Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

164 albums triés par Date : du plus récent au moins récent et filtrés par Classique, Various Composers et Warner Classics
15,99 €
13,49 €

Classique - Paru le 21 juin 2019 | Warner Classics

Hi-Res
Il est bon de revoir ses classiques de temps à autre et de mesurer la persistance des mythes. Si cette édition des enregistrements complets de Ginette Neveu pour feu EMI n’apporte rien de nouveau en termes de répertoire, il confirme toutefois l’engagement total que la jeune violoniste française mettait dans ses interprétations. C’est le feu qui semble la guider, dans une vision jouant le tout pour le tout avec une sûreté de moyens, une intonation quasi irréprochable et un grand pouvoir d’expression. Le réel apport de ce nouvel album de trente pistes se trouve dans la qualité d’un son singulièrement nettoyé et amélioré par le Studio Art et Son d’Annecy. On y entend la violoniste sous un jour nouveau tant sa présence est accrue et le souffle de la bande reculé sans nuire aux aigus et à la clarté de l’ensemble. Le Philharmonia Orchestra, constitué au départ précisément pour les studios anglais, sonne avec une nouvelle présence par rapport aux anciennes éditions. Walter Legge, le célèbre producteur d’EMI, qui avait découvert tant de jeunes talents après la guerre, avait adroitement misé sur celui de Ginette Neveu, son nom lui avait été soufflé par Karajan, mais son ascension allait être brutalement stoppée par l’accident d’avion qui lui coûta la vie en 1949, à peine âgée de trente ans et à l’orée d’une carrière dont on peut ici écouter les fruits avec les concertos de Sibelius (peu connu à cette époque) et de Brahms, ainsi que sa légendaire version du Poème d’Ernest Chausson. Le reste de ce album, édité à l’occasion du centième anniversaire de la naissance de la violoniste, est consacré aux pièces de musique de chambre enregistrées avec son frère Jean Neveu, son aîné d’une année, pianiste de talent qui a disparu avec elle au-dessus des Açores. © François Hudry/Qobuz
15,99 €
13,49 €

Classique - Paru le 3 mai 2019 | Warner Classics

Hi-Res Livret
19,49 €
16,99 €

Classique - Paru le 26 avril 2019 | Warner Classics

Hi-Res Livret
2,99 €
2,29 €

Classique - Paru le 26 avril 2019 | Warner Classics

Hi-Res
7,99 €
6,99 €

Classique - Paru le 26 avril 2019 | Warner Classics

Hi-Res
15,99 €
13,49 €

Classique - Paru le 12 avril 2019 | Warner Classics

Hi-Res Livret
15,99 €
13,49 €

Classique - Paru le 12 avril 2019 | Warner Classics

Hi-Res Livret
L'intérêt de cette parution réside moins dans le programme, assez rebattu (la discographie du Trio No. 3 de Dvořák s'est considérablement agrandie depuis vingt ans), que dans l'affiche. Figure phare du catalogue Erato, le violoniste Renaud Capuçon prend congé un moment de ses partenaires habituels pour nous faire découvrir deux jeunes musiciens en pleine ascension. Disciple d'Ivan Monighetti, le violoncelliste autrichien-persan Kian Soltani a signé un contrat exclusif avec Deutsche Grammophon, après avoir été révélé lors d'un concert avec Daniel Barenboim il y a maintenant plus de trois ans, et s'être perfectionné dans le cadre de différentes académies (Kronberg) de jeunes musiciens. On connaît davantage Lahav Shani comme chef d'orchestre sur les scènes françaises, mais il se distingue ici comme pianiste. © Qobuz
15,99 €
13,49 €

Classique - Paru le 5 avril 2019 | Warner Classics

Hi-Res Livret
15,99 €
13,49 €

Classique - Paru le 5 avril 2019 | Warner Classics

Hi-Res Livret
15,99 €
13,49 €

Musique de chambre - Paru le 29 mars 2019 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 5 Sterne Fono Forum Klassik
La recette est sans faille. Prenez les meilleurs instrumentistes français à vent d’aujourd’hui. Mélangez-les avec cet inlassable curieux qu’est leur ami pianiste Eric Le Sage et vous obtiendrez cet album splendide, dont l’un des principaux mérites est de nous donner une interprétation très subtile et engagée de l’admirable Quintette pour piano et vents Op. 8 qu’Albéric Magnard composa en 1894 et qui fut créé à Bruxelles l’année suivante. C’est une pièce pleine d’un irrésistible charme juvénile. Même si l’écriture n’est pas encore aussi complexe et achevée que dans les œuvres suivantes (notamment dans les Symphonies No. 3 & No. 4), on ne peut qu’être conquis par la transparence du traitement instrumental et par le singulier mélange de joie et de mélancolie qui s’en dégage. Le reste du programme, passionnant, pose la question de la modernité d’une oeuvre face à son temps. À celle fin de siècle de Magnard est confronté le langage du jeune Darius Milhaud (grand admirateur de Magnard) pour la génération suivante, comparé lui-même au style d’André Jolivet. Notre époque n’est pas en reste avec deux compositeurs aussi différents dans leur style que Philippe Hersant et Thierry Escaich, qui répondent ici à la commande des musiciens de cet enregistrement qui sont aussi les protagonistes du festival « Musique à l’Empéri », un rendez-vous estival, autant que musical et amical, bien connu dans le Sud de la France. À ces compositeurs français, les cinq brillants musiciens à vent que sont Emmanuel Pahud à la flûte, François Leleux au hautbois, Paul Meyer à la clarinette, Radovan Vlatkovic, au cor et Gilbert Audin au basson tendent un miroir au Danois Carl Nielsen dont le beau Quintette Op. 43, composé en 1922, est depuis bien longtemps au répertoire des quintettes à vent du monde entier. © François Hudry/Qobuz
15,99 €
13,49 €

