Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

402 albums triés par Prix : du moins cher au plus cher et filtrés par Classique, Ludwig van Beethoven et 10,00 € à 20,00 €
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 1 novembre 2013 | Brilliant Classics

Hi-Res
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Musique symphonique - Paru le 14 mars 2014 | audite Musikproduktion

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
HI-RES14,39 €
CD10,79 €

Classique - Paru le 20 octobre 2017 | Blue J Music

Hi-Res
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 1 septembre 2017 | audite Musikproduktion

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik - 5 Sterne Fono Forum Jazz
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Musique symphonique - Paru le 24 novembre 2017 | audite Musikproduktion

Hi-Res Livret
« [...] Ce double album présente le dernier concert de Furtwängler avec le Swiss Festival Orchestra le 26 août 1953 à Lucerne. Cet enregistrement, publié à plusieurs reprises mais dans une captation sonore privée réalisée avec un Revox, est maintenant disponible pour la première fois dans une bien meilleure qualité puisqu'il a été masterisé à partir des bandes originales de la Radio enfin récupérées. Et pour la première fois également, ce concert est donné ici dans son intégralité avec l'Ouverture de Manfred de Robert Schumann qui ouvrait le programme mais qui, présumée perdue, manquait dans les précédentes éditions. Le programme de ce concert est caractéristique du grand Furtwängler qui se voyait de plus en plus comme le garant du patrimoine classique et romantique dans la tradition musicale allemande. À son actif, plus d'un millier d'œuvres de Beethoven dirigées et plus de cinq cents de Brahms, qui sont révélatrices des préférences musicales du Maestro. Schumann figurera "seulement" 190 fois dans ses programmes. De toutes les œuvres de ce dernier, c'est l'Ouverture de Manfred, par l'image de sombre mélancolie qu'elle renvoie, qui correspond le plus aux idéaux philosophiques de Beethoven et à son concept de "Per aspera ad astra" ("Par des sentiers ardus jusqu'aux étoiles") que Furtwängler a fait siens.» (Extrait du texte du livret signé par Uwe Schweikert traduit par Qobuz)
HI-RES14,39 €
CD10,79 €

Musique symphonique - Paru le 6 mars 1971 | Eterna

Hi-Res
HI-RES14,39 €
CD10,79 €

Classique - Paru le 25 novembre 2016 | MC Musique

Hi-Res
HI-RES14,39 €
CD10,79 €

Classique - Paru le 18 novembre 2016 | Out of Element

Hi-Res
HI-RES14,39 €
CD10,79 €

Musique symphonique - Paru le 6 mars 1951 | Eterna

Hi-Res
HI-RES14,39 €
CD10,79 €

Classique - Paru le 6 mars 1980 | Eterna

Hi-Res
HI-RES14,39 €
CD10,79 €

Musique de chambre - Paru le 6 mars 1968 | Eterna

Hi-Res
HI-RES14,39 €
CD10,79 €

Classique - Paru le 15 août 2019 | iMD-rousseau musique

Hi-Res
HI-RES14,39 €
CD10,79 €

Classique - Paru le 14 octobre 2016 | Galaxy Record

Hi-Res
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Duos - Paru le 15 novembre 2019 | Alpha

