Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

416 albums triés par Date : du plus récent au moins récent et filtrés par Classique et harmonia mundi
17,49 €
12,49 €

Classique - À paraître le 22 février 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
17,49 €
12,49 €

Classique - À paraître le 22 février 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
17,49 €
12,49 €

Classique - À paraître le 22 février 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
17,49 €
12,49 €

Classique - À paraître le 15 février 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
25,19 €
17,99 €

Musique symphonique - À paraître le 8 février 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
17,49 €
12,49 €

Classique - À paraître le 8 février 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
17,49 €
12,49 €

Classique - À paraître le 8 février 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
17,49 €
12,49 €

Classique - À paraître le 1 février 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
17,49 €
12,49 €

Classique - À paraître le 25 janvier 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
17,49 €
12,49 €

Classique - Paru le 18 janvier 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
17,49 €
12,49 €

Classique - Paru le 18 janvier 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama
De nouvelles formes pour une nouvelle esthétique, c’est tout l’enjeu des deux œuvres proposées ici. Dans Les Nuits d’été, Berlioz invente, bien avant Mahler ou Ravel, la mélodie avec orchestre, dans l’autre, il expérimente le genre du poème symphonique pour grand orchestre avec soliste. Deux interprétations sur instruments anciens que proposent Les Siècles, Tabea Zimmermann et François-Xavier Roth avec le choix, plus rare, du timbre masculin de Stéphane Degout dans les mélodies. Rien de commun. © harmonia mundi
17,49 €
12,49 €

Classique - Paru le 11 janvier 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
Sous le règne de la reine Elisabeth Ire, les fidèles de l’ancienne religion catholique étaient durement traités. Déchirés entre obéissance et conscience, quelques-uns des plus grands compositeurs anglais (Philips, Dering, Dowland) choisirent l’exil. D’autres restèrent en Angleterre dans un isolement spirituel, se comparant aux Israélites en exil à Babylone. Parmi eux se trouvaient Robert White, dont les Lamentations s’inscrivent parmi les plus grands chefs-d’œuvre de la musique anglaise, et William Byrd dont la musique des plus tourmentées se prolonge en quelque sorte dans l’énigmatique Phénix et la colombe de Shakespeare, mis spécialement en musique par Huw Watkins pour stile antico. © harmonia mundi
17,49 €
12,49 €

Classique - Paru le 11 janvier 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
Premier jalon d’une série de publications qui vont fêter les 40 ans des « Arts Flo » fondés par William Christie en 1979, ce nouvel album, enregistré à la Philharmonie de Paris en 2016, est consacré aux airs sérieux et à boire du XVIIe siècle français. Suivront la captation en son et en images du Couronnement de Poppée de Monteverdi présenté au Festival de Salzbourg 2018 ou encore l’ambitieuse intégrale des Madrigaux de Carlo Gesualdo dirigés par Paul Agnew qui reprend peu à peu la direction de l’ensemble, nouvelles parutions qui souligneront aussi le retour vers Harmonia Mundi, l’éditeur « historique » des Arts Florissants et de son fondateur. Le présent enregistrement symbolise parfaitement la carte du Tendre de ce XVIIe siècle énamouré, peuplé de bergers amoureux, de jolies bergères pas toujours chastes, et de gentils oiseaux. À peine dégagés des chansons polyphoniques de la Renaissance, les compositeurs français, très influencés par leurs collègues italiens, produisent des “airs de cour” qui seront parmi les éléments constitutifs de l’opéra français. Les compositeurs les plus représentatifs de ce courant musical sont réunis dans cet album présentant Marc-Antoine Charpentier, mais aussi Michel Lambert, auteur d’airs sérieux, ou encore Sébastien Le Camus, qui deviendra vite un des musiciens favoris des salons parisiens. Ce sont eux qui dominent les productions qui circulaient sous forme imprimée ou manuscrite, ou encore dans des périodiques comme Le Mercure galant. Heureux temps que cette France-là, quand c’est l’Amour, le sincère Amour, qui l’emporte toujours sur l’adversité et les jalousies. © François Hudry/Qobuz
17,49 €
12,49 €

