Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Karine Deshayes

 


Mezzo-soprano (colorature) que les scènes se disputent, Karine Deshayes n’a cessé, depuis ses débuts, de s’imposer sur la scène lyrique, d’abord française puis internationale, forte d’un succès reposant autant sur la qualité de sa voix que sur son talent de musicienne et de comédienne, son authenticité et son vaste répertoire.

Excellant autant dans le baroque que dans les périodes classique, romantique et même XXe siècle et comédie musicale, Karine Deshayes se délecte de pouvoir chanter Monteverdi ou Haendel comme Rossini, Mozart, Bizet ou Bellini ; aimant tous les styles, elle trouve « génial de passer d’une époque à l’autre ».

Fille de musicien (corniste à la « Musique de l’air » puis à l’Opéra de Paris), Karine Deshayes est née dans la musique et a grandi avec elle en suivant son père aux répétitions à l’Opéra où elle eut la révélation du chant. Elle a quatorze ans lorsqu’elle prend conscience qu’il nourrira sa vie. C’est pourtant d’abord le violon qui, pendant six ans, forgera son apprentissage musical en lui permettant « d'apprendre la justesse et la rigueur du travail, qui me seront essentiels » dit-elle. En attendant le mûrissement de sa voix, « son instrument » selon ses termes, elle se lance après le bac dans une licence de musicologie à la Sorbonne : « au-delà de l'histoire de la musique ou de l'ethnomusicologie, j'ai vraiment appris à décortiquer une partition. Le solfège ou les cours d'harmonie vous arment pour déchiffrer dans plusieurs clefs, y compris des manuscrits ! Ce qui vous renforce dans une gourmandise stylistique ! ».

Puis sortie de l’Université, elle entre au Conservatoire National de Musique de Paris sous la houlette de l’alto Mireille Alcantara qui, aujourd’hui encore, lui prodigue ses conseils à sa demande : « Elle sait me parler, avec une clarté que d'autres n'ont pas, et m'écouter, car son oreille est incroyable ! », ajoutant qu’elle n’a jamais accepté de rôle sans son accord. Elle suit également les master-classes de Régine Crespin qui sera son mentor.

Sortie du Conservatoire de Paris, Karine Deshayes intègre en 1998 l’Opéra-Studio de Lyon où elle continue de travailler sa voix et apprend le métier du théâtre, interprétant différents rôles — Stéphano dans Roméo et Juliette, et particulièrement Rosina dans Le Barbier de Séville ou encore Cherubino dans Le Nozze de Figaro) où elle apparaît comme une parfaite rossinienne et mozartienne. Elle avoue avoir un penchant pour les rôles de travesti qu'elle estime lui aller bien : le personnage de Sesto (Jules César) l’a accompagné dès ses premiers concours. Après l'expérience fructueusement formatrice de Lyon, elle rejoindra l'Opéra de Paris quatre ans plus tard.

Parmi ses nombreux rôles, on citera Charlotte (Werther), Zerlina & Elvire (Don Giovanni), Carmen (Carmen), Popea (Le Couronnement de Popée), Sesto (La clémence de Titus), Juliette (Juliette ou la clé des songes), Béatrice (Béatrice et Bénédicte), Adalgisa (Norma), Romeo (Capuleti e Montecchi), Urbain (Les Huguenots), Dorabella (Cosi fan tutte), Siebel (Faust)… Dans le répertoire de la mélodie, Les Nuits d’été de Berlioz, Shéhérazade de Ravel et Fauré.

Karine Deshayes est vraiment une artiste exemplaire. D’abord pour sa technique de chant et son engagement interprétatif, comme pour sa simplicité, son charme naturel et son enthousiasme, qui, en participant à son charisme, la préservent de jouer les stars. Mais aussi pour l’intelligence, la prudence, la rigueur et la maîtrise avec lesquelles elle conduit sa carrière, en veillant entre autres à ne rien imposer à sa voix qu’elle ne pourrait faire qu'à son détriment.

© Qobuz / 2015 (GG)

Lire plus

Discographie

6 album(s) • Trié par Meilleures ventes

1 sur 1
1 sur 1

Mes favoris

Cet élément a bien été <span>ajouté / retiré</span> de vos favoris.

Trier et filtrer les albums