Hi-Res Livret
Ce dernier volet d’un triptyque intelligent et équilibré mérite bien un Qobuzissime ! Voilà quelques années qu’on suit le duo noble mais décontracté formé par le violoniste Lorenzo Gatto et le pianiste Julien Libeer. Le tandem belge a clos son intégrale des sonates pour violon et piano de Beethoven. Il y a beaucoup de spontanéité dans cette intégrale, mais cette fraîcheur n’est pas synonyme de désinvolture. Au contraire, fruit d’un travail réfléchi, elle s’épanouit à la façon d’un passionnant roman en trois chapitres. Le premier volume s’ouvrait comme un lever de rideau sur le monument Beethoven avec l’emblématique sonate dite à Kreutzer, une partition musclée qui déjoue les attentes du genre. La véhémence dramatique de son premier mouvement, lent et mineur, contraste avec la douceur du deuxième et confirme que la sonate est bien une partition pour deux instruments égaux et non un faire-valoir du seul piano, ici un Steinway. Le second délimitait les bornes d’un genre en expansion. De la première à la dernière sonate, en passant par la plus populaire, surnommée Le Printemps, on assiste à l’amplification générale des moyens. De l’Opus 12 à l’Opus 96, la forme s’élargit, les difficultés techniques s’accumulent et le divertissement laisse place à une rhétorique énergique. Pour ce deuxième album, le duo a choisi la puissance brillante du piano à cordes parallèles de Chris Maene. L’instrument donne la résonance nécessaire à leur lecture tantôt franchement piquante, tantôt tendrement subtile de ces partitions. Le troisième encadre l’éclat du Steinway (Sonates 6 et 7) du plus ample piano Maene (Sonates 3 et 8) et se consacre aux œuvres nées alors que la surdité du compositeur s’installe. Paradoxalement, ce cauchemar du compositeur a fait notre bonheur. Combinaisons variées des timbres, caractères et styles constamment renouvelés, autant d’inventions que Gatto et Libeer déclinent tout au long du cycle. Notre récompense éclaire rétrospectivement les deux premiers jalons d’une aventure qui a vaillamment tenu ses promesses. Une intégrale de référence à connaître et à faire connaître ! © Elsa Siffert/Qobuz
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Concertos pour clavier - Paru le 4 octobre 2019 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Suite à deux projets éblouissants avec la violoncelliste Marie-Elisabeth Hecker, son épouse à la ville, Martin Helmchen a commencé une collaboration en solo avec le label Alpha Classics par la publication d’une remarquable interprétation des Variations Diabelli, l’une des meilleures des dernières années, et sans doute supérieure à celle de Gorini parue sur le même label. Dans le cadre de l’année Beethoven, il s’associe avec le chef Andrew Manze pour une intégrale des Concertos du Maître de Bonn. Ce premier volet donne le ton. Dès le mouvement initial du Second Concerto, la vélocité de l'ensemble, la résurgence d’un esprit musical ici revivifié et qui se traduit avant tout dans cette musicalité suprême et célébrant le côté fébrile du Maître de Bonn, s’avèrent saisissantes. Après cet allegro pris réellement « con brio », contraste majeur avec l’Adagio où Martin Helmchen déploie un chant pudique, une tendresse lyrique qui se souviennent des derniers concertos de Mozart ; ici, cependant, il y a quelque chose de profondément moderne, par ce sens accru de l’attente, du « suspense », de la suspension aussi, qui singularisent alors le jeune Beethoven. Dans l’Empereur, enregistré à la Philharmonie de Berlin, le piano de Helmchen continue de concilier les inconciliables – ce mélange d’impétuosité et de tendre lyrisme – sans jamais forcer le trait, et l’orchestre dirigé par Manze, vif, et sensible, donne l’ampleur dont Martin Helmchen a dû longtemps rêver. Une nouveauté à ne pas manquer, pour tous ceux qui ont peur de se perdre dans l’océan Beethoven qui se prépare. © Pierre-Yves Lascar/Qobuz
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 10 janvier 2020 | Alpha

