Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Khatia Buniatishvili - Schubert

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Schubert

Khatia Buniatishvili

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Khatia Buniatishvili continue son exploration des grands indispensables du répertoire pianistique en posant ici ses valises chez Schubert. En abordant la grande et dernière sonate du compositeur, la D. 960, en si bémol majeur, à laquelle elle allie le Premier Livre des Impromptus (Op. 90, D. 899), c’est surtout pour la pianiste géorgienne une belle occasion de raffermir son identité de femme, dans une époque si discriminatoire.
Pour l’occasion, elle se revendique clairement comme une « pianiste féministe » (voir les « notes d’une féministe » dans le livret). L’atmosphère préraphaélite de la couverture semble un peu évoquer ce dialogue souriant et rédempteur de « La Jeune fille avec la mort », thème bien présent dans l’œuvre de Schubert, et surtout bien connu du grand public – souvenez-vous, il y a ce fameux lied, D. 531, puis ce non moins célèbre quatuor de Schubert, D. 810. Côté enregistrement, le piano diffuse une impression continue de douceur et de calme absolu, dans un son parfaitement cotonneux, avec des graves lointains et soyeux, une main droite agile, non teintée d’espièglerie parfois. Le si sublime Andante sostenuto de la Sonate, d’une lenteur imperturbable, vous emmènera pas moins loin que sur les nuages. Même les Impromptus ne perturberont pas les efforts de l’artiste dans la conquête de son objectif premier : vous apporter paix et sérénité.
Malheureusement peut-être pour la pianiste d’aujourd’hui, d’illustres femmes se sont illustrées par le passé dans ce répertoire, et particulièrement dans la Sonate D. 960, Ingrid Haebler, Lili Kraus, Annie Fischer, Clara Haskil par exemple : les mélomanes, et les discophiles, se souviennent bien d’elles. © 2019 Pierre-Yves Lascar/Qobuz

Plus d'informations

Schubert

Khatia Buniatishvili

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Piano Sonata No. 21 in B-Flat Major, D. 960 (Franz Schubert)

1
I. Molto moderato
00:20:34

Khatia Buniatishvili, Piano - Franz Schubert, Composer - Maximilien Ciup, Producer, Mastering Engineer, Recording Engineer

© 2019 Sony Music Entertainment - ℗ 2019 Sony Music Entertainment

2
II. Andante sostenuto
00:14:31

Khatia Buniatishvili, Piano - Franz Schubert, Composer - Maximilien Ciup, Producer, Mastering Engineer, Recording Engineer

© 2019 Sony Music Entertainment - ℗ 2019 Sony Music Entertainment

3
III. Scherzo - Allegro vivace con delicatezza
00:03:44

Khatia Buniatishvili, Piano - Franz Schubert, Composer - Maximilien Ciup, Producer, Mastering Engineer, Recording Engineer

© 2019 Sony Music Entertainment - ℗ 2019 Sony Music Entertainment

4
IV. Allegro ma non troppo
00:08:32

Khatia Buniatishvili, Piano - Franz Schubert, Composer - Maximilien Ciup, Producer, Mastering Engineer, Recording Engineer

© 2019 Sony Music Entertainment - ℗ 2019 Sony Music Entertainment

4 Impromptus, op. 90, D. 899 (Franz Schubert)

5
No. 1 in C Minor
00:11:09

Khatia Buniatishvili, Piano - Franz Schubert, Composer - Maximilien Ciup, Producer, Mastering Engineer, Recording Engineer

© 2019 Sony Music Entertainment - ℗ 2019 Sony Music Entertainment

6
No. 2 in E-Flat Major
00:04:09

Khatia Buniatishvili, Piano - Franz Schubert, Composer - Maximilien Ciup, Producer, Mastering Engineer, Recording Engineer

© 2019 Sony Music Entertainment - ℗ 2019 Sony Music Entertainment

7
No. 3 in G-Flat Major
00:06:17

Khatia Buniatishvili, Piano - Franz Schubert, Composer - Maximilien Ciup, Producer, Mastering Engineer, Recording Engineer

© 2019 Sony Music Entertainment - ℗ 2019 Sony Music Entertainment

8
No. 4 in A-Flat Major
00:07:05

Khatia Buniatishvili, Piano - Franz Schubert, Composer - Maximilien Ciup, Producer, Mastering Engineer, Recording Engineer

© 2019 Sony Music Entertainment - ℗ 2019 Sony Music Entertainment

Ständchen, S. 560 (Franz Schubert)

