d’ombre qui viennent parfois ternir l’amour se retrouvent principalement dans l’émouvant Le Chant des cygnes, ainsi que dans Manque de sommeil et Coups d’éclat, deux chansons qui tentent de montrer ce qu'il peut y avoir de bon dans les querelles d’amoureux. Sur des notes R&B de bonne facture, Corneille promène les mots de son couple avec douceur et bienveillance. Et son album forme au final un tableau émouvant, qui dépeint un parcours de longue haleine, celui de deux êtres qui s’aiment sincèrement et profondément. ©Nicolas Magenham/Qobuz
14,99 €
10,99 €

Variété francophone - Paru le 15 février 2019 | Neon Napoleon

Hi-Res
Ce troisième album à la fois rayonnant et taquin de Séverin débute par un clin d’œil hilarant et bienveillant au flegme d’un Pierre Barouh ou d’un Pierre Vassiliu (deux de ses modèles), tout en étant une charge féroce contre un journalisme prétentieux (L'Interview). Il en profite aussi pour faire son autoportrait, celui d’un artiste libre qui ne cherche pas à se conformer à telle ou telle mode (tout comme les deux chanteurs susmentionnés). L’album est aussi un hommage plein de tendresse à sa compagne, au centre des chansons En vacances et Elle est là. A l’image de ces deux petits bijoux, Transatlantique navigue entre pop solaire et world consolante (avec une prédilection pour la bossa-nova). La douceur de cette musique reflète la nonchalance flamboyante de Séverin, tout en contrastant parfois avec son style « gentiment » cynique et pétri d’autodérision (30 Minutes après ma mort). Il faut aussi mettre l’accent sur la sonorité chaleureuse de l’album, due notamment à un enregistrement dans des conditions live, avec cinq musiciens qui jouent ensemble. C’est le talentueux Marlon B (Brigitte, Juliette Armanet) qui est aux manettes. Mais derrière le soleil, l’apparente simplicité de l’album et l’humour bon enfant de Séverin, on perçoit une richesse harmonique sans bornes et un amour de la mélodie alambiquée (en particulier dans La Vie con et Parle-moi). Une chanson bouleversante comme Quand bien même est sans doute celle qui révèle avec le plus d’évidence que Séverin, au fond, c’est plus sérieux qu’il n’y paraît. ©Nicolas Magenham/Qobuz   
21,49 €
14,99 €

Variété francophone - Paru le 15 février 2019 | Universal Music Division Polydor

Hi-Res
Stephan Eicher retrouve ses origines yéniches avec cet album de rock balkanique qui bénéficie de la couleur singulière de Traktorkestar, une jeune fanfare de Berne. Ces neuf cuivres et trois batteurs apportent une touche à la fois énergique et poétique à ce patchwork qui comprend quelques chansons inédites, mais surtout de nombreuses reprises. Parmi les relectures les plus flamboyantes des tubes du ténébreux chanteur suisse, citons Envolées et Louanges. La première est arrangée pour l’occasion par Goran Bregovic, rencontré en 2012. Déjeuner en paix brille par son absence, mais on retrouvera deux autres très grands succès des années 1990 : Combien de temps et Pas d’ami (comme toi). A côté de ces morceaux incontournables, les fans de la première heure auront le plaisir d’entendre Les Filles du Limmatquai (sorte de #MeToo avant l’heure) et la splendide Chanson bleue, toutes deux provenant de la période new wave du chanteur, au début des années 1980.     Cette énergie poétique pourrait aussi être appelée « mélancolie festive » car les paroles souvent désenchantées ou tendres de Philippe Djian contrastent bien souvent avec les rythmes effrénés des chansons, et leur caractère foncièrement dansant (Cendrillon après minuit notamment est à des années-lumière de l’arrangement d’origine dû à Benjamin Biolay). Quant à la pochette de Hüh !, elle témoigne elle aussi d’un sentiment mélangé puisque derrière les confettis colorés qui la composent, on peut y voir une référence émouvante à la pochette de Fantaisie militaire d’Alain Bashung. L’hommage d’un artiste sensible à un autre. ©Nicolas Magenham/Qobuz
13,49 €
8,99 €

Variété francophone - Paru le 15 février 2019 | Water Music

Hi-Res
Hallelujah ! Dix-neuf ans après son deuxième album (Les Anges de verre, 2000), Frédéric Lo s’est enfin décidé à sortir le troisième. Mais entre-temps, ce nom incontournable de la scène française n’a pas chômé puisqu’on le retrouve au générique de nombreux albums de ses confrères – et en premier lieu le mythique Crèvecoeur de Daniel Darc en 2004, dont il a fait les compositions et la réalisation. Égaré dans la nuit est d’ailleurs un vestige de cette collaboration fructueuse. Car Hallelujah ! est imprégné de toutes ces amitiés artistiques qui caractérisent la carrière de ce touche-à-tout de génie. Parmi les duos les plus emblématiques de cet album, citons ceux que Frédéric Lo forme avec Elli Medeiros (Come et son piano si émouvant) ou bien avec Robert Wyatt (Eno Song). Alex Beaupain et Stephan Eicher sont également de la fête. Ce qui frappe avant tout dans cet opus, c’est l’amour de Frédéric Lo pour la musique. Chacun des morceaux est un petit bijou qui élève le genre « pop song » à un degré de classe extrême, à la fois dans l’écriture et les arrangements (on retiendra les magnifiques solos du guitariste François Poggio, ainsi que le mixage inspiré de François Delabrière). Quant aux paroles, elles font, elles aussi, l’objet de featurings impressionnants : Benjamin Biolay sur Sortez les clowns et, encore une fois, Alex Beaupain sur le bouleversant La Clairière. Enfin, le titre de l’album fait non seulement référence aux nombreuses années passées à bâtir cet objet quasiment parfait, mais est aussi un clin d’œil à Leonard Cohen, lequel est, avec sa mélancolie lyrique, l’un des modèles de Frédéric Lo. Entre la Mary de Lo et la Suzanne de Leo, il n’y a peut-être qu’un pas.  ©Nicolas Magenham/Qobuz