Artistes similaires

Les albums

4,99 €

Jazz - Paru le 28 avril 2019 | Ballroom Legends

8,99 €

Jazz - Paru le 7 juin 2019 | tree and one

14,99 €
9,99 €

Jazz - Paru le 21 mai 2019 | RevOla

Hi-Res
8,99 €

Jazz - Paru le 17 avril 2019 | VolareineI Group

8,99 €

Jazz - Paru le 10 juin 2019 | water and rain

4,99 €

Jazz - Paru le 15 avril 2019 | The Record Archive

4,99 €

Jazz - Paru le 1 juin 2019 | Carooousel & mooore

8,99 €

Jazz - Paru le 3 avril 2019 | eagleinc. Rec.

17,49 €

Jazz - Paru le 4 septembre 2007 | Columbia - Legacy

15,49 €
10,99 €

Jazz - Paru le 1 février 1963 | Impulse!

Hi-Res
11,49 €

Jazz - Paru le 27 avril 1999 | Columbia - Legacy

10,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2002 | Blue Note Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
Les quelques chanceux présents au studio Sound Makers de New York le 17 septembre 1962 doivent se souvenir encore aujourd’hui de leur journée… Réunis autour des micros, trois des plus grands génies de la planète jazz : Duke Ellington au piano, Charles Mingus à la contrebasse et Max Roach à la batterie. A l’arrivée un disque d’une modernité impressionnante (50 ans plus tard, l’effet est assez bluffant !) où les trois hommes s’écoutent, se parlent, s’affrontent, s’enlacent… Le jazz qui nait de ce trio est un sommet qui doit trôner dans toute discothèque idéale digne de ce nom. © MZ/Qobuz
16,99 €
11,49 €

Jazz - Paru le 10 février 2017 | Columbia - Legacy

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Lorsque Duke Ellington enregistre ce live au Festival de Newport en 1956, la jeune garde l’a éloigné du devant de la scène. L’ère n’est plus du tout au big bands qui périclitent les uns après les autres. Le Duke n’a pourtant jamais lâché l’affaire, continuant même à entretenir sa phalange sur ses propres deniers, notamment grâce aux royalties de ses nombreuses compositions des années 20, 30 et 40. Pire : lorsque l’orchestre se produit à Newport, il n’a même plus de contrat discographique ! Cette soirée sera pourtant historique. La musique est d’un tel niveau, les solistes (Johnny Hodges, Clark Terry, Cat Anderson, Russell Procope…) sont d’une telle perfection que le public du festival s’emballe, monte sur les chaises et lorsque Paul Gonsalves prend son mythique solo sur Diminuendo And Crescendo In Blue, l’hystérie est totale ! Arrangements, écritures, solos, swing, rien ne manque à l’appel de ce chef d’œuvre. © MD/Qobuz
18,49 €
13,49 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2014 | Verve Reissues

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
11,49 €

Jazz - Paru le 27 juillet 2004 | Columbia - Legacy

Distinctions Qobuz Référence
112,49 €

Jazz - Paru le 8 avril 2008 | Rhino - Warner Records

19,99 €

Jazz - Paru le 23 février 2015 | 10'10

Distinctions 4F de Télérama
11,49 €

Jazz - Paru le 17 février 2004 | Columbia - Legacy

Bien que les big bands tombent en désuétude en ce début des années 50, Columbia Records propose à Duke Ellington d’effectuer un premier enregistrement en 33 tours. Ce nouveau format lui permet d’exprimer pleinement la longueur de ses dernières compositions. Le Duke en profite également pour reprendre certains de ses anciens succès dans de nouvelles versions. Le projet est suffisamment pris au sérieux par le label pour être inclus dans la collection Masterworks , jusqu'ici réservé à la musique classique (plus tard dans la décennie , l’album sera rebaptisé Hi-Fi Ellington Uptown puis réédité avec, en pièce complémentaire , The Controversial Suite). Le succès du disque provient, outre l’excellence de la prise de son, du jeune batteur, Louie Bellson, popularisateur de l’emploi de la double grosse caisse. Sa technique éblouissante et sa capacité à construire des solos de batterie cohérents font de Skin Deep un must qui sera longtemps utilisé comme morceau de démonstration pour les audiophiles. Au répertoire, on trouve de vieux favoris du Duke, Take The A Train est rajeuni avec la présence solaire de Betty Roche ; The Mooche, quant à lui, met en valeur les clarinettistes Jimmy Hamilton et Russell Procope et Perdido, le trompettiste Clark Terry. La pièce maîtresse du disque est A Tone Parallel To Harlem , emblématique des suites « à la symphonique » d’Ellington.
24,49 €

