Votre panier est vide

Catégories :

Les albums

Hip-Hop/Rap - Paru le 16 avril 2021 | Rhino - Elektra

Téléchargement indisponible
Le 26 mars 1996, Busta Rhymes sortait The Coming, un premier album solo en forme de boulet de canon qui le placera d’emblée comme l’un des poids lourds du rap new-yorkais. Un classique de treize titres ici revisité en une édition Super Deluxe de trente-six plages. Un mastodonte. Certes, les versions remasterisées parviennent à faire entrer cet album dans une nouvelle époque sonore sans trop détériorer la rage d’antan. Mais c’est surtout via certains remixes et les versions instrumentales que cette édition devient intéressante. En témoignent les trois interprétations du hit Woo Hah !! Got You All In Check : l’une conviant le défunt Ol’Dirty Bastard en featuring (déjà connue des fans mais publiée pour la première fois en streaming), et deux autres remixées par J Dilla, ou Jaydee comme il se faisait appeler à l’époque. On notera également les superbes remixs de Do My Thing et Abandon Ship par DJ Scratch, achevant de faire de cette édition Super Deluxe un hommage à la hauteur du classique d’origine. © Brice Miclet/Qobuz
A partir de :
HI-RES19,49 €
CD16,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 16 avril 2021 | Rhino - Elektra

Hi-Res
Le 26 mars 1996, Busta Rhymes sortait The Coming, un premier album solo en forme de boulet de canon qui le placera d’emblée comme l’un des poids lourds du rap new-yorkais. Un classique de treize titres ici revisité en une édition Super Deluxe de trente-six plages. Un mastodonte. Certes, les versions remasterisées parviennent à faire entrer cet album dans une nouvelle époque sonore sans trop détériorer la rage d’antan. Mais c’est surtout via certains remixes et les versions instrumentales que cette édition devient intéressante. En témoignent les trois interprétations du hit Woo Hah !! Got You All In Check : l’une conviant le défunt Ol’Dirty Bastard en featuring (déjà connue des fans mais publiée pour la première fois en streaming), et deux autres remixées par J Dilla, ou Jaydee comme il se faisait appeler à l’époque. On notera également les superbes remixs de Do My Thing et Abandon Ship par DJ Scratch, achevant de faire de cette édition Super Deluxe un hommage à la hauteur du classique d’origine. © Brice Miclet/Qobuz
A partir de :
HI-RES12,99 €
CD11,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 16 avril 2021 | Rhino - Elektra

Hi-Res
A partir de :
HI-RES12,99 €
CD11,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 8 avril 2021 | Rhino - Elektra

