Catégories :

Les albums

CD29,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2010 | Decca Music Group Ltd.

Livret Distinctions Diapason d'or - Discothèque Idéale Qobuz
Dans ce coffret, Decca a regroupé toutes les gravures en solo du pianiste roumain Radu Lupu. Enregistrements célèbres (ses Sonates de Schubert comme ses Brahms sont universellement célébrées) mais dont le charme, la grâce, la beauté ne s'est pourtant pas évanouie en quarante ans. Exceptionnel !
CD39,49 €

Piano solo - Paru le 27 avril 2018 | Fondamenta

Livret Distinctions Diapason d'or
« C'est en 1981, après un récital à Amsterdam, qu'Emil Gilels (1916-1985) fut victime d'une sévère attaque cardiaque qui devait le laisser fortement diminué. L'histoire avec le Concertgebouw était pourtant belle jusque-là, invitations régulières et public conquis, comme en témoigne le présent coffret glanant le meilleur des concerts donnés par Gilels aux Pays-Bas dans la seconde moitié des années 1970. [...] Tout cela est joué avec un art consommé, sur un instrument superbe [...] Le dernier Gilels, épris de quintessence et orfèvre du clavier, rayonne dans six heures d'archives inédites, aux prises de son splendides. [...] (Diapason, juillet-août 2018 / Laurent Muraro)
HI-RES39,99 €
CD33,99 €

Classique - Paru le 9 mars 2018 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
Ce coffret de onze heures de musique célèbre le 90e anniversaire de la mezzo-soprano allemande Christa Ludwig, dont la phénoménale carrière entre 1950 et 1990 n’a cessé de susciter l’admiration d’un nombre grandissant de mélomanes et bien sûr de ses collègues. Elle a collaboré avec les plus grands musiciens de son temps, on garde en tête les noms d’Herbert von Karajan, Leonard Bernstein, Otto Klemperer ; elle s’illustra aussi dans le genre du lied avec un génie comparable à celui d’Elisabeth Schwarzkopf ou Dietrich Fischer-Dieskau – avec lesquels elle put travailler régulièrement – comme en témoignent ici ses enregistrements avec Gerald Moore ou Geoffrey Parsons. Remarque sur les inédits de la présente édition : certaines interprétations se trouvent ici publiées pour la toute première fois*. Il s’agit des lieder avec orchestre d’Alban Berg (pistes 144 à 146), Max Reger (piste 137) et Richard Wagner (piste 124) ainsi que des lieder avec piano d’Hugo Wolf (piste 14), Franz Schubert (pistes 15 et 16, 62 à 66) et du Chant de Noël (piste 89), lesquels avaient été en leur temps laissés de côté soit en raison de la durée limitée des 33 tours, soit par simple décision du directeur artistique. Sont publiés pour la première fois depuis l’ère du LP l’Air de Gluck (piste 88), plusieurs lieder de Brahms (pistes 15 à 19, pistes 104 et 107). Le récital Brahms que Christa Ludwig enregistra aux côtés de Walter Berry apparaît ici – depuis sa publication originelle – pour la première fois dans son intégralité (à partir de la piste 67 jusqu’à la piste 89 déjà mentionnée ci-dessus). © Qobuz
CD45,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2010 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica - Discothèque Idéale Qobuz
Il est rare qu'un musicien puisse à ce point rejoindre par son art le compositeur qu'il entend honorer. A propos de Carlos Kleiber, on peut vraiment parler du génie de l'interprète, tant il transfigure tout ce qu'il touche. Cet homme inquiet, fantasque, éternellement insatisfait a laissé quelques perles discographiques enregistrées par la Deutsche Grammophon et réunies sur cet album. Peu de choses au fond, au regard d'une vie de musique : 2 Symphonies de Beethoven, 2 Symphonies de Schubert, la 4e Symphonie de Brahms et quatre opéras : La Traviata, Tristan, Le Freischütz et La Chauve souris qui sont autant de moments de bonheur rarissimes dans la vie d'un mélomane. L'impression d'approcher d'une certaine perfection instrumentale, du style et de l'émotion. FH
CD47,99 €

Piano solo - Paru le 29 septembre 2017 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Diapason d'or
CD25,99 €

Classique - Paru le 19 août 2016 | RCA Red Seal

Livret Distinctions Diapason d'or - Le Choix de France Musique
« Du Guilels connu, glorifié, à juste titre : Concerto n° 2 de Brahms avec Reiner, explosif Premier concerto de Tchaïkovski en compagnie du même (le remake avec Mehta en public vaut pour son bis, sublime Prélude de Bach/Siloti), une des plus belles Sonate D. 850 de Schubert qui soient… Mais la D. 784 de ce dernier fait son apparition en CD (New York, 1964), et le disque Chostakovitch-Bach est une pépite oubliée. Sonate de Liszt un peu monolithique, Concerto n° 1 de Chopin distancié. Du piano solide comme le roc. » (Diapason, octobre 2016 / Bertrand Boissard)
CD25,99 €

