Catégories :

Les albums

CD9,99 €

Afrique - Paru le 31 octobre 2013 | No Format!

Livret Distinctions Sélection FIP - Coup de coeur de l'Académie Charles Cros - Sélectionné par Ecoutez Voir
Cette nouvelle aventure commune du producteur, metteur en sons et violoncelliste Vincent Ségal et du virtuose malien (dont le précédent Chamber Music fut mondialement salué) plonge ses racines dans la culture mandingue chère au cœur de Sissoko. Et s’il n’a pas été enregistré au Mali, c’est uniquement en conséquence directe des troubles violents qui agitent le pays depuis plusieurs mois déjà. C’est donc simplement dans le home-studio charentais du contrebassiste de jazz Ken Carter et en deux jours de sessions (ce qui en dit long sur l’empathie et la complicité des musiciens présents), sans utilisation des raffinements des studios actuels (overdubs) qu’ont été enregistrées ces neuf plages dont une seule reprise, celle du particulièrement emblématique « Asa Branca », composée par le Brésilien Luiz Gonzaga, émérite représentant jusqu’à sa disparition en 1989 de la tradition musicale du Nordeste. L’album propose une alternance de casting, qui du quintette au solo absolu (dans les trois sublimes pièces que sont « Maimouna » en ouverture de l’opus, « Nalésonko » et « Kalanso ») et rassemble en outre le joueur de balafon Fassery Diabaté et les guitaristes Moussa Diabaté et Aboubacar Diabaté (douze cordes). Notons en outre que l’enregistrement a été perturbé – puis illuminé – par la naissance prématurée de la petite fille du musicien.Comme à l’accoutumée, la kora se joue des cadences, des rythmes, des harmonies et parvient à construire avec ses partenaires un subtil jeu de questions/réponses qui propulse les pièces musicales ver les sommets. Et Sissoko confirme ici son extraordinaire talent de conteur en musique et des vertus profondément humanistes. Un album lumineux, serein, intimiste et profond. Et, donc, indispensable. © ©Copyright Music Story Christian Larrède 2015
CD5,99 €

Divers - Paru le 15 avril 2013 | Catgang Productions

Distinctions Sélectionné par Ecoutez Voir
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Jazz vocal - Paru le 22 mars 2013 | ACT Music

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Le top 6 JAZZ NEWS - Qobuzissime - Qobuz Référence - Hi-Res Audio - Sélectionné par Ecoutez Voir
Les afficionados l'ont repérée dès son premier album français - il y en eu un avant, Reflet, mais il n'est jamais sorti en France -, Light For The People, en 2002, un album que l'on a entendu d'emblée en playlist sur TSF - je m'en souviens très nettement, car à l'époque, je dirigeais les programmes de cette radio -. Mais c'est son deuxième disque pour le label ACT (Harmonia Mundi) - son septième si on les additionne tous -, Same Girl, en 2010, qui l'a totalement révélée au grand public. Pas moins de 50 000 exemplaires se sont vendus dans le monde, une consécration pour cette « chanteuse coréenne made in France » comme elle aime à se présenter. Lento confirme l'originalité et la singularité de cette chanteuse qui a entrevu sa voie/voix le jour où un ami, le chanteur Thierry Peala, lui a fait écouter la chanteuse britannique Norma Winstone. Plus question d'imiter Ella, Sarah ou Billie ni de se lancer dans des scats improbables, mais une approche toute en délicatesse, en légèreté, presqu'en fragilité. Cette manière, pourtant très européenne, You Sun Nah l'a faite sienne pour arriver à un style unique, magique, qu'elle décrit ainsi : « Je ne différencie pas la mélodie, les paroles et l'improvisation. Pour moi, c'est la même chose ». Ajouter à sa forte personnalité - entre temps, la chanteuse a gagné en puissance et en dynamique - une équipe fidèle depuis sa rencontre avec le guitariste suédois Ulf Wakenius (Oscar Peterson, Keith Jarrett, etc.), mais aussi avec Lars Danielsson à la contrebasse, Xavier Desandre-Navarre aux percussions qui la suivent depuis trois disques (les trois pour le label ACT) et, le petit dernier, Vincent Peirani à l'accordéon, et la chanteuse porte un projet qui emporte l'adhésion générale. Lento est un chef d’œuvre, qui dépasse nettement les frontières du seul jazz pour porter un chant universel, fort et émouvant, nuancé et subtil.Jean-Michel Proust (Qobuz - mars 2013)
CD12,99 €

