Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES32,99 €
CD23,49 €

Classique - Paru le 12 octobre 2018 | ECM New Series

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
Considérant que Bach lui-même a transcrit au luth au moins une de ses suites pour violoncelle, et qu’au moins l’une d’entre elles est conçue pour le violoncello da spalla ou même la viola pomposa à cinq cordes, on n’a pas lieu de s’offusquer que l’altiste-star Kim Kashkashian nous les donne ici à l’alto, et même à la viola pomposa pour la suite en question. D’ailleurs, d’illustres prédécesseurs l’ont déjà enregistré ainsi : Gérard Caussé et Antoine Tamestit, pour n’en citer que deux. Et la chose est d’autant moins délicate qu’entre le violoncelle et l’alto, l’accord est exactement le même – ut-sol-ré-la –, une octave plus haut pour l’alto, donc aucune transposition, aucun changement de cordes à vide. Seule la clarté du son change, radicalement il est vrai, offrant sur ces invraisemblables chefs-d’œuvre un nouvel éclairage. Kashkashian a choisi un ordre différent de l’agencement habituel, préférant commencer avec ré mineur et terminer avec ré majeur, enchaînant les tonalités avec le maximum de logique – logique acoustique et harmonique, s’entend, en respectant autant que possible les parentés de tonalités d’une suite à l’autre. Résultat magique : on croit assister à la naissance d’un tout nouvel ouvrage du Cantor. © SM/Qobuz
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 18 novembre 2016 | ECM New Series

Hi-Res Livret
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 30 septembre 2016 | ECM New Series

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 5 Sterne Fono Forum Klassik
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 12 février 2016 | ECM New Series

Hi-Res Livret
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 22 janvier 2016 | ECM New Series

Hi-Res Livret
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 2 octobre 2015 | ECM New Series

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles de Classica
Voici un programme spirituel qui ressemble fort à un pèlerinage zen : Morton Feldman dans sa pièce phare Rothko Chapel puis une alternance de Satie et de Cage, le tout joué dans un recueillement lénifiant. [...] Ecrite pour alto, soprano, chœur, percussion et célesta, Rothko Chapel fait permuter des motifs aussi flottants que ceux des tableaux de Mark Rothko. Après cet envoûtant cérémonial bien exécuté dans une neutralité analytique n'excluant pas une certaine ferveur, la pianiste Sarah Rothenberg interprète dans une même retenue au ton juste trois Gnossiennes et deux Ogives d'Erik Satie, en alternance avec Four2, ear for Ear (Antiphonies) et Five, des pièces vocales de John Cage qui croisent spiritualité zen et chant médiéval dans une excellente interprétation du Chœur de chambre de Houston. Ce parcours [...] finit idéalement par le classique In a Landscape de Cage dont la mesurée Sarah Rothenberg donne une interprétation à la quiétude poignante.» (Classica, décembre 2015 / Romaric Gergorin)
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 12 septembre 2014 | ECM New Series

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
Ce parcours captivant place Debussy au centre d'un album où le compositeur français voisine avec Takemitsu et Gubaidulina. Une étonnante mise en miroir du jeune Debussy passant ses étés auprès de Madame von Meck en Russie, puis découvrant la musique d'Extrême-Orient dans son âge mûr. Cette partie de cache-cache d'un grand raffinement est une réussite exceptionnelle tant par le programme que par la qualité d'interprétation de musiques d'une poésie particulièrement ensorcelante. Un disque magique. FH
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 25 janvier 2013 | ECM New Series

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
Les collaborations d’Eleni Karaindrou avec le metteur en scène Antonis Antypas ont généré quelques-unes de ses plus puissantes compositions. Ils ont ici travaillé sur la tragédie grecque. Enregistrée au Théâtre antique d’Epidaure, Médée, d'Euripide, vibre ici d’une intensité émotionnelle toute particulière. La compositrice (et chanteuse sur un titre) Eleni Karaindrou donne ses thèmes à un petit ensemble sans perdre la dimension orchestrale qu’un tel projet nécessite. Elle s’est entourée pour cela d’un choeur de 15 chanteurs sous la direction d’Antonis Kontogeorgiou. Sa musique, toute en contrastes, crée des couleurs sonores créant une ambiance à la fois archaïque et contemporaine renforcées de textures de luth, de santouri, de ney, de lyre et de clarinettes. Le livret d’Euripide a été adapté en grec moderne par Giorgos Cheimonas.
CD14,99 €

Classique - Paru le 28 août 2009 | ECM New Series

Livret
Ce programme exceptionnel met en valeur les connections étonnantes entre trois compositeurs contemporains d’Israël et d’Arménie, cinq œuvres tour à tour inspirées par les Lamentations du Proche-Orient, le chant arménien ou la mélodie hassidique. Ainsi, avec Neharót, Betty Olivero conçoit une lamentation hypnotique qui évoque les chants kurdes, nord-africains, mais aussi la musique orientale et Monteverdi. Ensuite, alors que Tigran Mansurian, dans Three Arias, exploite l’alto avec la prosodie d’une voix tantôt déclamatoire tantôt lyrique, Eitan Steinberg, lui, nous plonge au cœur de la tradition kabbalistique dans son Rava Deravin. Un projet passionnant, porté par le violon alto de Kim Kashkashian, à la superbe expressivité mélodique…