Hi-Res
A partir de :
CD13,49 €

Soul/Funk/R&B - Paru le 19 février 2021 | Rhino - Elektra

A partir de :
HI-RES23,49 €
CD20,49 €

Metal - Paru le 30 octobre 2020 | Rhino - Elektra

Hi-Res
Après une première partie de carrière ancrée dans le hair metal et le hard rock, Pantera durcit le ton en 1990 pour draguer les fans de heavy et de thrash avec l'excellent et rageur Cowboys from Hell. S'ensuit une décennie complète dédiée au metal le plus méchant qui soit, à commencer par la boucherie Vulgar Display of Power (1992), Far Beyond Driven (1994) et sa surenchère dans la brutalité, The Great Southern Trendkill (1996) qui donne ses lettres de noblesse au groove metal, et enfin ce Reinventing the Steel (2000) sorti en pleine période néo-metal et dont la mission avouée par le groupe est de faire (re)découvrir à ses fans le vrai son du metal tel qu'il doit être joué. Vaste entreprise.On l'ignore encore à l'époque, mais le groupe mettra la clé sous la porte après cet opus. Avec du recul, cette séparation apparaît comme une évidence : outre les problèmes internes qui secouent le groupe, et à moins de choisir de piétiner ad vitam aeternam le même lopin de terre, Pantera semble en effet avoir fait le tour de son propos. Si Reinventing the Steel contient son lot de classiques (Yesterday Don't Mean Shit, Revolution Is my Name, Death Rattle, et la fantastique doublette finale It Makes Them Disappear/I'll Cast a Shadow), quelques titres plus faibles témoignent d'une difficulté à se renouveler, voire d'une inspiration qui arrive en bout de course. Les fans ultra-loyaux feront tout de même honneur à l'album. Pour son 20e anniversaire, Rhino/Elektra propose cette édition de trois disques dont le principal attrait est l'album mixé par Terry Date, producteur des chefs-d'œuvre de Pantera qui avait pourtant été éloigné de la console voici vingt ans. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que sa version réinvente l'album (sans mauvais jeu de mots). Brillante, puissante et dynamique, elle dépasse de la tête et des épaules la version d'époque.La comparaison est d'ailleurs assez vite établie puisque le second CD propose justement ce mix d'origine (signé par Sterling Winfield et les frères Abott) que même un remastering sérieux ne parvient pas à hisser au niveau de celui du magicien Date. Quelques versions « radio edit » viennent le compléter. Le 3e disque, bien plus sympathique, offre quant à lui un rough mix instrumental de l'album (qui sonne fort bien et fera merveille dans vos soirées karaoké), ainsi que cinq titres inédits que les vrais fans possèdent déjà : Avoid the Light et Immortaly Insane figurent sur des bandes originales de films (Dracula 2000, Heavy Metal 2000 et le remake de Massacre à la tronçonneuse) tandis que Cat Scratch Fever (Ted Nugent), Hole in the Sky et Electric Funeral (Black Sabbath) sont parus de longue date sur divers albums tribute. On l'aura compris : la relecture de Reinventing the Steel par Terry Date mérite à elle seule que l'on allume avec plaisir les 20 bougies de cet album testament de Pantera, avec une pensée émue pour Dimebag Darrell et Vinnie Paul partis en 2004 et 2018 rejoindre la grande jam céleste quelque part là-haut. © Charlélie Arnaud/Qobuz
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Metal - Paru le 22 octobre 2020 | Rhino - Elektra

Hi-Res
A partir de :
HI-RES48,99 €
CD41,99 €

Rock - Paru le 9 octobre 2020 | Rhino - Elektra

Hi-Res Livret
En 1969, les Doors déboussolent leurs fans en changeant leur fusil d’épaule avec The Soft Parade. Sur cet album moins viscéralement rock’n’roll, Jim Morrison ne signe que la moitié des compositions et le guitariste Robbie Krieger prend l’ascendant côté plume et étoffe même l’instrumentation du groupe californien. Un an plus tard, Morrison Hotel rassure tout le monde avec un comeback aux fondamentaux doorsiens. Publié le 9 février 1970, ce cinquième album studio est divisé en deux parties : Hard Rock Cafe pour la face A, Morrison Hotel pour la B. Direct et viscéralement blues, le mythique Roadhouse Blues d’ouverture donne le ton de ce retour aux sources, alors que Morrison est plus ingérable et imprévisible que jamais.Épuisés mais aussi chamboulés par les séances de The Soft Parade, les Doors ne donnent alors plus de concerts en raison des poursuites engagées après les provocations de Morrison à Miami. Dans ce chaos, ils concentrent leurs forces sur ce nouvel opus. Jim Morrison, Ray Manzarek, Robby Krieger et John Densmore trouvent même une forme de résurrection en épurant leur musique. Morrison Hotel brille pour sa simplicité frontale. Pour sa musique épurée, dénuée de toutes tentations psychées ou expérimentales. A l’image du riff tranchant et jouissif de Peace Frog. De l’efficace qui n’empêche évidemment pas Morrison de s’offrir une séquence bien mystique avec le planant et subtile Indian Summer. Un Morrison qui chante impeccablement, comme boosté par les parties de guitare furibardes de Krieger.Cette Deluxe Edition du 50e anniversaire de Morrison Hotel propose l’album remasterisé par Bruce Botnick, ancien ingénieur du son des Doors, ainsi que de très nombreux bonus passionnants. Notamment des inédits tirés des sessions d’enregistrement de l’album. Prises alternatives (dont deux versions brutes de Peace Frog et Blue Sunday), arrangements différents, faux-départs et conversations entre les Doors et leur producteur Paul Rothchild, rien ne manque à l’appel ! Un document indispensable pour les fans. © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Metal - Paru le 8 octobre 2020 | Rhino - Elektra

