Catégories :

Les albums

CD35,99 €

Classique - Paru le 6 octobre 2014 | La Dolce Volta

Livret Distinctions Diapason d'or - 4F de Télérama - Le Choix de France Musique - Choc de Classica
La Dolce Volta ayant repris une partie du label Calliope, revoilà disponibles en numérique l’intégrale de l’œuvre pour orgue de Bach par André Isoir, enregistrée entre 1975 et 1991), incontestablement l’une des grandes versions de ces pages majeures (où l’on compte celles de Marie-Claire Alain et de Michel Chapuis en particulier). Outre le sentiment jubilatoire qui habite son interprétation, la réussite d’André Isoir, ici à l’apogée de son art, tient au choix judicieux des instruments, à l’inventivité des registrations, la souplesse de son jeu, l’expressivité de son phrasé et sa facilité technique se jouant des passages les plus difficiles. Un «must» au sommet de la discographie. Qobuz / GG
HI-RES48,99 €
CD41,99 €

Classique - Paru le 24 août 2018 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
Rééditée pour la première fois intégralement et magnifiquement restaurée par Christophe Hénault au son studio Art et Son à Annecy d’après les bandes originales, cette première intégrale Bach signée par Marie-Claire Alain est d’une stupéfiante beauté. Enregistrée entre 1959 et 1967 sur divers instruments historiques au Danemark, en Suède et en Allemagne, cette somme, décrite par l’interprète elle-même comme « la plus instinctive » parmi les trois qu’elle a enregistrées, bénéficie de prises de son remarquables qui mettent parfaitement en valeur les instruments choisis par la grande organiste française. Luttant dès sa jeunesse contre la rigidité mathématique avec laquelle on traitait trop souvent la musique de Bach, elle s’est évertuée au contraire à en dégager l’énergie vitale, laissant de côté une dialectique trop appuyée et en contrant le trop plein d’émotion. Cette grande artiste savait bien que la musique d’orgue, et en particulier celle de Bach, devait se modeler sur chaque instrument utilisé en y adaptant à chaque fois son jeu, sa sonorité et sa technique. « Pour chaque concert que je donne », disait-elle, « je suis obligée de retravailler chaque œuvre selon l’instrument que j’ai à ma disposition. » Disparue le 27 février 2013 à l’âge de quatre-vingt-six ans, Marie-Claire Alain avait mis un point final à sa carrière en 2010 après avoir donné plus de deux mille cinq cents concerts et enregistré deux cent cinquante disques qui gardent toujours leur très grande valeur historique. © François Hudry/Qobuz
CD23,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1985 | Archiv Produktion

Distinctions Diapason d'or - Discothèque Idéale Qobuz
C'est l'oeuvre que John Eliot Gardiner aimerait pouvoir emporter sur une hypothétique île déserte. A sa parution, en 1985, sa version de la Messe en si mineur faisait en quelque sorte la jonction entre les enregistrements démodées (du moins le pensait-on) de Münchinger ou de Karl Richter et celle, plus radicalement musicologique, de Gustav Leonhardt. Presque 30 ans après, ce geste de Gardiner n'a rien perdu de son attrait ni de sa vivacité. C'est une vision lumineuse, avec une distance toute anglicane, assez loin de l’expressivité luthérienne encore vivace en Allemagne. C'est un des enregistrements qui comptent et qui restent de tout ce grand mouvement baroqueux qui a totalement changé notre perception de la musique des 17 et 18èmes siècles. Gardiner a beaucoup dirigé la Messe en si durant l'année 2013 et il n'est peut-être pas impossible qu'un nouvel enregistrement vienne bientôt témoigner bientôt de sa propre évolution. FH
CD20,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 1975 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Diapason d'or - Discothèque Idéale Qobuz
L'interprétation mythique de Nathan Milstein n'a pas été balayée par la vague baroqueuse, car il se dégage de son enregistrement une force expressive et un sens de la beauté qui traversent le temps et les modes. Le timbre radieux de son Stradivarius de 1716 conjugué à sa forte personnalité, qui imprime une telle intensité à l'oeuvre de Bach, font de cet enregistrement une référence durable où l'émotion l'emporte sur la philologie. FH
CD33,99 €