Jazz - Paru le 22 mars 2005 | Rhino Atlantic

Distinctions Qobuz Référence
16,99 €
11,49 €

Jazz - Paru le 3 mars 2017 | Legacy Recordings

Hi-Res
Au milieu des années 60, Duke Ellington a beau demeurer l’un des plus grands compositeurs du XXe siècle, sa popularité est en déclin, dépassé qu’il est par la jeune génération des Miles Davis, John Coltrane et autre Bill Evans… La créativité de celui qui a alors 67 ans est pourtant loin d’être en berne comme le prouve cette Far East Suite enregistrée en décembre 1966. Composé par le Duke et son complice Billy Strayhorn (qui disparaitra en mai de l’année suivante à seulement 51 ans), le disque prend son inspiration dans une tournée mondiale qui emmènera quelques années plus tôt le maître et son grand orchestre notamment en Syrie, au Liban, en Inde et en Iran. Sur leur partition, Ellington et Strayhorn tendent de subtils ponts entre les continents et les cultures. La musique du pianiste se pare d’un brin d’exotisme sans perdre sa personnalité toujours aussi sophistiquée. Evidemment, les souffleurs réunis sur ce disque comptent parmi les plus impressionnants de leur temps et cette Far East Suite est notamment interprétée par Johnny Hodges, Paul Gonsalves, Cootie Williams, Cat Anderson, Jimmy Hamilton ou bien encore Russell Procope… Les charmes de l’Orient font logiquement leur effet. A moins que ce ne soit l’Orient qui soit sous le charme de la musique du Duke… © MZ/Qobuz

L'interprète

Duke Ellington dans le magazine
  • Festival Django Reinhardt, la passion jazz !
    Festival Django Reinhardt, la passion jazz ! La 33e édition du Festival de jazz Django Reinhardt a eu lieu du 27 juin au 1er juillet, avec au programme le Trio Rosenberg, Sonny Amati Schmitt Quartet et Gonzala Bergara parmi d'autres. Un grand...
  • 3 Cohen Family
    3 Cohen Family LE TOP 6 de JAZZ NEWS
  • Oscar Aleman Buenos Aires 1965 1975
    Oscar Aleman Buenos Aires 1965 1975  Il y a peu, dans ces mêmes colonnes, Arnaud Boubet de Paris Jazz Corner vantait les mérites d’Oscar Alemàn, prodige de la guitare qui fit concurrence à Django himself, pratiqua avec Gus Viseur et tapa dans l’oreille d’Ellington. C’est à ce génie trop méconnu que Frémeaux rendit grâce avec une a...
  • Le Jazz en version origintégrale
    Le Jazz en version origintégrale Sony réédite le coup du coffret vingt-cinq CD. 
Pour le coût, c’est Noël avant l’heure.
  • Souviens-toi d'Ella
    Souviens-toi d'Ella La First Lady du jazz, Ella Fitzgerald, disparaissait le 15 juin 1996, il y a quatorze ans...
  • Une p’tite pièce
    Une p’tite pièce Pour la première fois de son histoire, la Monnaie Américaine a édité une pièce de monnaie à l’effigie d’une personnalité noire. Duke Ellington est désormais sur les pièces de 25 cents !
  • 25 cents pour Duke
    25 cents pour Duke La Monnaie Américaine vient d’éditer une nouvelle pièce de 25 cents à l’effigie de Duke Ellington : pour la première fois, un Noir figure seul sur une pièce en circulation.
  • Disparition de Louie Bellson
    Disparition de Louie Bellson Le batteur de jazz américain, virtuose fou furieux, pédagogue hors pair et musicien respecté, s’est éteint à l’âge de 84 ans.