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Rock - Paru le 1 octobre 2020 | Rhino - Elektra

Hi-Res
A partir de :
HI-RES3,49 €
CD2,99 €

Metal - Paru le 10 septembre 2020 | Rhino - Elektra

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Rock - Paru le 10 septembre 2020 | Rhino - Elektra

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Rock - Paru le 20 août 2020 | Rhino - Elektra

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Folk - Paru le 29 mai 2020 | Rhino - Elektra

Hi-Res
A partir de :
HI-RES39,99 €
CD33,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 27 mars 2020 | Rhino - Elektra

Hi-Res
A partir de :
HI-RES19,49 €
CD16,99 €

Rock - Paru le 1 novembre 2019 | Rhino - Elektra

Hi-Res
Les manuels d’histoire du rock’n’roll ont souvent taxé The Soft Parade de plus mauvais album des Doors. Cinquante années après sa sortie le 18 juillet 1969, la réévaluation du quatrième opus des Californiens s’impose. Un an pile après Waiting for the Sun, les Doors changent totalement leur fusil d’épaule avec un disque moins viscéralement rock’n’roll. Ingérable, totalement obsédé par ses poèmes, de plus en plus accro à la bouteille et à deux doigts de quitter le navire (retenu in extremis par le clavier du groupe, Ray Manzarek), Jim Morrison ne signe que la moitié des compositions de cette Soft Parade. Le guitariste Robbie Krieger prend alors l’ascendant côté écriture et étoffe l’instrumentation du groupe.Pilotés par Paul Harris, des cuivres et des cordes font une entrée inattendue dans le paysage du groupe. Des effluves de jazz viennent ainsi brouiller le rock aux accents blues, la pop solaire et les séquences presque lounge. Un éclectisme déroutant de prime abord mais qui empêche la singularité originelle des Doors de stagner. Les mélodies de The Soft Parade ne sont peut-être pas du même calibre que celles de leurs trois précédents disques mais à l’heure où la concurrence expérimente tous azimuts, Jim Morrison, Ray Manzarek, Robby Krieger et John Densmore prouvent eux aussi qu’ils peuvent embarquer le rock sur des terres inédites.Cette 50th Anniversary Deluxe Edition propose une nouvelle version remastérisée signée Bruce Botnick ainsi que des bonus comme Who Scared You, des titres inédits parmi lesquels des versions de travail de Doors Only, des versions sans cuivre ni corde de Tell All the People, Touch Me, Wishful Sinful et Runnin’ Blue. Enfin, parmi les autres réjouissances de cette édition 2019, d’intéressantes parties de guitares ajoutées par Krieger sur Touch Me, Wishful Sinful et Runnin’ Blue. A l’arrivée, assez de matériel inédit pour régaler les fans et mieux percer les mystères de ce disque ovni. © Max Dembo/Qobuz
A partir de :
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Pop - Paru le 12 juillet 2019 | Rhino - Elektra

Hi-Res
  
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,49 €

Pop - Paru le 21 juin 2019 | Rhino - Elektra

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Pop - Paru le 30 mai 2019 | Rhino - Elektra

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Pop - Paru le 9 novembre 2018 | Rhino - Elektra

Hi-Res