Classique - Paru le 15 avril 2016 | Sony Classical

Distinctions Diapason d'or
Réédition des gravures américaines publiées en 2014 après un travail de restauration remarquable. « Dans notre ordre de préférence : un récital public à Carnegie Hall (dont il existe des images) avec une fulgurante Sonate «Funèbre» de Chopin, une «Pathétique» de Beethoven, une Rhapsodie espagnole de Liszt et une série de bis à tomber par terre. Sur les mêmes sommets, un disque de tubes capté en studio en 1976 : Préludes de Rachmaninov, Etudes de Chopin ou de Scriabine, transcriptions de Schubert/Liszt (Marguerite au rouet, à défaillir) entre autres. Egalement en studio, deux Sonates de Beethoven (nos 18 et 23) droites comme des «i», meilleurs témoignages possibles de ce mélange d’intégrité, de facilité, de simplicité, et de cette sonorité « coup de poing ». (Diapason, juin 2016 / Etienne Moreau)
CD41,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2012 | Universal Music Division Decca Records France

Livret Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica
Christian Ferras, sans doute le plus grand violoniste français du XXe siècle, est mort il y a trente ans, le 14 septembre 1982. Ce coffret numérique est une parution très bienvenue et particulièrement bien réalisée. Il reprend l'intégralité des enregistrements de Ferras pour Deutsche Grammophon, y compris les Concertos de Bach avec Karajan et le Concerto de Serge Nigg, inédit en CD. Les enregistrements Decca de ses jeunes années complètent la rétrospective, ressuscitant certains enregistrements rarissimes qui n'avaient pas reparu depuis plus de cinquante ans ! Decca a découvert dans ses archives un enregistrement totalement inédit, celui de la "Sonate pour violon BWV 1016" de Bach, captée en 1953. On trouvera sur le beau site des amis de Christian Ferras, qui a largement collaboré à cette parution, une mine d'informations sur l'artiste !
CD47,99 €

Musique de chambre - Paru le 29 septembre 2017 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Diapason d'or
CD45,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2014 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret Distinctions Diapason d'or
CD21,49 €

Symphonies - Paru le 1 juin 2017 | Universal Music Australia Pty. Ltd.

Distinctions Diapason d'or
« Jadis repiquée en CD dans de très médiocres conditions (bois et cordes âpres et rêches, timbales sourdes et lointaines, spatialisation imprécise, etc.), cette somme majeure, longtemps introuvable, connaît enfin une réédition à sa hauteur. [...] le cycle enregistré en 1956/1957 à la Sofiensaal de Vienne par Rafael Kubelik et les Wiener Philharmoniker, sous la direction artistique de John Culshaw, tient une place à part. Nettement plus inspiré que lors de son remake avec la Radio bavaroise (Orfeo), Kubelik s’y révèle un grand styliste. Il communique aux pupitres viennois, et pas seulement aux cordes, une rare vitalité ; la qualité permanente du phrasé lui permet de soutenir une expression intense sans recourir jamais à l’emphase. Tout chante et respire. [...] Si, malgré une belle mise en valeur de la trame rythmique et de la dynamique contrastante, la 4e manque un rien d’arrièreplans tragiques, ceux-ci sont omniprésents dans une fulgurante 3e, avec la reprise dans l’Allegro con brio, souhaitée par Brahms. [...] La vigueur, l’éloquence de l’articulation et la transparence des plans sont une splendeur [...] » (Diapason, novembre 2017 / Patrick Szersnovicz)
CD38,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2013 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret Distinctions Diapason d'or
CD35,99 €

