Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Électronique - Paru le 15 juin 2018 | Ninja Tune

Hi-Res
Remarqué depuis 2013 grâce à deux maxis à succès, Brothers et It's Just (House of Dupree), le DJ/producteur de house nostalgique Leon Vynehall semblait avoir un chemin tout tracé vers le haut du panier du circuit dance music, où le plan de carrière se résume souvent à entretenir un cercle vertueux entre production de tubes de club et bookings prestigieux – l’un n’allant généralement pas sans l’autre. Mais le Britannique, originaire de la station balnéaire Brighton (là où Fatboy Slim organisait ses beach parties géantes), n’est pas un homme pressé. Pour son premier véritable album solo, il a même choisi de remonter le temps en racontant une histoire très personnelle, celle de ses grands-parents, qui émigrèrent du Royaume-Uni à New York dans les années 60.À travers un disque, mais aussi un roman de 150 pages et un court-métrage, Nothing Is Still revient sur ces sept jours de bateau de Southampton à Brooklyn, dont Leon Vynehall a collecté les photos souvenirs auprès de sa grand-mère. “Tout a commencé en 2014, lorsque mon grand-père est décédé. Nous nous sommes retrouvés en famille et avons échangé des histoires sur lui, pour nous consoler. Ma grand-mère a sorti une boîte de photographies de leur vie à New York. Avant que ça ne devienne un projet artistique, c’était juste ma grand-mère et moi, assis ensemble à discuter.” Ceux qui viendraient chercher le prochain tube house en seront pour leurs frais : Nothing Is Still, composé avec un pianiste, un saxophoniste et un orchestre à cordes, n’a rien pour les dancefloors et donne l’impression d’être la bande-son romantique d’un voyage réimaginé par un petit-fils rêveur, entre ambiances jazz et envolées de violons. Le plus beau là-dedans est sans doute la démarche, personnelle et artistique, et de l’avoir osée, là où d’autres auraient sorti un disque calibré sur un label réputé. “Ce disque s’est fait naturellement, comme si c’était quelque chose qui devait se faire”, conclut Leon Vynehall. Le meilleur plaidoyer pour le lâcher-prise… © Smaël Bouaici/Qobuz
A partir de :
CD8,99 €

Électronique - Paru le 1 février 2019 | !K7 Records

Après la légende de la techno de Detroit Robert Hood, c’est au tour d’un des artistes plus acclamés de l’année 2018 de prendre le contrôle de la nouvelle compilation DJ-Kicks. Auteur de Nothing Is Still, son premier concept-album racontant l’histoire de ses grands-parents migrant de l’Angleterre à New York, Leon Vynehall avait reçu les éloges de la scène et la critique et c’est en toute logique qu’on le retrouve à la tête de ce nouvel épisode de la prestigieuse série, award officieux de la musique électronique. “Pour moi, compiler une DJ-Kicks revient à faire une déclaration d’intention, donc je me suis plus concentré sur la sélection que sur le mix”, explique-t-il.Une sélection particulièrement diverse“allant de l’ambient à 79 BPM à de la jungle à 169 BPM”, qui reflète les goûts du producteur originaire de Brighton et touche au dancehall, à l’EBM, la soul, la jungle, la house ou la techno. Après une intro maison, le disque démarre par un trip hop feutré avec le flow ragga de Kemikal, signé par le label/collectif d’avant-garde jamaïcain Equiknoxx Music. Leon Vynehall rend ensuite hommage à l’un des parrains japonais de l’électro, Haruomi Hosono, leader du Yellow Magic Orchestra, suivi d’un solo de batterie hanté du producteur de drum’n’bass anglais dgoHn sur Force to. Rayon inédits, Vynehall lâche un de ces tracks brumeux dans la ligne nu-deep house new-yorkaise, Ducee's Drawbar, et cale en fin de partie des nouveaux titres de la Canadienne Peach (la house twistée de Faxing Jupiter), de l’inconnu Pavilion (Happy Track) et de son compatriote Ploy, signé sur Hessle Audio, pour une petite bombe de techno mentale (Pressure). © Smaël Bouaici/Qobuz
A partir de :
HI-RES1,49 €
CD0,99 €

Électronique - Paru le 12 novembre 2019 | Ninja Tune

Hi-Res
A partir de :
CD1,99 €

Électronique - Paru le 26 février 2016 | Rush Hour

A partir de :
CD0,99 €

Électronique - Paru le 16 janvier 2019 | !K7 Records

A partir de :
HI-RES2,24 €
CD1,49 €

Électronique - Paru le 24 mai 2018 | Ninja Tune

Hi-Res
A partir de :
CD1,69 €

House - Paru le 24 juin 2012 | Man Make Music

A partir de :
HI-RES1,49 €
CD0,99 €

Électronique - Paru le 11 avril 2018 | Ninja Tune

Hi-Res
A partir de :
HI-RES1,49 €
CD0,99 €

Électronique - Paru le 3 mai 2018 | Ninja Tune

Hi-Res
A partir de :
CD8,99 €

Électronique - Paru le 1 février 2019 | !K7 Records

Après la légende de la techno de Detroit Robert Hood, c’est au tour d’un des artistes plus acclamés de l’année 2018 de prendre le contrôle de la nouvelle compilation DJ-Kicks. Auteur de Nothing Is Still, son premier concept-album racontant l’histoire de ses grands-parents migrant de l’Angleterre à New York, Leon Vynehall avait reçu les éloges de la scène et la critique et c’est en toute logique qu’on le retrouve à la tête de ce nouvel épisode de la prestigieuse série, award officieux de la musique électronique. “Pour moi, compiler une DJ-Kicks revient à faire une déclaration d’intention, donc je me suis plus concentré sur la sélection que sur le mix”, explique-t-il.Une sélection particulièrement diverse“allant de l’ambient à 79 BPM à de la jungle à 169 BPM”, qui reflète les goûts du producteur originaire de Brighton et touche au dancehall, à l’EBM, la soul, la jungle, la house ou la techno. Après une intro maison, le disque démarre par un trip hop feutré avec le flow ragga de Kemikal, signé par le label/collectif d’avant-garde jamaïcain Equiknoxx Music. Leon Vynehall rend ensuite hommage à l’un des parrains japonais de l’électro, Haruomi Hosono, leader du Yellow Magic Orchestra, suivi d’un solo de batterie hanté du producteur de drum’n’bass anglais dgoHn sur Force to. Rayon inédits, Vynehall lâche un de ces tracks brumeux dans la ligne nu-deep house new-yorkaise, Ducee's Drawbar, et cale en fin de partie des nouveaux titres de la Canadienne Peach (la house twistée de Faxing Jupiter), de l’inconnu Pavilion (Happy Track) et de son compatriote Ploy, signé sur Hessle Audio, pour une petite bombe de techno mentale (Pressure). © Smaël Bouaici/Qobuz
A partir de :
CD1,99 €

Électronique - Paru le 10 juin 2013 | Aus Music

L'interprète

Leon Vynehall dans le magazine