Rock - Paru le 1 mars 2013 | Legacy Recordings

Distinctions 4F de Télérama - Sélectionné par Ecoutez Voir
Avec ce nouvel avatar de l'imposante discographie posthume de Jimi Hendrix, c'est le bout du bout de ce qui aurait dû être son dernier album qui voit le jour en grandes pomptes et très officiellement, comme cela fut déjà le cas pour First Rays of the New Rising Sun en 1997 et le récent Valleys of Neptune de 2010. Le tout orchestré par la demie-soeur du défunt guitariste, Janie Hendrix et son partenaire, le fidèle producteur Eddie Kramer, assisté de John McDermott.Vrai-faux nouvel album de titres enregistrés entre mars 1968 et août 1970 par un guitariste lancé dans une nouvelle quête musicale avec ce qui deviendra le trio Band of Gypsies avec le bassiste Billy Cox et le batteur Buddy Miles, People, Hells & Angels est un échantillon des nombreuses séances réalisées aux studios Electryc Lady, Record Plant, Hit Factory et Sound Centre de New York. S'il est à regretter que le tracklisting suive un ordre aléatoire plutôt que chronologique, ajoutant à la confusion de la livraison, il ne faut cependant pas bouder son plaisir car la totalité des titres déjà connue des fans et hendrixologues réserve son lot de découvertes et de pépites pour tous les amateurs.Hardcore ou pas, les fans ne vont pas manquer d'apprécier les deux premiers joyaux de la sélection, « Earth Blues » (déc. 1969) et « Somewhere » (mars 1968, avec Stephen Stills), éruptions foudroyantes, caractéristiques de la maestria en accords épaulés-jetés de l'auteur de « Crosstown Traffic » (les choeurs en plus pour le premier) ou l'étonnante démonstration soul de « Let Me Love You » (mai 1969), daté des mêmes journées que « Villanova Junction Blues », court instrumental issu d'une jam dûment répertoriée et proposée ailleurs et « Hey Gypsy Boy », lente ébauche qui avait échappé aux nombreuses parutions douteuses des années 1970. Au chapitre des connaissances figurent également les blues « Bleeding Heart » d'Elmore James et « Hear My Train Comin' » dans une énième redite ainsi qu'une version préliminaire de « Izabella » (août 1969).Sans que la présence de ces morceaux ne leur retirent aucun mérite et raviront les néophytes, il est préférable de s'attarder sur l'instrumental « Eeasy Blues » (août 1969) assorti d'un crescendo fulgurant et « Mojo Man » (juin 1969), étonnant groove cuivré sorti des studios Fame où il a été conçu. Enfin, « Crash Landing » (avril 1969) et et « Inside Out » (juin 1968), étalonnés au Record Plant, complètent un kaléidoscope des dernières pistes empruntées par le plus grand météorite du rock. © ©Copyright Music Story Loïc Picaud 2018
HI-RES13,49 €
CD8,99 €

Musiques du monde - Paru le 4 février 2013 | Accords Croisés

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Sélectionné par Ecoutez Voir
CD13,49 €

Rock - Paru le 29 janvier 2013 | Stax

Livret Distinctions Sélectionné par Ecoutez Voir
Pour son premier album pour le mythique label Stax, Ben Harper s’est associé avec le virtuose de l’harmonica blues Charlie Musselwhite. Sur ce douzième album studio de Ben Harper, se mêlent à la fois gospel, country et rhythm’n’blues. Une alchimie qui lui permet d’élargir sa palette artistique de manière inédite. Au final, une musique assez intemporelle, comme si elle avait été enregistrée il y a quarante ans à Chicago dans les studios Chess et non au Carriage House à Los Angeles.
CD13,49 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2013 | Blue Note Records

Distinctions Sélectionné par Ecoutez Voir
Avec Without A Net, Wayne Shorter rentre au bercail Blue Note ! Soit 43 ans après avoir quitté le célèbre label pour le compte duquel le saxophoniste américain signa sans doute ses plus grands albums ! Épaulé par ses trois fidèles complices (Danilo Perez au piano, John Patitucci à la contrebasse et Brian Blade à la batterie), il remanie sans cesse son répertoire. Un répertoire lui aussi majeur tant Shorter est un compositeur aussi expert qu’il est interprète. Without A Net renferme donc neuf titres essentiellement enregistrés par le quartet lors de sa tournée européenne de 2011, à l’exception des 23 minutes de Pegasus, interprétées avec les Imani Winds au Walt Disney Concert Hall de Los Angeles. L’opus contient six nouvelles compositions du maître des lieux ainsi qu’une nouvelle version d’Orbits (qu’il signa en 1967 pour ouvrir le chef d’œuvre Miles Smiles de Miles Davis) et Plaza Real (qu’il enregistra avec Weather Report en 1983 sur l’album Procession). Le quartet se lance aussi dans une belle relecture du standard de Broadway Flying Down To Rio. A l'arrivée, l'octogénaire signe un disque d'une jeunesse folle. Bluffant.
HI-RES16,99 €
CD13,49 €
LUX