Musique symphonique - Paru le 7 décembre 2018 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
L’originalité de cet enregistrement, qui présente quand même des œuvres plus qu’archi-présentes au disque, est que l’orchestre Les Siècles joue sur instruments de l’époque, en l’occurrence l’époque à laquelle Debussy écrivit ces chefs-d’œuvre. La remarque est plus particulièrement pertinente pour les bois et les cuivres, dont les mécanismes et les sonorités aux alentours des années 1900 étaient réellement différentes, plus incisives peut-être, plus différentiées en tous les cas, ce qui pour une musique boisée comme celle de Debussy offre un véritable plus dans l’équilibre orchestral. Par ailleurs, le nombre de cordes reste raisonnable, de manière à ne jamais engouffrer les vents comme c’est hélas assez souvent le cas pour de grands orchestres internationaux. L’auditeur pourra ici entendre cette musique comme Debussy l’entendait, ou du moins aurait sans doute souhaité l’entendre car en son temps, les orchestres et les chefs n’avaient pas toujours la compréhension de son langage ou de l’infinie palette de ses couleurs. © SM/Qobuz
17,49 €
12,49 €

Classique - Paru le 30 novembre 2018 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
Excellente idée d’introduire une œuvre quasiment inédite de Messiaen par les Douze Etudes de Debussy (1915). Roger Muraro, qui côtoya Messiaen et Yvonne Loriod pendant de longues années, nous offre ici une lecture analytique de Debussy, qui convient parfaitement à cet ensemble tardif de Debussy. Du côté de Messiaen, il propose sa restitution d’un ouvrage resté inachevé, Fauvette de l’Hérault dont le format original devait être un concerto pour piano, commandé en 1962 à l’occasion du centenaire de la naissance de Debussy – la boucle est bouclée – et resté en plan. Messiaen recyclera certains matériaux dans ses Sept Haïkaï, mais le reste de la partition était considéré comme perdu jusqu’à ce que la partie de piano refasse surface, voici quelques années. Muraro réorganise, assemble, reconstruit une cohérence tout à fait dans l’esprit de Messiaen, précisant bien sûr que chaque note est bien du Messiaen, sans retrait ni ajout : il s’est borné à l’immense travail d’architecture. Un quasi-concerto pour piano solo, très convaincant, très ornithologique aussi. © SM/Qobuz
17,49 €
12,49 €

Classique - Paru le 30 novembre 2018 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
À l’aube de ses quarante ans, le pianiste espagnol Javier Perianes peut s’enorgueillir d’une carrière plus qu’éblouissante. Carnegie Hall, Philharmonie de Berlin, Philharmonie de Paris, Gewandhaus de Leipzig, La Roque d’Anthéron, sont parmi les lieux qui l’accueillent régulièrement. Barenboim et Larrocha furent ses maîtres. Il affectionne particulièrement le grand répertoire français de Debussy et Ravel, même s’il n’en fait en aucun cas une spécialité ou une niche – ses précédents enregistrements l’ont porté vers Beethoven, Mompou, Schubert ou Granados. Le voici précisément dans ce monde français, avec le Premier Livre des Préludes de Debussy puis les trois Estampes, le sommet du piano du compositeur, que Perianes distille avec immense art de la couleur instrumentale, de la respiration et des contrastes, une magnifique violence que contrebalance une cristalline transparence à chaque instant, réclamée par la partition. © SM/Qobuz
11,99 €
8,49 €

Classique - Paru le 23 novembre 2018 | harmonia mundi

Hi-Res
Le Codex Calixtinus fut compilé jusqu’en 1140, au cours de plusieurs décennies pendant lesquelles les rédacteurs rajoutaient de nouveaux miracles attribués à saint Jacques le Majeur, le saint patron de Compostelle. Ce précieux manuscrit comporte un bon nombre de lignes musicales assez précises, avec leur texte, de sorte que Marcel Pérès et son Ensemble Organum peuvent nous en donner une lecture d’une grande authenticité. Certes, on ne sait pas exactement comment chantaient les moines de l’époque, et Pérès a semble-t-il privilégié le style de chant traditionnel connu de nos jours sous le vocable « chant à la corse » (quand bien même on est principalement dans la monodie ici, et non pas dans la polyphonie) plutôt que celui « à la byzantine » avec ses intervalles assez spécifiques. Il rajoute des soutiens de basse profonde, et parfois il superpose deux lignes mélodiques différentes qui illustrent un seul et même texte. L’expérience est des plus stupéfiantes ; et quoi qu’il en soit de l’authenticité, il y a fort à parier que d’une lecture à l’autre y compris au XIIe siècle, les différences auraient été considérables en fonction de l’effectif, des capacités des chanteurs individuels, de leur niveau de compréhension et leur interprétation des éléments non-écrits qu’il convenait de compléter selon la tradition et les usages du moment. Enregistrement réalisé en 2005. © SM/Qobuz
17,49 €
12,49 €