Musique symphonique - Paru le 24 novembre 2017 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Diapason d'or
Les mélomanes ont tous entendu un jour prononcer le nom de Victor de Sabata, chef d'orchestre à l'œuvre dans la légendaire Tosca de Puccini avec Maria Callas, Giuseppe di Stefano et Tito Gobbi en 1953 produite par Walter Legge à la Scala. Grand chef italien de la première moitié du XXe siècle, Victor de Sabata (né le 10 avril 1892 à Trieste, mort le 11 décembre 1967 à Santa Margherita) fréquenta finalement peu les studios, et déployait tout son génie d'interprète avant tout en concert, entre élégance racée et flamboyance inextinguible. Un certain nombre de témoignages sur le vif ont paru depuis vingt ans, mais c'est un formidable cadeau de fin d'année que nous propose Deutsche Grammophon en réunissant des gravures réalisées à Berlin pour le label jaune et à Londres pour Decca. Le programme révèle un chef à l'aise dans le répertoire romantique (célèbre 4e de Brahms, Wagner) et inoubliable dans la modernité. Si l'on peut considérer que Respighi appartient alors, pour un chef italien de cette stature, au répertoire "national", il est plus surprenant de voir un chef italien s'attaquer à En Saga de Sibelius. Et en ce 23 mai 1946, avec un orchestre certes rompu à ce répertoire (encouragé notamment par Beecham et Boult), Sabata délivre une interprétation étonnante de vigueur et de tendresse : le résumé possible d'un artiste à redécouvrir. Une initiative discographique plus que bienvenue ! © PYL« Il y a de l’électricité dans l’air, sous la baguette du successeur milanais de Toscanini, dont DG réunit en 4 CD les gravures berlinoises et londoniennes (1939-1946) résumant (presque) son répertoire symphonique. Quel souffle ! Un éblouissement ! » (Diapason, avril 2018 / François Laurent) 
CD45,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2014 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica
C'est un programme assez hétéroclite qui regroupe les enregistrements symphoniques réalisés par Carlo Maria Giulini et le Philharmonique de Vienne. On y trouve des Concertos de Beethoven avec Benedetti-Michelangeli, les Symphonies de Brahms, les Symphonies 7-8-9 de Bruckner dans des prises de son somptueuses et une direction assez hiératique datant de la dernière période du grand chef d'orchestre italien, à l'époque où il avait commencé à modérer ses tempi de manière excessive. Ce même album permet aussi de belles retrouvailles avec son enregistrement de Rigoletto avec Ileana Cotrubas, Placido Domingo, Piero Cappuccilli et Nicolaï Ghiaurov. Des enregistrements bien connus regroupés cette fois sous l'égide de la capitale de la musique : Vienne. FH
CD39,49 €

Concertos pour violoncelle - Paru le 30 septembre 2016 | Fondamenta

Livret Distinctions Diapason d'or - 4F de Télérama - Choc de Classica
« Ce coffret restitue tout l'art délicat du violoncelliste français grâce à une remastérisation de qualité. [...] La technologie Phoenix de remastérisation fait des prodiges [...] le travail sur les bandes originales a permis d'éliminer le souffle et les bruits parasites afin de nous restituer l'art du violoncelliste français dans toute sa magnificence : la générosité du vibrato, la limpidité de l'élocution portée par une main gauche d'une grande fiabilité [...] Parmi les pépites, signalons les Concertos de Saint-Saëns et de Lalo avec Munch et l'Orchestre Lamoureux, la Symphonie concertante de Prokofiev et Schelomo de Bloch : la rusticité des timbres de l'Orchestre philharmonique tchèque fait merveille. De la rencontre avec le violoniste Josef Suk naquit un complice Double concerto de Brahms et le bijou chambriste du coffret, le Duo opus 7 de Kodaly, d'une noirceur plombée. » (Classica, novembre 2016 / Jérémie Bigorie)« [...] Le son si dense, si projeté de Navarra assura sa légende. Les disques assemblés ici le rappellent, surtout ceux qui auront capté cet archet ardent au cours des années 1950. Sommet du précieux coffret modelé par Michel Navarra, un des plus incandescents concerto de Dvorak de la discographie, emporté par Rudolf Schwarz, gravure méconnue et saisissante. Au même degré d'éloquence, le Khatchaturian mené avec furia par Dervaux, et ce Schumann incendiaire live où Barbirolli, violoncelliste de formation, fait entrer tout son orchestre dans les timbres de son soliste ! [...] Navarra, virtuose s'il en fut, reste d'abord une voix, d'un lyrisme irrépressible, qui trouvera à Prague, avec Karel Ancerl, son parfait balancier. Toutes leurs gravures, sinon un opus de Respighi, sont ici impérissables, inaltérables. [...] (Diapason, octobre 2016 / Jean-Charles Hoffelé)
CD29,99 €

Classique - Paru le 12 mai 2015 | Music and Arts Programs of America

Livret Distinctions Diapason d'or
 « Si Camilla Wicks n’avait pas renoncé précocement à sa carrière pour se consacrer à ses cinq enfants, puis choisi de se tourner vers l’enseignement, elle serait devenue une véritable star du violon. En 1952, un enregistrement du concerto de Sibelius, désormais légendaire, rendit célèbre du jour au lendemain la jeune Américaine. Elle avait vingt-quatre ans, et les autres documents de la même période que révèle ce coffret confirment qu’elle avait déjà tout pour s’imposer comme une des plus formidables solistes de son temps : l’instinct, la puissance, une étincelante virtuosité, une personnalité magnétique. […] Elle pouvait, elle savait tout jouer, des pièces brillantes de Sarasate aux plus illustres concertos du répertoire, en passant par les sonates françaises, avec la même assurance, la même prise de risque et la même imagination. […] Ce généreux coffret brosse un portrait exhaustif de l’interprète sur près d’un demi-siècle, sans la moindre redondance. […] Malgré la disparité des sources, l’ensemble s’avère d’une excellente qualité sonore. » (Diapason, octobre 2015 / Jean-Michel Molkhou)

Le genre

Classique dans le magazine