Votre panier est vide

Catégories :

Les albums

HI-RES18,99 €
CD15,99 €

Classique - À paraître le 15 janvier 2021 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - À paraître le 11 décembre 2020 | Sony Classical

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - À paraître le 20 novembre 2020 | Sony Classical

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - À paraître le 13 novembre 2020 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES2,99 €
CD2,49 €

Classique - À paraître le 13 novembre 2020 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 28 octobre 2020 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES18,99 €
CD15,99 €

Classique - Paru le 23 octobre 2020 | Sony Classical

Hi-Res Livret
Pour ce fils d’immigrés siciliens qu’est Roberto Alagna, rendre hommage à la chanson française c’est avant tout célébrer les innombrables influences étrangères qui caractérisent ce genre à part entière. C’est la raison pour laquelle cet album de reprises respire la latinité, qu’elle soit sud-américaine (cha cha, tangos…), ou arabo-andalouse (Adieu mon pays d’Enrico Macias, qui débute avec des chants de cigales). Le parfum estival de ce disque est donc dû principalement aux arrangements d’Yvan Cassar, qui officie également comme pianiste. Des chansons comme J’attendrai ou Les feuilles mortes (avec la trompette jazz de Sylvain Gontard) font un pas de côté par rapport aux versions d’origine, de par la tranquillité, pour ne pas dire la langueur impériale, qui s’en dégage. Dans un registre moins « farniente », on citera quelques incursions dans le jazz manouche : Bohémienne aux grands yeux noirs de Tino Rossi (dont le répertoire est bien représenté dans le disque), Mon pot’ le gitan de Mouloudji, ou encore C’est un mauvais garçon d’Henry Garat. Les amateurs de Django Reinhardt pourront également entendre la version chantée de son célèbre Nuages (immortalisé par Lucienne Delyle en 1942).Les racines familiales latines d’Alagna étant au centre du projet, on ne sera pas surpris de croiser ses deux filles Malena et Ornella ici ou là, ainsi que son épouse, la soprano polonaise Aleksandra Kurzak. Avec cette dernière, il entonne joyeusement (en franco-polonais !) le fox-trot Maniusiu, ach! Cette reprise tourbillonnante montre que dans ce type d’album cross-over, il arrive souvent à Alagna de surprendre gentiment l’auditeur. C’est aussi le cas pour La chanson des vieux amants, dans laquelle le désenchantement de Jacques Brel laisse la place à une déclaration d’amour passionnée, sur un tempo animé. Cerise sur le gâteau : le chanteur conclut cette chanson en italien, pour faire, une dernière fois, honneur à ses origines. ©Nicolas Magenham/Qobuz
HI-RES2,99 €
CD2,49 €

Classique - Paru le 23 octobre 2020 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 23 octobre 2020 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES2,99 €
CD2,49 €

Classique - Paru le 23 octobre 2020 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES21,99 €
CD18,99 €

Classique - Paru le 16 octobre 2020 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 16 octobre 2020 | Sony Classical

Hi-Res Livret
Reinhard Goebel poursuit sa passionnante exploration des œuvres des contemporains de Beethoven. Compositeur prolixe Jan Ladislav Dussek (à ne pas confondre avec František Xaver Dušek, l’ami tchèque de Mozart) a étudié avec Carl Philipp Emanuel Bach à Hambourg avant de séjourner à Paris qu’il quitte précipitamment à la Révolution française pour s’établir à Londres où il côtoie Haydn dont les œuvres sont jouées en même temps que les siennes. Tombé dans l’oubli depuis longtemps, le Viennois Anton Eberl était unanimement considéré parmi les plus grands compositeurs de son temps à l’égal de Haydn, Mozart et Beethoven. On préféra d’ailleurs une de ses symphonies lors de la création de la Symphonie « Héroïque » en 1805, sa musique rassurant sans doute un public dérouté, on le comprend, par la nouveauté du génie de Beethoven. Au risque de nous répéter, il faut constater une fois de plus le fossé existant entre ces deux Concertos pour deux pianos, composés selon les canons et les sages principes de l’époque pour pouvoir pleinement comprendre la révolution esthétique provoquée par l’irruption de Beethoven dans l’histoire de la musique. Une telle confrontation ne peut être évidemment que profondément injuste et reste simplement documentaire, même si elle apporte des lumières nouvelles sur l’époque. © François Hudry/Qobuz
HI-RES18,99 €
CD15,99 €

Classique - Paru le 16 octobre 2020 | Sony Classical

Hi-Res Livret
HI-RES21,99 €
CD18,99 €

Classique - Paru le 16 octobre 2020 | Sony Classical

Hi-Res Livret
HI-RES18,99 €
CD15,99 €

Bandes originales de films - Paru le 16 octobre 2020 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 16 octobre 2020 | Sony Classical

Hi-Res
CD18,99 €

Classique - Paru le 16 octobre 2020 | Sony Classical

Classique - Paru le 16 octobre 2020 | Sony Classical

Téléchargement indisponible
HI-RES2,99 €
CD2,49 €

Pop - Paru le 16 octobre 2020 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES2,99 €
CD2,49 €

Classique - Paru le 16 octobre 2020 | Sony Classical

Hi-Res

Le label

Sony Classical dans le magazine