Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

27432 albums triés par Meilleures ventes et filtrés par 24 bits / 48 kHz - Stereo et 0,00 € à 5,00 €
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Alternatif et Indé - Paru le 8 août 2019 | Elektra (NEK)

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 13 mars 2007 | Evidence

Hi-Res Livret
HI-RES5,99 €
CD3,99 €

Jazz - Paru le 6 décembre 2019 | Decca (UMO)

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 décembre 2014 | Evidence

Hi-Res Livret
La magnifique intégrale des Mazurkas de Scriabine par François Chaplin, enregistrée entre 1997 et 1999, est enfin disponible en version numérique. Rarement jouées en concert, ces pages parmi les plus belles du compositeur possèdent une invention et un charme mélodiques qui les rendent aussi séduisantes qu’accessibles. À la fois avec ascèse, simplicité, émotion et intensité, le pianiste en restitue le climat de rêverie, de solitude mais aussi de sérénité avec une infinité de nuances qu’il pare de son beau phrasé et de la fluidité de son jeu. Un « must ». (GG)
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Jazz vocal - Paru le 19 février 2016 | Laborie Jazz

Hi-Res Livret
Du jazz autrement. C’est ce que fait la pianiste Perrine Mansuy pour que l’espace se crée et l’atmosphère s’amplifie. Dans son jeu, ses mélodies et ses échanges avec ses partenaires musiciens, elle se pose ou saute, caresse ou gifle. Avec le bigarré Rainbow Shell, Perrine Mansuy s'engage sur la voie d’une sorte de pop rêveuse. Un rêve qui serait évidemment éveillé. Zébrée des guitares blues et des samples de Rémy Decrouy, soutenue par les percussions de son autre compagnon de route, Jean-Luc Difraya, et l’arrivée du violoncelliste Eric Longsworth qui colore l’ensemble de nuances nouvelles, sa musique romanesque est inspirée des poèmes de Katherine Mansfield. Le chanteur Mathis Haug prête également sa voix à ces instants de vie fugitifs, ces plages de rêve orchestrées par un piano. Au cœur de cet album créatif à souhait, le jeu de Perrine Mansuy est un vrai diadème. Dans ses harmonies, ses mélodies et ses improvisations, la pianiste confirme surtout qu’elle est sans doute l’une de plus douées de sa génération. © MD/Qobuz
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Jazz contemporain - Paru le 11 mars 2016 | Laborie Jazz

Hi-Res Livret
Un jazz cinématique. C’est ainsi que le pianiste Lorenzo Naccarato définit la musique de son trio qu’il a formé en 2012 avec le contrebassiste Adrien Rodriguez et le batteur Benjamin Naud. Un jazz cinématique dans le sens où la notion de mouvement est au cœur de son exploration musicale. Et force est de reconnaitre que le premier album de la jeune formation est réellement une œuvre en mouvement. En cela, ce beau disque marche sur les brisées d’un trio comme E.S.T. La fluidité des improvisations, la finesse des mélodies et la complicité éblouissante entre les trois hommes font de ce disque une œuvre plus qu’attachante. © CM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Jazz - Paru le 8 novembre 2019 | Jazzline

Hi-Res Livret
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Alternatif et Indé - Paru le 17 octobre 2019 | Elektra (NEK)