Classique - Paru le 22 mars 2019 | Warner Classics

Hi-Res Livret
2,99 €
2,29 €

Classique - Paru le 8 mars 2019 | Warner Classics

Hi-Res
15,99 €
13,49 €

Classique - Paru le 1 février 2019 | Warner Classics

Hi-Res Livret
15,99 €
13,49 €

Classique - Paru le 1 février 2019 | Warner Classics

Hi-Res Livret
15,99 €
13,49 €

Classique - Paru le 12 décembre 2018 | Warner Classics

Hi-Res
15,99 €
13,49 €

Classique - Paru le 23 novembre 2018 | Warner Classics

Hi-Res Livret
Avec ce quatrième opus discographique, « Entre 2 », les sœurs Julie et Camille Berthollet – alto et violon, respectivement – s’aventurent bien au-delà du monde classique habituel. « Entre 2 », c’est le moins que l’on puisse dire, puisque les pièces présentées ont pour origine le monde de la chanson, de la pop et du rap français, mais dans des réécritures rigoureusement « classiques ». Pas de batterie, pas de basses ou de guitares électriques, pas de saxophones : orchestre classique, instrumentations et ré-harmonisations strictes, les deux musiciennes revisitent ce répertoire en soulignant son aspect intemporel qui, une fois débarrassé de ses atours électriques, semble provenir de bien plus loin que ces quelques dernières décennies. Gainsbourg, Hallyday, Julien Clerc, Stromae, Goldman, Jacques Brel, Calogero, Patrick Bruel, Nino Ferrer ou Polnareff sont les initiateurs, nos deux sœurs les continuatrices. Oui, de temps en temps, on entend telle ou telle voix de jazz rajoutée, ou quelques instruments s’éloignent vers la java ou la musette, mais guère plus que ce qu’aurait fait un orchestrateur classique. Étonnant mélange, quand même… © SM/Qobuz
15,99 €
13,49 €

Classique - Paru le 23 novembre 2018 | Warner Classics

Hi-Res Livret
Paris-Madrid, certes, mais la balance de l’album penche quand même fortement vers la péninsule ibérique. Le propos est de donner des pièces, pour certaines instrumentales à la base, dans des transcriptions ou écritures originales pour guitare – en l’occurrence celle de Liat Cohen – et voix, celles de Sandrine Piau, Rolando Villazón et Charles Castronovo. Les deux pôles principaux sont les Sept chansons populaires espagnoles de Manuel de Falla, si convaincantes à la guitare, et un beau choix de Tonadillas de Granados. Autour de ces pôles, on entendra quelques mélodies françaises de Fauré, Ravel, Dupont ou Massenet – avec accompagnement de guitare, toujours – et des pièces de Rodrigo (dont un arrangement du deuxième mouvement de son célébrissime Concierto de Aranjuez pour guitare et deux voix), de Sor ou Albéniz. L’alternance des trois voix et de styles si différents d’un morceau à l’autre, donne une sensation de grande satiété musicale. © SM/Qobuz
15,99 €
13,49 €

Classique - Paru le 16 novembre 2018 | Warner Classics

Hi-Res Livret
15,99 €
13,49 €

Classique - Paru le 2 novembre 2018 | Warner Classics

Hi-Res Livret
15,99 €
13,49 €

Musique vocale sacrée - Paru le 26 octobre 2018 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Pour son premier album en tant que soliste, le contre-ténor polonais Jakub Józef Orliński a choisi d’explorer des répertoires parmi les plus rares, à telle enseigne que plusieurs des pièces ici présentées le sont en première discographique mondiale. C’est ainsi qu’on pourra faire connaissance de compositeurs quasiment inconnus de nos jours : Gaetano Schiassi (1698-1754), Domènec Terradellas (1711-1751), Nicola Fago (1677-1745), épaulés par quelques autres toujours célèbres aujourd’hui comme Hasse, Zelenka ou Durante. Comme on le voit, Orliński (aidé par le musicologue Yannis François) ratisse large, de la fin du XVIIe siècle au dernier tiers du XVIIIe, mais exclusivement dans le domaine spirituel, que ce soient des messes, des Dixit Dominus ou des oratorios sacrés. Cela dit, l’écriture vocale et instrumentale emprunte au monde lyrique baroque, avec ses vocalises, ses fioritures, ses éclats ; et l’ensemble il pomo d’oro se prête au jeu avec grande conviction. © SM/Qobuz