Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Abdullah Ibrahim

L'une des grandes figures du piano dans le jazz, le Sud-Africain Abdullah Ibrahim s'est longtemps produit sous le nom Dollar Brand avant sa conversion à l'islam. Né au Cap le 9 octobre 1934, Adolphus Johannes Brand commence l'étude du piano à l'âge de sept ans et intègre plusieurs groupes de jazz à l'adolescence, avant de rejoindre dix ans plus tard, en 1960, The Jazz Epistles, formé par Hugh Masekela et Kippie Moeketsi. Le pianiste qui a absorbé la tradition musicale sud-africaine dans son jeu quitte le pays en 1962 avec sa future épouse, la chanteuse Sathina Bea Benjamin, pour s'installer en Europe. Il forme à Zurich un premier trio de jazz et se fait remarquer dans un club local par Duke Ellington, qui arrange pour lui une séance d'enregistrement dont résulte l'album Duke Ellington Presents the Dollar Brand Trio, paru en 1963 sous le label Reprise. Fort de ce parrainage, Dollar Brand - qui choisit ce surnom d'après une marque de cigarettes - se produit au Newport Jazz Festival de 1965 et joue dans le quartette du batteur Elvin Jones. Installé à New York, il enregistre une multitude d'albums sous le nom de Dollar Brand ou celui d'Abdullah Ibrahim, qu'il adopte lors de sa conversion à l'islam en 1968, notamment African Piano (1970), Peace (1971), African Sun (1972), African Sketchbook (1973), Ancient Africa et African Sketch Program (1974). Enregistré en 1965 au club Montmartre de Copenhague (Danemark), l'album Anatomy of a South African Village fait l'objet de nombreuses rééditions sous différents titres. Il réalise également The Third-World Underground (1974) avec Don Cherry et Streams of Conscioussness (1977) avec Max Roach. De retour en Afrique du Sud en 1990, Abdullah Ibrahim ne cesse de varier les expériences. Outre l'orchestral African Suite for Trio and String Orchestra (1999), il interprète ses compositions avec l'Orchestre philharmonique de la Radio munichoise dirigé par Kristian Järvi dans African Symphony (2001), le WDR Big Band dans Bombella (2009) et le NDR Big Band dans Ekapa Lodumo (2012). En 2018, l'album Re:Brahim - Abdullah Ibrahim Remixed le voit ouvrir son répertoire à des producteurs de musique électronique. Fidèle au label Enja Records depuis près de cinq décennies et toujours visible en tournée, le pianiste prolixe signe en 2019 la suite ininterrompue de vingt compositions Dream Time.


©Copyright Music Story Loïc Picaud 2021
Lire plus

Discographie

63 album(s) • Trié par Meilleures ventes

1 sur 3
1 sur 3

Mes favoris

Cet élément a bien été <span>ajouté / retiré</span> de vos favoris.

Trier et filtrer les albums