Hi-Res Livret
Éclipsés par la réputation et la grandeur de ses sublimes quatuors, les deux quintettes à cordes de Beethoven présentés ici sont largement méconnus. Si l’opus 29 est une œuvre composée originalement pour la formation mise à l'honneur par Mozart, avec deux violons, deux altos et un violoncelle, l’Opus 104 est la transcription d’une transcription. Son histoire est d’ailleurs assez piquante : un musicien amateur du nom de Kaufmann avait envoyé à Beethoven une transcription pour quintette à cordes de son Trio avec piano en ut mineur, Op. 1 n° 3 dont les nouveautés harmoniques déroutaient un peu le public. Mais cette transcription jugée malhabile par le compositeur l’incita à en réaliser une autre lui-même, accompagnée d’une dédicace ironique et assez caustique à l’encontre du malheureux musicien. Composé après le grand cycle des Six Quatuors, Op. 18, le Quintette en ut majeur, Op. 29 exploite les riches sonorités des cinq instruments plus que l’écriture thématique ou contrapuntique. C’est le déploiement sonore et la richesse des contrastes qui nous séduisent ici. La très brève Fugue, Op. 137 (à peine deux minutes) composée en 1817 date de l’époque où Beethoven tentait d’exploiter la vieille forme de la fugue pour en faire un élément poétique et expressif. C’est une œuvre de circonstance composée pour un éditeur viennois projetant la première édition complète de ses œuvres. Les WDR Symphony Orchestra Cologne Chambers Players sont tous issus du célèbre orchestre allemand. Leur premier album, consacré aux deux Quintettes de Brahms, a été salué par la presse spécialisée internationale, impression confirmée par une tournée à travers les principales salles de Chine qui a remporté un grand succès. Nul doute que cette belle contribution à l’Année Beethoven ne passera pas inaperçue. © François Hudry/Qobuz
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Piano solo - Paru le 31 janvier 2020 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Après un premier enregistrement des Variations Diabelli de Beethoven acclamé par la critique ("Diapason d’Or", BBC, The Guardian, Le Monde,...), Filippo Gorini, disciple d’Alfred Brendel et lauréat du Premier Prix et du Prix du public du Concours Beethoven de Bonn en 2015, poursuit une carrière en pleine expansion. Il creuse ici son sillon beethovénien et s'attaque à la périlleuse Sonate n° 29, "Hammerklavier", dont Beethoven lui-même disait qu’elle donnerait du fil à retordre aux générations futures, avant de graver la Sonate n° 32 qui, selon Thomas Mann, représentait l'achèvement de la forme sonate. © Alpha Classics« [...] Son nouvel album livre un programme plutôt ambitieux et exigeant pour un virtuose d'à peine vingt-cinq ans. Non seulement il y fait preuve d'une technique exceptionnelle, mais il surprend toujours par la fraîcheur, l'intensité, la radicalité et cette liberté d'allure qui singularisait déjà son premier enregistrement. [...] » (Diapason, mars 2020 / Patrick Szersnovicz)
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Musique de chambre - Paru le 28 février 2020 | Alpha

Hi-Res Livret
Dans le cadre de la collection créée en collaboration avec l’Académie du Festival d’Aix-en-Provence, Alpha soutient les nouveaux talents. Fondé en 2016, le Quatuor Esmé est composé de quatre musiciennes coréennes. Basées en Allemagne, elles ont reçu les conseils de Günter Pichler de l’Alban Berg Quartett et de Heime Müller de l’Artemis Quartett entre autres. Lauréates du Prix de l’académie du Festival d’Aix, elles ont également remporté le Wigmore Hall International String Quartet Competition à Londres. Elles présentent ici un programme qui mêle musique classique et musique contemporaine : le Premier Quatuor de Beethoven côtoie la pièce ParaMetaString, un quatuor « avec bande magnétique » que le Kronos Quartet commanda à leur compatriote Unsuk Chin en 1996. Les Novelletten du compositeur anglais Frank Bridge (1904) font office de liant entre ces deux œuvres et contribuent également à dresser un aperçu de ce que la musique de chambre a fait de mieux ces deux cents dernières années. © Alpha Classics
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 4 octobre 2019 | Challenge Classics

Hi-Res Livret
HI-RES19,49 €
CD13,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2007 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
Symphonie n° 3 en mi bémol majeur, op. 55 "Héroïque" - Symphonie n° 4 en si bémol majeur, op. 60 / Philharmonique de Berlin - Herbert von Karajan , direction