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD10,99 €

Variété francophone - Paru le 19 avril 2019 | [PIAS] Le Label

Hi-Res
Un live et des inédits : Jean-Louis Murat fait un beau cadeau à ses admirateurs avec ce disque qui est le prolongement naturel de son album studio de 2018, Il Francese. Bien que ce dernier soit constitué d’un mélange atypique de pop électro, d’indus et de hip-hop, sa version concert (enregistrée à Décines, près de Lyon) est constituée d’un trio beaucoup plus traditionnel, avec Stéphane Raynaud à la batterie, Fred Jiminez à la basse et Jean-Louis Murat à la guitare et au chant. Toujours peu adepte des grands discours entre chaque morceau, le chanteur semble en revanche plus à l’aise lorsqu’il interprète ses chansons, avec cette éternelle nonchalance qui le caractérise. Quant à la mélancolie qui lui colle à la peau, elle est ici toute relative puisqu’on ne peut que sentir son bonheur à jouer en public et avec ses deux grands complices sur scène. On retiendra notamment sa version particulièrement habitée de Marguerite de Valois. Autrement dit, il développe avec intensité et chaleur l’autoportrait dessiné dans Il Francese, où il évoquait ses trois points d’ancrage fondamentaux : l’Auvergne, l’Amérique et l’Italie. On regrettera sans doute que Murat n’ait choisi que 8 extraits de son live. Mais on se consolera à l’écoute des quatre titres inédits qui clôturent l’album. On y trouvera notamment deux morceaux rock plutôt inspirés : Autant en faire quelque chose et Par toi-même hideux. ©Nicolas Magenham/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 13 novembre 2015 | Evidence

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Jazz vocal - Paru le 12 avril 2019 | Laborie Jazz

Hi-Res Livret
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Classique - Paru le 1 avril 2013 | Alpha

Hi-Res Livret
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Classique - Paru le 13 septembre 2019 | Naxos

Hi-Res Livret
Éternel absent des salles de concerts parisiennes, Albéric Magnard doit sa résurrection à Ernest Ansermet qui, le premier, enregistra sa splendide Troisième Symphonie en si bémol mineur à la tête de L’Orchestre de la Suisse Romande en 1968, quelques mois avant sa mort. Puis c’est Michel Plasson, inlassable défenseur du répertoire français, qui réalisa une magistrale intégrale symphonique à Toulouse dans les années 1980. Plus tard, Jean-Yves Ossonce signe à son tour une splendide version de ces symphonies à la tête de l’Orchestre de la BBC d’Ecosse, puis Thomas Sanderling fait de même à Malmö. Par une certaine ironie de l’histoire (Magnard est mort sous les balles allemandes durant les premiers jours de 1914 en voulant défendre sa maison), cette nouvelle version, dirigée par un chef d’orchestre français, nous vient d’outre-Rhin. Après avoir travaillé avec Michael Gielen et Nikolaus Harnoncourt, Fabrice Bollon se distingue par des choix programmatiques originaux et des interprétations marquées du sceau de sa personnalité. Directeur musical de l’Orchestre Philharmonique de Freibourg-im-Breisgau depuis 2008, il dirige également l’opéra de la ville, siège d’une des plus anciennes universités d’Europe et pionnière en écologie. C’est aussi un grand centre culturel et musical. Enregistrées en concert en 2017 et 2018, les Symphonies n° 3 et 4 de Magnard représentent le premier volet d’une intégrale symphonique et de musique de chambre que Fabrice Bollon a étalée sur plusieurs saisons, faisant découvrir à son public un des compositeurs les plus originaux et les plus méconnus que la France a engendrés. La musique de Magnard est traversée par un souffle puissant et conjugue à merveille l’esprit français aux grandes constructions symphoniques allemandes. Homme ombrageux, solitaire et loin de toute compromission, il avait courageusement défendu Alfred Dreyfus comme il a ensuite, au péril de sa vie, tenu tête à l’avance ennemie aux premiers jours de la Première Guerre mondiale. Sa mort héroïque ne doit toutefois pas masquer le musicien profondément puissant et original qu’il reste. © François Hudry/Qobuz
HI-RES13,49 €
CD8,99 €

