Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Gianandrea Noseda - Shostakovich: Symphony No. 5

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Shostakovich: Symphony No. 5

London Symphony Orchestra - Gianandrea Noseda

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Uniquement disponible en numérique, cet enregistrement public est le point de départ d’un nouveau cycle d’enregistrements du London Symphony Orchestra avec leur principal chef invité actuel, Gianandrea Noseda. Captée lors d'un concert public le 22 septembre 2016, cette Cinquième de Chostakovitch tient les promesses de la partition. Après l'affaire de Lady Macbeth et l'échec qui en découla pour son auteur, Chostakovitch se lança dans sa Cinquième symphonie, qu’il acheva en juillet 1937 ; la création, sous la direction d'Evgeni Mravinski, eut lieu dans la foulée, avec grand succès non seulement en URSS mais à travers la planète musicale où l’on s’arracha l’œuvre. En pleine période de purges staliniennes, la symphonie fut écoutée avec une tension émotionnelle toute particulière. Oui, le langage en est certes plus limpide et moins ésotérique que dans la Quatrième, mais déborde du drame vécu même s'il est surmonté par le compositeur. Le Scherzo est une sinistre fuite en avant d’un clown sous la torture, le déchirant Largo est ce qu’il est – déchirant, précisément. Quant au dernier mouvement, il alterne entre farce rossinienne et grincements de dents mahleriens, pour s’achever avec deux minutes de ce genre de joie que l’on éprouve lorsqu’on est laminé par une division de tanks soviétiques. Gianandrea Noseda et le London Symphony Orchestra ont su projeter cette double atmosphère et faire passer l'impression énigmatique des deux dernières minutes. À l'adresse de l'autorité stalinienne, Chostakovitch a défini lui-même sa symphonie dans La Pravda comme « la réponse pratique d’un artiste soviétique à de justes critiques [...] « Tout n’a pas été d’égale valeur dans mes œuvres précédentes. Il y a eu des échecs. Dans ma Cinquième Symphonie, je me suis efforcé à ce que l’auditeur soviétique ressente dans ma musique un effort en direction de l’intelligibilité et de la simplicité » Propos que contestent certains musicologues, considérant qu'ils auraient été commandités en haut lieu... Quoi qu'il en soit, l'œuvre est un pied de nez des plus éclatants ! © SM/Qobuz

Plus d'info

Shostakovich: Symphony No. 5

Gianandrea Noseda

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Symphony No. 5 in D Minor, Op. 47 (Dimitri Chostakovitch)

1
I. Moderato 00:17:00

London Symphony Orchestra - Gianandrea Noseda, Conductor - Dmitri Shostakovich, Composer

London Symphony Orchestra Ltd London Symphony Orchestra Ltd

2
II. Allegretto 00:05:46

London Symphony Orchestra - Gianandrea Noseda, Conductor - Dmitri Shostakovich, Composer

London Symphony Orchestra Ltd London Symphony Orchestra Ltd

3
III. Largo 00:13:41

London Symphony Orchestra - Gianandrea Noseda, Conductor - Dmitri Shostakovich, Composer

London Symphony Orchestra Ltd London Symphony Orchestra Ltd

4
IV. Allegro non troppo 00:11:43

London Symphony Orchestra - Gianandrea Noseda, Conductor - Dmitri Shostakovich, Composer

London Symphony Orchestra Ltd London Symphony Orchestra Ltd

Descriptif de l'album

Uniquement disponible en numérique, cet enregistrement public est le point de départ d’un nouveau cycle d’enregistrements du London Symphony Orchestra avec leur principal chef invité actuel, Gianandrea Noseda. Captée lors d'un concert public le 22 septembre 2016, cette Cinquième de Chostakovitch tient les promesses de la partition. Après l'affaire de Lady Macbeth et l'échec qui en découla pour son auteur, Chostakovitch se lança dans sa Cinquième symphonie, qu’il acheva en juillet 1937 ; la création, sous la direction d'Evgeni Mravinski, eut lieu dans la foulée, avec grand succès non seulement en URSS mais à travers la planète musicale où l’on s’arracha l’œuvre. En pleine période de purges staliniennes, la symphonie fut écoutée avec une tension émotionnelle toute particulière. Oui, le langage en est certes plus limpide et moins ésotérique que dans la Quatrième, mais déborde du drame vécu même s'il est surmonté par le compositeur. Le Scherzo est une sinistre fuite en avant d’un clown sous la torture, le déchirant Largo est ce qu’il est – déchirant, précisément. Quant au dernier mouvement, il alterne entre farce rossinienne et grincements de dents mahleriens, pour s’achever avec deux minutes de ce genre de joie que l’on éprouve lorsqu’on est laminé par une division de tanks soviétiques. Gianandrea Noseda et le London Symphony Orchestra ont su projeter cette double atmosphère et faire passer l'impression énigmatique des deux dernières minutes. À l'adresse de l'autorité stalinienne, Chostakovitch a défini lui-même sa symphonie dans La Pravda comme « la réponse pratique d’un artiste soviétique à de justes critiques [...] « Tout n’a pas été d’égale valeur dans mes œuvres précédentes. Il y a eu des échecs. Dans ma Cinquième Symphonie, je me suis efforcé à ce que l’auditeur soviétique ressente dans ma musique un effort en direction de l’intelligibilité et de la simplicité » Propos que contestent certains musicologues, considérant qu'ils auraient été commandités en haut lieu... Quoi qu'il en soit, l'œuvre est un pied de nez des plus éclatants ! © SM/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Gianandrea Noseda
Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Sibelius : 10 moments clés de la discographie

La discographie du compositeur finlandais Jean Sibelius (1865-1957) est d’une grande richesse, et surtout d’une exceptionnelle qualité et diversité. Qobuz vous en propose un tour d’horizon en mettant l’accent sur 10 moments particulièrement significatifs.

Gounod romantique et mystique

Artisan majeur du renouveau de la musique française dans la seconde moitié du XIXe siècle aux côtés de son aîné, Berlioz, qu’il admirait, et de ses disciples, Bizet, Saint-Saëns, Massenet qui vénéraient sa foi en l’Art, Charles Gounod (1818-1893), mystique et charmeur, romantique en quête d’un nouveau classicisme, doit sa célébrité à quelques chefs-d’œuvre qui réduisent son envergure. Une discographie en plein essor permet de découvrir sa musique dans sa diversité : instrumentale, vocale, sacrée et lyrique.

Karajan dirige la Sixième de Sibelius

Herbert von Karajan, l'un des interprètes les plus marquants de la musique de Sibelius, a enregistré en 1967 une version mémorable de la Sixième Symphonie. Sa plus belle version de cette œuvre, et peut-être aussi son enregistrement Sibelius le plus fascinant.

Dans l'actualité...