Messes, Passions, Requiems - Paru le 15 février 2001 | Warner Classics

Distinctions Diapason d'or - Discothèque Idéale Qobuz
Voilà une version d'anthologie, non seulement par l'éblouissante brochette de chanteurs, mais par la densité, le souffle, la conviction et l'émotion profonde de la direction de Klemperer et des intervenants en général, jusqu'au somptueux chœur du Philharmonia. Dès les premières notes de l'introduction à la vaste architecture, on est plongé dans la dimension tragique et douloureuse du drame à portée universelle qui va suivre, renforcée par le rythme pointé de la basse continue qui martèle inexorablement l'annonce des futures souffrances du Christ. Une mention spéciale pour l'évangéliste de Peter Pears, engagé et poignant, et le magnifique Jésus de Dietrich Fischer-Dieskau, d'une justesse de ton et d'une noblesse souveraine. Exceptionnelle qualité de la prise de son pour un enregistrement de 1961. © Qobuz / GG« Un temps d'adaptation une fois écoulé, on succombe à l'écoute de sa Passion selon saint Matthieu dont l'épaisseur orchestrale serait aujourd'hui impensable, mais témoigne d'une ferveur, d'une intensité et d'un luxe vocal (Pears, Fischer-Dieskau, Schwarzkopf, Ludwig, Gedda, Berry !) resté inégalé par aucun baroqueux » (Classica, juillet 2015)
CD39,49 €

Piano solo - Paru le 27 avril 2018 | Fondamenta

Livret Distinctions Diapason d'or
« C'est en 1981, après un récital à Amsterdam, qu'Emil Gilels (1916-1985) fut victime d'une sévère attaque cardiaque qui devait le laisser fortement diminué. L'histoire avec le Concertgebouw était pourtant belle jusque-là, invitations régulières et public conquis, comme en témoigne le présent coffret glanant le meilleur des concerts donnés par Gilels aux Pays-Bas dans la seconde moitié des années 1970. [...] Tout cela est joué avec un art consommé, sur un instrument superbe [...] Le dernier Gilels, épris de quintessence et orfèvre du clavier, rayonne dans six heures d'archives inédites, aux prises de son splendides. [...] (Diapason, juillet-août 2018 / Laurent Muraro)
CD55,49 €

Classique - Paru le 24 janvier 2014 | Sony Classical

Distinctions Diapason d'or - 4F de Télérama
HI-RES39,99 €
CD33,99 €

Classique - Paru le 13 octobre 2017 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Le Choix de France Musique - Choc de Classica
Pour les inconditionnels de Christian Ferras (1933-1982), ce coffret d’enregistrements (mono et stéréo) réalisés entre 1957 et 1962 est évidemment une malle aux trésors. En compagnie de son cher ami Pierre Barbizet, de Georges Prêtre, de Malcolm Sargent, de Menuhin pour le Double de Bach, de quelques autres grands noms de son temps, ce disciple de Georges Enesco nous offre une superbe moisson de grands concertos et de grandes sonates, et ce même avant ses célèbres enregistrements avec Karajan d’une majorité des ouvrages du répertoire concertant. Ferras connut une carrière fulgurante – ces enregistrements sont ceux d’un homme de 24 à 29 ans, après tout ! –, un temps de grande gloire jusqu’à la fin des années soixante, puis une inexorable descente aux enfers de l’alcoolisme et de la dépression (qui feront s’éloigner les labels discographiques, les orchestres et le public), descente à laquelle il mettra fin lui-même d’une ultime descente des dix étages de son appartement parisien sans passer par l’escalier, le 14 septembre 1982. Le monde venait de perdre l’un des plus grands violonistes de son temps, mais la légende venait de s’installer pour toujours. Bien évidemment, tous ces enregistrements ont fait l’objet d’une remastérisation des plus soigneuses, à partir des matrices originales. © SM/Qobuz« Le son ici remastérisé restitue avec bonheur la fragilité mélancolique propre à ce grand violoniste français.» (Classica, novembre 2017)
CD47,99 €

Piano solo - Paru le 29 septembre 2017 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Diapason d'or
CD38,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2013 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret Distinctions Diapason d'or
CD25,99 €

Classique - Paru le 19 août 2016 | RCA Red Seal

Livret Distinctions Diapason d'or - Le Choix de France Musique
« Du Guilels connu, glorifié, à juste titre : Concerto n° 2 de Brahms avec Reiner, explosif Premier concerto de Tchaïkovski en compagnie du même (le remake avec Mehta en public vaut pour son bis, sublime Prélude de Bach/Siloti), une des plus belles Sonate D. 850 de Schubert qui soient… Mais la D. 784 de ce dernier fait son apparition en CD (New York, 1964), et le disque Chostakovitch-Bach est une pépite oubliée. Sonate de Liszt un peu monolithique, Concerto n° 1 de Chopin distancié. Du piano solide comme le roc. » (Diapason, octobre 2016 / Bertrand Boissard)
HI-RES35,49 €
CD30,49 €