Pop/Rock - Paru le 12 novembre 2012 | Warp Records

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio - Sélectionné par Ecoutez Voir
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Jazz - Paru le 6 novembre 2012 | Outnote Records

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio - Sélectionné par Ecoutez Voir
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Jazz contemporain - Paru le 23 octobre 2012 | Outnote Records

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio - Sélectionné par Ecoutez Voir
HI-RES11,19 €15,99 €(30%)
CD8,04 €11,49 €(30%)

Blues - Paru le 16 octobre 2012 | Dixiefrog

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio - Sélection JAZZ NEWS - Sélectionné par Ecoutez Voir
Et Habib Koité, griot du XXe siècle, croisa le fer avec Eric Bibb... Koité est héritier d'un savoir ancestral utilisé au profit d'une chanson qui le place parmi les voix les plus influentes de l'Afrique contemporaine. Bibb s'est imposé dans la nouvelle génération des bluesmen sans pour autant renier les héritages du folk song et du gospel. Quoi de plus naturel alors pour ce Malien et cet Afro-Américain que de faire rimer leurs guitares et leurs voix pour partir dans un blues transatlantique ?
CD13,99 €

Pop/Rock - Paru le 6 août 2012 | Rough Trade

Distinctions Sélectionné par Ecoutez Voir
La voix d’Antony est un fil d’une pureté rare. Un fil vocal que cet ange enroule, sur ce Cut The World, autour des cordes du Danish National Chamber Orchestra. Enregistré live en septembre 2011 à Copenhague, ce projet, pensé comme une méditation sur la lumière, la nature et la féminité, est composé de titres issus des quatre albums de l’artiste et d’inédits arrangés pour orchestre symphonique. Épaulé à ses débuts par Lou Reed et Laurie Anderson, le natif du Sussex ayant grandi en Californie semble se mouvoir comme en apesanteur entre les chants tutélaires d’un Marc Almond ou d’un Boy George. Une légèreté dans sa voix androgyne capable d’épouser les contours d’une véritable profondeur. Un chanteur hors du temps que cette rencontre avec grand orchestre propulse un peu plus vers l’intemporel.
CD11,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 5 juillet 2012 | Gazul Records

Distinctions Sélectionné par Ecoutez Voir
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Pop - Paru le 28 mai 2012 | Decca (UMO)

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio - Sélection JAZZ NEWS - Sélectionné par Ecoutez Voir
Melody a écrit les titres de son nouvel album en voyageant à travers le monde : dans les déserts du Maroc, les rues de Lisbonne, depuis les bars à tango de Buenos Aires jusqu'aux plages du Brésil. The Absence saisit l'essence musicale de chacun de ses séjours tout en préservant la quintessence de l'artiste. Melody a travaillé avec des musiciens dont la réputation n'est plus à faire - Heitor Pereira (producteur, arrangeur, guitares), Jim Keltner et Peter Erskine (batterie), John Leftwich (basse) - ainsi qu'avec une pléiade de musiciens et contributeurs invités, afin de réaliser encore une fois un disque beau et intemporel, qui transcende tout les styles. Son nouvel album suit les traces des deux millions d'exemplaires vendus de son premier disque 'Worrisome Heart' et de 'My One & Only Thrill'. JMP©Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Cantates sacrées - Paru le 17 avril 2012 | Zig-Zag Territoires

Hi-Res Livret Distinctions 3F de Télérama - Prise de Son d'Exception - Hi-Res Audio - Sélectionné par Ecoutez Voir
Après un premier disque très prometteur consacré à Dowland, retrouvez Damien Guillon accompagné de son ensemble le Banquet Céleste autour d’un disque dédié au Cantates solistes de J.S. Bach. Récitaliste reconnu, Damien Guillon est invité à se produire sous la direction de chefs renommés tels que Philippe Herreweghe, William Christie, Masaaki Suzuki, Vincent Dumestre…
CD9,99 €