Classique - Paru le 16 novembre 2018 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
Noël médiéval et Noël de la Renaissance anglaise de Byrd et Tallis croisent ici Noël anglo-saxon du XXe siècle, sous les plumes de compositeurs aussi divers que John Rutter, Thomas Hyde, Adrian Peacock, Roderick Williams (oui, oui, le célèbre baryton, qui compose également), Judith Weir – Maître de musique de la reine d’Angleterre depuis 2014, un poste où elle succède quand même à Maxwell Davies, Elgar, Bax ou Bliss… la juxtaposition entre les époques ne manque pas de piquant, et on remarquera en particulier une superposition des plus habiles dans Venite, gaudete d’Adrian Peacock, qui énonce des harmonies de la Renaissance à un groupe vocal tandis que l’autre se divertit dans des égarements ultra-contemporains ! L’excellent ensemble ORA Singers – ah, les fantastiques groupes vocaux britanniques… quelle superbe tradition –, mené par Suzi Digby, a même passé commande à Rutter pour l’un des morceaux, ici présenté donc en première mondiale. © SM/Qobuz
17,49 €
12,49 €

Classique - Paru le 16 novembre 2018 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
33,58 €
23,98 €

Classique - Paru le 16 novembre 2018 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
Le fameux Ballet Royal de la Nuit, dansé par Louis XIV âgé de quinze ans, fut donné lors de sept soirées en 1653, au Louvre. Le succès fut général ; c’est que Mazarin, de retour d’exil après la Fronde, comptait marquer les esprits avec ce ballet qu’il avait commandé lui-même : il s’agissait d’imposer le respect à l’aristocratie, d’impressionner les Parisiens, et de diffuser ce royal message par l’intermédiaire des ambassadeurs. Sans doute le Ballet Royal de la Nuit fut-il l’un des spectacles les plus marquants du règne de Louis XIV, sur de nombreux plans : politique, institutionnel, esthétique et musical. Pour la première fois, un livret s’articule en quatre veilles et un ballet final. Tout tend vers un même objectif : mettre en scène le lever du Soleil. Le roi lui-même danse, ainsi que son frère et plusieurs ducs. Personnages, scènes, décors et costumes représentent brillamment ce Grand Siècle foisonnant. Les vers jouent tour à tour sur le fantasque, le sérieux, le comique le burlesque, le mythologique et le romanesque. Il s’agit d’imposer la figure royale au-dessus de toutes, tout en créant une proximité inédite entre le monarque et ses sujets. Au fil des veilles, on voit ainsi coexister des coquettes, des chasseurs, des divinités, des bandits, des estropiés, des soldats, des Égyptiens, etc. L’argument montre tout ce qui se passe durant la nuit, quand les bonnes gens dorment. Le message est clair : « Le Soleil qui me suit c’est le jeune Louis ! » ; pourtant, après 1653, le Ballet Royal de la Nuit n’est jamais redonné, la partition des ballets – signée de plusieurs compositeurs, c’est une œuvre collective – désormais perdue, hormis la partie de premier violon copiée par Philidor quelques décennies plus tard. Par contre, la musique vocale a été retrouvée, ainsi que le livret. Il a donc fallu reconstituer l’œuvre, un travail de titan ; certes, c’est là un « pastiche » dans le sens historique du terme, mais fantastiquement convaincant. L’excellent livret qui accompagne ce somptueux enregistrement de Sébastien Daucé à la tête de l’Ensemble Correspondances cite toutes les sources ayant servi à la reconstitution. © SM/Qobuz