Classique - Paru le 25 mars 2016 | RCA Red Seal

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - 4 étoiles Classica
« Nettement moins imposant que la somme monumentale de Warner à la gloire de Menuhin, ce coffret mérite néanmoins une attention toute particulière. Oserais-je écrire qu’il réunit l’essence même du génie de l’artiste et le meilleur de son art, à commencer par les premiers enregistrements ? Réalisés entre mars 1928 et février 1930, ils allaient forger sa légende. L’instinct musical et la technique du gamin ont de quoi sidérer. [...] À douze ans, il épousait l’esprit de chaque pièce (Handel, Bloch, Mozart) comme s’il les avait jouées dans une vie antérieure. Quatre concertos donnent la dimension émotionnelle du Menuhin trentenaire, tout d’abord une Symphonie espagnole et un Concerto n° 1 de Bruch (1945) sous la baguette vif-argent de Monteux. [...] Le soliste habite chaque phrase d’une âme volcanique dans laquelle se mêlent ivresse et sanglots ; son archet parle avec une urgence qui n’appartient qu’à lui. Menuhin est là au sommet de son art : son expression a trouvé sa profondeur imaginative tout en gardant la fraîcheur de son instinct de jeune homme.» (Diapason, mai 2016 / Jean-Michel Molkhou)« [...] Le meilleur de cette sélection se concentre incontestablement dans les œuvres concertantes : sa coopération avec Monteux et Munch est du plus haut niveau et ces interprétations surpassent ses autres enregistrements. Le reste est intéressant, quoique pas capital, mais l’on peut se laisser tenter par les nombreuses pièces brèves, qui ne manquent pas de charme et ne font pas double emploi avec le gros coffret Warner "Le Siècle de Menuhin" [...] » (Classica, mai 2016 / Jacques Bonnaure)
CD41,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2012 | Universal Music Division Decca Records France

Livret Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica
Christian Ferras, sans doute le plus grand violoniste français du XXe siècle, est mort il y a trente ans, le 14 septembre 1982. Ce coffret numérique est une parution très bienvenue et particulièrement bien réalisée. Il reprend l'intégralité des enregistrements de Ferras pour Deutsche Grammophon, y compris les Concertos de Bach avec Karajan et le Concerto de Serge Nigg, inédit en CD. Les enregistrements Decca de ses jeunes années complètent la rétrospective, ressuscitant certains enregistrements rarissimes qui n'avaient pas reparu depuis plus de cinquante ans ! Decca a découvert dans ses archives un enregistrement totalement inédit, celui de la "Sonate pour violon BWV 1016" de Bach, captée en 1953. On trouvera sur le beau site des amis de Christian Ferras, qui a largement collaboré à cette parution, une mine d'informations sur l'artiste !
CD45,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2014 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret Distinctions Diapason d'or
CD23,99 €

Piano solo - Paru le 11 janvier 2019 | Universal Music Australia Pty. Ltd.

Distinctions Diapason d'or
« Eloquence étoffe l’anthologie publiée par Philips dans sa collection « The Early Years » : les 2 CD se concentraient sur les œuvres espagnoles enregistrées par Eduardo del Pueyo dans les années 1950 à Paris. S’ajoutent désormais les Beethoven, Bach et Franck captés à la même époque à Amsterdam, ciselés par le saisissant Del Pueyo. [...] Quant aux Nuits dans les jardins d’Espagne, cette approche directe et sans faux-semblants, partagée avec Martinon, nous vaut un must de la discographie. Ensemble parfois austère mais passionnant, à ne pas mettre entre toutes les mains. » (Diapason, juillet-août 2019 / Laurent Muraro)
CD38,69 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 28 juin 2013 | Parlophone Label Group

Distinctions Diapason d'or
CD29,99 €

Concertos pour clavier - Paru le 5 janvier 2018 | APR

Livret Distinctions Diapason d'or
« Ceux qui goûtent peu ses Debussy évanescents et ses Mozart des années 1950 seront surpris en trouvant Gieseking, deux décennies en amont, si charismatique et chantant ! [...] Un superbe enemble concertant, assorti de quelques bonus solo loin d'être négligeables : deux Pièces lyriques de Grieg qui nous laissent bouche bée (1937), et une Sonate KV 570 de Mozart contemporaine du "Jeunehomme" (1936). » (Diapason, octobre 2018 / Laurent Muraro)
CD29,99 €

Classique - Paru le 4 octobre 2011 | Russian Compact Disc

Distinctions Diapason d'or

Le genre

Classique dans le magazine