9
Ständchen, S. 560 (Trans. from Schwanengesang No. 4, D. 957)
00:07:22

Khatia Buniatishvili, Piano - Franz Schubert, Composer - Franz Liszt, Transcriber - Maximilien Ciup, Producer, Mastering Engineer, Recording Engineer

© 2019 Sony Music Entertainment - ℗ 2019 Sony Music Entertainment

Descriptif de l'album

Khatia Buniatishvili continue son exploration des grands indispensables du répertoire pianistique en posant ici ses valises chez Schubert. En abordant la grande et dernière sonate du compositeur, la D. 960, en si bémol majeur, à laquelle elle allie le Premier Livre des Impromptus (Op. 90, D. 899), c’est surtout pour la pianiste géorgienne une belle occasion de raffermir son identité de femme, dans une époque si discriminatoire.
Pour l’occasion, elle se revendique clairement comme une « pianiste féministe » (voir les « notes d’une féministe » dans le livret). L’atmosphère préraphaélite de la couverture semble un peu évoquer ce dialogue souriant et rédempteur de « La Jeune fille avec la mort », thème bien présent dans l’œuvre de Schubert, et surtout bien connu du grand public – souvenez-vous, il y a ce fameux lied, D. 531, puis ce non moins célèbre quatuor de Schubert, D. 810. Côté enregistrement, le piano diffuse une impression continue de douceur et de calme absolu, dans un son parfaitement cotonneux, avec des graves lointains et soyeux, une main droite agile, non teintée d’espièglerie parfois. Le si sublime Andante sostenuto de la Sonate, d’une lenteur imperturbable, vous emmènera pas moins loin que sur les nuages. Même les Impromptus ne perturberont pas les efforts de l’artiste dans la conquête de son objectif premier : vous apporter paix et sérénité.
Malheureusement peut-être pour la pianiste d’aujourd’hui, d’illustres femmes se sont illustrées par le passé dans ce répertoire, et particulièrement dans la Sonate D. 960, Ingrid Haebler, Lili Kraus, Annie Fischer, Clara Haskil par exemple : les mélomanes, et les discophiles, se souviennent bien d’elles. © 2019 Pierre-Yves Lascar/Qobuz

Détails de l'enregistrement original : Recording : Austria, Hohenems, Markus-Sittikus-Saal, December 19–23, 2018

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Khatia Buniatishvili
Motherland Khatia Buniatishvili
Chopin Khatia Buniatishvili
Liszt Khatia Buniatishvili
Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Hélène Grimaud, Élue farouche

Petit tour d’horizon de la discographie d’Hélène Grimaud, à l’occasion de son cinquantième anniversaire et de ses trente ans d’activité discographique. De Denon à Deutsche Grammophon, en passant par Erato puis Teldec, retour sur un parcours incontestablement personnel, sincère et glorieux.

Wilhelm Kempff, le plus humain des pianistes

Artiste d’un autre temps, Wilhelm Kempff (1895-1991) croyait à l’inspiration : il était entré en musique comme on entre en religion, avec une ferveur respectueuse pour les vieux maîtres qu’il servait. Avec son toucher de velours, son sens du phrasé et sa diction de conteur, l’art de Wilhelm Kempff était celui d’un rêveur éveillé, mi-poète, mi-devin, dans une époque où l’expression du sentiment primait sur tout. Il a souvent enregistré à plusieurs reprises ses compositeurs préférés, en particulier son dieu Beethoven, avec lequel on l’a si souvent identifié, laissant trois intégrales des sonates au fur et à mesure de sa propre maturation et de l’évolution des techniques d’enregistrement.

Jorge Bolet, la quintessence de Franz Liszt

Sous ses doigts, la musique de Franz Liszt est apparue sous un jour nouveau, grâce à une vision à la fois poétique et lyrique, bien loin de la virtuosité gratuite et tapageuse trop souvent entendue. Avec le recul, son art élégant, noble et racé force l’admiration, car il représente le raffinement et la culture d’un monde à jamais perdu. C’est à l’automne de sa vie, au début des années 1980, qu’il enregistre pour Decca une anthologie en neuf volumes du compositeur hongrois qui fera date, à laquelle il convient d’ajouter d’autres gravures réalisées pour le label espagnol Ensayo, pour RCA dans les années 1970, pour Everest en 1960, ainsi que des enregistrements de studio et de radio dans les années 50, alors qu’il possédait encore tous ses extraordinaires moyens techniques.

Dans l'actualité...