Folk - Paru le 9 février 2018 | Alela Diane

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama
En 2007, The Pirate's Gospel imposa son folk drogué à l'âme du gospel. Son premier album, Alela Diane le portait de sa voix renversante. Les fans de Cat Power et de Karen Dalton apprécièrent… Une décennie plus tard, la Californienne installée à Portland s’est isolée dans une maison, en pleine forêt, histoire sans doute de se ressourcer après avoir mis au monde sa fille deux ans plus tôt… Là, la songwriter a troqué sa guitare acoustique pour un grand piano sur lequel sont nées les chansons de Cusp, cinquième album d’une femme décidée à faire un bilan tant personnel qu’artistique. Son rapport à la féminité mais aussi son regard sur la maternité (sur Song for Sandy, Alela Diane rend hommage à Sandy Denny (grande prêtresse du folk britannique des sixties au sein de Fairport Convention, qui mourut à seulement 31 ans peu de temps après être justement devenue mère) ou sur ses contemporains (Emigré sur la crise des migrants) nourrissent un disque d’une rare densité littéraire. Musicalement, son habituelle sensibilité mélodique et son approche épurée du folk se mêlent à un instrumentarium plus sophistiqué qu’à l’accoutumée. De quoi évoquer Carole King, Joni Mitchell et les grands noms de la scène de Laurel Canyon. De charismatiques influences qui ne bâillonnent pas pour autant l’originalité du style d’une Alela Diane plus maîtresse de son art que jamais. © MD/Qobuz
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Bandes originales de films - Paru le 24 janvier 2019 | Warner Records

Hi-Res
HI-RES11,99 €
CD7,99 €

Jazz contemporain - Paru le 16 mars 2015 | Laborie Jazz

Hi-Res Livret
Assurément l’un des tous meilleurs vibraphonistes en Europe, Pascal Schumacher s’est construit un monde et un univers avec une écriture et une esthétique révélant une émotion constante. Et si le Japon reste un modèle de contrastes entre tradition et modernité, il est devenu une vraie source d’inspiration pour ce musicien. Incorporant les influences de la culture japonaise à son travail, il s’est approprié l’Orientalisme en perpétuant un style minimaliste inspiré du concept japonais de wabi-sabi qui combine harmonie et désordre. Sur la base du son subtil et raffiné son de son ancien quartet, il a introduit une large palette d’ajouts, créant ainsi une œuvre plus variée que tout ce qu’il avait enregistré jusqu’alors. A l’exception de compositions de Milton Nascimento et de Ryuichi Sakamoto, tous les thèmes de cet album ont été composés à Tokyo par Schumacher, exprimant par la musique sa vision unique de la ville. Un disque envoûtant. © CM/Qobuz
HI-RES2,99 €
CD2,49 €

Bandes originales de films - Paru le 21 août 2019 | WaterTower Music

Hi-Res
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Alternatif et Indé - Paru le 7 mars 2019 | Nonesuch

Hi-Res
HI-RES6,99 €
CD4,99 €

Jazz - Paru le 2 septembre 2016 | Universal Music Division Decca Records France

Hi-Res
Qu’on fasse du thrash metal, du ska festif, du ragamuffin ou du free jazz, enregistrer à Abbey Road doit toujours faire son petit effet… Le pianiste Chris Illingworth, le bassiste Nick Blacka et le batteur Rob Turner ont dû ressentir des vibrations bien uniques en mettant en boite, le 2 décembre 2015, ces quatre titres édités dans un premier temps en vinyle à l’occasion du Record Store Day 2016. Quatre thèmes (trois figurent sur leur album Man Made Object et Ocean In A Drop est un inédit) sur lesquels on retrouve les marqueurs du trio mancunien qui marche toujours sur les brises de (feu) l’Esbjorn Svensson Trio ou de The Bad Plus. Le minimalisme de Philip Glass (ils ont revisité en live sa mythique B.O. du film Koyaanisqatsi), l’ambiant de Brian Eno, l’approche mélodique épurée de Radiohead, tout est là dans des versions assez proches de celles de l’album studio. Quant à l’inédit, Ocean In A Drop, il s’inscrit lui aussi dans des textures sonores assez similaires et aurait très bien pu figurer sur Man Made Object… © CM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique symphonique - Paru le 1 décembre 2017 | Evidence

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles Classica
« Ces enregistrements étaient depuis longtemps introuvables : les voici à nouveau disponibles en version remastérisée, avec en prime une pièce inédite, Ricercar pour quatuor de saxophones. [...] C'est peu dire que l'œuvre de Bartholomée implique pour ses interprètes un engagement de tous les instants. Virtuosité, densité de l'écriture, diversité des timbres, s'y conjuguent en un feu d'artifice sonore, pour le plus grand bonheur de l'auditeur. » (Classica, mars 2018 / Sarah Léon)