Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 28 février 2020 | Warner Classics

Hi-Res Livret
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Musique de chambre - Paru le 28 février 2020 | Alpha

Hi-Res Livret
Dans le cadre de la collection créée en collaboration avec l’Académie du Festival d’Aix-en-Provence, Alpha soutient les nouveaux talents. Fondé en 2016, le Quatuor Esmé est composé de quatre musiciennes coréennes. Basées en Allemagne, elles ont reçu les conseils de Günter Pichler de l’Alban Berg Quartett et de Heime Müller de l’Artemis Quartett entre autres. Lauréates du Prix de l’académie du Festival d’Aix, elles ont également remporté le Wigmore Hall International String Quartet Competition à Londres. Elles présentent ici un programme qui mêle musique classique et musique contemporaine : le Premier Quatuor de Beethoven côtoie la pièce ParaMetaString, un quatuor « avec bande magnétique » que le Kronos Quartet commanda à leur compatriote Unsuk Chin en 1996. Les Novelletten du compositeur anglais Frank Bridge (1904) font office de liant entre ces deux œuvres et contribuent également à dresser un aperçu de ce que la musique de chambre a fait de mieux ces deux cents dernières années. © Alpha Classics
HI-RES21,99 €
CD18,99 €

Classique - Paru le 28 février 2020 | deutsche harmonia mundi

Hi-Res
HI-RES21,99 €
CD18,99 €

Symphonies - Paru le 28 février 2020 | deutsche harmonia mundi

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 28 février 2020 | CAvi-music

Hi-Res Livret
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 6 mars 2020 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Musique symphonique - Paru le 6 mars 2020 | Alpha

Hi-Res Livret
L’Orchestre de la Wiener Akademie et son chef Martin Haselböck poursuivent la série "Resound Beethoven", sur instruments d’époque, en respectant scrupuleusement l’implantation de l’orchestre d’il y a deux cents ans. Le volume 8, dernier de la série, est consacré à deux œuvres emblématiques toutes deux dédiées au prince Franz Joseph Maximilian Lobkowitz et au comte Andreï Kirilovitch Razoumovski : les Symphonies n° 5 et n° 6. Chacune de ces symphonies a hérité d’un nom qui lui est propre. Si la Symphonie n° 5 est parfois appelée « Symphonie du destin » pour des raisons plus ou moins avérées, Beethoven a lui-même qualifié de "Pastorale" la Symphonie n° 6, l’inscrivant dans le célèbre genre de la pastorale tout en lui donnant une nouvelle ampleur. L’Orchestre de la Wiener Akademie enregistre ces deux œuvres dans la Landhaus Saal du Palais Niederösterreich, la salle préférée de Beethoven. De 1819 à 1827, les neuf symphonies de Beethoven y sont exécutées dans le cadre des « Concerts spirituels » fondés par Franz Gebauer et c’est dans ce palais que débutera la révolution autrichienne de 1848. © Alpha Classics
HI-RES14,39 €
CD10,79 €

Musique symphonique - Paru le 6 mars 1971 | Eterna

Hi-Res
HI-RES14,39 €
CD10,79 €

Classique - Paru le 6 mars 1980 | Eterna

Hi-Res
HI-RES14,39 €
CD10,79 €

Musique de chambre - Paru le 6 mars 1968 | Eterna

Hi-Res
HI-RES14,39 €
CD10,79 €

Musique symphonique - Paru le 6 mars 1951 | Eterna

Hi-Res
HI-RES22,67 €25,19 €(10%)
CD16,19 €17,99 €(10%)