Jazz - Paru le 13 avril 2012 | Unit Records

Distinctions Sélectionné par Ecoutez Voir
CD11,49 €

Blues - Paru le 21 février 2012 | Dixiefrog

Distinctions Le top 6 JAZZ NEWS - Sélectionné par Ecoutez Voir
En direct du bayou, Eric Bibb s’est totalement immergé dans le folk traditionnel de Louisiane pour trouver l’inspiration de son nouvel album. Un disque génialement moite où le blues et la soul de ce guitariste et chanteur hors pair se retrouvent baignés dans une succulente sauce cajun assez unique.
CD11,49 €

Jazz - Paru le 7 février 2012 | Jazz Village

Livret Distinctions Sélection Les Inrocks - Indispensable JAZZ NEWS - Sélectionné par Ecoutez Voir
Blue Moon n'est pas juste le nouvel album d'Ahmad Jamal. C'est son nouveau chef-d'oeuvre, irrigué par une émotion qui nous rappelle ses plus grandes heures, celles de Chess et d'Impulse! Compositions originales majestueuses, brillantes relectures des mythes américains (le film noir, Broadway, les grands espaces) chacun des neuf morceaux est une réinvention du swing, un prétexte à des vertiges mélodiques, un appel vers des syncopes rythmiques à vous couper le souffle. Entouré de trois gardiens du tempo hors pair, Ahmad Jamal est désormais l'apôtre en chef de la musique classique américaine.
CD14,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 2012 | Universal-Island Records Ltd.

Distinctions Sélectionné par Ecoutez Voir
Le Gallois semble désormais se faire une spécialité des albums de reprises, puisque c’était déjà le cas de sa précédente livraison, le très liturgique Praise & Blame (2010), et qu’il alimente le programme de ce nouvel album par un florilège de chansons empruntées au répertoire de Leonard Cohen, Paul Simon, Paul McCartney, Tom Waits, et quelques-autres, dont les plus confidentiels The Low Anthem, groupe folk américain originaire de Providence.De nouveau produit par Ethan Johns (Kings Of Leon), Spirit In The Room, creusant encore une fois le sillon d’une inspiration blues et gospel, met très nettement l’accent sur la voix plénipotentiaire de Jones, souvent sur un mode de confidence, et enchâssée dans un couffin de guitares, aussi discrètes qu’acoustiques. Et c’est là le plus curieux de l’histoire, dans la mesure où le créateur de « Delilah », habitué aux exhortations propres à stimuler les audiences féminines, évolue ici dans un registre plus retenu, parfois à la limite de l’intimisme. Dans son interprétation parfaitement au premier degré (la mention de la voix d’or) du « Tower Of Song » de Cohen, ou dans celle de quelques incunables d’Odetta et Woody Guthrie, le chanteur démontre à satiété la justesse du propos. Dans le choix de quelques refrains en dehors des sentiers battus (le « (I Want To) Come Home » de McCartney, un « Love And Blessings » chipé à Paul Simon), il rappelle tout simplement à quel point il peut faire preuve de bon goût. Les orientalismes de « Bad As Me » (Waits) ajoutent une authentique dimension à ce que l’on connaissait de la version initiale, et le blues de « Soul Of Man » (Blind Willie McTell), brinquebalant et à bout de souffle, rappelle quel immense interprète il demeure.Paradoxal chantre d’une americana qui n’est pas sans rappeler les ultimes sessions d’un Johnny Cash sous la direction de Rick Rubin, magnifiquement soutenu par un orchestre de musiciens aussi farouches que discrets (dont l’épatante batteuse Stella Mozgawa), Tom Jones s’éloigne de la sophistication de façade des scènes de Las Vegas, et touche ici au point le plus séminal de la musique. Et l’on s’en retrouve parfaitement heureux. © ©Copyright Music Story Christian Larrède 2016
CD13,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 2012 | Universal-Island Records Ltd.

Distinctions Sélectionné par Ecoutez Voir
Le dernier album de Tom Jones sorti il y a deux ans marquait déjà un retour aux sources en reprenant de grands standards du répertoire gospel et country américain. Réalisé avec la précieuse aide d'Ethan Johns, cet album à la fois simple, brut et bouleversant, réunit quelques perles d'un large éventail d'auteurs-compositeurs comme notamment Linda & Richard Thompson, Leonard Cohen et Paul McCartney, ou encore Tom Waits (Bad As Me), Odetta (Hit Or Miss) ou encore de Vera Hall Ward (Travelling Shoes).