Classique - Paru le 13 mars 2020 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
Mais quel est ce « nouveau chemin » (neuer Weg) que le sévère pianofortiste Andreas Staier nous invite à suivre avec son nouvel album édité dans le cadre de la vaste publication Beethoven 2020-2027 du label Harmonia Mundi ? Toutes les œuvres proposées ici ont été composées à l’orée du XIXe siècle par un jeune compositeur impétueux, à la fois conscient de sa valeur et de sa fragilité, alors qu’il commence à ressentir les premières atteintes de la surdité qui allait devenir le drame de sa vie. Les premières mesures du présent récital cassent d’emblée la baraque avec le début tonitruant de la Sonate n° 16 en sol majeur. Avec son forte-piano cristallin et léger, construit par le facteur Mathias Müller à Vienne aux alentours de 1810, Staier semble nous démontrer combien ce frêle instrument peine à faire éclater le génie d’un musicien novateur qui brise d’emblée les frontières. Les trois sonates et les deux séries de variations qui constituent ce programme ont toutes été publiées en 1802, à l’époque où Beethoven désirait « s’engager dans une nouvelle voie » correspondant au nouveau siècle après la tourmente révolutionnaire qui avait secoué l’Europe. C’est une dialectique nouvelle d’un compositeur parlant d’un ton plus péremptoire que ses prédécesseurs, et à la « première personne ». Andreas Staier est sans aucun doute un des meilleurs passeurs imaginables pour nous faire partager l’émergence d’un nouvel état d’esprit dans la musique à une époque troublée (au début de l’épopée napoléonienne), où la clarté du langage le disputait à l’affermissement de l’individualité. © François Hudry/Qobuz
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 13 mars 2020 | Ramée

Hi-Res Livret
Le début du XIXe siècle est une époque de grands changements stylistiques dans le domaine de la musique, les compositeurs recherchant de nouvelles formes d'expression et de nouvelles possibilités tonales, ce qui entraîne une innovation rapide dans le domaine de la conception et de la fabrication des instruments. Un spectre sonore plus large et une plus grande variété de possibilités techniques deviennent un but avoué. Ludwig van Beethoven et Friedrich Kuhlau cherchent tous deux à exploiter pleinement le potentiel apporté par ces nouveaux développements. La Sérénade de Beethoven repousse les limites du classicisme avec des changements dynamiques impulsifs et des motifs contrastants, tandis que la Grande Sonate concertante de Kuhlau explore avec enthousiasme une esthétique plus romantique, avec une liberté expressive dans son écriture virtuose et de riches textures harmoniques. La juxtaposition de la musique de Beethoven et de celle de Kuhlau sur cet enregistrement est inspirée par l'unique rencontre des deux compositeurs à Baden le 2 septembre 1825. Ce moment charmant de l'histoire de la musique est rappelé par un canon que Beethoven a écrit sur le texte Kühl, nicht lau (frais, pas tiède), un jeu de mots amical sur le nom de Kuhlau. © Ramée
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 20 mars 2020 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 20 mars 2020 | Arcana

Hi-Res Livret
Ludwig van Beethoven se rendit à Prague pour la première fois en 1796, accompagnant le prince Lichnowsky, qui le présenta aux plus grandes familles aristocratiques de la ville. L’une d’elles était la famille Clam-Gallas, qui jouait un rôle important dans les cercles musicaux. C’est là que Beethoven rencontra Josephine Clary-Aldringen, une chanteuse et mandoliniste amateure qui avait épousé le comte Christian Christoph en 1797. Beethoven lui dédia de nombreuses pièces pour mandoline et piano, qui figurent dans cet enregistrement aux côtés de deux intéressantes sonates de Johann Nepomuk Hummel et de Bartolomeo Bortolazzi, composées pour la même combinaison d’instruments. Après plusieurs enregistrements, le mandoliniste napolitain Raffaele La Ragione rejoint l’équipe d’Arcana. Marco Crosetto, le fondateur de l’ensemble La Vaghezza, claveciniste basé à Turin, a atteint la demi-finale du célèbre concours international Musica Antiqua de Bruges. Fruit d’une étude approfondie des sources originales, cette sélection d’oeuvres peu connues de Beethoven constitue une contribution pertinente et originale aux célébrations du 250e anniversaire de la naissance du compositeur. © Arcana
HI-RES23,09 €
CD16,49 €

Classique - Paru le 27 mars 2020 | RUBICON

Hi-Res Livret
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 27 mars 2020 | Es-Dur

Hi-Res
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 27 mars 2020 | Animato

Hi-Res